Play (film, 2019)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Play
Réalisation Anthony Marciano
Scénario Anthony Marciano
Max Boublil
Acteurs principaux
Sociétés de production Chapter 2
Nexus Factory
Umedia
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Comédie
Durée 108 minutes
Sortie 2019


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Play est un film franco-belge réalisé par Anthony Marciano, sorti en 2019.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1993, Max, âgé de 13 ans, reçoit un cadeau de ses parents qui ne va plus le quitter : un caméscope. Dès lors, il va filmer toutes ses aventures (soirées entre amis, fête de la musique, finale de la Coupe du monde de football 1998…) mais également les coups durs (divorce, décès, tempête de 1999…). 20 ans plus tard, Max va monter le « film de sa vie » et ainsi revoir tous les grands moments de son existence.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Anthony Marciano et Max Boublil travaillent ensemble à nouveau à l'écriture après leurs précédentes collaborations, Les Gamins (2013) et Robin des bois, la véritable histoire (2015). L'idée de départ vient du réalisateur, grand nostalgique né en 1979, qui a souhaité revenir sur sa jeunesse :

« Quand j'avais un amour de vacances, je lui écrivais des lettres et guettais le facteur en retour. J'attendais que le téléphone sonne et que ma mère décroche le combiné avant de me le passer. Sans dire que c'était mieux avant, c'est quelque chose de sentimental qui m'a donné envie de revivre ces moments et de me remettre dans l'état dans lequel j'étais à cet âge-là. Je ne voulais pas mettre en scène cette époque révolue mais la revivre ! Et la seule façon d'y arriver, c'était de fabriquer des faux rushes. J'ai eu la chance que mes producteurs aiment cette idée et m'encouragent à me lancer[5]. »

— Anthony Marciano, réalisateur et coscénariste

Le format spécifique du projet oblige par ailleurs les scénaristes à bien réfléchir au pourquoi de chaque scène, comme l'explique Anthony Marciano : « [Cela] nous obligeait à nous poser toujours les mêmes questions : “quelle raison valable a poussé quelqu'un à allumer la caméra cette fois-là ?”, “qui filme ?”, “comment le sait-on ?”. On n'allume jamais un caméscope pour filmer un dialogue ; les gens regardent aussi souvent la caméra »[6].

Pour les évènements historiques évoqués dans le film, les scénaristes Anthony Marciano et Max Boublil ont listé tous les évènements marquants des décennies traversées par l'intrigue. Certains seront intégrés au scénario mais finalement coupés au montage, les attentats du 11 septembre 2001 et ceux du 13 novembre 2015, car selon Anthony Marciano « leurs répercussions alourdissaient trop le propos et c'était difficile, après de tels chocs, de passer à une séquence plus légère »[6].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Initialement, Anthony Marciano souhaite engager des acteurs inconnus « pour rendre le propos plus crédible ». Finalement, son ami Max Boublil rejoint le projet dans le rôle principal[6]. Alice Isaaz est également engagée ; Anthony Marciano déclare à propos de l'actrice qu'elle a « cette particularité de faire très jeune, ce qui m'arrangeait pour la faire traverser les époques »[6].

Un long travail de recherche d'acteurs a été nécessaire pour trouver de jeunes comédiens ressemblant aux acteurs adultes. Avant même que le scénario soit achevé, le réalisateur Anthony Marciano demande à ses producteurs de réunir une directrice de casting et son chef opérateur pour des essais caméras. Cette longue étape s'étalera sur 9 mois. Anthony Marciano déclare avoir visionné près de 3 000 essais filmés d'acteurs et actrices[6].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a principalement lieu à Paris (Place de l'Hôtel-de-Ville - Esplanade de la Libération, la rue Chappe, le parc des Buttes-Chaumont…)[7].

Les prises de vues sont réalisées avec des caméscopes, un iPhone (pour les scènes post-2007) et des caméras professionnelles. Si certaines séquences sont enregistrées sur Hi-8 puis numérisées, l'essentiel des images sont en réalité filmées avec des caméras numériques puis transférées sur bandes analogiques pour donner un côté vintage[1].

Musique[modifier | modifier le code]

De par son intrigue étalée sur plusieurs décennies, le film contient de nombreuses chansons des années 1990 à 2010[8]. Les droits pour avoir ces chansons reviennent à 1 million d'euros, soit 16 du budget global du film[1].

Liste des chansons présentes dans le film

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Play
Score cumulé
SiteNote
Allociné3.9 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
GQ5.0 étoiles sur 5[9]
CinéSéries3.0 étoiles sur 5[10]
Première3.0 étoiles sur 5[11]

En France, le film obtient globalement des critiques positives et enregistre une note moyenne de 3,95 sur le site AlloCiné, qui recense 20 titres de presse[12].

Caroline Vié de 20 Minutes écrit notamment « cette comédie toute en tendresse mérite le déplacement tant ces copains donnent l’impression d’inclure le spectateur dans leurs rangs ». Pour CinémaTeaser, il s'agit d'une « vraie bonne comédie générationnelle ». Éric Mandel du Journal du dimanche écrit quant à lui « outre son scénario et son audace technique, la réussite de Play doit beaucoup à son casting ». Pour Catherine Balle du Parisien, c'est « un long-métrage nostalgique, simple, drôle et bouleversant ». Christophe Carrière de L'Express écrit notamment : « Du décorum aux événements, du quotidien aux disparitions inéluctables, Play creuse, l'air de rien, les émotions, les joies et les drames qui jalonnent le parcours de tout un chacun. Sur une bande-son ad hoc et avec des comédiens épatants puisqu'on y croit - tant et si bien qu'à la fin, on essuie une larme ». Dans Télérama, Guillemette Odicino écrit quant à elle « en résulte le « faux film », drôle et acidulé, d'une vie, et surtout une chronique des années 90 d’une grande justesse, où chaque image mal cadrée, chaque nuit avinée, le moindre poster dans une chambre ou délire entre potes semble sorti de nos propres souvenirs »[12].

GQ a beaucoup aimé le film : « Avec Play, Anthony Marciano raconte l'âge ingrat d'un jeune homme amoureux (Max Boublil) dans les années 1990 au travers de ce qu'il filme avec son caméscope adoré. Un dispositif audacieux et contraignant, qui fonctionne parfaitement. »[9]

CinéSéries a apprécié le film et dit que « au travers de "Play", un héros revisite les meilleurs moments de sa vie mais se rend aussi compte qu'il en a été plus le spectateur que l'acteur »[10].

Première est du même avis et trouve le film très divertissant : « Une jolie comédie-concept avec Max Boublil dans son éternel rôle d'adulescent comico-dépressif mais davantage porté sur l'émotion. »[11]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pour son premier jour d'exploitation en France, le film enregistre 19 161 entrées, moins bien que les démarrage des précédentes réalisations d'Anthony Marciano : Les Gamins (2013, 59 624 entrées) et Robin des bois, la véritable histoire (2015, 33 754 entrées)[13].

Après 7 jours en salles, il cumule 134 348 entrées. La deuxième semaine d'exploitation se termine avec une chute des entrées de 49,7 %, 67 568 spectateurs sont comptabilisés[14] ; le film passe de justesse les 200 000 entrées.

Le film quitte les salles après 7 semaines d'exploitation. 253 345 entrées sont comptabilisées[15] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Secrets de tournage : Max Boublil et Anthony Marciano racontent les coulisses de Play », sur Le Parisien, (consulté le 4 janvier 2020)
  2. David Chapelle, « Evreux. 6néma fait place aux cinémas », sur actu.fr, (consulté le 12 septembre 2019)
  3. Catherine Rol, « Avant-premières, acteurs de passage : le Pathé d’Évreux fait son « 6néma », du 21 au 27 août », sur paris-normandie.fr, (consulté le 12 septembre 2019)
  4. Liste des avant-premières en présence de l'équipe du film
  5. Secrets de tournage - Allociné
  6. a b c d et e Dossier de presse Play - Unifrance
  7. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  8. Play - Cinézik.org
  9. a et b « Play, le miroir de notre adolescence », sur GQ France (consulté le 13 janvier 2020)
  10. a et b « Play : ou le besoin de rembobiner sa vie », sur CinéSéries, (consulté le 13 janvier 2020)
  11. a et b « Play : Comédie feel-good [Critique] », sur Première, (consulté le 13 janvier 2020)
  12. a et b « Play - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 4 janvier 2020)
  13. « Box-office France : Les Filles du docteur March fédèrent le public », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 4 janvier 2020).
  14. « Play (2020) - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le 19 janvier 2020)
  15. « Charts - LES ENTREES EN FRANCE - JPBox-Office », sur jpbox-office.com (consulté le 5 mars 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]