Jean Douchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Douchet
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Douchet à Wrocław (Pologne) en juillet 2010

Naissance (87 ans)
Arras, France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession Critique de cinéma
Films notables Paris vu par… (1965)

Jean Douchet est un cinéaste français, historien, critique, écrivain et enseignant de cinéma, né le à Arras (Pas-de-Calais).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de philosophie, Jean Douchet collabore à La Gazette du cinéma, puis à partir de 1957 aux Cahiers du cinéma. Il entretient, depuis les années 1950, des amitiés avec les autres critiques qui allaient former la Nouvelle Vague : Rohmer, Godard, Chabrol, Truffaut

Il se signale très vite par l'acuité de son regard critique[1]. Il est l'auteur de travaux importants sur Alfred Hitchcock et sur la Nouvelle Vague, mais aussi d'analyses notables des œuvres de Murnau, Kenji Mizoguchi, Vincente Minnelli, Akira Kurosawa, Jean-Luc Godard ou Jean-Daniel Pollet.

En 1964, il fait entrer Serge Daney aux Cahiers du cinéma. Comme Françoise Lebrun et Douchka, il joue dans deux œuvres marquantes de Jean Eustache, La Maman et la Putain en 1973 et Une sale histoire en 1977[2]. Celle-ci est, selon le critique Jean Roy, le film manifeste de Jean Eustache[3],[4] et la première remporte le Grand prix au festival de Cannes 1973[5],[6],[7] et le Prix de la critique internationale[8].

Son enseignement de l'analyse de films à l'IDHEC, en 1969-1971 puis de 1974 à 1985[9] (il y a été directeur des études de septembre 1976 à juillet 1978[10]), et ensuite à la Fémis, a marqué de nombreux jeunes réalisateurs, qui le font parfois apparaître dans leurs films : Sitcom de François Ozon, Mister V d'Émilie Deleuze ou encore Nord, N'oublie pas que tu vas mourir et Selon Matthieu de Xavier Beauvois.

Il a animé pendant de nombreuses années un ciné-club hebdomadaire à la Cinémathèque française. Les projections étaient suivies d'une analyse et d'un débat avec le public. Il anime également, une fois par mois, le ciné-club de la Cinémathèque de Nice, le ciné-club du cinéma du Panthéon[11] et le ciné-club du Centre des Arts à Enghien-les-Bains ainsi que des stages d'analyse filmique à Dijon pour la cinémathèque de Bourgogne.

À l'occasion de l'hommage que la Cinémathèque française a consacré à Éric Rohmer le 8 février 2010, il a réalisé spécialement pour cet événement Claude et Éric, un film où Claude Chabrol raconte sa complicité avec Éric Rohmer aux Cahiers du cinéma dans les années 1950.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Il s'agit principalement de petits rôles et d'apparitions.
Au cinéma

À la télévision

Publications[modifier | modifier le code]

  • Alfred Hitchcock (Cahiers de L'Herne, coll. "« L'Herne Cinéma », N° 1, 1967) ; puis éditions de L'Herne (1985) sous le titre Hitchcock ; réédition Cahiers du Cinéma, 1999
  • L'Art d'aimer (1987) ; réédition Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, 2003
  • Paris cinéma : une ville vue par le cinéma de 1895 à nos jours, avec Gilles Nadeau, Du May, 1987
  • La Modernité cinématographique en question, Le cinéma muet des années parlantes, avec Rick Altman, La Cinémathèque française, 1992
  • Le Théâtre dans le cinéma, La Cinémathèque française, 1993
  • Nouvelle vague, F. Hazan, 2004
  • Paulo Rocha, Jean Douchet, Hugues Quester, Alain Bergala, Paulo Branco et al., Pour João César Monteiro : contre tous les feux, le feu, mon feu, Yellow now, 2004
  • La DVDéothèque de Jean Douchet, Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma, 2006
  • Jean Douchet, L'Homme cinéma : entretien avec Joël Magny, Écriture, coll. « Essais et entretiens »,

Un fonds de conservation consacré à l'œuvre complète de Jean Douchet est géré par la Cinémathèque de Bourgogne Jean Douchet[12].

Entretien[modifier | modifier le code]

  • Michel Coulombe, « Entretien avec Jean Douchet », Ciné-Bulles, vol. 18, no 3,‎ , p. 12-16 (lire en ligne [PDF])

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean Douchet compte parmi ceux qui savent transmettre aux autres leur savoir et leur amour du cinéma… La clarté du propos, l'érudition de Douchet nous font pénétrer aisément dans le monde de l'art cinématographique… » France Culture.com en archives
  2. (en) « Douchka - actress », sur Internet Movie Database (consulté le 2 janvier 2016)
  3. Jean Roy, « La jouissance du verbe », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  4. « Une sale histoire de Jean Eustache », sur Le cinématographe.com,‎ (consulté le 2 janvier 2016)
  5. « Le Palmarès 1973 : Compétition », sur festival-cannes.com (consulté le 2 janvier 2016)
  6. Evane Hanska, Mes années Eustache, Flammarion, coll. « Documents », , 1e éd., 331 p. (ISBN 978-2080679208) p. 309
  7. Denis Desjardins, « La Maman et la Putain, de Jean Eustache », Séquences : La revue de cinéma, no 198,‎ , p. 20-21 (lire en ligne)[PDF]
  8. Evane Hanska, Mes années Eustache, Flammarion, coll. « Documents », , 1e éd., 331 p. (ISBN 978-2080679208) p. 52
  9. Isabelle Regnier, « La pépinière du « jeune cinéma français » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. Jean Douchet L'homme cinéma, Écriture, Paris, 2014
  11. « L'Art d'aimer », sur Why Not Productions (consulté le 5 décembre 2012)
  12. cinemathequedebourgogne.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :