Basse-Pointe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Basse-Pointe
Habitation Pécoul.
Habitation Pécoul.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement La Trinité
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Nord Martinique
Maire
Mandat
Marie-Urbain-Thérèse Casimirius
2014-2020
Code postal 97218
Code commune 97203
Démographie
Gentilé Pointois / Pointoise
Population
municipale
3 521 hab. (2014)
Densité 126 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 52′ 08″ nord, 61° 07′ 16″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 1 279 m
Superficie 27,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Basse-Pointe

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Basse-Pointe

Basse-Pointe est une commune française, située dans le département d'outre-mer de la Martinique. Ses habitants sont appelés les Pointois.

La ville est le chef-lieu du canton de Basse-Pointe

Géographie[modifier | modifier le code]

En rouge le territoire communal de Basse-Pointe.

Localité de la côte atlantique de la Martinique elle se situe sur un versant de la montagne Pelée.

La commune est bordée par Macouba au nord, L'Ajoupa-Bouillon et Le Lorrain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Basse-Pointe vient de la situation géographique du bourg : il est surplombé d'une pointe rocheuse peu élevée. En effet c'est la partie la plus basse de son littoral où avait jadis été construit un modeste embarcadère. Les premiers colons y cultivèrent du tabac et du cacao qui disparurent par la suite au profit de la canne à sucre.

C'est ici, entre autres, qu'après l'abolition de l'esclavage en 1848, de nombreux immigrants indiens se sont installés pour travailler dans les champs de cannes. C'est ainsi le sujet d'un des livres de Raphaël Confiant : La Panse du chacal. Aujourd'hui la canne a cédé la place à la banane qui occupe plus de la moitié des surfaces agraires.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1843 1848 Brière de Bretteville ... ...
1848 1853 Bernard Theux ... ...
1853 1860 François Beaupuy ... ...
1860 1870 Martineau ... ...
1870 11877 Gaston de Laguarigue ... ...
1877 1880 Pierre Vignes] ... ...
1880 1881 Élie Mora ... ...
1881 1912 Maxime Victorien ... ...
1912 1922 Alcide Paludat ... ...
1922 1924 Jules Roussel ... ...
1924 1925 Romanius Dartel ... ...
1925 1929 Louis Séjourné ... ...
1929 1935 Jules Roussel ... ...
1935 1941 Antoine Noël-Augustin ... ...
1941 1942 Xavier Louison ... ...
1942 1943 Charles Beuzelin ... ...
1943 1945 Antoine Noël-Augustin ... ...
1945 1953 Albert Crétinoir ... ...
1953 1955 Émile Ramin ... ...
1955 1977 Marcé Bédouin DVD Conseiller général (1970-1976)
1977 1995 Félix Joachim DVD puis app. RPR Conseiller général (1976-1994)
1995 2014 André Charpentier DVD puis FMP Conseiller général (depuis 1995)
2014 En cours Marie-urbain-thérèse Casimirius LDVG Conseillère régionale PPM

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 521 habitants, en diminution de -6,46 % par rapport à 2009 (Martinique : -3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2007 2012 2014
4 360 4 562 4 359 4 201 4 432 4 183 3 845 3 609 3 521
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

La ville de Basse-Pointe compte une forte population indienne appelé aussi coolie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Aimé Césaire naît à Basse-Pointe le , écrivain et homme politique.
  • François Charles Pécoul, député de 1849 à 1851.
  • Albert Crétinoir, maire de Basse-Pointe de 1945 à 1952.
  • Hippolyte Morestin, médecin. Il fut l'un des fondateurs de la chirurgie réparatrice maxillo-faciale.
  • Irénise Moulonguet (1900-2013), doyenne des Français pendant 9 mois y nait le .

Économie[modifier | modifier le code]

Basse-Pointe vit de la culture des bananes et de l'ananas. Le taux de chômage, en 1999, fut de 37,5 %.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Sentier Nature et Découverte de Chalvet.
  • Habitation Chalvet / Capot.
  • Habitation Pécoul, classée au titre des Monuments historiques [5].
  • Église catholique de Basse-Pointe, dont l'autel est classé parmi les Monuments historiques [6].
  • Temple hindou Moulin l'Étang.
  • Temple hindou Gradis.
  • l'Habitation Leyritz, inscrite au titre des Monuments historiques[7].
  • Deux écoles maternelles.
  • Deux écoles primaires.
  • Collège de Basse-Pointe. Il accueille les élèves de la ville mais aussi ceux originaires de L'Ajoupa-Bouillon, Macouba et Grand'Rivière..

Sports[modifier | modifier le code]

La commune accueille chaque année en avril une compétition internationale de surf professionnelle : la Martinique Surf Pro, une des étapes des World Qualifying Series.

Équipement sportif :

  • Stade municipal de Basse-Pointe.

Club sportif :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :