Le Marin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Marin
Le Marin
Vue depuis la place du monument aux morts.
Blason de Le Marin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
(sous-préfecture)
Arrondissement Le Marin
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'espace sud de la Martinique
Maire
Mandat
José Mirande
2020-2026
Code postal 97290
Code commune 97217
Démographie
Gentilé Marinois
Population
municipale
8 647 hab. (2020 en diminution de 2,66 % par rapport à 2014en diminution de 2,66 % par rapport à 2014)
Densité 274 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 28′ 10″ nord, 60° 51′ 57″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 347 m
Superficie 31,54 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Le Robert
(banlieue)
Aire d'attraction Fort-de-France
(commune de la couronne)
Élections
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Martinique
Voir sur la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Le Marin
Géolocalisation sur la carte : Martinique
Voir sur la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Le Marin
Liens
Site web marin-martinique.fr

Le Marin est une commune française située dans le département de la Martinique. Principal centre administratif du Sud de l'île, elle en est une des trois sous-préfectures depuis 1974 ainsi que le chef-lieu de l'arrondissement du Marin. Comme pour de nombreuses communes de Martinique, l'article « Le » est fréquemment omis sur les panneaux routiers.

Son port de plaisance est le plus grand de l'île et l'une des plus grandes bases nautique des Petites Antilles, protégé par le Cul-de-sac du Marin. Le port de plaisance possède actuellement 850 places à quai et 100 bouées de mouillage.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune se situe en Martinique, au fond du Cul-de-sac du Marin. Les habitants de la commune sont appelés les Marinois et Marinoises.

La commune se situe à l'extrémité de la RN 5, axe principal de l'île permettant de la connecter à Fort-de-France et l'aéroport Aimé-Césaire.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Marin est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine du Robert, une agglomération intra-départementale regroupant 11 communes[4] et 129 634 habitants en 2020, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Fort-de-France, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 28 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[7],[8].

La commune, bordée par l'Océan Atlantique à l'est et à l'ouest, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[9]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[10],[11].

Lieux-dits, hameaux et quartiers[modifier | modifier le code]

Hameaux
  • Bernard
  • Boucan
  • Le Cap
  • Cédalise
  • Diakä
  • Fond Gens Libres
  • La Duprey
  • Jean-Baptiste
  • Macré
  • Mondésir
  • Montgérald
  • Morne Flambeau
  • Morne Rouge
  • Les Quatre Chemins
  • La Suffrin
  • La Vierge
Quartiers[12]
  • Morne Gommier
  • Mare Capron
  • Pérou
  • Morne Sulpice
  • Robin
  • La Tocnay
  • Fond Desbasses
  • Morne Courbaril
  • Grands Fonds
  • La Duprey
  • Massel
  • Cap Marin
  • Fond Gens-libres
  • Ilet Duquesnay
  • Montgérald
  • La Agnès
  • Diaka
  • Puyferrat
  • La Cédalise
  • Mondésir
  • Berry
  • Morne Flambeau
  • Belle Etoile
  • Cap Macré
  • Beauchêne
  • La Vierge
  • La Source

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune du Marin est l’un des plus anciens sites habités de la Martinique. En 1664, lors du premier dénombrement de l’île ordonné par Colbert, elle figurait sous le nom de « Cul-de-sac de Saint-Étienne du Marin » avec 199 habitants. En 1673, les Anglais brûlèrent la chapelle et le bourg, ravageant les plantations et les troupeaux.

Vers 1700, le bourg est reconstruit. Vers 1717, 60 hommes de la milice du Marin, sous la conduite de leur capitaine Henry Saint-Amour, participent au fameux Gaoulé (révolte) du Diamant, qui a pour conséquence l’arrestation et le renvoi en France du gouverneur et de l’intendant. Le petit port du Marin fut doté en 1731 d’une lieutenance royale et devint le chef-lieu d’un des quatre départements de l’île. Le , une attaque anglaise fut repoussée. Le comte d’Ennery, posa la première pierre de l’église du bourg du Marin. Selon nos historiens locaux, l’autel de l’église était destiné à la cathédrale de Lima (Pérou), mais le navire qui le portait fit naufrage sur les côtes du cap, à l’est du Marin.

Au XIXe siècle, le Marin fut le théâtre de combats navals entre Français et Anglais. Girardin de Montgérald, commandant du quartier de Sainte-Anne, et Mondésir Bonnier, commandant le Marin, mirent les Anglais en déroute. Depuis deux quartiers du Marin portent leurs noms. La situation de l’agriculture au quartier du Marin se dégrade, en partie à cause de l’exode massif des royalistes pendant la Révolution.

En 1839, le Marin fut érigé en commune, un conseil municipal fut élu par des électeurs censitaires. Le premier maire fut Jean-Baptiste Pelet de Lautrec qui fut remplacé neuf ans plus tard en 1848 par Valcourt Duquesnay. Le maire de l’époque a su éviter avec doigté les troubles consécutifs à l’abolition de l’esclavage (1848). Vers 1868, se développe au Marin une véritable industrie du travail du bois. En 1869, construction de l’usine du Marin, qui remplaça les 120 usines sucreries du Sud-Est de l’île. C’est près de l’usine du Marin, qu’en 1871 se déroula l’incident qui fut à l’origine de «l’insurrection du Sud». Un conflit de classe et de couleur qui dégénéra. Plusieurs habitations brûlèrent du côté de Rivière Pilote et, comme il était d’usage à cette époque, le mouvement fut écrasé dans le sang par le gouvernement de la IIIe République.

En 1974, les difficultés du monde agricole provoquent la disparition de l’activité cannière et la fermeture de l'usine. De nos jours, l’économie du Marin est largement tournée vers le tourisme et plus particulièrement vers la plaisance grâce à sa marina de plus de 700 places.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Chef-lieu d'arrondissement et ancien chef-lieu de canton, Le Marin vote pour les représentants de l'Assemblée de Martinique depuis 2015. Avant cette date, elle élisait son représentant au conseil général dans le canton du Marin, entité dont elle était l'unique commune.

Pour l’élection des députés, la commune fait partie de la quatrième circonscription de la Martinique.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune appartient à la communauté d'agglomération de l'Espace Sud de la Martinique.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[13]
Période Identité Étiquette Qualité
Roger Bonaro[14] Rad. Commerçant
Conseiller général du canton du Marin (1961 → 1967)
Raymond Néris[15]   Principal de collège
Victor Charron[16] DVD Enseignant
Conseiller général du canton du Marin (1967 → 1982)
Rodolphe Désiré PPM Médecin
Sénateur de la Martinique (1986 → 2004)
Conseiller régional de la Martinique (1983 → 1992)
Conseiller général du canton du Marin (1982 → 2015)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2020, la commune comptait 8 647 habitants[Note 3], en diminution de 2,66 % par rapport à 2014 (Martinique : −5,91 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2016
5 6976 1496 1046 0666 3387 2678 5888 5528 811
2020 - - - - - - - -
8 647--------
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[19] puis à partir de 2006[20])
Histogramme de l'évolution démographique

Services publics[modifier | modifier le code]

  • Sous-préfecture du Marin[21]
  • Caserne de Gendarmerie
  • Point d'accès au droit (PAD)
  • Centre des Finances publiques

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune compte 8 établissements scolaires publics :

  • Une école maternelle : Plateau du Fort
  • Deux écoles primaires : Marin A et Marin B
  • Deux écoles maternelles et primaires : Cap Marin et Perou
  • Le collège Gérard Café
  • Le lycée général Montgérald
  • Le lycée professionnel Raymond Néris

Équipements culturels et sportifs[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs
  • Stade Roger-Bonaro ;
  • Skate Park : un des seuls viables de l'île et aménagé au sein de la ville.
Clubs sportifs
  • Olympique du Marin, football, Champion de la Martinique en 1985
  • U.S Marinoise, football, Champion de la Martinique en 1990 et 1995

Les footballeurs connus de ces deux clubs de football sont : Gilbert Marguerite, ancien footballeur professionnel de Nîmes Olympique et de l'OGC Nice, Marcellin Dobat, ancien gardien de but du RC Lens, David-Alexandre Dicanot, ancien joueur de l'Olympique de Marseille B, Edouard Lamon, ancien joueur de l'AS Saint-Etienne et Nicolas Zaïre. Ces joueurs, ont pour la plupart joué en Équipe de la Martinique de football.

  • L'Hirondelle Basket Club du Marin, basket-ball
  • ARCVTPN 972, cyclisme
Yole ronde

Économie[modifier | modifier le code]

La commune bénéficie de la présence sur son territoire d'une antenne de la chambre de commerce et d'industrie de la Martinique.

Port de plaisance

Situé au sud de l'île de la Martinique, Le Marin possède le plus grand port de plaisance de la Caraïbe-Sud[22] avec près de 400 unités. Le port dispose de 850 postes d’amarrage à quai et 100 mouillages sur corps-morts[23] et permet, grâce à la location d'environ 220 bateaux par 30 loueurs, de dynamiser l'économie touristique du Marin. En 2012, 52 000 plaisanciers ont été enregistrés et ont dépensé au total 36 millions d'euros[22].

Le bassin portuaire du port de plaisance du Marin est profondément installé à 2 milles à l’intérieur des terres, au fond du Cul-de-sac du Marin, et permet ainsi de protéger les bateaux de la période cyclonique. Un bureau des douanes françaises y est installé.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Étienne du Marin, classement en totalité au titre des Monuments historiques par arrêté du [24], située sur les parcelles no 462, 463, 464, 465 et 466 de la section H[25]. Elle fait l'objet depuis plusieurs années d'une campagne de restauration[26].
  • Habitation Montgérald, classement en totalité au titre des Monuments historiques par arrêté du , en totalité avec ses annexes, son jardin et son allée menant à la mer[25].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

  • Port de plaisance.
  • Morne Aca (réserve botanique et point de vue).
  • Le Morne Gommier et son point de vue à 360°.
  • La Chapelle de la Vierge des Marins, dans le domaine du Grand Macabou.
  • Monument aux morts

Plages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Le Marin Blason
De gueules à un deux-mâts d'or, habillé d'argent sur une mer d'azur ; au chef de sable chargé d'une foi isolée et arrachée d'argent, habillée d'or[27].
Devise
In liberalitate virtus
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 du Robert », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  10. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. [PDF] Les quartiers du Marin, p. 18
  13. Les anciens maires du Marin, sur marin-martinique.fr
  14. a b et c Ses hommes célèbres, sur marin-martinique.fr
  15. Biographie de Raymond Néris, sur le site du Lycée professionnel Raymond Néris.
  16. « L'ancien maire, Victor Charron, s'en est allé », France-Antilles,‎ (lire en ligne)
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  20. pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020
  21. Sous-préfecture du Marin, sur le site de la préfecture de la Martinique.
  22. a et b « La plaisance, atout maître du port du Marin - Toute l'actualité de la Martinique sur Internet - FranceAntilles.fr », sur France-Antilles Martinique (consulté le )
  23. « Le port de plaisance Martinique Office de tourisme du Marin », sur ot-marin.com (consulté le )
  24. « Église paroissiale Saint-Étienne », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  25. a et b « La Conservation des Monuments Historiques - Dac Martinique - Ministère de la Culture et de la Communication », sur www.culturecommunication.gouv.fr (consulté le )
  26. « Monuments historiques en chantiers - Dac Martinique - Ministère de la Culture et de la Communication », sur www.culturecommunication.gouv.fr (consulté le )
  27. « 97217 Le Marin (Martinique) », sur armorialdefrance.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]