Florence Seyvos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Florence Seyvos
Florence-Seyvos-2016-09-30.jpg

Florence Seyvos, le 30 septembre 2016.

Biographie
Naissance
(50 ans)
Lyon
Nationalité
française
Domicile
Paris
Activités
Écrivaine, scénariste, auteure de littérature pour la jeunesseVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Distinctions
Œuvres réputées

Florence Seyvos, née le à Lyon, est une écrivaine et scénariste française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Florence Seyvos est la fille d'un médecin de campagne exerçant dans les Ardennes (France). Elle habite dans différentes villes de France (Charleville-Mézières, Le Havre, Paris) et en Côte d'Ivoire après la séparation de ses parents lorsqu'elle est enfant[1].

Enfant solitaire, elle participe à des émissions de radio pour trouver les mots, être un personnage et vaincre la peur de l'inconnu[1].

À 20 ans, elle est remarquée et révélée au public par le prix du jeune écrivain de langue française[2], puis elle écrit son premier roman pour la jeunesse.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est la compagne du cinéaste Arnaud Desplechin, avec qui elle a un enfant[1]. Elle habite Paris.

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Littérature pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

En 1988, Florence Seyvos fait la rencontre de Geneviève Brisac, éditrice de littérature pour la jeunesse, qui l'incite à travailler dans cette voie[1].

En 1994, elle publie Pochée, illustré par Claude Ponti, à L'École des loisirs[3].

Elle traduit et adapte également de la littérature jeunesse anglaise, allemande, japonaise, suédoise, italienne (Jane Goodall, Catherine Sefton, Tomi Ungerer, Ole Könnecke, Yuichi Kasano, Kazuo Iwamura…).

En 2007, elle traduit et adapte les textes du chef d'orchestre italien Claudio Abbado dans Je serai chef d'orchestre[4].

Fictions[modifier | modifier le code]

Florence Seyvos passe de la littérature jeunesse à la littérature adulte. Pour elle, « Quel que soit le lecteur, le geste d’écrire est le même »[5]. L'univers de ses romans est souvent l'enfance.

Elle publie un récit Gratia en 1992.

En 1995, elle publie son premier roman Les Apparitions. Florence Seyvos reçoit pour ce livre la bourse jeune écrivain de la fondation Hachette, ainsi que le prix Goncourt du premier roman 1995 et le prix France Télévisions 1995[6].

Elle publie L'Abandon en 2002. Ce récit raconte l'amour d'une jeune fille de 18 ans pour son professeur de violoncelle, homme mûr et marié[7].

Elle publie son troisième roman pour adultes en 2013, Un garçon incassable. Dans ce roman, Florence Seyvos montre comment un enfant handicapé peut être aussi souple que Buster Keaton. Ce livre reçoit le prix Renaudot poche.

En 2016, elle publie La Sainte Famille qui met en scène une petite fille Suzanne qui met en place une multitude d'astuces pour se créer un périmètre de sécurité et survivre[8].

Scénarios[modifier | modifier le code]

En 1997, elle coécrit avec la réalisatrice et scénariste Noémie Lvovsky, pour la télévision, Les années lycée : Petites[1]. Depuis, la collaboration se poursuit avec Noémy Lvosky. En 1999, elles co-écrivent La vie ne me fait pas peur, en 2003 Les Sentiments, en 2007 Faut que ça danse !, en 2012 Camille redouble, en 2016 Demain et tous les autres jours.

Publications[modifier | modifier le code]

Aux éditions Gallimard[modifier | modifier le code]

  • Comme au cinéma, coll. « Page Blanche (jeunesse) », 1989

À L'École des loisirs[modifier | modifier le code]

  • Le jour où j'ai été le chef, 1990
  • L'Erreur de Pascal, 1991
  • La Nuit chez Salomé, 1991
  • Sans enthousiasme, 1991
  • La Tempête, avec Claude Ponti au dessin, 1993
  • Voleuse de peluche, 1993
  • Pochée, avec Claude Ponti au dessin, 1994
  • L'Ami du petit tyrannosaure, avec Anaïs Vaugelade au dessin, 2003 Prix Bernard Versele (2 chouettes)[9].
  • Jean l'impitoyable, 2007
  • Il va y avoir du sport mais moi je reste tranquille, 2008
  • Nanouk et moi, 2009

Aux Éditions de l'Olivier[modifier | modifier le code]

Scénarios de films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e « Florence Seyvos. Une fille incasable » par Anne Diatkine dans Libération du 11 juillet 2013.
  2. « Vingt ans de jouvence », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  3. « Florence Seyvos. Une fille incasable » (consulté le 2 octobre 2016)
  4. Ph.-J.C, « JE SERAI CHEF D'ORCHESTRE, de Claudio Abbado », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  5. Catherine Simon, « Florence Seyvos : « Quel que soit le lecteur, le geste d’écrire est le même » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  6. « Éditions de l’Olivier », sur editionsdelolivier.fr (consulté le 2 octobre 2016)
  7. « L'abandon de Florence Seyvos », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  8. Marine Landrot, « La Sainte Famille », Télérama,‎ (lire en ligne).
  9. Liste de récompenses sur le site Prix littéraires
  10. a, b, c, d et e Réalisation : Noémie Lvovsky.

Liens externes[modifier | modifier le code]