Latinisation en Union soviétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un journal kazakhe en écriture latine de 1937. Publié à Almaty, RSS de Kazakhstan, URSS

La latinisation en Union soviétique (russe : латиниза́ция, latinizatsia) est une campagne de création de nouveaux alphabets et de replacement des alphabets existants pour les langues des peuples de l'URSS par des alphabets latins modifiés dans les années 1920 et 1930 dans le but d'éliminer l'analphabétisme parmi la population dans le cadre de la politique d'indigénisation.

Histoire[modifier | modifier le code]

La latinisation a commencé avec des langues qui utilisaient une écriture basée sur l'alphabet arabe. Le mouvement pour utiliser l'alphabet latin au lieu de l'alphabet arabe a commencé en 1921 en Azerbaïdjan et dans le Caucase du Nord (Ingouchie, Ossétie du Nord et Kabardie). Le premier congrès turcologique s'est tenu à Bakou en , au cours duquel des représentants des peuples turcophones, avec la participation d'érudits turcophones de Leningrad et de Moscou, ont décidé de l'opportunité d'appliquer l'expérience de l'Azerbaïdjan à la latinisation dans d'autres républiques et régions autonomes de l'URSS. Pour guider ce travail, le Comité central de toute l'Union du nouvel alphabet turc (en russe Всесоюзный центральный комитет нового тюркского алфавита) a été créé. Le premier plénum du Comité central panrusse de l'ETS, tenu à Bakou en 1927, a adopté le projet de nouvel alphabet turc unifié de 34 lettres (Yanalif) avec des caractères supplémentaires introduits selon les besoins pour certaines langues[1].

À la fin des années 1930, la plupart des langues de l'URSS étaient traduites en latin.

Les alphabets des langues suivantes ont été latinisés ou recréés[2]:

Les langues suivantes ont été rédigées et approuvées:

Mais ils n'ont pas été présentés. Des projets de latinisation pour tous les autres alphabets des peuples de l'URSS ont été développés.

Le , par décret du Comité exécutif central et du Conseil des commissaires du peuple de l'URSS «Sur le nouvel alphabet latinisé des peuples de l'écriture arabe de l'URSS», la transition vers le latin a été officialisée. La transition vers le nouvel alphabet des journaux et magazines, maisons d'édition, établissements d'enseignement. Depuis 1930, une nouvelle étape de la latinisation a commencé: la transition vers un nouvel alphabet de peuples d'autres groupes linguistiques.

Au total, entre 1923 et 1939, des alphabets ont été créés sur la base de l'alphabet latin pour 50 langues (sur 72 langues de l'URSS qui avaient une langue écrite). Il est caractéristique que l'alphabet latin ait été adapté pour la langue Iakoute et la langue Komi, dans lesquelles il y avait des alphabets à base cyrillique développés par des missionnaires orthodoxes. Dans les langues Mari, Mordovian et Oudmourt, l'utilisation de l'alphabet cyrillique s'est poursuivie même pendant la période de latinisation maximale[3].

Cependant, en 1936, une nouvelle campagne a commencé - pour traduire toutes les langues des peuples de l'URSS en cyrillique, qui a été essentiellement achevée en 1940 (l'allemand, le géorgien, l'arménien et le yiddish sont restés hors de la circulation des langues courantes en URSS, les trois dernières n'étaient pas non plus latinisées). Plus tard, le polonais, le finnois, le letton, l'estonien et le lituanien sont également restés incurvés, bien que ces derniers aient tenté de se cyrilliser à la fin du XIXe - début du XXe

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ru) Алфавит Октября. Итоги введения нового алфавита среди народов РСФСР, М.,‎ (lire en ligne), p. 156—160
  • (ru) « Новый алфавит », dans Большая российская энциклопедия, t. 23, Москва,‎ , 244–245 p. (lire en ligne)
  • (ru) « Новый алфавит », dans Литературная энциклопедия: В 11 т. — [М.], 1929–1939., t. 8, М., ОГИЗ РСФСР, гос. словарно-энцикл. изд-во "Сов. Энцикл.",‎ , 139–142 p. (lire en ligne)
  • (ru) Революция и письменность, М.; Л. (no 1-2),‎
  • (ru) А. М. Сухотин, « К вопросам алфавитной политики », Просвещение национальностей, nos 4–5,‎
  • (ru) Н. Ф. Яковлев, « Итоги унификации алфавитов в СССР », Советское строительство, no 8,‎
  • (ru) В. М. Алпатов, 150 языков и политика. 1917—2000. Социолингвистические проблемы СССР и постсоветского пространства, М.,‎