Juifs des montagnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Juifs des montagnes
Description de cette image, également commentée ci-après
Femmes juives du Caucase. Photo : Vittorio Sella

Populations significatives par région
Drapeau d’Israël Israël entre 100 000 et 140 000
Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan entre 22 000 et 50 000
Drapeau des États-Unis États-Unis entre 10 000 et 40 000
Drapeau de la Russie Russie 762 (2010)
Autres
Langues Hébreu, Russe, Azéri et Juhuri
Religions Judaïsme
Ethnies liées Juifs

Les Juifs des montagnes habitent principalement le versant nord du Caucase oriental : leur population est surtout concentrée au Daghestan. Ils sont aussi appelés Juifs Juvuro, Juifs Juhuro, Juifs de la montagne (Mountain Jews, en anglais) ou encore Juifs caucasiens, mais ce dernier terme a un sens plus large car il inclut les Juifs géorgiens et les ashkénazes vivant au Caucase, notamment à Batoum, Tbilissi et Bakou.

Auto-appellation[modifier | modifier le code]

Ils se désignent entre eux sous le nom de Juhuro (ou Juvuro, en langue kouba), signifiant « Juifs » : dans cette langue, les ashkénazes venus de Russie sont nommés Juhuro Esghenezini alors que les autochtones s'auto-désignent comme Juhuro Imuni (« juifs de notre région », donc du Caucase oriental), ou encore Ivri (Hébreux) ou Yehudi. Dans les écrits bibliographiques, ils apparaissent aussi comme Juifs du Caucase Est, Dağ Çufut (« Juifs de la montagne » en langues turques), Juhurs ou Juifs tats. En russe, ce sont les Gorskyie Yevrei (Горские евреи, « Juifs de la montagne »).

Localisation[modifier | modifier le code]

La majorité vit au Daghestan, plus particulièrement dans le raion des Kaïtagues (notamment à Madjalis), à Magaramkend, à Derbent (ville la plus méridionale de la Russie) et à Makhatchkala (capitale du Daghestan). Ils vivent aussi dans quelques villages d'Azerbaïdjan dont Qırmızı Qəsəbə (en), village connu pour être quasi-intégralement juif. De 1970 à 1990, la majorité a émigré en Israël, aux États-Unis ou à Moscou.

Il est difficile d'évaluer la population car ces juifs ont été intégrés, lors des recensements, au total des populations juives. En 1979, ils étaient 19 000 au Daghestan et 35 000 en Azerbaïdjan. La proportion de « Juifs de la montagne » est inconnue. Le site Web ethnologue.com[réf. à confirmer] estime le chiffre total à 101 000. Quelque 70 000 vivent en Israël.

Langue[modifier | modifier le code]

Ils parlent le juhuri, ou judéo-tat (moyen perse, langue iranienne de l'époque sassanide, aussi appelée pehlevi). Le juhuri est une branche iranienne des langues indo-européennes qui ressemble à la langue des musulmans Tats d'Azerbaïdjan, mais avec un important lexique hébreu et des caractéristiques linguistiques sémites, y compris le aïn guttural.

Au début du XXe siècle, les Juhuro utilisaient l'écriture hébraïque (et donc l'alphabet hébreu), puis durent passer à l'alphabet latin durant la « korénisation (en) », pour finalement adopter, non sans contrainte, l'alphabet cyrillique russe à partir de 1924.

Galerie[modifier | modifier le code]

Origine ethnique et histoire[modifier | modifier le code]

Les ancêtres des Juifs des montagnes sont, à l'origine, des Juifs perses venus du sud-ouest de la Perse (Iran actuel). Leur langue est le moyen perse de l'ère Sassanide (224-650). L'écriture correspondante est le « Pahlavi », déformation du mot « parthe », du nom du peuple et de la civilisation du même nom du nord-est de l'Iran (250 av. J.-C./226 ap. J.-C.).

Les Juifs de la montagne se sont établis en « Albanie caucasienne » aux Ve et VIe siècles et on tissé des liens avec les populations du Daghestan voisin. Selon leur propre tradition, ils seraient arrivés dans le Caucase oriental en -722.

Il y a trois hypothèses sur leurs origines :

  • L'une affirme que les Parthes et les Sassanides ont installé des colonies juives dans le Caucase comme sentinelles, pour les prévenir les incursions de tribus nomades venant de la steppe pontique.
  • Une autre soutient la thèse des Tats convertis au judaïsme (mais inversement, une autre encore suppose que les Tats musulmans actuels sont d'anciens juifs Tat convertis).
  • Une troisième enfin évoque une ascendance khazare, assez improbable d'ailleurs car les Juifs des montagnes sont attestés au Caucase bien avant le royaume Khazar. Mais une alliance avec le Khanat Khazar n'est pas improbable et des juifs khazars ont pu se réfugier ici et grossir la communauté après la chute du royaume Khazar entre les Xe siècle et XIe siècle.
Juifs du Caucase (accusés de « crime rituel »), 1879

Ces Juifs Mizrahim sont descendus de leurs montagnes vers les plaines et les villes côtières de la Caspienne entre le XVIIIe et le XIXe siècle mais ont conservé ce nom de « Juifs des montagnes ». Dans les villages (aouls, terme Tatar désignant un village fortifié du Daghestan), ils avaient un quartier bien à eux, ainsi que dans les villes. Ils ont adopté la tenue vestimentaire des montagnards mais conservé les rites et codes religieux juifs. Alors qu'ailleurs en Asie centrale on leur interdisait de posséder ou cultiver la terre, ici et au XIXe siècle ils étaient fermiers, cultivateurs, céréaliers… La culture du riz était leur plus ancienne tradition mais ils élevaient aussi le ver à soie et cultivaient l'abricotier, le tabac et la vigne. Juifs, Géorgiens et Arméniens voisins pratiquaient aussi la vinification, interdite aux musulmans par leur religion. C'étaient aussi de bons tanneurs : le tannage était leur 3e activité après l'agriculture et la culture vivrière. Dans les villes, ils pratiquaient le commerce et l'artisanat.

En 1918-1919, lors des affrontements tripartites entre bolcheviks, nationalistes arméniens de la Fédération révolutionnaire arménienne et musulmans azerbaïdjanais, 3 000 civils juifs et lezghiens ont été massacrés à Quba en Azerbaïdjan[1].

À l'époque soviétique, on les autorisait à perpétuer leurs activités économiques, mais seulement sous le contrôle des structures collectives de type kolkhoze. Actuellement ils vivent côte à côte avec les autres groupes ethniques. Avant l'ère soviétique, les enfants (garçons seulement) étaient scolarisés à la synagogue. Puis apparurent de nouvelles écoles élémentaires laïques et obligatoires, où l'enseignement était dispensé en russe et tat jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale. Le premier journal en langue juhuro (Zakhmetkhech : « les Travailleurs ») parut en 1928. Après la guerre, le russe devint la langue unique pour l'enseignement au Daghestan et le journal cessa de paraître. Néanmoins, les intellectuels juifs sont toujours très actifs sur la scène culturelle du Daghestan (acteurs, écrivains, poètes…).

Après leur alya, environ 50 000 Juifs des montagnes vivent en Israël. Il resterait, en 2002, 3 394 Juifs des montagnes sur le territoire russe.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph de Baye, Les juifs des montagnes et les Juifs géorgiens : souvenirs d'une mission, Nilsson, Paris, 1902, 36 p.
  • Henri Dorion et Arkadi Tcherkassov, « Juifs des montagnes », in Le russionnaire : petite encyclopédie de toutes les Russies, éd. MultiMondes, Sainte-Foy (Québec), 2001, p. 123 (ISBN 2-89544-010-7)
  • (en) Liya Mikdash-Shamailov, Mountain Jews : customs and daily life in the Caucasus (tra. de l'hébreu par Edward Levin), Israel Museum, Jérusalem, 2002, 160 p. (ISBN 978-965-278-315-8)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]