Rivière-Salée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivière (homonymie) et Rivière Salée.
Rivière-Salée
Image illustrative de l'article Rivière-Salée
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Le Marin
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Espace Sud de la Martinique
Maire
Mandat
André Lesueur
2014-2020
Code postal 97215
Code commune 97221
Démographie
Gentilé Saléens
Population
municipale
12 467 hab. (2014)
Densité 317 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 31′ 53″ nord, 60° 58′ 48″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 323 m
Superficie 39,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Rivière-Salée

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Rivière-Salée

Rivière-Salée est une commune française, située dans le département d'Outre-Mer de la Martinique. Ses habitants sont appelés les Saléens. Rivière-Salée était nommée Cul-de-Sac-à-Vaches jusqu'en 1716.

Rivière-Salée est de par sa position géographique stratégique le second pôle administratif et économique du sud de la Martinique après Le Marin. Sur le territoire de la commune se trouvent des services administratifs importants comme une agence de la CGSS, de la CAF et du Pôle Emploi, le siège du SICSCM. On y trouve également deux ZAC, la Laugier et l'Espérance.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur la route des Anses.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Rivière-Salée compte deux bourgs, dits le Grand-Bourg et le Petit-Bourg.

Le nom de Cul-de-Sac-à-Vaches est utilisé dès le XVIIe. En 1716, le Cul-de-Sac-à-Vaches est divisé en deux paroisses : les Trois-Ilets et Rivière-Salée. De 1837 à 1849, les Trois-Ilets et Rivière-Salée sont de nouveau fusionnés sous le nom de Les Trois-Bourgs.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Rivière-Salée a été fondée en 1716, car les habitants ne pouvaient suivre la messe qu’au Trois-Ilets, ou au Trou-au-Chat (Ducos). À cette époque, plusieurs familles étaient réparties sur des habitations. L’église fut construite sur un terrain donné par un certain Duval et la paroisse fut confiée aux capucins. Le 12 juin 1737, la Martinique est partagée en communes.

Rivière-Salée appartient aux trois Bourgs, Les Trois-Ilets et Rivière-Salée (Petit-Bourg et Grand-Bourg). Les Trois-Ilets deviendront autonome un an après l’abolition de l’esclavage, le 2 mai 1849.

Les techniques changent :

  • 1820 : premier moulin à vapeur sur l’habitation Maupeou, disparition des sucreries au profit des usines.
  • 1845 : première usine. Les deux usines, celle de Rivière-Salée, Poirier, et celle de Petit-bourg La Guillot virent le jour.
  • 1868 : les actionnaires se mirent en place
  • 1870 : insurrection du Sud. Rivière-Salée fut directement concernée. Au quartier Régale, trois habitations ont été incendiées.
  • 1871 : achèvement des deux usines. Elles fonctionnèrent près d’un siècle.

À la veille de la Révolution française, c’était la production de sucre qui dominait. Sur 559 carrés de terre en plaine, 550 sont plantés en cannes qui sont traitées dans 16 sucreries.

Le café suivait la canne de très près. Il s’étendait sur 161 carrés situés sur les pentes des mornes. Rivière-Salée possédait cinq caféières. Le coton et le cacao étaient d’autres cultures faiblement représentées. 131 carrés étaient cependant consacrés aux vivres pour nourrir la population qui, toutes catégories confondues atteignait 2000 personnes. Le chiffre le plus élevé était celui des savanes qui représentaient 853 carrés ; il fallait prévoir la nourriture pour l’élevage de chevaux, mulets, bœufs, qui assuraient divers transports.

La traversée de la Rivière-Salée se faisait sur un bac et un arrêté du 2 septembre 1850 fixa les droits de péage selon les catégories. Plus tard, ce bac fut remplacé par un pont. Les marchands venant des communes avoisinantes arrivaient avec des légumes, les denrées de leurs jardins à dos de mulets bâtés, en cabrouets pour se rendre à Fort-de-France par le « yacht » à vapeur, départ 7 h, retour 15 h.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1965 Alphonse Jean-Joseph DVD Conseiller général (1955-1965)
1955 1971 Jean Saint-Prix UDR Conseiller général (1965-1973)
1971 1989 Georges Élisabeth app. PPM Conseiller général (1973-1992)
1989 en cours André Lesueur RPR puis FMP Conseiller général (1992-2010)
Député (1993-1997)
Conseiller régional depuis 2010

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[1],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 12 467 habitants, en diminution de -3,69 % par rapport à 2009 (Martinique : -3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2014
7 515 7 227 7 020 6 757 8 753 12 276 13 144 12 855 12 467
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • 1837 : première école primaire de garçons.
  • 1871 : deux autres voient le jour :
  • 1882 : les écoles sont laïcisées. Les religieux sont remplacés par des instituteurs laïcs.

Rivière-Salée a été la seule commune à posséder une école dont le directeur, Alexis Venance, fût un créole.

Établissements scolaires de la commune :

  • Collège Georges-Élisabeth ;
  • Lycée polyvalent Joseph-Zobel ;
  • CFA Centre de formation des apprentis.

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs :

  • Stade de Trénelle, bourg de Rivière-Salée.
  • Stade Hermann-Panzo, quartier Petit-Bourg.
  • Hall des Sports, bourg de Rivière-Salée.

Clubs sportifs :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Zobel (1915-2006), écrivain et auteur du roman La Rue Cases-Nègres se déroulant à Petit-Bourg, porté à l'écran en 1983 ;
  • Edmond Valcin (1913-1997), avocat, sénateur de la Martinique de 1977 à 1986 ;
  • Hermann Panzo (1958-1999), athlète professionnel ;
  • Louis des Étages (18?-1925), conseiller général et maire de Rivière-Salée, tué à Ducos par la même balle qui atteindra Charles Zizine. ;
  • Marc Pulvar (1936-2008), syndicaliste et nationaliste martiniquais ;
  • Élie de Vassoigne (1811-1891), y est né ; il fit une carrière brillante dans l’armée et s’illustra en 1870 au siège de Bazeilles ;
  • Alphonse Jean-Joseph, maire de Rivière-Salée de 1945 à 1965 et président du conseil général de 1953 à 1957 ;
  • Georges Élisabeth, ancien maire et conseiller général de Rivière-Salée.

Économie[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage, en 1999, pour la commune fut de 31,5 %..

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :