Sainte-Marie (Martinique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Marie.
Sainte-Marie
Sainte-Marie (Martinique)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement La Trinité
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Nord Martinique
Maire
Mandat
Bruno Nestor Azérot
2017-2020
Code postal 97230
Code commune 97228
Démographie
Gentilé Samaritains / Samaritaines
Population
municipale
16 658 hab. (2015 en diminution de 9,41 % par rapport à 2010)
Densité 374 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 46′ 53″ nord, 60° 59′ 58″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 574 m
Superficie 44,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Sainte-Marie

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Sainte-Marie
Liens
Site web http://www.ville-saintemarie.fr/

Sainte-Marie est une commune française, située dans le département de la Martinique en région Martinique. Ses habitants sont appelés les Samaritains et les Samaritaines. La commune de Sainte-Marie est le berceau du Bèlè.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Marie est située dans le Nord-Est de l'île de la Martinique, sur la côte atlantique. Elle constitue une charnière entre le Nord et le Sud de l’île. La mer y est très agitée et la côte majestueuse moins accueillante que dans le sud de l'île. Sainte-Marie fait face à l'Îlet Sainte-Marie, reliée à elle par un tombolo accessible de janvier à avril, et à une belle baie à la houle parfois dangereuse, bordée de falaises rouges.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le fort de Sainte-Marie est érigé en l’honneur à la Vierge Marie et en référence au prénom de la femme du premier gouverneur de l'île, Jacques Dyel du Parquet. Il donne son nom à la paroisse de Sainte-Marie en 1658.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'endroit était initialement un des villages des indiens Caraïbes de la Cabesterre. L'histoire de la commune débute en 1658 par la création d'un fortin dédié à la Vierge Marie. Les indiens Caraïbes chassés de l'endroit laissent derrière eux une tradition de vannerie qui sera reprise et qui de nos jours se perpétue à « La Paille Caraïbe », un atelier de vannerie. En 1696, le Père Labat, un moine fort instruit féru de médecine et d'histoire, vient y poursuivre ses travaux au monastère-distillerie de Fonds Saint-Jacques où les moines mêlent volontiers prière et recherche industrielle. En 1697, il tire le canon sur les Anglais qui convoitent l'endroit. Sainte-Marie a grandi à partir du Fonds Saint-Jacques.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune constitue deux des onze cantons de l'arrondissement de La Trinité, ceux de Sainte-Marie-1-Nord et Sainte-Marie-2-Sud. Elle fait aussi partie de la communauté de communes du Nord Martinique.

Commune de Sainte-Marie (en rose) dans l'arrondissement de La Trinité (en jaune)
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1871 1881 Pierre Martineau    
1889 1892 Marius Lagaville    
1893 1901 Eugène Agricole    
1901 1903 Désir Jox    
1903 1910 Anacharsis Agricole    
1910 1936 Joseph Lagrosillière SFIO Député (1910-1924 / 1932-1940)
Président du Conseil général (1919-1937)
1936 1939 Rodolphe Richer    
1939 1941 Louis Erimée    
1941 1943 Emile Yoyo    
1943 1947 Louis Erimée    
1947 1947 Emmanuel Véry-Hermence SFIO Député (1946-1966)
1947 1947 Louis Erimée    
1947 1966 Emmanuel Véry-Hermence SFIO Député (1946-1966)
1966 1967 Octave Terrine    
1967 1969 Antonin Mercan UDR  
1969 1983 Camille Petit UDR
RPR
Député (1967-1986)
1983 2008 Guy Lordinot DVG Député (1988-1993)
2008 2017 Bruno Nestor Azérot DVG Député de la 2e circonscription (2012-2018). Démissionne pour cumul des mandats.
2017 2017 René Vatenar DVG Maire
2017 2020 Bruno Nestor Azérot DVG Député de 2012 à 2018.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[1],[Note 1].

En 2015, la commune comptait 16 658 habitants[Note 2], en diminution de 9,41 % par rapport à 2010 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2015
17 630 19 515 20 128 18 526 19 682 20 098 19 528 17 934 16 658
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[2] puis à partir de 2006[3])
Histogramme de l'évolution démographique

Quartiers[modifier | modifier le code]

La commune est organisée en 14 quartiers qui totalisent 90 sous-quartiers[4].

  • Le bourg
  • Saint-Jacques : Epineux, En Courbaril, A lisière Calebasse, En Videau, Fonds Clémence, Morne Tringle, Citron, Ténos, La Philippe, La Ferme
  • Bezaudin : Blampuy, Rivière Blanche, Morne théodore, Macroix, Thébault, Trois Ilets, Fonds Verville, Fonds Banane, Cannelle, Mazière « la ri dèyè », Rivière Romanette
  • Morne-des-Esses : Spourtoune, Saint-Laurent, Rte Vaton, Rue Mulâtre, rivière canari, Chertine, Félix, Cadran, Saint-Aroman
  • Bon Air : Fonds Moulin, Morne Millote, En Moubin, Fonds Missoré, Café
  • Reculée : Bois-Neuf, Luçon, Morne Coco, Morne Déprogis, Morne Patate, Trou Mangouste, Zéphir, Rivière Pierrot, Plaisance.
  • Pérou : Lacou, Fonds Pierre, Bois Villiers, En François, Fonds Cacao, Morne Thébault, Morne Pois Doux, Fonds Lauréat, Beaufort.
  • Pain de Sucre : Desroses, Habitué, Trou Grec, Robin, La Ferme, Le Mont Elie
  • Rodon : Morne Châtaigne France, Morne Palmiste, En Bagou, Morne à Roche, Concorde
  • Union : Cité Union, Allée Galba, Ancienne Tannerie
  • Eudorçait - Fourniols : Limbé, Bassin Clauzel, Bassin Noir, Case Jules, Fourniols Nord, Fourniols Sud, Morne Cossou, Rue Derrière, Rue Devant
  • Derrière Morne : Bois Jadé, Luciole, La Richer, Anse Dufour, Anse Azérot, Concorde, Mounzi, Morne Moco
  • Etoile : Belle Etoile, Cité Etoile
  • Félicité : Morne Tabado, Gros Mangouste, La Route Géoffroy, La Route des Singamalum surnommé « Ti tchat »

Économie[modifier | modifier le code]

Une très forte composante de la population, tire encore ses ressources de l’activité agricole.

Comme la plupart des communes de l'île, la canne à sucre a une place très importante dans la vie de la commune avec notamment la distillerie Saint-James. On y compte aussi des domaines bananiers.

Le tourisme vert y est en plein développement car c'est une commune qui dispose de sentiers de randonnées.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'Église Notre-Dame-de-l'Assomption.
  • La Distillerie Saint-James et son Musée du Rhum.
  • Le tombolo de l'Îlet Sainte-Marie : curiosité naturelle, visible de décembre à mai - phénomène de banc de sable créé par les courants marins et reliant l'ilet Sainte-Marie à la terre ferme durant cette période.
  • L'Habitation Fonds Saint-Jacques[5] : construit en 1658, cet ancien monastère dominicain fut entre 1693 et 1705 la demeure du Père Labat qui mit au point un nouveau modèle d’alambic, permettant de distiller le rhum selon la méthode “cognaçaise”. C'est actuellement un centre culturel de rencontre.
  • Le musée de la Banane, après avoir fermé ses portes en mai 2008 à la suite de dégradations et de problèmes financiers, est rouvert en août 2009 par la mairie. Il y est proposé une visite du musée, une balade parmi les différentes variétés de bananes puis un accueil pour des dégustations.
  • La Maison du Bèlè : pour l'initiation à la danse traditionnelle, démonstration et spectacles de chants et danses.
  • La Paille Caraïbe[6], au Morne-des-Esses.
  • Monument aux Morts, située dans l'emmarchement monumental conduisant à l’église Notre-Dame-de-l'Assomption par Rombaux-Roland, protégé au titre des Monuments historique le 21 août 2015.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs :

Clubs sportifs :

  • La Samaritaine de Sainte-Marie, football, handball
  • AS Morne-des-Esses, football, handball
  • ASC Eudorçait-Fourniols, football, handball
  • Basket-Ball Samaritain (BBS), basket ball
  • ASC Bezaudin, handball
  • Cyclo Club Samaritain (CCS), cyclisme
  • Fond Giromon Aqua Club, natation (ancien club de Coralie Balmy)
  • Association Les Sabots dans le Sable, équitation

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]