Maison de Valois-Bourgogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La maison de Valois-Bourgogne est une branche cadette (en) de la maison de Valois, née de la concession du duché de Bourgogne par le roi de France Jean II le Bon à son fils Philippe le Hardi, en 1363. Elle est souvent qualifiée de « seconde maison de Bourgogne » pour la distinguer de la maison capétienne de Bourgogne[Note 1], issue de Robert Ier de Bourgogne (1011-1076)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La dynastie des ducs de Bourgogne, outre le duché bourguignon, gouverne de 1363 à 1482 par mariages successifs, achats ou conquêtes, de vastes territoires, notamment dans la région des anciens Pays-Bas. Premiers pairs de France, les ducs prennent la tête du parti bourguignon dans la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, au cours de laquelle Jean sans Peur est assassiné, poussant son fils Philippe le Bon à s'allier avec les Anglais dans la guerre de Cent Ans — une alliance finalement rompue en 1435 par le traité d'Arras[2].

Les ducs de Bourgogne de la maison de Valois rivalisent dès lors en prestige avec leurs cousins royaux, ayant uni un grand nombre de fiefs français et impériaux, parmi les plus riches d'Europe, sous leur domination. Cependant, le projet d'ériger cet État bourguignon en royaume autonome échoue lorsque le dernier duc, Charles le Téméraire, est tué à la bataille de Nancy en 1477. Le dernier souverain de la dynastie, la duchesse Marie de Bourgogne, tente d'affirmer son autorité et, ce faisant, se marie à Maximilien de Habsbourg. La majeure partie de ses terres passent à sa mort à son fils aîné, Philippe le Beau, mais le duché de Bourgogne lui-même revient au domaine royal français. Marie meurt en 1482, mettant ainsi fin à la maison de Valois-Bourgogne[2]. La descendance de Marie et Maximilien est parfois qualifiée de « maison de Habsbourg-Bourgogne »[3] ou de « Bourgogne-Habsbourg »[4].

Outre les branches cadettes de Brabant et de Nevers qui s'éteignent rapidement, une branche bâtarde se perpétue via Antoine de Bourgogne, fils de Philippe le Bon, légitimé en 1485. En 1558, son arrière-petit-fils Maximilien II s'éteint sans descendance. Ses biens sont légués à son neveu Maximilien de Hénin-Liétard.

Généalogie[modifier | modifier le code]

Légende
Roi de France (Valois)   Duc de Bourgogne   Empereur du Saint-Empire    

 
 
Dynastie des Valois
 
 
Jean II
le Bon
(1319-1364)

1350
 
Bonne
de Luxembourg
(1315-1349)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Philippe II
le Hardi
(1342-1404)

1363
 
Marguerite
de Male
(1350-1405)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean Ier
sans Peur
(1371-1419)

1404
 
Marguerite
de Bavière
(1363-1424)
 
Antoine
de Brabant
(1384-1415)
 
Jeanne
de Luxembourg-Saint-Pol
(1407)
 
Philippe
de Nevers
(1389-1415)
 
Bonne
d'Artois
(1394-1424)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Branche de Nevers
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Philippe III
le Bon
(1396-1467)

1419
 
Isabelle
de Portugal
(1397-1471)
 
Jean IV
de Brabant
(1403-1423)
 
Philippe
de Saint-Pol
(1404-1430)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Charles
le Téméraire
(1433-1477)

1467
 
Isabelle
de Bourbon
(1437-1465)
 
Corneille
le Grand Bâtard
(1420-1452)
 
Antoine
le Grand Bâtard
(1421-1504)
 
Jeanne-Marie
de La Vieville
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maison de Habsbourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marie
(1457-1482)

1477
 
Maximilien Ier
(1459-1519)

1508
 
Philippe
(1450-1498)
 
Anne
de Borselle
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Adolphe
(1489-1540)
 
Anne
de Berghes
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Maximilien II
(1514-1558)
 
Louise
de Croÿ
(1524-1585)
 
Anne
 
Jean
de Hénin-Liétard
(1542-1578)
 
 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On parle aussi de première et seconde maisons capétiennes de Bourgogne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le petit Larousse 1998 (Dictionnaire), Larousse, , 1784 p., p. 1197.
  2. a et b Élodie Lecuppre-Desjardin, Le royaume inachevé des ducs de Bourgogne (XIVe-XVe siècles), Belin éditeur, coll. « Histoire », , 432 p. (ISBN 2701196663 et 978-2701196664, lire en ligne).
  3. Jean-Marie Cauchies, Philippe le Beau : le dernier duc de Bourgogne, Turnhout, Brepols, coll. « Burgundica » (no 6), , XIX-292 p. (ISBN 2-503-51226-7, présentation en ligne)
  4. Dumont Jonathan. “Le lion enfin couronné. Pensée politique et imaginaire royal au cours des premiers voyages espagnols des princes de la Maison de Bourgogne-Habsbourg”. In: Revue belge de philologie et d'histoire, tome 94, fasc. 4, 2016. Histoire médiévale, moderne et contemporaine – Meddeleeuwse, Moderne en Hedendaagse Geschiedenis. pp. 841-882.