Ducos (Martinique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ducos.
Ducos
Église Notre-Dame-de-la-Nativité.
Église Notre-Dame-de-la-Nativité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Le Marin
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Espace Sud de la Martinique
Maire
Mandat
Charles-André Mencé
2014-2020
Code postal 97224
Code commune 97207
Démographie
Gentilé Ducossais / Ducossaise
Population
municipale
17 766 hab. (2014)
Densité 471 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 34′ 31″ nord, 60° 58′ 15″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 160 m
Superficie 37,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Ducos

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Ducos
Liens
Site web www.ville-ducos.fr
Entrée de la ville de Ducos.

Ducos est une commune française, située dans le département en région Martinique. Ses habitants sont appelés les Ducossais. Ducos était nommé Trou-au-Chat jusqu'à 1855.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située à l'intérieur des terres de la Martinique, Ducos est une ville à l'origine artisanale et agricole.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type tropical.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Depuis le début des années 1990, une politique d'urbanisation excessive la transforme progressivement en cité-dortoir. En effet, situé à quelques kilomètres de Fort-de-France et des nombreuses zones d'activités du Lamentin, Ducos accueille chaque année en son sein de nouveaux habitants.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Elle tient son nom du ministre de la marine de Napoléon III Théodore Ducos et s'appelait auparavant Trou-au-chat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement rattaché à la paroisse du Cul-de-Sac-à-Vache (ancien nom de Rivière-Salée et Les Trois-Îlets), Trou-au-Chat est érigé en paroisse en 1687 puis en commune en 1837. C'est en 1855 que la commune est rebaptisée du nom de Ducos.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Ducos fait partie de la communauté d'agglomération de l'Espace Sud regroupant toutes les communes du Sud de La Martinique.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Ducos
Période Identité Étiquette Qualité
1954 1971 Marc André SFIO puis UDR Conseiller général (1955-1973)
1971 1995 Maurice Louis-Joseph-Dogué DVG puis PS puis DVG Conseiller général (1973-1995)
Député (1988-1993)
1995 2001 Lucien Cilla PS Conseiller général (1995-1998)
2001 en cours Charles-André Mencé RDM Conseiller général depuis 1998

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

L'unique prison de la Martinique et le centre de détention des personnes étrangères y sont situés. En 2007, une extension de 80 places a été effectuée au centre pénitentiaire.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[1],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 17 766 habitants, en augmentation de 6,29 % par rapport à 2009 (Martinique : -3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2014
6 572 7 083 6 930 9 409 12 401 15 240 15 977 17 025 17 766
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006 [3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Six écoles primaires ;
  • deuxécoles maternelles ;
  • un collège ;
  • un lycée général et technologique ;
  • un lycée agricole ;
  • un centre de formation d'apprentis ;
  • une école de formation d'éducateur spécialisé.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs :

  • Stade Max-Soron ;
  • Un hall des sports.

Clubs sportifs :

  • New Star de Ducos, football ;
  • US Ducos Durivage, football ;
  • ASC Ducos, handball ;
  • US Ducossaise, basket-ball ;
  • Smatch Club, volley-ball ;
  • Zénith de Ducos, athlétisme ;
  • Espoir Cycliste Ducossais, (ECD) cyclisme ;
  • CCESMA (Club Cycliste de l'Espace Sud de la Martinique), cyclisme ;
  • EDAM, judo ;
  • Tesla Gym Ducos, gymnastique.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune possède le seul barrage hydraulique de la Martinique, celui de Saint-Pierre-Manzo, long de 325 m et ayant une capacité de retenue d'eau de 7,9 millions de m3, achevé en 1980.

La ville de Ducos possède la plus grande zone industrielle du Sud de la Martinique (la zone industrielle de Champigny). Mais aussi le grand centre commercial du Sud de la Martinique (centre commercial de Génipa). Mais il existe aussi d'autre zones industrielles comme la ZI Petite-Cocotte.

De plus le tourisme vert s'y développe grandement grâce à son arrière-pays qui a su garder son caractère authentique et la présence de mangrove où se développent des balades en canoë notamment.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La baie de Génipa ;
  • Champigny Pays Noyé ;
  • Le château Aubéry, inscrit au titre des Monuments historiques conformément à l’arrêté préfectoral n° 92-2807 du 31 décembre 1992, labellisé « patrimoine du XXe siècle » le 12 mai 2015 ;
  • La tombe de Joséphine des Vergers de Sannois (1816-1847) ;
  • Le barrage de La Manzo ;
  • Église Notre-Dame-de-la-Nativité (1901), architecte Pierre-Henri Picq, inscription au titre des Monuments historiques par arrêté du 14 décembre 1989.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Théodore Ducos (1801-1855) : ancien ministre de la Marine et des colonies en l'honneur de qui la ville fut renommée ;
  • Charles Huygues-Derivry : premier maire connu de Ducos en 1837 ;
  • Charles Zizine (?-1925) : conseiller général de Ducos, tué le 24 mai 1925, voulant représenter son parti lors du scrutin municipal, par la balle du gendarme Rocquet sous l'ordre du commissaire de police Labalette ;
  • Louis Des Étages (18?-1925) : conseiller général et maire de Rivière-Salée, tué par la même balle qui atteindra Charles Zizine ;
  • Georges Desportes (1921-2016) : écrivain né à Ducos ;
  • Maurice Louis-Joseph-Dogué (1927-) : ancien maire de Ducos et député socialiste ;
  • Pierre Zobda-Quitman : conseiller général de 1959 à 1970 et de 1985 à 1987 ;
  • Pierre-Just Marny (1943-2011) : détenu 48 ans, il se suicide au centre pénitentiaire de Ducos.

Loisirs[modifier | modifier le code]

  • Un centre culturel.
  • Nombreuses associations.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .