Chișinău

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Kichinev)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chișinău, Chisinau
Kișinöu (gag)
Blason de Chișinău, Chisinau
Héraldique
Drapeau de Chișinău, Chisinau
Drapeau
Chișinău
Administration
Pays Drapeau de la Moldavie Moldavie
Maire Andrei Năstase
Code postal MD-20xx
Plaque d'immatriculation C
Indicatif 22
Démographie
Gentilé Chisinéen(ne)
Population 492 894 hab. (2011)
Densité 4 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 00′ 00″ nord, 28° 55′ 00″ est
Altitude 85 m
Superficie 12 000 ha = 120 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moldavie

Voir la carte administrative de Moldavie
City locator 14.svg
Chișinău, Chisinau

Géolocalisation sur la carte : Moldavie

Voir la carte topographique de Moldavie
City locator 14.svg
Chișinău, Chisinau
Liens
Site web http://www.chisinau.md/

Chișinău (dans la langue officielle de la Moldavie[1], API : ['ki.ʃi.nəw], écouter) ou Chisinau sans les diacritiques[2], en russe : Кишинёв (Kichinev[3] de 1812 à 1917, de 1940 à 1941 et de 1944 à 1989), est la capitale de la République de Moldavie et la ville principale de la Bessarabie, qui est une partie de la région historique de Moldavie.

Noms[modifier | modifier le code]

Les hypothèses linguistiques placent l’émergence du nom et de la localité dans le contexte des attaques des Tatars contre la principauté de Moldavie, alors alliée de la Hongrie. En 1436, sur le flanc (ou côté) sud de la grand-route qui longe la rive droite de la rivière Bîc, menant du Khanat de Crimée (et avant, de la Horde d'or) vers le cœur de la principauté, le prince Iliaș posta un fortin de soldats Sicules (Magyars de Transylvanie) pour faire face aux attaques venues de l’Est. Les fondations de ce fortin supportent l’actuelle église de Mazarache (ro). Dans les langues oghoures, « flanc » ou « côté » se dit yänäk[4] et le nom sicule Kis-Jenő (prononcé [ˈkiʃ.jɛ.nøː], Chișinău en moldave[5]) signifierait donc « le petit flanc ».

Durant la période communiste, l’étymologie qui a été proposée par les philologues soviétiques combinait le tatar kychla (« hivernage ») au moldave nouă (« nouvelle »)[6] mais cette thèse a été abandonnée depuis. Une autre étymologie, proposée par le philologue roumain Iorgu Iordan, partait des mots magyars Kis-Jenő interprétés par lui comme signifiant « petite-source » ou « petit-Eugène ». Pendant les périodes russe (1812-1917) et soviétique (1940-1941 et 1944-1991), Chisinau était désignée à l’étranger sous le nom russifié de Кишинёв (Kichinev) et est encore ainsi désignée dans les pays de la CEI et par la IATA.

Géographie[modifier | modifier le code]

Photographie de la ville en 1889
La ville en 1889.
Panorama de Chisinau
Panorama de Chișinău.

Chișinău se situe au centre de la République de Moldavie. La municipalité se situe sur sept collines et s’étend sur 120 km2.

Structure géologique[modifier | modifier le code]

La ville est située dans la partie centrale d’une structure géologique de l’Europe du Sud-Est, dont le socle est constitué de boucliers de granit et de gneiss protérozoïques et paléozoïques (boucliers pannonien, moesien et, en Moldavie, scythique), d'une profondeur d’env. 1 150 m en dessous du niveau de la mer. La partie supérieure de la stratigraphie de cette structure est représentée par des roches sédimentaires du Silurien précoce, Dévonien, Mésozoïque (avec localement des hiatus[Lequel ?]), Paléogène et Néogène. L’érosion récente entaille l’argile, le lœss, les sables et calcaires lacustres du Cénozoïque supérieur. Du nord au sud, la ville est traversée par une couche de récifs marins tropicaux développés au Sarmatien (équivalent local du Miocène moyen et supérieur). Des couches d'argile, lœss et de sable sont présentes dans toute la ville, à une profondeur de 2 à 30 m. Sur les pentes de la vallée de la rivière Bîc se trouvent des terrasses alluviales d’une largeur allant jusqu’à 1,3 m. Des perturbations tectoniques mineures (glissements de terrain suite à la déglaciation post-würmienne ou à des séismes) ont été enregistrées au nord-ouest de la ville.

Les richesses minérales[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de Chișinău et de ses environs se trouvent de nombreux gisements de matières premières destinés à la construction : de la chaux, du calcaire, de la pierre brute, de l'argile, du sable, du gravier. 5 carrières de pierre et de chaux sont exploités : Mileștii Mici, Chișinău, Făurești, Goian, Cărămida. Les tuiles sont fabriquées à partir de matières premières extraites des carrières de Bubuieci et Mileștii Mici et à partir de sable, de cailloux et de gravier extraits à Cobușca et Vadul-lui-Vodă.

De même, dans la ville sont exploitées d’autres ressources qui sont utilisées dans la production de semi-conducteurs, l’industrie de la microélectronique. L’exploitation des gisements de ces mines est exploitée par la s.a. Mezon.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Les cours d’eau coulant à Chișinău proviennent du bassin du Dniestr notamment, le plus important, le Bîc. Cette rivière a une longueur de 155 km et s’écoule dans le Dniestr à 1 km du village Gura Bîcului dans le district d’Anenii Noi.

Les réserves d’eau souterraine de la municipalité de Chișinău permettent l’approvisionnement partiel de l’eau potable dans la ville. Sur la quantité totale d’eau utilisée, 20 % provient des eaux phréatiques. Les nappes phréatiques provenant des couches du Sarmatien sont des eaux minérales, utilisables pour le traitement des maladies gastro-intestinales.

Dans la banlieue, des réservoirs d’eau de la ville ont été aménagés à partir des villes de Ghidighici et Ialoveni, conçus comme des bases de loisirs.

Au début des années 1950, dans la vallée des Moulins (Valea Morilor) au sud-ouest de Chișinău a été créé un lac de barrage baptisé Komsomol (aujourd’hui Valea Morilor) d’une superficie est de 34 hectares. Autour, une allée circulaire de 2,5 km du parc de Valea Morilor fait le tour du lac, sur lequel les Chisinéens font du canotage et de la voile.

La partie centrale du parc de la vallée des Roses (Valea Trandafirilor), parc situé à Botanica, est aussi décorée de lacs et d’une cascade. L’étendue d’eau est de 9 hectares.

Le parc Izvor s’étend sur 150 hectares : créé en 1972, il est également composé de cascades et d’étangs.

En tout, il y a 23 lacs répartis autour du centre-ville, offrant à Chișinău des espaces de loisir et de détente.

Climat[modifier | modifier le code]

L'hôtel de ville de Chișinău.

Le climat de Chișinău est tempéré continental, la ville est située dans la zone « Dfb ». En hiver la température moyenne descend jusqu’à −2,5 °C en janvier et l’été elle grimpe jusqu’à 20,8 °C en juillet. La neige recouvre le sol en moyenne 63 jours par an. L’été est la saison qui reçoit le plus de précipitations, sous forme d’orages principalement.

  • Température record la plus froide : −28,9 °C (février 1954)
  • Température record la plus chaude : 39,4 °C (juillet 1907)
  • Nombre moyen de jours avec de la neige dans l'année : 53
  • Nombre moyen de jours de pluie dans l'année : 128
  • Nombre moyen de jours avec de l'orage dans l'année : 33
  • Nombre moyen de jours avec tempête de neige dans l'année : 3
Relevé météorologique de Chișinău
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −4,3 −3,6 0,2 5,9 11,6 15,2 17,3 16,9 12 6,8 1,6 −2,8 6,8
Température moyenne (°C) −1,9 −0,8 3,7 10,4 16,5 19,9 22,1 21,7 16,3 10,5 4,1 −0,6 10,2
Température maximale moyenne (°C) 0,9 2,6 8,1 15,4 22 25,2 27,5 27,2 21,5 15,1 7,5 2,3 14,6
Précipitations (mm) 36 31 34 39 46 65 62 56 62 36 37 39 543
Nombre de jours avec précipitations 8 7 11 13 14 14 12 10 10 10 11 9 129
Source : Le climat à Chisinau (en °C et mm, moyennes mensuelles) Pogoda.ru.net


Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

L’agglomération possède un réseau de bus et de trolleys, avec une vingtaine de lignes. Le transport urbain est en outre assuré par des taxis collectifs suivant des trajets précis mais s’arrêtant à la demande.

Un trolleybus de Chișinău.
Livrée d’Air Moldova sur un Airbus A320 de la compagnie sur l'aéroport international de Chișinău.

Une gare ferroviaire internationale permet des connexions vers Bucarest, Kiev, Minsk, Odessa, Moscou, Samara, Varna et Saint-Pétersbourg. Des lignes interurbaines d'autocars desservent les autres principales villes du pays et des lignes internationales relient Chișinău à Odessa en Ukraine et Bucarest en Roumanie.

L’autoroute M14, qui relie les villes ukrainiennes d’Odessa au sud-est, à Cernăuți au nord-ouest, traverse la Moldavie et passe au nord-est de Chișinău[7].

Chișinău possède un aéroport international d’une capacité de 1 200 000 passagers par an, dont le code IATA est KIV[8]. L’aéroport comporte une piste de 3 kilomètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’abri du fortin de Kis-Jenő s’éleva aux alentours du XVe siècle la bourgade moldave de Chișinău où les paysans et les viticulteurs des environs tenaient marché. Les historiens n’ont pas de réponse précise quant à la date où commence l’histoire de la ville, mais le nom Кішіɴъȣ (Chișinău) est mentionné dans une charte datant du d’un prince de Moldavie, à savoir Alexandre le Bon, successeur d'Iliaș.

Il est probable que l’histoire de la ville commence avant cette époque mais elle ne se distinguait pas de celle des villages alentour. Un certain nombre de documents datant de XVIe et XVIIe siècles présentent le bourg, orthographié Кішіɴъȣ, Kischenau, Kiszinou ou Chiscinao, comme un simple marché sans rôle politique notable. Dans les anciennes cartes de la principauté de Moldavie, comme sur la carte de Reicherstorf de 1541 ou celle Iacobo Castaldo en 1584, Chișinău n’apparaît pas, alors que figurent des villes comme Orhei, Tighina (Teghenaccio), Lăpușna (ro), Soroca ou Hotin. Toutefois, le bourg prend de l’importance au fil des siècles car les différends fonciers portant sur des sources, des moulins à vent ou à eau, initialement arbitrés par les magistrats moldaves de Lăpușna (ro), capitale du Ținut (comté moldave) dont dépendait Chișinău, le sont ensuite par les princes de Moldavie eux-mêmes, et finalement par l’Assemblée moldave (Sfatul domnesc). D’ailleurs l’extension du bourg au-delà de ses premières limites provoque les plaintes des villageois voisins. Ainsi, le prince de Moldavie Vasile Lupu envoie, le les principaux magistrats de Lăpușna « au village de Chișinău pour y faire justice »[9].

Chișinău, présentée par les voyageurs comme une ville médiévale à l’aspect rural, a brûlé en 1739, 1788, 1989 et 1793, au point qu’une partie de la population a été contrainte de migrer à Buiucani. Malgré les incendies, les rues irrégulières et les logis dispersés, malgré les guerres russo-turques, malgré les rivalités voisines, la ville continue de se développer et englobe les villages alentour.

Le traité de Bucarest de 1812 scelle la partition de la Moldavie (toujours d’actualité au début du XXIe siècle) et l’annexion de sa moitié orientale par l’Empire russe qui en fait son gouvernement de Bessarabie, dont Chișinău devient la capitale sous le nom russifié de Kichinev (en russe : Кишинёв, également transcrit Kichiniov). En fait, pour donner une capitale impériale à leur nouvelle province (dirigée au début de manière autonome et selon le droit moldave par le hospodar Scarlat Sturdza (ro)), les autorités russes adjoignent cinq villages voisins au bourg de Chișinău (initialement situé autour de la butte où s’élève l’église Măzărache (ro)) : Buiucani-Vovinţeni fusionnés, Hrușca, Visterniceni, et ultérieurement Râșcani et Muncești. Ce regroupement en une seule municipalité s’accompagne de la construction, sur le plateau au-dessus du vieux bourg moldave, d’une ville nouvelle en damier peuplée de colons venus de tout l’Empire russe : russes bien sûr (surtout fonctionnaires et militaires), mais aussi ukrainiens (ouvriers, jardiniers), juifs (commerçants, artisans), arméniens (idem), allemands (charpentiers, menuisiers, maçons...) ou polonais (idem)[10].

En 1834, est établi un plan hippodamien pour la nouvelle ville, aux rues se coupant à angle droit. L’un des principaux architectes de la seconde moitié du XIXe siècle est Alessandro Bernardazzi (Alexandru Bernardații en moldave, Александр Осипович Бернардаций en russe), d'origine tessinoise mais né en Russie, auteur entre autres de l'Hôtel de ville de Chișinău).

Durant le XIXe siècle, les Russes construisent des casernes, des bâtiments administratifs, une cathédrale russe et le chemin de fer pour écouler les produits agricoles vers Odessa. Après plusieurs années de sécheresse, la situation économique se dégrade ; en 1903 et 1905 ont lieu deux pogroms, prélude aux assassinats de Juifs[11] pendant la Seconde Guerre mondiale.

La population de la ville reste très cosmopolite jusqu’en 1940 (avec de nombreux réfugiés russes blancs, juifs, grecs fuyant l’URSS, ukrainiens fuyant la famine et arméniens fuyant l’Asie mineure, pris en charge par l’Office international Nansen pour les réfugiés)[12]. Les déportations et les massacres des années 1940-1950 par les régimes fasciste roumain et stalinien soviétique diminuent la population ; cette diminution est numériquement compensée à partir de 1945 par l’afflux de Russes, Ukrainiens et Juifs venus de toute l’URSS et de Moldaves venus de la campagne environnante[13].

La ville est aujourd’hui la plus grande du pays avec 752 000 habitants (2002). C’est un important centre industriel et tertiaire (commerces, services).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

La ville comprend les cinq arrondissements du Centre, de Buiucani, de Botanica, de Rîșcani et de Ciocana.

L'agglomération du Grand Chișinău comprend 18 communes, la municipalité elle-même, six villes et trois villages.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Cette liste est donnée à titre indicatif en raison de la variabilité des translittérations des noms et du fait que certains maires ont effectué plusieurs mandats en alternance les uns avec les autres. Il n'y a eu de maires élus que dans les périodes 1917-1928 et depuis 1991 ; en dehors de ces périodes, ils étaient nommés soit par le gouvernement impérial russe, soit par le gouvernement roumain. En Union soviétique, la fonction de maire n'existait pas avant 1986 et l'administration de la ville était assurée par les secrétaires généraux des échelons locaux du PCUS.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1817 1821 Anghel Nour Empire russe  
1831 1834 Stavru Dimu (ro) Empire russe  
1834 1838 Dimitrie Lovcinski (ro) Empire russe  
1838 1842 Panteleimon I. Sinadinos (ro) Empire russe  
1842 1847 Dimitrios Dourdouphi Empire russe  
1847 1851 Dumitru Mincu Empire russe  
1851 1855 Anghel Nicolau Empire russe  
1856 1863 Adam Krijanovski (ro) Empire russe  
1863 1870 Pavel Gumalic (ro) Empire russe  
1871 1876 Clemente Șumanski (ro) Empire russe  
1877 1903 Karl Schmidt (ro)[14] Empire russe Démissionne en protestation contre un pogrom
1905 1907 Panteleimon Sinadinos junior (ro) Empire russe  
1907 1910 Léopold Sitzintski (ro) Empire russe  
1910 1917 Julien Lévinski (ro) Empire russe  
1917 1917 Alexander Schmidt (ro) République russe  
1918 1918 Vladimir Hertza (ro) République démocratique moldave  
1919 1920 Teodor Cojocaru (ro) Royaume de Roumanie, libéral  
1921 1923 Vasile Bârcă (ro) Royaume de Roumanie, libéral  
1923 1924 Gherman Pântea (ro) Royaume de Roumanie, libéral  
1924 1926 Nicolae Bivol (ro) Royaume de Roumanie, libéral  
1926 1927 Sebastian Teodorescu (ro) Royaume de Roumanie, parti paysan  
1927 1931 Ion Negrescu (ro) Royaume de Roumanie, libéral  
1931 1932 Constantin Ionescu (ro) Royaume de Roumanie, libéral  
1932 1933 Dimitrie Bogos (ro) Royaume de Roumanie, parti paysan  
1933 1936 Ion Costin (ro) Royaume de Roumanie, parti paysan  
1936 1937 Aleksandr Sibirski (ro) Royaume de Roumanie  
1937 1938 Constantin Dardan (ro) Royaume de Roumanie  
1938 1940 Vladimir Cristi (ro) Royaume de Roumanie  
1940 1941 Occupation militaire Union soviétique Armée rouge, NKVD
1941 1941 Hannibal Dobjanski (ro) Union soviétique  
1941 1944 Régime militaire Royaume de Roumanie  
1944 1956 Régime militaire Union soviétique Armée rouge, NKVD
1956 1985 Secrétaires généraux du PCRM de Chișinău Union soviétique Section locale du PCUS
1990 1994 Nicolae Costin (ro) Moldavie, Front populaire  
août 1994 avril 2005 Serafim Urechean libéral  
avril 2005 avril 2005 Mihai Furtună (ro) sans Maire par intérim
avril 2005 janvier 2007 Vasile Ursu (ro) libéral  
janvier 2007 juin 2007 Veaceslav Iordan (ro) PCRM Maire par intérim
juin 2007 juillet 2017 Dorin Chirtoacă PL  
août 2017 novembre 2017 Nistor Grozavu PL Maire par intérim
novembre 2017 avril 2018 Silvia Radu PDM Maire par intérim
avril 2018 juin 2018 Ruslan Codreanu PPEM Maire par intérim
juin 2018 en cours Andrei Năstase PPDA  

Jumelage[modifier | modifier le code]

La ville de Chișinău est jumelée avec[15] :

La ville de Chișinău possède des accords de partenariats avec :

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
AnnéePop.±%
1959258 910—    
1970415 956+60.7%
1979589 140+41.6%
1989770 948+30.9%
2004712 218−7.6%
2014469 402−34.1%
Source : Recensements[16]
Composition ethnique en 2014[16]
Groupe ethnique %
Moldaves et Roumains 81,7
Russes 9,3
Ukrainiens 5,9
Autres 1,3
Bulgares  1,1
Gagaouzes 0,7
Roms 0,1

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il existait entre les deux guerres mondiales à Chișinău une faculté de lettres et philologie et un séminaire orthodoxe, mais l'Université d'État de Moldavie (en roumain : Universitatea de Stat din Moldova) a été ouverte en 1946 et dispense aujourd’hui treize cours.

Santé[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Quatre clubs de football évoluent en première division du championnat moldave : le FC Zimbru Chișinău, le FC Dacia Chișinău le FC Academia Chișinău et le CSCA-Rapid Chișinău. Le stade Zimbru est l'enceinte sportive principale de la ville.

Économie[modifier | modifier le code]

Chișinău est la ville la plus industrialisée et la plus importante économiquement de la Moldavie.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Fête annuelle de la ville[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Panorama de Chișinău.
Panorama de Chișinău.

Personnalités célèbres[modifier | modifier le code]

L'astronome Nicolae Donici (timbre-poste moldave).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La langue officielle de la Moldavie a une double dénomination légale :
    • « Roumain » (limba română /'limba ro'mɨnə/) aux termes de la déclaration d’indépendance de 1991 et de l’arrêt no 36 de la Cour constitutionnelle du 5 décembre 2013 (source : [1]) ;
    • « Moldave » (limba moldovenească /'limba moldoven'e̯ascə/) selon l’article 13 de la Constitution : Constitution de la République de Moldavie)
  2. L'usage des diacritiques étrangères n'est pas recommandé par la Commission d'enrichissement de la langue française : JO du 24 septembre 2008 [2] ; toutefois, cette recommandation vaut surtout pour les noms communs.
  3. Orthographe habituelle dans les textes en français entre 1945 et 1991.
  4. (hu) Gyula Kristó (dir.), Pál Engel et Ferenc Makk, Korai magyar történeti lexikon (9-14. század) [« Encyclopédie des premiers temps de l'histoire hongroise (9e-14e siècles) »], Budapest, Akadémiai, (ISBN 963-05-6722-9).
  5. Selon l'historien Ștefan Ciobanu (en), et aussi (ro) « Istoria Orașului I » (version du 1 mars 2012 sur l'Internet Archive), sur BasarabiaVeche.com.
  6. Grande Encyclopédie soviétique, éditions successives.
  7. réseau routier sur via michelin
  8. aéroport de la ville
  9. (ro) « Istoria orașului în general », sur Chișinău, orașul meu (consulté le 9 février 2015).
  10. Présentant Chișinău à un visiteur français, le géographe russe Zastchouk lui dit : « C'est notre Far West ici » : A. Zastchouk: La Province de Bessarabie : matériaux pour la géographie et la statistique de l'Empire, Saint-Pétersbourg 1862 ; voir aussi (ro) « Istoria orașului în general », sur Chișinău, orașul meu (consulté le 9 février 2015).
  11. Memories of the Holocaust: Kishinev (1941-1944) sur jewishvirtuallibrary.org Les pogroms et la Seconde Guerre mondiale.
  12. Anthony Babel, La Bessarabie, Félix Alcan, Genève, 1936.
  13. Nikolaï Feodorovitch Bugaï, Депортация народов из Украины, Белоруссии и Молдавии // Лагеря, принудительный труд и депортация. Германия. Эссен. 1999. (1.3) : La Déportation des peuples d'Ukraine, de Biélorussie et Moldavie, Essen (Allemagne) : Dittmar Dahlmann et Gerhard Hirschfeld, 1999, p. 567-581.
  14. Karl Schmidt en tant que maire
  15. Orașe înfrățite
  16. a et b (ro) « Caracteristici - Populație 1 (populația pe raioane, sexe, vârste, etnie, limba maternă, limba vorbită) », sur statistica.md.
  17. Musée national d’ethnographie et d’histoire naturelle

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Andrei Brezianu et Vlad Spânu, The A to Z of Moldova, Scarecrow Press, 2010, 444 p. (ISBN 9780810872110) (nombreuses références)
  • (en) Katrin Klingan, Ines Kappert (et al.), Leap into the city: Chișinău, Sofia, Pristina, Sarajevo, Warsaw, Zagreb, Ljubljana : cultural positions, political conditions : seven scenes from Europe, DuMont Literatur und Kunst Verlag, Köln, 2006, 597 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]