Un cœur simple (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un cœur simple
Réalisation Marion Laine
Scénario d'après une nouvelle de
Gustave Flaubert
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Drame
Durée 105 minutes
Sortie 2008

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un cœur simple est un film dramatique français réalisé en 2008 par Marion Laine.

Il s'agit de l'adaptation de la nouvelle homonyme de Gustave Flaubert publiée en 1877 dans le recueil Trois contes.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la suite d'une déception amoureuse, Félicité propose ses services à Mme Aubain, une veuve avec deux jeunes enfants. Embauchée pour s'occuper du ménage, nourrir, habiller et surveiller le petit garçon et la petite fille, elle se prend d'une grande affection pour eux. Félicité s'occupe également de son jeune neveu tous les dimanches, elle l'affectionne et celui-ci le lui rend bien et a un perroquet rouge prénommé Loulou. Mais Mme Aubain est très froide et hautaine et malgré l'affection que sa fille, Clémence, porte à Félicité (celle-ci remplace en effet sa mère maladroite et qui ne sait pas montrer d'émotion), Mme Aubain ne cache pas son mépris pour le « cœur simple » qu'est Félicité. Mme Aubain a ensuite une liaison qui n'aboutit pas avec son professeur de musique et elle se rend compte qu'elle est seule. Pendant ce temps, les enfants grandissent. Le neveu de Félicité s'engage dans la marine et meurt peu de temps après du typhus laissant sa tante terrassée. Cette mort sera vite suivie par celle, prématurée, de Clémence. Trop tard, Mme Aubain réalise l'ampleur de son amour pour sa fille, et culpabilise de ne pas l'avoir emmenée se soigner dans le sud où le climat lui aurait été bénéfique. Elle accorde finalement à Félicité, terrassée par ces deux morts consécutives, l'honneur d'être la seule à pouvoir veiller sa fille. Mme Aubain elle-même ne se remettra jamais de cette mort, se droguant au Laudanum. Alors qu'elle manque de s'évanouir au pied de la tombe de sa fille, Félicité la prend dans ses bras et toutes deux s'embrassent, dans un grand déchirement. Cette servante un peu simplette mais au grand cœur réussit finalement à gagner l'amitié de Mme Aubain et à faire fondre sa dureté. C'est dans cette amitié que les deux femmes vieillissent, ensemble, dans la simplicité et l'humilité. Malheureusement, Mme Aubaine meurt à son tour et le perroquet de Félicité aussi. La servante le fait donc empailler avant de sombrer dans la folie et mourir à son tour, seule.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]