Sainte-Luce (Martinique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Luce.
Sainte-Luce
Vue de Sainte-Luce et de la mer des Caraïbes
Vue de Sainte-Luce et de la mer des Caraïbes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Le Marin
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Espace Sud de la Martinique
Maire
Mandat
Nicaise-Gérard Monrose
2014-2020
Code postal 97228
Code commune 97227
Démographie
Gentilé Lucéens, Lucéennes
Population
municipale
9 900 hab. (2014)
Densité 353 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 28′ 00″ nord, 60° 55′ 00″ ouest
Altitude Min. 0 m – Max. 371 m
Superficie 28,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Sainte-Luce

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Sainte-Luce
Liens
Site web Sainteluce.fr

Sainte-Luce est une commune française, située dans le département de la Martinique en région du même nom. Le gentilé est Lucéen(ne).

C'est à Sainte-Luce qu'est distillé le célèbre rhum Trois Rivières.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Luce est une ville de la côte Sud de la Martinique.

Elle est constituée de plusieurs petits quartiers comme Trois Rivières (quartier connu pour son rhum du même nom), Monésie, l'Epinay ou encore les Coteaux.

Sainte-Luce est voisine de plusieurs communes, notamment du Marin, Diamant, Rivière-Salée, Saint-Esprit et Rivière-Pilote.

La commune de Saint-Luce est principalement composée de mornes qui permettent d'avoir de magnifiques panoramas des quartiers les plus élevés (l'Epinay, Bellevue Ladour, etc.). Des points les plus élevés de Sainte-Luce, il est possible d'observer La roche gravée (pétroglyphe) de la forêt de Montravail, de la commune de Sainte-Luce l'intégralité de la Martinique alors que le bourg est situé près du bord de mer.

Sainte-Luce est traversée par la RN 5, axe principal de l'ile. Le pont sur le Trou au Diable se situe sur la commune. Elle est aussi à l'extrémité de la route des Anses.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste de l'ensemble des maires qui se sont succédé à la mairie de Sainte-Luce :

Liste des maires successifs[1]
Période Identité Étiquette Qualité
1888 1891 Rosemond Bellay NA propriétaire agricole
1891 1894 Théus Fardin NA propriétaire agricole
1894 1896 Prospert Lesueur NA ...
1896 1908 Louis Félix De Lor NA Propriétaire agricole et commerçant
1908 1919 Prospert Lesueur NA ...
1919 1925 Paul Saint Cyr NA Exploitant agricole
1925 1926 Gabriel de Montaigne NA Concessionnaire automobile
1926 1965 Jean Enal NA Boulanger
1965 1990 Jean Maran FSM puis UDF-PSD Enseignant
Conseiller général (1964-1994)
1990 2014 Louis Crusol PPM Maître de Conférence en économie
Conseiller général (2002-2008)
2014 "en cours" Nicaise-Gérard Monrose DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 9 900 habitants, en augmentation de 2,23 % par rapport à 2009 (Martinique : -3,15 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2009 2014
3 653 3 978 4 124 4 478 5 881 7 724 9 684 9 900
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Equipement sportif :

  • Stade municipal de Sainte-Luce
  • Plateau sportif du Bourg
  • Terrain de beach volley à Corp de Garde

Clubs sportifs :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage, en 1999, pour la commune fut de 30,9 %.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ornées de figurines stylisées, les roches gravées de Sainte-Luce témoignent de la présence des Indiens Caraïbes à l'époque précolombienne. Dressé à 176 mètres au-dessus de la mer, le Rocher du Diamant est le vestige d'un ancien volcan. Son nom vient de sa forme, mais aussi du fait qu'à certaines heures et sous certains angles, il brillerait, dit-on, comme une pierre précieuse.
  • Forêt Montravail
  • Pétroglyphe amérindien
  • Rhum Trois Rivières distillerie (visite)

Plages[modifier | modifier le code]

La plage de Gros Raisin à Sainte-Luce.
Vue panoramique côtières à Sainte-Luce.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La commune de Sainte-Luce à travers ses élus par Enry LONY, éditions Désormeaux, 2000 (ISBN 2852750309)
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]