Aller au contenu

Yolande Zauberman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yolande Zauberman
Naissance (69 ans)
Paris
Nationalité française
Profession réalisatrice, scénariste
Films notables

Yolande Zauberman, née le à Paris, est une scénariste et réalisatrice française.

Yolande Zauberman aborde le cinéma en travaillant aux côtés de Amos Gitaï.

Elle réalise clandestinement en 1987 un premier documentaire sur l’apartheid en Afrique du Sud, Classified People[1],[2] qui remporte entre autres le grand prix du Festival de Paris et le Bronze Rosa au Festival de Bergame (Italie). Le second, Caste criminelle (1989), est tourné en Inde[3], et est sélectionné au Festival de Cannes.

Trois ans plus tard, elle signe son premier long métrage de fiction, Moi Ivan, toi Abraham[4],[5], qui obtient le prix de la Jeunesse au Festival de Cannes en 1993, ainsi que le grand prix du Festival de Moscou.

S'ensuivent les deux films, Clubbed to Death (Lola) (1996) et La Guerre à Paris (2001) avec Élodie Bouchez, qui sont distribués dans le monde entier.

Elle signe également l’idée originale des films Tanguy (2001), inspiré d'un fait divers[6], et Agathe Cléry (2008) pour le réalisateur Étienne Chatiliez et réalise des séries de photos pour le magazine Spoon et le mensuel Le Monde diplomatique.

Elle réalise en 2004 la comédie expérimentale Paradise now : journal d'une femme en crise et retourne au documentaire avec Un juif à la mer tout en poursuivant ses recherches sur l’image avec la création de CATMASK, une caméra sur un masque de chat, qui la conduit à travailler avec des artistes et des danseurs. Depuis quelques années, elle filme avec Stephen Torton, Too Soft For Anybody I Know sur Jean-Michel Basquiat.

En 2012, Yolande Zauberman poursuit la réalisation de l’œuvre Oh, Je vous veux !, film-installation à la croisée du cinéma et de l’art contemporain et se consacre à la réalisation de son prochain film, L'Amant palestinien.

En 2018, son documentaire M présenté au Festival de Locarno, et tourné en yiddish à Bnei Brak, lève le voile sur la pédophilie dans les milieux orthodoxes juifs en Israël[7],[8].

En 2023, le film documentaire Classified People est restauré. Il est diffusé en France, en salle[1],[2].

En 2024, son film documentaire La Belle de Gaza est présenté en sélection officielle au Festival de Cannes[9].

Filmographie

[modifier | modifier le code]

Distinctions

[modifier | modifier le code]

Récompenses

[modifier | modifier le code]

Nominations

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. a et b Sandra Onana, « «Classified People» de Yolande Zauberman : sous l'apartheid, la chanson douce des vieux amants », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Murielle Joudet, « Reprise : « Classified People », la ségrégation raciale au sein des familles », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. Samuel Douhaire, « Caste criminelle », Libération,‎ (lire en ligne)
  4. « Moi Ivan, toi Abraham », sur Quinzaine des réalisateurs
  5. « Le 46e Fectival de Cannes : Moi Ivan, toi Abraham, de Yolande Zauberman. Mémoire d'un monde imaginaire », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. « Tanguy : le film est-il inspiré d’une histoire vraie ? », sur Serieously,
  7. Stéphane Gobbo, « M, violence des échanges en milieu hassidique », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  8. Mathieu Macheret, « Yolande Zauberman : Le viol est le lot de tout monde clos, religieux ou non », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  9. « LA BELLE DE GAZA », sur Festival de Cannes, (consulté le )
  10. Grassin Sophie, Cinéma - Clubbed to Death de Yolande Zauberman, L'Express, 26 juin 1997
  11. « La Guerre à Paris » (2002) de Yolande Zauberman, L'Œil sur l'Écran, 21 mars 2006
  12. « En Israël, Talleen Abu Hanna, la jeune espoir des femmes transgenres », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  13. « Festival de Locarno : le Léopard d'or décerné à un film de Singapour », sur Télérama, (consulté le ).
  14. « Namur : le palmarès du FIFF est connu », sur RTBF, (consulté le ).

Liens externes

[modifier | modifier le code]