Premier congrès sioniste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les délégués au Premier Congrès Sioniste, qui s'est tenu à Bâle, Suisse en 1897.

Le Premier congrès sioniste (hébreu : הקונגרס הציוני הראשון) est le nom donné au premier des congrès sionistes qui s'est tenu à Bâle, en Suisse, du 29 août au 31 août 1897. Ce fut le premier congrès de l'Organisation sioniste (qui deviendra l'Organisation sioniste mondiale en 1960). Il fut réuni[1] et présidé[2] par Theodor Herzl, le fondateur du sioniste moderne. Les conséquences les plus importantes de ce congrès furent  : la formulation de la plate-forme sioniste, plus connue sous le nom de programme de Bâle ; la fondation de l'Organisation sioniste mondiale ; et l'adoption de l'Hatikvah comme hymne (qui était déjà alors l'hymne des Amants de Sion et qui deviendra plus tard l'hymne national de l'État d’Israël).

Les origines[modifier | modifier le code]

La salle de concert à Bâle dans laquelle le congrès s'est tenu.

Le premier congrès sioniste fut créé par Theodor Herzl en tant que parlement symbolique pour tous ceux qui soutenaient la mise en œuvre des objectifs du sionisme. Initialement, le congrès aurait dû avoir lieu à Munich, en Allemagne. Cependant, en raison de l'opposition des responsables locaux des juifs orthodoxes et des juifs réformés, M. Herzl décida de transférer le rassemblement dans la ville de Bâle. Le congrès s'est tenu dans la salle de concert du Casino municipal de Bâle le 29 août 1897[1],[2].

Le congrès[modifier | modifier le code]

Theodor Herzl fut le président de ce congrès auquel assistèrent quelque 200 participants, venant de 17 pays, dont 69 étaient des délégués de différentes sociétés sionistes et le reste étaient des personnes présentes à titre personnel[1]. 10 non juifs étaient également dans l'assistance, et ils étaient censés s'abstenir de voter[1]. 17 femmes participèrent au congrès, certaines à titre individuel et les autres accompagnant des représentants, et bien qu'elles participassent, elle n'eurent toutefois pas le droit de voter[1]. Les femmes devinrent membres de plein droit l'année suivante, lors du deuxième congrès sioniste[1].

Après une cérémonie d'ouverture pendant laquelle les représentants arrivèrent en tenue de soirée, queue-de-pie et cravate blanche, le congrès passa à l'ordre du jour dont les principaux points étaient[1] :

Durant ce congrès, Theodor Herzl fut élu président de l'Organisation sioniste et Max Nordau l'un des trois vice-présidents élus. En outre, un Comité d'actions internes et un Comité des grandes œuvres furent composés pour s'occuper des affaires du mouvement entre les congrès.

Le programme de Bâle[modifier | modifier le code]

Le « Programme de Bâle ».

Le second jour des délibérations, le 30 août, un texte fut proposé au congrès, issu du travail d'un comité sous la présidence de Max Nordau, et qui stipulait que :

« Le sionisme vise à établir pour le Peuple juif une patrie en Palestine qui soit garantie par le droit public. »

Cela exprimait clairement le Sionisme politique de Herzl, par opposition aux activités orientées vers l'implantation des Amants de Sion, mouvement moins bien organisé[2]. Pour faire un geste en faveur de la demande de nombreux délégués, dont le principal représentant était Leo Motzkin, qui souhaitaient inclure l'expression « par le droit international », une formule de compromis proposée par Herzl fut finalement adoptée[1]. Ainsi le programme politique, qui sera ensuite connu sous le nom de Programme de Bâle, énonce les objectifs du sionisme. Il fut adopté dans ces termes[1] :

« Le sionisme vise à établir pour le Peuple juif une patrie reconnue publiquement et légalement en Palestine. Pour atteindre cet objectif, le congrès considère que les moyens suivants peuvent être utilisés :

  1. La promotion de l'établissement en Palestine d'agriculteurs, artisans et marchands juifs ;
  2. La fédération de tous les juifs, en groupes locaux ou nationaux en fonction des lois de leurs différents pays ;
  3. Le renforcement du sentiment juif, et de la conscience juive ;
  4. Toute mesure préparatoire à l'obtention des accords gouvernementaux qui sont nécessaires à la réalisation de l'objectif sioniste. »

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Le premier congrès sioniste est crédité des réalisations suivantes :

Theodor Herzl a écrit dans son journal (1er septembre 1897)[3] :

« Si je devais résumer le congrès de Bâle en une seule phrase — que je me garderai de prononcer publiquement — je dirais : à Bâle, j'ai fondé l'État juif[2]. Si je disais cela à haute voix aujourd'hui, je serais accueilli par un fou rire général. Peut-être dans cinq ans et certainement dans cinquante ans, tout le monde s'en rendra compte. »

Par la suite…[modifier | modifier le code]

Article principal : Organisation sioniste mondiale.

Les congrès suivants fondèrent différentes institutions pour la promotion de ce programme, notamment une banque du peuple connu sous le nom de Jewish Colonial Trust (devenue depuis la Bank Leumi), qui a été l'instrument financier du sionisme politique. Sa création a été suggérée lors du premier congrès sioniste en 1897 ; le premier pas véritable pour cette institution a eu lieu lors du deuxième congrès sioniste à Cologne, en Allemagne, en mai, 1898[4]. Lors du cinquième congrès sioniste, le Fonds national juif est fondé pour l'achat de terres et, plus tard, la Commission sioniste (qui deviendra l'Agence juive) est fondée avec plusieurs filiales pour l'étude et l'amélioration des conditions sociales et économiques pour les Juifs en Palestine.

Le congrès sioniste s'est réuni chaque année de 1897 à 1901, puis, à l'exception des années de guerre, tous les 2 ans entre 1903 et 1913 puis 1921 et 1939. En 1942, une Conférence extraordinaire sioniste a été organisée et a annoncé changement d'orientation fondamental de la politique sioniste traditionnelle[5], avec la demande que[6] :

« la Palestine soit créée comme un Commonwealth juif. »

Cela devint la position officielle du sionisme sur l'objectif ultime du mouvement[5]..

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, les réunions ont eu lieu environ tous les quatre ans, et depuis la création de l'État d'Israël, le Congrès a lieu à Jérusalem.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jewish Virtual Library: The First Zionist Congress and the Basel Program
  2. a, b, c et d JAFI: Zionist Congresses: First Congress - Basle (Basel), 1897
  3. La deuxième partie de cette phrase, se référant aux 50 années à venir, peut être trouvée à Jewish Agency for Israel, Jewish Zionist Education > Compelling Content > Israel and Zionism > The First 120 Years > Chapter Two: The Seven Years of Herzl.
  4. Jewish Encyclopedia: Jewish Colonial Trust, The (Jüdische Colonialbank)
  5. a et b American Jewish Year Book Vol. 45 (1943-1944) Pro-Palestine and Zionist Activities, pp 206-214
  6. Michael Oren, Power, Faith and Fantasy, Decision at Biltmore, pp 442-445

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :