Le Prêcheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Prêcheur
Vue de Anse Couleuvre.
Vue de Anse Couleuvre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Saint-Pierre
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays Nord Martinique
Maire
Mandat
Marcellin Nadeau
2014-2020
Code postal 97250
Code commune 97219
Démographie
Gentilé Préchotins / Préchotines
Population
municipale
1 541 hab. (2014)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 48′ 00″ nord, 61° 13′ 00″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 1 300 m
Superficie 29,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Le Prêcheur

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Le Prêcheur

Le Prêcheur est une commune française, située dans le département de la Martinique en région Martinique.

Ses habitants sont appelés les Préchotins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le Prêcheur est situé à l'extrémité Nord de la Martinique à 10 km de Saint-Pierre.

La rivière du Prêcheur est soumise régulièrement à des lahars suite aux éboulements de la falaise du Piton Marcel. Ce fut le cas le et le .

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type tropical.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom viendrait d'un rocher, aujourd'hui immergé, dont la forme curieuse dessinait un prédicateur en chaire. Disputé par les Anglais qui tentèrent d'y débarquer à plusieurs reprises, et notamment à Fonds Canonville en 1694, ce coin de côte du nord-Caraïbe brillait de l'activité de Saint-Pierre dont elle était la terre nourricière. Les colons qui l'occupaient résistèrent victorieusement à une autre attaque anglaise en 1666.

La commune compte deux figures célèbres parmi ses visiteurs :

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs du Prêcheur
Période Identité Étiquette Qualité
1946 1987 Albert Joyau DVG puis
UDR puis RPR
Conseiller général (1955-1985)
1987 1997 Jules Clémenté DVD Conseiller général (1985-1996)
1997 2008 Roger Nadeau DVD puis OO Conseiller général (1996-2004)
mars 2008 en cours Marcelin Nadeau MODEMAS Conseiller général (depuis 2004)

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[2],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 541 habitants, en diminution de -7,89 % par rapport à 2009 (Martinique : -3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2014
2 500 2 613 2 284 2 005 2 050 1 845 1 717 1 655 1 541
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Raphaël Tardon, écrivain.
  • Manon Tardon, elle fut un personnage de la Résistance et de la France libre.
  • Ashton Tardon, maire du Prêcheur de 1910 à 1924.
  • Félix GRELET maire du Prêcheur de 1883 à 1902.
  • Georges NADEAU maire du Prêcheur de 1924 à 1941.
  • Albert Joyau, maire du Prêcheur de 1946 à 1987.
  • Françoise d'Aubigné future Madame de Maintenon y passa son enfance et fit cadeau à l'église de son clocher.
  • Loulou Boislaville, créateur du Ballet de Martinique.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Prêcheur
  • Habitation Céron : Domaine du XVIIe siècle. Ancienne sucrerie, site touristique ouvert au public. Jardin labellisé "jardin remarquable" en 2015 par le ministère de la Culture et de la Communication[5]. Production actuelle : cacao. Hotspot de biodiversité.
  • Zamana de l'habitation Céron : Spécimen remarquable répertorié comme un des plus gros arbres visible des Petites Antilles.
  • Anse Couleuvre.
  • Un sentier de randonnée permet de relier Le Prêcheur à Grand'Rivière.
  • le phare du Prêcheur, inscription en totalité au titre des Monuments historiques par arrêté du 16 décembre 2013.
  • Cascade de la rivière Couleuvre.
  • École primaire publique du Prêcheur.
  • Église paroissiale Saint-Joseph, Inscrite au titre des Monuments historiques conformément à l’arrêté préfectoral n°2012-03246 du 25 avril 2012, labellisée « patrimoine du XXe siècle » le 12 mai 2015.
  • Clocher de l'ancienne église, inscription partielle au titre des Monuments historiques par arrêté du 28 décembre 1979.
  • Réserve naturelle régionale marine du Prêcheur - Albert Falco.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Équipement sportif :
    • Stade Albert-Joyau.
  • Clubs sportifs :

Culture[modifier | modifier le code]

En 2007, la municipalité du Prêcheur crée le prix Raphaël-Tardon afin de rendre hommage à l'écrivain Raphaël Tardon (1911-1967) qui a habité la commune dans sa jeunesse, dont le père Asthon a été maire et conseiller général au début du XXe siècle.

Ce prix récompense un livre-jeunesse de qualité : contes, album, roman, bande dessinée. Mis en place avec l’aide des bibliothécaires, des libraires et des auteurs de la Martinique, dans le cadre de l’ambitieux projet de « Village antillais de littérature de jeunesse », le Prix veut attirer l’attention sur la production écrite pour les jeunes dans les Antilles, et assure également la promotion des meilleurs titres.

Le prix Raphaël-Tardon est décerné tous les deux ans au cours du mois de décembre par un jury composé de personnalités du milieu littéraire choisies par la municipalité. Le prix est remis officiellement en avril à l’occasion d’une soirée autour du projet « Village Antillais de littérature de jeunesse »

Prix décernés[modifier | modifier le code]

  • 2007 : Pour sa première édition, le prix a été décerné à Nicole Noizet pour Les Œufs de man firmin chez PLB éditions, album illustré par Javie Munoz.
  • 2009 : Pour sa deuxième édition, le prix a été décerné à Anique Sylvestre pour Lowitt, la grenouille qui danse chez les éditions Jasor, album illustré par les aquarelles de Michèle Chomereau Lamotte.

Autres livres[modifier | modifier le code]

  • 2002 : De la Perle à la Mare, Jean Abrosi, ouvrage autobiographique qui relate l'histoire du Prêcheur de 1946 à 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :