Rosalie Blum (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour le roman graphique, voir Rosalie Blum.
Rosalie Blum
Réalisation Julien Rappeneau
Scénario Julien Rappeneau
Acteurs principaux
Sociétés de production The Film
CG Cinéma
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie
Durée 95 minutes
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Rosalie Blum est une comédie française écrite et réalisée par Julien Rappeneau, sortie en 2015.

Premier long-métrage du scénariste, il est officiellement sélectionné le au Festival du film de Sarlat où il récolte deux prix, ceux des lycéens et d'interprétation féminine[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Vincent Machot connaît une vie somme toute assez banale, partagée entre son salon de coiffure, son cousin, séducteur invétéré, son chat, et sa mère bien trop envahissante. D'un naturel très réservé, sa vie sentimentale se limite à des rendez-vous ratés avec son amie partie à Paris depuis des mois et qui ne cherche qu'à l'éviter. Il rencontre par hasard Rosalie Blum, gérante d'un petit commerce, femme mystérieuse et solitaire, qu'il est absolument convaincu d'avoir déjà rencontrée. Mais où ? Intrigué, il se décide à la suivre partout, dans l'espoir d'en savoir plus, et la surprend notamment à visiter la prison. Mais Rosalie repère le petit manège de Vincent et charge sa nièce Aude, étudiante paresseuse et désœuvrée, de le surveiller à son tour. Celle-ci, flanquée de deux amies fantasques qui s'invitent dans l'aventure, se transforme en commissaire enquêteur. Toutes trois rassemblent les indices, soupçonnent Vincent de desseins malfaisants et échafaudent des théories criminelles, en s'imaginant protagonistes d'une série policière. D'enquête en contre-enquête minutieuses, les personnages ne seront finalement pas ceux qu'on croit, et les vérités de la vie intime de chacun se dévoileront quand les barrières psychologiques réussiront enfin à tomber.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

La plupart des scènes de Rosalie Blum ont été tournées à Nevers (Nièvre) en mars et avril 2015[2][3]. Les scènes finales ont été filmées à Leffrinckoucke (Nord) le mois suivant[4].

Musiques additionnelles[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb. Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent du générique de l'œuvre audiovisuelle présentée ici.

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie nationale[modifier | modifier le code]

Ce film est officiellement sélectionné et projeté le au Festival du film de Sarlat, avant sa sortie nationale à partir du .

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Isabelle Danel de Bande à part voit cette adaptation du roman graphique « un régal de comédie pleine de bizarreries et d’humanité »[5] et Laurent Djian de L'Express assure que c'est « un réalisme poétique. Cette ambiance sucrée, saupoudrée de mélancolie, se rapproche du Jean-Pierre Jeunet d'Amélie Poulain. (…) ce feel good movie invite au bonheur. Tout simplement. Il s'en dégage un charme fou et il serait fou de s'en priver »[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Thierry Dumas, « Le rideau tombe dans la pudeur et le recueillement », Sud Ouest édition Périgueux, 16 novembre 2015, p. 25.
  2. Jean-Mathias Joly, « Tournage de Rosalie Blum : 335 000 euros de retombées pour Nevers et ses environs », Le Journal du Centre,‎ , p. 9 (ISSN 0996-1259, lire en ligne)
  3. Lara Payet, « A la recherche des lieux emblématiques du tournage de Rosalie Blum à Nevers », Journal du centre,‎ , p. 9 (ISSN 0996-1259, lire en ligne)
  4. Benjamin Cormier, « Leffrinckoucke : Rosalie Blum, l'adaptation de la BD, en tournage », La Voix du Nord,‎ , p. 8 (2206) (lire en ligne)
  5. Isabelle Danel, « « Rosalie Blum » : Du gris à la lumière », sur Bande à part, (consulté le 22 mars 2016).
  6. Laurent Djian, « « Rosalie Blum », un feel good movie plein de charme », sur L'Express avec Studio Ciné Live, (consulté le 23 mars 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]