Le Robert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert.
Le Robert
Image illustrative de l'article Le Robert
Blason de Le Robert
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement La Trinité
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Nord Martinique
Maire
Mandat
Alfred Monthieux
2014-2020
Code postal 97231
Code commune 97222
Démographie
Gentilé Robertins
Population
municipale
23 715 hab. (2012)
Densité 501 hab./km2
Population
aire urbaine
136 763 hab. (2012)
Géographie
Coordonnées 14° 40′ 37″ Nord, 60° 56′ 25″ Ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 317 m
Superficie 47,30 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Le Robert

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Le Robert

Le Robert est une commune française, située dans l'archipel des Petites Antilles en Martinique. Le Robert est, par sa population, la troisième ville de la Martinique après Fort-de-France et Le Lamentin. Elle compte, en 2012, 23 715 habitants. Ses habitants sont appelés les Robertins. Comme pour de nombreuses communes de Martinique l'article « Le » est fréquemment omis sur les panneaux routiers. Le quartier du Vert-Pré, 6 000 habitants, situé sur les hauteurs du Robert est un important hameau de la commune.

Panneau d'entrée de la commune, sur la Route Nationale 1.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Elle est située sur la côte atlantique de l'île à 20 km de Fort-de-France. Dans sa partie sud-est, Le Robert se prolonge dans l'océan Atlantique par une pointe dénommée Pointe Royale. Au bout de cette pointe se trouvent les quartiers de sable blanc, et de la Pointe la Rose. Sans oublier la Pointe Hyacynthe qui se situe entre la Pointe Royale et les quartiers de sable blanc.

Quartier de Pointe Larose[modifier | modifier le code]

À la limite du bourg du François, ce quartier doit son nom probablement à un chef indien (des Caraïbes) qui accueillit les premiers colons.

Sur la façade atlantique de la Martinique, c'est certainement l'un des lieux qui fut le témoin de naufrages sur la côte est, bordée de récifs de coraux (les « cayes »).

Bourg du Vert-Pré[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Le Vert-Pré.

Hameau distant de 4.6 kilomètres du Robert et peuplé d'environ 6 000 habitants. Il est situé à une altitude de 310 mètres et offre une vue côté caraïbes et côté atlantique.

L'usine de la SNYL (Yoplait, Littée) est située sur son territoire[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Robert se positionne entre la côte atlantique, dont la baie est parsemée d'une belle quantité d'îlets, et le hameau du Vert-Pré en hauteur qui forme un bourg à lui tout seul. Ce magnifique port naturel a connu des batailles où les Anglais furent repoussés par la population locale constituée de corsaires et de marins-pêcheurs aguerris par leur vie côtière parmi la mangrove, les rochers et l'océan.

La paroisse a été fondée par le Père Labat en 1694, et s'appelait Cul-de-Sac. L'origine du nom actuel est incertaine. Un chef caraïbe a peut-être laissé son nom de baptême à cette région où les Amérindiens séjournèrent très longtemps. La commune fut créée en 1837.

Le , Le Robert fut touché par un séisme d'une magnitude de 7,4 sur l'échelle de Richter qui a secoué la Martinique.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de la commune :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1839 1846 Louis Louveau-de-Laguigneraye    
1846 1848 Georges Huygues Despointes    
1848 1848 Henry-Guillaume Marlet    
novembre 1848 1848 Georges-John Waddy    
décembre 1848 1850 Louis-Antoine Chapus    
1850 1851 Guillaume Rosier-Coco    
1851 1854 Jacques-Adolphe de Lagrange-Chancel    
1854 1859 Georges Huygues Despointes    
1859 1862 Jacques-Adolphe de Lagrange-Chancel    
1862 1862 Sainte-Croix Simonnet    
1862 1865 Charles de Catalogne    
1865 1871 Sainte-Croix Simonnet    
1871 1874 Jacques de Lagrange-Chancel    
1874 1874 Sainte-Croix Simonnet    
1874 1878 Henry Arthur-Duplessis    
1878 1932 Lucien Belus    
1932 1937 Henri-Ellie Auze    
1937 1941 Paul Symphor    
1941 1943 André Pignol    
1943 1965 Paul Symphor SFIO Conseiller général (1945-1967)
Sénateur (1948-1968)
1965 1989 Marius Stéphanie-Victoire DVD Conseiller général (1985-1992)
1989 1997 Édouard De Lépine PPM Conseiller général (1992-1998)
1998 en cours Alfred Monthieux RDM Conseiller général (depuis 1998)
Les données manquantes sont à compléter.

Conseil Local des Jeunes[modifier | modifier le code]

Le Conseil Local des Jeunes a été créé le 13 décembre 2011 par le vote des collégiens de la commune et mis officiellement en route le 14 avril 2012 par son investiture. Il est constitué de 28 conseillers qui ont entre 12 et 17 ans, ils ont pour mission de mettre en place des projets proposés par la jeunesse robertine. Ils permettent de rendre le territoire plus dynamique et de faire entendre la voix de ses jeunes.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune a développé une association de jumelage avec :

Localisation des villes jumelées avec Le Robert
Localisation de la ville
Le Robert

Économie[modifier | modifier le code]

Principalement tournée vers les services, l'activité économique du Robert connaît un réel développement. Une zone d'activités mort-née a beaucoup fait parler d'elle dans les années 1990, la zone de la Semair, dans laquelle on ne comptait plus que quelques entreprises. Depuis 2010, un nouvel élan y a vu le jour.

On trouve également au Robert, le plus grand centre commercial du nord-atlantique, il s'agit du centre commercial Océanis. Il a aussi le centre commercial Créolis qui se trouve à proximité du bourg mais est de moindre importance.

Un petit port de commerce est présent une marina accueille des plaisanciers locaux, essentiellement.

Au plan industriel, Le Robert accueille la plus importante unité extractive de roche massive de la Martinique, destinée à la production des granulats entrant dans la fabrication des enrobés routiers et des bétons à haute performance.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les îlets du Robert sont célèbres pour la présence d'une espèce endémique d'iguanes : l'iguane des petites Antilles (Iguana delicatissima).
Articles détaillés : Îlet Chancel et Îlet Madame.
  • Église XVIIIe siècle : autel en marbre 1870, statue de Notre-Dame-de-Lourdes.
  • Chapelle à Pointe-Savane
  • La chapelle Saint-Joseph de Pontaléry édifiée par des esclaves en 1802, en hommage à la Vierge Marie.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 23 715 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2012
13 652 13 905 14 505 15 386 17 713 21 240 23 856 24 017 23 715
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune du Robert est l'une des villes-centres d'une unité urbaine et d'une aire urbaine de 136 763 habitants en 2012, selon les nouvelles délimitations de 2010 définies par l'Insee[4]. La formation de cette unité urbaine de 11 communes[5], la plus peuplée de Martinique, et dont les autres villes-centres sont Ducos, Le François, Rivière-Pilote et Rivière-Salée, résulte de la croissance du nombre des habitations sur le territoire de ces communes, qui en augmente la densité. Cela ne signifie pas, pour autant, qu'existe un véritable continuum urbain.

Fêtes[modifier | modifier le code]

  • 30 août : Fête patronale Sainte Rose de Lima

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Collège Paul Symphor : Les élèves portent un uniforme qui se compose de : polo bleu et jeans bleu.
  • Collège Robert III : situé au bord de mer, il accueille plus de 400 élèves chaque année. Les élèves portent un uniforme qui se compose de : polo vert, jeans bleu et chaussures fermées.
  • Collège Constant Le Ray au Vert-Pré
  • Nombreuses écoles primaires[Combien ?]
  • Un lycée professionnel[Lequel ?]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs :

  • Stade Georges Spitz (bourg du Robert)
  • Stade Léon Duchamps (Vert-Pré)
  • Hall des sports de Mansarde
  • Piste d'athlétisme de la Cité Lacroix
  • Le boulodrome de la Cité Lacroix
  • Le complexe sportif de Four à Chaux
  • Le stade de Lestrade

Le Robert est une commune avec une importante façade maritime. La yole ronde (voile traditionnelle) est donc une de ses activités sportives favorite. On y pratique également le football, le handball, le basket ball, le volley ball, le cyclisme et l'athlétisme. Par ailleurs, le rugby Martiniquais est dominé par les équipes du Robert depuis de très nombreuses années.

Les différents clubs sportifs de la commune :

Les yoles du Robert sont :

  • UFR/Chanflor "Caracoli" - patron : Félix Mérine
  • Mr Bricolage "Las Palmas" - patron : Joanny Lagin
  • GFA Caraïbes/ Hyper U "Bouée Lison" - patron : Olivier Mérine
  • Forever/Julians "Bwa viré" - patron : Christophe Dédé

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Y. B. du Buc de Mannetot, Si la Martinique m'était contée... : à travers l'histoire des chevaliers du Buc de la Normandie à la Martinique... en passant par la Turquie, t. 1, Édition du Buc,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :