Religion au Kazakhstan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Grande Mosquée d'Almaty

Ce grand pays assez peu peuplé (18 000 000 Kazakhstanais en 2018), entre Asie centrale et Europe de l'Est, offre un paysage religieux assez proche de celui de ses deux voisins du Sud, l'Ouzbékistan et le Turkménistan.

Recensement de 2009[modifier | modifier le code]

D'après le recensement de 2009, les religions du Kazakhstan, qui est depuis la Constitution du une république laïque[1] sont l'islam (70,2 %) principalement sunnite et le christianisme (26,2 %) principalement orthodoxe, le bouddhisme (0,1 %), le judaïsme avec 5 300 personnes et d'autres (0,2 %)[2]. Les non-croyants sont 2,8 % et ceux qui n'ont pas désiré répondre, 0,5 %[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Islam[modifier | modifier le code]

L'islam principalement sunnite, avec 70,2 % de la population, est pratiqué par les Kazakhs ainsi que des minorités telles que les Tatars, les Bachkirs, les Ouzbeks ou les Ouïghours. L'arrivée de l'islam date de la fin du Xe siècle[réf. nécessaire]. Au XIIe siècle, le soufi Ahmed Yasavi joua un rôle majeur dans le développement de l'islam dans la région. Le tengrisme a disparu en laissant quelques traits, comme l’appellation Tengri concurrente d'Allah pour Dieu. L'orthodoxie est pratiquée par les Russes, et certains Ukrainiens et Biélorusses.

Christianisme[modifier | modifier le code]

La religion catholique est pratiquée dans quelques régions (principalement au nord du pays) mais le nombre de fidèles, d'origine polonaise ou allemande, tend à se réduire, ces derniers quittant progressivement le Kazakhstan pour rejoindre leur pays d'origine (le pape Jean-Paul II a effectué une visite à Astana du 22 au ). Il en va de même pour le judaïsme : même si une synagogue, a été récemment bâtie à Astana, les citoyens de confession juive ont en majorité émigré en Israël.

Depuis l'indépendance (1990)[modifier | modifier le code]

Depuis l'indépendance du pays, une relative renaissance des religions a vu le jour. Un nombre important de mosquées mais aussi d'églises a été bâti. Les religions tendent pour certains à combler le vide idéologique laissé par la disparition du dogme communiste ; elles sont aussi un moyen d'affirmer son appartenance culturelle : le retour à l'islam constitue un élément de l'affirmation de l'identité kazakhe et la pratique du christianisme (orthodoxe ou catholique) offre un point de regroupement aux populations slaves dont le nombre ne cesse de diminuer[réf. nécessaire].

Repères en 2020[modifier | modifier le code]

Pour une population d'approximativement 18 000 000 habitants[3] :

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]