L'Ajoupa-Bouillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Ajoupa-Bouillon
L'Ajoupa-Bouillon
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement La Trinité
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Nord Martinique
Maire
Mandat
Maurice Bonté
2014-2020
Code postal 97216
Code commune 97201
Démographie
Gentilé Bouillonais
Population
municipale
1 874 hab. (2017 en augmentation de 4,81 % par rapport à 2012)
Densité 152 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 49′ 00″ nord, 61° 07′ 00″ ouest
Altitude Min. 59 m
Max. 1 263 m
Superficie 12,30 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Martinique
Voir sur la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
L'Ajoupa-Bouillon
Géolocalisation sur la carte : Martinique
Voir sur la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
L'Ajoupa-Bouillon

L'Ajoupa-Bouillon est une petite commune française du Nord de la Martinique comptant une population de 1 788 habitants (les Bouillonais) en 2012.

Géographie[modifier | modifier le code]

Perchée à 260 mètres d’altitude, L'Ajoupa-Bouillon est une commune essentiellement agricole et forestière située sur les contre-forts de la Montagne Pelée. Elle est ainsi le départ de nombreuses randonnées par les chemins de Trianon et de Morne Calebasse.

L'Ajoupa-Bouillon se situe à 39 km de Fort-de-France par la route de la Trace (RN 3).

Toponymie[modifier | modifier le code]

L'Ajoupa-Bouillon tiendrait son nom de Jean Gobert, sieur de Bouillon, originaire du Languedoc et installé dans la région du Marigot en Martinique, où il mourut en 1680. Il aurait fait construire au bord du chemin reliant le Morne-Rouge à Grande-Anse, un ajoupa (abri de fortune des Caraïbes) et refuge très apprécié des voyageurs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le quartier de L'Ajoupa-Bouillon, voie de passage entre le nord Atlantique et le nord Caraïbe ne cesse de grandir. En 1837, sous la monarchie de Juillet, L'Ajoupa-Bouillon se voit octroyer le statut municipal, lors de la mise en place de l'organisation coloniale. Il est considéré comme un hameau rattaché à la commune du Nord, composée de Macouba et de Basse-Pointe. En 1848, il forme une paroisse d'un millier d'âmes et se dote d'une église.

L'Ajoupa Bouillon obtint l'indépendance municipale et est érigée en commune par la loi du . En , elle est durement touchée par l'éruption de la montagne Pelée et toute la zone doit être évacuée jusqu'en 1906. La commune qui n'a plus jamais retrouvé sa population de la fin du XIXe siècle compte aujourd'hui sur l'attrait nouveau pour les régions vertes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Eugène Magallon-Graineau   Avoué
Denis Gros-Désormeaux    
Eugène Magallon-Graineau    
Aristide Ductor SFIO Médecin
Conseiller général du canton de L'Ajoupa-Bouillon (1958 → 1970)
Édouard Jean-Élie GRS puis PPM Professeur d’espagnol
Conseiller général du canton de L'Ajoupa-Bouillon (1976 → 2001)
En cours
(au 30 avril 2014)
Maurice Bonté DVD Directeur d'école
Conseiller général du canton de L'Ajoupa-Bouillon (2001 → 2015)
Vice-président du conseil général de la Martinique (2011 → 2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[2].

En 2017, la commune comptait 1 874 habitants[Note 1], en augmentation de 4,81 % par rapport à 2012 (Martinique : -4,06 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2009 2014 2017
1 6471 8551 8641 7311 7391 7611 7231 8711 874
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[3] puis à partir de 2006[4])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Les principales activités de L'Ajoupa-Bouillon sont agricoles : bananes, ananas, cultures vivrières et élevage. Chaque année, un rassemblement baptisé Convergences, célèbre les qualités naturelles de cette commune du nord et de l'intérieur de l'île. La commune compte aussi sur le tourisme vert.

Le taux de chômage, en 1999, pour la commune fut de 33,5 %[5].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de l'Immaculée-Conception : église de style baroque construite en 1848.
  • Gorges de la Falaise : mini-gorges de la rivière Falaise que l’on peut remonter à pied.
  • Saut Babin : cascade dans les gorges de la rivière Falaise.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipement sportif :

  • Stade municipal de l'Ajoupa-Bouillon

Club sportif :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]