Le François

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François.
Le François
Vue du départ pour la baignoire de Joséphine.
Vue du départ pour la baignoire de Joséphine.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Martinique
Département Martinique
Arrondissement Le Marin
Intercommunalité Communauté d'agglomération de l'Espace Sud de la Martinique
Maire
Mandat
Joseph Loza
2017-2020
Code postal 97240
Code commune 97210
Démographie
Population
municipale
17 835 hab. (2014 en diminution de 8,42 % par rapport à 2009)
Densité 331 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 36′ 56″ nord, 60° 54′ 17″ ouest
Altitude Min. 0 m
Max. 363 m
Superficie 53,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte administrative de Martinique
City locator 14.svg
Le François

Géolocalisation sur la carte : Martinique

Voir la carte topographique de Martinique
City locator 14.svg
Le François
Liens
Site web Ville-francois.fr

Le François est une commune française, située dans le département de la Martinique en région Martinique. Avec ses 53,93 km2, c'est la troisième plus grande commune de la Martinique en superficie après Le Lamentin et Gros-Morne. Ses habitants sont appelés les Franciscains.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Elle est située sur la côte Atlantique de l'île à 22 km de Fort-de-France. Le François est connue pour ses îlets et ses fonds blancs (hauts-fonds sableux situés en pleine mer dont l'un des plus connus s'appelle Baignoire de Joséphine) protégés par une barrière de corail et peuplés de poissons.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type tropical.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La ville du François est composée de plusieurs quartiers :

  • Baldara
  • Beauregard
  • Belle-Ame
  • Bois-Neuf
  • Bois-soldat
  • Bonny
  • le Bourg
  • Cap Est : Quartier résidentiel huppé, avec notamment le complexe hôtelier Lagoon Resort
  • Cottonerie : quartier résidentiel
  • Chopotte
  • Deux Courants : quartier où est implantée la célèbre habitation Clément, et où se déroule en 1991 une rencontre au sommet entre François Mitterrand et George H. W. Bush.
  • Dostaly
  • Dumaine
  • Frégate
  • Gabourin : quartier rural, résidentiel et agricole avec notamment une pépinière, et la seule plantation de piments de l'île
  • Hauteur Bellevue
  • La Jetée
  • Mansarde
  • Manzo, du nom du barrage éponyme
  • Morne Acajou
  • Morne Courbaril
  • Morne Gamelle
  • Morne Pitault
  • Pointe Courchet
  • Périolat
  • Petite France : quartier essentiellement résidentiel, rural
  • Presqu'île : quartier abritant la Marina du François, lieu d'embarcation pour les Fonds Blancs et la Baignoire de Joséphine
  • Plaisance
  • Quatre Croisées
  • Raisinnier
  • Saint-Laurent
  • Saint Roch
  • Trianon
  • Vapeur

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 8 février 1900, lors de la première grève générale d'ouvriers agricoles commencée le 5 février, Le François est le théâtre d'une fusillade qui fait dix morts et douze blessés graves. Les soldats auraient tiré sans sommation ni ordre du maire ou du commissaire qui parlementaient avec la foule de manifestants. Cette fusillade est connue sous le nom de "Fourmies colonial"[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs du François[2]
Période Identité Étiquette Qualité
1839   Jacques Joseph Clerc    
1859 1863 Ludovic Brière de Lisle    
1865 1872 Ludovic Brière de Lisle    
1872 1885 Théodore Lubin    
1885 1923 Homère Clément    
1923 1935 Auguste Viviès    
1935 1944 André Capoul    
1944 1956 Isidore Calonne    
1956 1971 François Duval   Conseiller général (1958-1976)
Président du conseil général (1964-1970)
Sénateur (1968-1977)
1971 1995 Ernest Wan-Ajouhu PS puis DVG Conseiller général (1976-1982 et 1994-2001)
1995 2017 Maurice Antiste MPF Conseiller général (1998-2010)
Conseiller régional (2010-2011)
Sénateur (depuis 2011)
2017 2020 Joseph Loza MPF  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1961, premier recensement postérieur à la départementalisation de 1946. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 17 835 habitants[Note 2], en diminution de 8,42 % par rapport à 2009.

          Évolution de la population  [ modifier ]
1961 1967 1974 1982 1990 1999 2006 2011 2014
13 435 15 294 15 036 14 383 16 925 18 559 19 201 18 841 17 835
De 1961 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Insee de 1968 à 2006[4] puis à partir de 2006[5])
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Équipements sportifs :

  • Stade municipal Pierre-de Lucy-de Fossarieu
  • Complexe sportif de Trianon
  • Piscine municipale

Clubs sportifs :

Football :

  • Club Franciscain. Avec ses 17 titres de champion de la Martinique, c'est l'une des meilleures équipes de football de l'île.

Handball :

Volley-ball :

Cyclisme :

Athlétisme :

  • La ville compte deux clubs, la section athlétisme du Club Franciscain (qui est un club omnisports) et l'ASCFAC (Association Sportive Culturelle François Athlétic Club).

Yoles :

Natation :

  • François Natation Club

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage, en 1999, fut de 35,5 % pour la commune de Le François. Dans le quartier Trianon une zone artisanale a été aménagée.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michelle Zancarini-Fournel, Les luttes et les rêves : Une histoire populaire de la France de 1685 à nos jours, Paris, Éditions La Découverte, , 995 p. (ISBN 9782355220883), chap. 12 (« La Belle-Époque, une époque rebelle »), p. 484
  2. http://www.ville-francois.fr/wordpress/la-ville/le-mot-du-maire/
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  4. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  5. pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]