Communauté de communes du Pays de Valois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Communauté de communes du Pays de Valois
Blason de Communauté de communes du Pays de Valois
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Forme Communauté de communes
Siège Nanteuil-le-Haudouin
Communes 62
Président Benoit Haquin
Date de création
Code SIREN 246000871
Démographie
Population 55 142 hab. (2015)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Superficie 614,35 km2
Localisation
Localisation de Communauté de communes du Pays de Valois
Liens
Site web http://www.cc-paysdevalois.fr/
Fiche Banatic Données en ligne
Fiche INSEE Dossier complet en ligne

La communauté de communes du Pays de Valois (CCPV) est une communauté de communes française située dans le département de l'Oise et la région Hauts-de-France.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'intercommunalité dans le Valois a été historiquement créée par la mise en place de SIVOM pour les cantons de Betz et de Nanteuil-le-Haudouin, et de plusieurs syndicats intercommunaux à vocation unique (SIVU) dans le canton de Crépy-en-Valois.

Les communes des trois cantons se regroupèrent le 20 mai 1988 en créant l'association Valois Développement, organisme de réflexion et de partenariat avec la région de Picardie et les autres collectivités.

L'association a été transformée en SEP Valois Développement, un Syndicat d'études et de programmation (SIEP), structure juridique plus appropriée le 15 novembre 1990, ce qui permettait de pouvoir bénéficier de subventions d'État et de pouvoir organiser certains dispositifs à l'échelle intercommunale de certaines procédures comme une opération programmée d'amélioration de l'habitat (OPAH) ou un schéma directeur.

Le schéma directeur, dont le périmètre avait été défini par un arrêté préfectoral du 18 janvier 1993, a été arrêté par le SEP Valois Développement le 25 octobre 1994 puis approuvé le 10 mai 1995 et a maintenant valeur de schéma de cohérence territoriale (SCOT)[1].

Les communes des trois cantons se regroupèrent ensuite pour former la communauté de communes du Pays de Valois au 1er janvier 1997, qui absorba SEP Valois Développement[2].

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

La communauté regroupe les communes des anciens cantons de Betz, Crépy-en-Valois et Nanteuil-le-Haudouin dans le département picard de l'Oise et constitue un territoire de 614,4 km2 situé au nord de Paris, au centre du Bassin parisien, entre l'Oise, l'Ourcq, le Pays de France et le Soissonnais.

Elle est traversée par l'Automne, la Sainte-Marie, la Nonette et l'Ourcq.

Sa population est en croissance, passant de 30 448 habitants en 1968 à 53 458 en 2011[3].

Composition[modifier | modifier le code]

La communauté de communes est composée en 2018 des 62 communes suivantes[4] :


Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Nanteuil-le-Haudouin
(siège)
60446 Nanteuillais 20,95 4 224 (2016) 202
Acy-en-Multien 60005 Acéens 11,47 842 (2016) 73
Antilly 60020 3,64 268 (2016) 74
Auger-Saint-Vincent 60027 Augerois 13,97 507 (2016) 36
Autheuil-en-Valois 60031 9,24 273 (2016) 30
Bargny 60046 7,54 329 (2016) 44
Baron 60047 21,47 767 (2016) 36
Béthancourt-en-Valois 60066 Béthancourtois 4,12 228 (2016) 55
Betz 60069 Bessins 15,39 1 181 (2016) 77
Boissy-Fresnoy 60079 15,87 1 019 (2016) 64
Bonneuil-en-Valois 60083 Bonneuillois 12,81 1 043 (2016) 81
Bouillancy 60091 13,59 382 (2016) 28
Boullarre 60092 7,58 224 (2016) 30
Boursonne 60094 Boursonnois 3,44 302 (2016) 88
Brégy 60101 Brégiciens 13,17 621 (2016) 47
Chèvreville 60148 10,34 428 (2016) 41
Crépy-en-Valois 60176 Crépynois 16,28 15 231 (2016) 936
Cuvergnon 60190 7,33 288 (2016) 39
Duvy 60203 Duvisiens 8,51 454 (2016) 53
Éméville 60207 Émévillois 1,84 287 (2016) 156
Ermenonville 60213 Ermenonvillois 16,49 1 009 (2016) 61
Étavigny 60224 Étavignanais 7,17 157 (2016) 22
Ève 60226 10,43 420 (2016) 40
Feigneux 60231 Félinois 11,41 437 (2016) 38
Fresnoy-la-Rivière 60260 6,81 637 (2016) 94
Fresnoy-le-Luat 60261 11,50 510 (2016) 44
Gilocourt 60272 Gilocourtois 6,93 665 (2016) 96
Glaignes 60274 Glaignois 5,42 365 (2016) 67
Gondreville 60279 7,09 209 (2016) 29
Ivors 60320 8,35 255 (2016) 31
La Villeneuve-sous-Thury 60679 4,32 163 (2016) 38
Lagny-le-Sec 60341 Latiniciens 11,23 2 067 (2016) 184
Le Plessis-Belleville 60500 6,86 3 194 (2016) 466
Lévignen 60358 Lévignennais 13,90 944 (2016) 68
Mareuil-sur-Ourcq 60380 Mareuillois 10,14 1 616 (2016) 159
Marolles 60385 13,22 685 (2016) 52
Montagny-Sainte-Félicité 60413 Montaféliciens 5,67 420 (2016) 74
Morienval 60430 Morienvalois 25,74 1 071 (2016) 42
Neufchelles 60448 Neufchellois 6,46 372 (2016) 58
Ognes 60473 6,76 292 (2016) 43
Ormoy-le-Davien 60478 3,95 349 (2016) 88
Ormoy-Villers 60479 Ormoysiens 10,37 627 (2016) 60
Orrouy 60481 Oratoriens 16,14 589 (2016) 36
Péroy-les-Gombries 60489 Prélots 11,21 1 125 (2016) 100
Réez-Fosse-Martin 60527 7,11 150 (2016) 21
Rocquemont 60543 Rocquemontois 6,26 119 (2016) 19
Rosières 60546 9,27 136 (2016) 15
Rosoy-en-Multien 60548 Rosales 8,49 531 (2016) 63
Rouville 60552 Rouvillais 7,00 259 (2016) 37
Rouvres-en-Multien 60554 8,12 460 (2016) 57
Russy-Bémont 60561 Rusciens 9,75 204 (2016) 21
Séry-Magneval 60618 6,02 284 (2016) 47
Silly-le-Long 60619 Silliciens 11,35 1 165 (2016) 103
Thury-en-Valois 60637 11,26 489 (2016) 43
Trumilly 60650 Trumillois 12,94 520 (2016) 40
Varinfroy 60656 2,95 292 (2016) 99
Vauciennes 60658 6,36 683 (2016) 107
Vaumoise 60661 Vaumoisiens 3,13 979 (2016) 313
Ver-sur-Launette 60666 13,18 1 173 (2016) 89
Versigny 60671 14,50 375 (2016) 26
Vez 60672 Vadais 10,88 292 (2016) 27
Villers-Saint-Genest 60683 9,66 383 (2016) 40

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire communautaire
tel qu'existant au
1968 1975 1982 1990 1999 2009 2014 2015
30 44834 35539 77546 18450 10052 36654 78455 142
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
(Source : INSEE RGP 2014[5])


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

La communauté de communes a son siège depuis 2015 à Crépy-en-Valois, 62 rue de Soissons[4]

Élus[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération est administrée par son conseil communautaire, composé de conseillers municipaux représentant les 62 communes membres.

En raison des élections municipales partielles complétant le conseil municipal d'Ermenonville[6] et en application des dispositions de la loi du 9 mars 2015[7], le préfet a déterminé la nouvelle composition du conseil communautaire à compter du 28 juin 2015. Composé désormais de 94 membres, il comprend un siège pour chaque commune de moins de 1 500 habitants, deux sièges pour Mareuil-sur-Ourcq (1 586 habitants), trois sièges pour Lagny-le-Sec (2 026 habitants), cinq sièges pour Le Plessis-Belleville (3 303 habitants) et Nanteuil-le-Haudoin (3 476 habitants) et vingt-deux pour Crépy-en-Valois (14 514 habitants)[8].

À la suite des Élections municipales de 2014 dans l'Oise, le conseil communautaire du 14 avril 2014 a élu son nouveau président, Benoît Haquin, maire de Brégy, ainsi que 7 vice-présidents. Ceux-ci, ainsi que 13 autres membres, forment le bureau communautaire pour le mandat 2014-2020. Il s'agit de :

Vice-présidents 
  1. Bruno Fortier, maire de Crépy-en-Valois, chargé de la mutualisation des services ;
  2. Guy-Pierre de Kersaint, maire de Versigny, chargé des services à la population et de la culture ;
  3. Hubert Briatte, maire de Morienval, chargé de l'aménagement du territoire et du suivi des travaux ;
  4. Anne-Sophie Sicard, maire de Baron, chargée des finances et du développement économique ;
  5. Fabrice Dalongeville, maire d'Auger-Saint-Vincent et conseiller régional, chargé du tourisme et de l'attractivité du territoire ;
  6. Daniel Gage, maire d'Orrouy, chargé du pôle environnements - déchets ;
  7. Benoît Proffit, maire de Mareuil-sur-Ourcq, chargé du pôle environnement - eau - assainissement[9].
Autres membres 
Les autres membres du bureau sont Anna Morin, élue d'Ermenonville, Alain Bizouard, élu de Gondreville, Jérôme Furet, élu de Crépy-en-Valois, Didier Doucet, maire de Lagny-le-Sec, Philippe Boulland, élu de Betz, Michel Cassa, élu de Gilocourt, Dominique Smaguine, maire du Plessis-Belleville, Christophe Germain, élu de Lévignen, Thérèse Clabaut, élue de Séry-Magneval, Michel Dupont, élu de Rosoy-en-Multien, Cécile Pottier, élue de Marolles, Frédéric Buckner, élu de Nanteuil-le-Haudouin, Gilles Sellier, maire de Nanteuil-le-Haudouin[10].

Le bureau, ainsi constitué, compte sept membres élus des communes de chacun des trois cantons qui constituent la communauté de communes[10].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

Les présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1997 2008 Philippe Drillet DVD[11] Maire de Bonneuil-en-Valois (1995 → 2008)
2008 avril 2014[12] Arnaud Foubert UMP Maire de Crépy-en-Valois (2008 → 2014)
avril 2014[13] En cours
(au 28 juin 2018)
Benoît Haquin   Agriculteur
Maire de Brégy (1989 → )

Compétences[modifier | modifier le code]

La communauté exerce les compétences qui lui ont été transférées par les communes membres, dans les conditions fixées par le code général des collectivités territoriales. Il s'agit de[14] :

  • aménagement de l’espace ;
  • développement économique et emploi ;
  • protection et mise en valeur de l’environnement ;
  • construction, entretien, fonctionnement d’équipements et de services culturels et sportifs en liaison avec les collèges ;
  • secours incendie et sécurité ;
  • animation socioculturelle ;
  • insertion professionnelle ;
  • tourisme ;
  • études et mise en œuvre d’actions contribuant à l’amélioration des services à la population.

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

La Communauté de communes est un établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Afin de financer l'exercice de ses compétences, l'intercommunalité perçoit la fiscalité professionnelle unique[4] (FPU) – qui a succédé à la taxe professionnelle unique (TPU) – et assure une péréquation de ressources entre les communes résidentielles et celles dotées de zones d'activité.

Elle perçoit également une taxe d'enlèvement des ordures ménagères[4] (TEOM), qui finance le fonctionnement de ce service public.

Le budget primitif 2014 de la communauté prévoit 20 474 965,55  de recettes et 19 065 288,16  de dépenses, dont 5 048 115  d'investissement[15].

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Déplacements doux

La communauté a aménagé en 2017 une voie verte destinée aux vélos, rollers, cavaliers, piétons et personnes handicapées longue de 18 km entre Mareuil-sur-Ourcq à Ormoy-Villers (avec un cheminement pour les cavaliers, qui sera disponible en 2019) comprenant comprendra trois ambiances paysagères différente : une séquence forestière entre Ormoy-Villers et Macquelines, une séquence agraire entre Macquelines et Antilly et une séquence fraîcheur entre Antilly et Mareuil-sur-Ourcq. Cet aménagement en bitume et terre battue, étudié depuis 2005, a été réalisé pour un coût évalué à 3,2 millions d'euros sur l'emprise de l'ancienne ligne d'Ormoy-Villers à Mareuil-sur-Ourcq[16],[17],[18]. Son manque d'entretien est critiqué en 2018[19].

Collecte des déchets ménagers

La CCPV a confié à Veolia la collecte des déchets ménagers, qui sont valorisés par le Syndicat Mixte du Département de l’Oise (SMDO). En 2018, la collecte est desormais assurée de manière mécanisée, c'est à dire que les containers sont vidés directement dans les camions-bennes grâce à des bras articulés, sans être manipulés par des salariés[20],[21]. Le passage à cette collecte articulée est délicat et amène de nombreuses critiques[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Schéma directeur et projet de territoire », La Communauté de communes, CCPV (consulté le 13 septembre 2014).
  2. « Historique de la CCPV », La Communauté de communes, CCPV (consulté le 13 septembre 2014).
  3. INSEE, Évolution et structure de la population tableau POP T1M, op. cit. en lien externe, page 1.
  4. a b c et d « CC du Pays de Valois (N° SIREN : 246000871) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur - DGCL, (consulté le 24 avril 2018).
  5. INSEE, Recensement général de la population 2014, Document mentionné en liens externes.
  6. R.O., « Nouvelles élections municipales dimanche », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne).
  7. LOI n° 2015-264 du 9 mars 2015 autorisant l'accord local de répartition des sièges de conseiller communautaire.
  8. « Arrêté du 3 juin 2015 portant nouvelle composition du conseil communautaire de la communauté de communes du Pays de Valois à compter du 28 juin 2015 », Recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Oise,‎ , p. 12-14 (lire en ligne [PDF]).
  9. « Le président et ses vice-présidents... présentation. », Bonjour Valois, no 8,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2014).
  10. a et b « Compte rendu du Conseil communautaire de la communauté de communes du Pays de Valois du 14 avril 2014 » [PDF], Les comptes rendus, sur http://www.cc-paysdevalois.fr/ (consulté le 12 septembre 2014), p. 8-13.
  11. EIP, Annuaire des Mairies de l'Oise (60), Cannes, Les Éditions Céline, coll. « Annuaire des maires de France », , 254 p. (ISBN 9782352581604, lire en ligne), p. 44
  12. « Philippe Boulland affirme avoir été trahi », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2014).
  13. « Compte rendu du Conseil communautaire de la communauté de communes du Pays de Valois du 14 avril 2014 » [PDF], Les comptes rendus, sur http://www.cc-paysdevalois.fr/ (consulté le 12 septembre 2014), p. 5.
  14. Rapport d'activité des services 2014, référencé en liens externes, p. 5.
  15. « Budget primitif 2014 », Lettre aux élus (Lettre d'information aux élus du Pays de Valois), no 35,‎ , p. 7-8 (lire en ligne, consulté le 13 septembre 2014).
  16. Cindy Belhomme, « Le projet de coulée verte enfin sur les rails », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).
  17. Cindy Belhomme, « Déjà prisée, la voie verte pourrait bientôt ouvrir », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).
  18. Cindy Belhomme, « La voie verte du Pays de Valois officiellement ouverte : Ce lieu de promenade de 18 km de long vient d’être inauguré. Il relie Mareuil-sur-Ourcq à Ormoy-Villers par une ancienne voie ferrée. Des aménagements doivent encore être réalisés », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).
  19. Cindy Belhomme, « Valois : la voie verte critiquée pour son manque d’entretien : Cette coulée réservée aux déplacements doux a été inaugurée il y a moins d’un an. Mais déjà, les usagers dénoncent un « abandon » des lieux », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).
  20. « Gestion des déchets : Pour la gestion des déchets, la Communauté de Communes du Pays de Valois fait appel à 3 entités : Véolia, ECT Collecte et le Syndicat Mixte du Département de l’Oise (SMDO) », Vivre au quotidien, sur https://www.cc-paysdevalois.fr (consulté le 8 juillet 2018).
  21. Cindy Belhomme, « Le Valois opte pour le ramassage mécanisé des ordures ménagères : La mise en œuvre de cette nouvelle collecte sera progressive à compter d’avril 2018. Les ripeurs seront amenés à exercer d’autres fonctions. », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).
  22. Cindy Belhomme, « Valois : les couacs à répétition de la collecte mécanisée : Depuis le 4 juin, les déchets sont ramassés par un camion équipé d’un bras latéral. Cette robotisation n’est pas du goût de tous. Le prestataire doit prochainement rencontrer les élus des 62 communes », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2018).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]