Tengrisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Daychin Tengry
Cachet de Güyük Khan, dans une lettre de 1246 : Dans la force du ciel éternel, du khan océanique du peuple des grands Mongols, l'ordre. S'il arrive à des peuples soumis, qu'ils le respectent et qu'ils le craignent !

Le tengrisme ou parfois tangraïsme (en turc: Tengri, Tanrı, Gök Tanrı, en mongol : Тэнгэр шүтлэг, Tenger shütleg, culte (ou religion) du ciel) était la croyance majeure des Xiongnu, puis des Xianbei qui comptaient des populations turques et mongoles durant l'Antiquité tardive (IIIe et VIe siècles) et le haut Moyen âge (VIe et XIIIe siècles). C'était, entre autres, la croyance des élites dirigeantes des populations d'Asie centrale, des Huns, des Proto-Bulgares et des premiers Magyars. Il se concentre autour de la divinité du ciel éternel, Tengri (également transcrit en Tangri, Tanrı, Tangra, etc.), et intègre des éléments du chamanisme, de l'animisme, du totémisme et du culte des ancêtres[1],[2],[3],[4].

Étymologie[modifier | modifier le code]

« Khökh » ou « Gök » et « Tengri » signifient littéralement « bleu » et « ciel » en langue turque et mongole. Certains Turcs et Mongols prient encore le « Bengü Gök Tengri » (turc : « Éternel ciel bleu/dieu »), « Mönkh Khökh Tenger » (mongol : хөх Мөнх Тэнгэр, « Éternel ciel bleu »). Par conséquent, la Mongolie est appelée les « terres du Dieu céleste » (mongol : хөх Мөнх Тэнгрийн орон « Mönkh Khökh Tengriin Oron »). Aujourd'hui, le tengrisme est parfois appelé Gök Tanrı en Turquie. En turc, « Gök » et « Tanrı » ont respectivement la même signification que les mots mongols « Khökh » et « Tenger ». Aujourd'hui, il existe encore un grand nombre de personnes croyant au tengrisme, notamment en Asie, comme les Khakasses et les Touvains. En Mongolie, le tengrisme a absorbé des pratiques religieuses bouddhistes par syncrétisme dans ce que l'on appelle le chamanisme jaune.

Principes[modifier | modifier le code]

Nazar boncuk, amulette du tengrisme (Turquie)

Dans le tengrisme, le sens de la vie dépend des actions de chaque humain ou groupe humain face au monde environnant : ciel, terre, eau, feu, êtres vivants. Chaque humain et chaque groupe a une « âme », mais l'âme supérieure du « Tengri » (ciel, univers, père) est le « Gök » (bleu, élévation, éternité) où résident les âmes sacrées des ancêtres qui veillent sur l'« ötüken » ou « ételköz » (terres sacrées, abondance, mère)[5].

Pratique[modifier | modifier le code]

Le tengrisme a reculé au cours de l'histoire au profit de religions régionales, en fonction de l'histoire de la région.

Chez les Mongols (Bouriates, Kalmouks, Mongols orientaux, à partir du XIIIe siècle depuis l'invasion du Tibet sous le règne du khagan Möngke de Kubilai Khan), le bouddhisme tibétain a été adopté, par les empereurs, favorisant leur adoption par les populations. Au XXe siècle, l'athéisme a pris le devant, suite à la montée des courants politiques issus des mouvements du siècle des lumières en Europe, tel que le communisme, au grès des révolutions, qui remplace les anciennes monarchies et leur notion de droit divin. Un retour moins important du bouddhisme, à partir des années 1990, après la chute de l'URSS. Cette dernière pratique touche environ la moitié de la population dans les années 2010. La vénération de Gengis Khan, figure majeure du tengrisme sous son règne, est restée une pratique majeure sur l'ensemble des populations mongoles, ainsi que les Kazakhs orientaux.

Chez les Proto-Bulgares, les Magyars (principalement Hongrie) et les ouraliens le christianisme orthodoxe est devenu la religion dominante.

Parmi une grande partie des peuples turcs dont les Bachkirs et les Tatars, l'islam.

le tengrisme est par contre toujours activement pratiqué dans la République de Sakha, en Bouriatie, dans la république de Touva, en Mongolie, parallèlement au bouddhisme tibétain, au bourkhanisme et au chamanisme jaune (syncrétisme chamainiste-bouddhiste), avec des foyers plus importants de chaminismes dans certains aïmags. Enfin, chez les minorités turques de l'ouest de la Mongolie, de Sibérie, au Kirghizistan, et à l'est du Kazakhstan, le tengrisme est resté très présent.

Références[modifier | modifier le code]

  1. R. Meserve, Religions in the central Asian environment. In: History of Civilizations of Central Asia, Volume IV, The age of achievement: A.D. 750 to the end of the fifteenth century, Part Two: The achievements, p. 68 :
    • "[...] La religion impériale était plus monothéiste, centrée autour du Dieu omnipotent Tengri, le Dieu du ciel."
  2. Michael Fergus, Janar Jandosova, Kazakhstan: Coming of Age, Stacey International, 2003, p.91:
  3. H. B. Paksoy, Tengri in Eurasia, 2008
  4. Napil Bazylkhan, Kenje Torlanbaeva in: Central Eurasian Studies Society, Central Eurasian Studies Society, 2004, p.40
  5. H. B. Paksoy, Tengri in Eurasia, 2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]