Fonds-Saint-Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fonds-Saint-Denis
Cascade de Saut Gendarme à Fonds-Saint-Denis.
Cascade de Saut Gendarme à Fonds-Saint-Denis.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Saint-Pierre
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Nord Martinique
Maire
Mandat
Henri Romana
2014-2020
Code postal 97250
Code commune 97208
Démographie
Gentilé Denisiens
Population
municipale
802 hab. (2014)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 44′ 17″ nord, 61° 07′ 59″ ouest
Altitude Min. 129 m – Max. 1 159 m
Superficie 24,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Fonds-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Fonds-Saint-Denis

Fonds-Saint-Denis est une commune française, située dans le département de la Martinique en région Martinique. Ses habitants sont appelés les Denisiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Située près de la montagne Pelée et sur les flancs des Pitons du Carbet, Fonds-Saint-Denis est un village de la partie nord de la Martinique sans accès au littoral. L'observatoire du Morne des Cadets y a été bâti afin de surveiller l'activité volcanique de la montagne Pelée. À l'écart des grandes voies de communications, à 27 km de Fort-de-France, Fonds-Saint-Denis, bâtie au XVIIe siècle sur une ligne de crêtes, était située sur un chemin entre Saint-Pierre et Fort-Royal.

Elle a pour voisins :

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type tropical.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Fonds-Saint-Denis est une commune difficile d'accès, le seul accès à la commune est une route sinueuse et étroite venant de Saint-Pierre.

La route, dite des Deux Choux, reliant Fonds-Saint-Denis au Saut du Gendarme et à la route de la Trace a été rouverte en décembre 2009[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Elle est composée de six quartiers :

  1. la Tranchée ;
  2. le Morne des Cadets : où se trouve perché, depuis 1932, l'Observatoire vulcano-sismique, qui ausculte en permanence la Montagne Pelée, ce volcan qui détruisit Saint-Pierre en 1902 ;
  3. la Rivière Mahaut ;
  4. l'Autre Bord : quartier menant au Saut du Gendarme. Ses chemins mènent à la capitale par la route de la Trace, route entourée de verdure et de nature ;
  5. le Fond Mascret : en prenant la route qui y descend l'on traverse le canal des Esclaves qui venu nonchalant de la Grande Rivière poursuit sa route vers le Carbet ;
  6. le Bourg : centre de la ville, où sont regroupés les services publics (école, poste, dispensaire, cantine...) sans oublier l'église et le presbytère. Tous peints de rose, ils offrent un contraste coloré face à cette verdure. Surtout près de l'église où se trouve également devant un surprenant monument aux morts, avec le plus petit (en taille) soldat de France.

Logements[modifier | modifier le code]

Le nombre total de logements sur la commune est de 400. On y compte 80,8 % de résidences principales, 5,3 % de résidences secondaires et 14 % de logements vacants[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Fonds-Saint-Denis est à l'origine un quartier de Saint-Pierre. L'histoire retiendra que c'est sur ces terres que le premier moulin à vent de la Martinique fut installé.

Le 17 février 1845, l'abbé Goux (curé de la paroisse du Carbet), consacre un oratoire sous le vocable de Saint-Denis. À partir de 1854 l'oratoire était agrandi et la paroisse obtient même son propre curé, un dénommé abbé Clausade (1861). À sa mort en 1869, quelques abbés lui succédèrent jusqu'à l'érection de la paroisse en commune par la loi du 14 mars 1888.

En 1902, Odilon Darsieres, propriétaire de l'Habitation Chabert, sa résidence de campagne, assista à l'éruption de la Montagne Pelée et réussit à se sauver avec sa femme et ses trois enfants[3]. À la suite de l'éruption de la montagne Pelée du 30 août 1902, les habitants de Fonds-Saint-Denis, ainsi que certains du Morne-Rouge, trouvèrent refuge à Fort-de-France, dans les lieux-dits de la Médaille, Tivoli et Colson, ceci afin d'éviter l'entassement. Ils y bâtirent, non sans quelques difficultés, tant morales que matérielles, des cases d'habitation.

La création d'une mairie pour Fonds-Saint-Denis décida son maire « à concourir à l'œuvre entreprise »[4]. Le premier maire de la commune est Joseph Marie Emmanuel de Rozan. De 1893 à 1898, Pierre Pastour lui succède et à cette époque la commune compte 1500 habitants.

En 2012, Fonds-Saint-Denis compte moins de 1000 habitants et l'activité économique de la ville est essentiellement agricole.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Fonds St Denis
Période Identité Étiquette Qualité
1962 1989 Jean-Baptiste Edmond SFIO puis UDR
puis RPR
Conseiller général (1958-1988)
1989 2014 Max Nelzy DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 802 habitants, en diminution de -7,28 % par rapport à 2009 (Martinique : -3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 531 1 302 1 191 1 044 977 947 873 813 802
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Avec 843 habitants en 2011, Fonds-Saint-Denis est la deuxième commune la moins peuplée de l'île de la Martinique, après Grand'Rivière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Baptiste Edmond, maire de Fonds-Saint-Denis de 1962 à 1989 et conseiller général de 1982 à 1988.
  • Alfred Lacroix, vulcanologue.
  • Joby Valente, actrice et chanteuse.

Économie[modifier | modifier le code]

Avec le tourisme, l'agriculture de type tropical est la principale activité de Fonds-Saint-Denis avec des plantations remplies d'oiseaux (cicis, quiscales, colibris...), où l'on trouve tour à tour :

  • des fleurs exotiques : alpinia, anthuriums ou arums, hibiscus, jasmin-boiselles, balisiers, oiseaux de paradis, roses de porcelaine,
  • des légumes des Antilles : ignames, patates douces, dachines ou choux de chine, choux durs et choux blancs, giraumons, christophines,
  • des arbres fruitiers tropicaux : orangers, mandariniers, pamplemoussiers, cocotiers, goyaviers, manguiers, néfliers, quenetiers.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cascade de Saut Gendarme.
  • Cascade du Saut du Gendarme.
  • Observatoire volcanologique de la montagne Pelée, inscrit au titre des Monuments historiques conformément à l’arrêté préfectoral n° 2012-116-0002 du 25 avril 2012, labellisé « patrimoine du XXe siècle » le 12 mai 2015.

Sports[modifier | modifier le code]

Club sportif :

  • L'Envol de Fonds-Saint-Denis, handball.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. martinique.franceantilles.fr
  2. Données INSEEE compulsées par Linternaute - Logement à Fonds-Saint-Denis
  3. La catastrophe de la Martinique, Odilon Darsieres
  4. Jacques Adélaïde-Merlande et Jean-Paul Hervieu, Les volcans dans l'histoire des Antilles, Karthala, (ISBN 2-86537-671-0), pp. 167-184
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :