Charal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Charal
logo de Charal

Création 22 novembre 1971
Forme juridique Société par actions simplifiée
Slogan Vivons fort
Siège social Quimperlé (depuis jan. 2020)
Drapeau de la France France
Direction Groupe Bigard représenté par Jean-Paul Bigard
Actionnaires BigardVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Transformation et conservation de la viande de boucherie (APE 1011Z)
Produits Viande fraiche et surgelée, burgers, plats cuisinés
Société mère Groupe Bigard
Effectif 2 929 (2019)
SIREN 546950379[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web Charal.fr

Chiffre d'affaires 863 789 739 € (2019)
Résultat net 20 126 000 € (2017)[2]

Charal est une entreprise de l'industrie agroalimentaire française spécialisée dans l'achat de bovins aux éleveurs, leur abattage et la transformation des carcasses obtenues en viande fraiche et surgelée destinée à l'alimentation humaine. C'est une filiale du groupe Bigard.

Historique[modifier | modifier le code]

Ancien logo.

La marque de viande bovine Charal a été créée en 1986 par le groupe Vital Sogéviandes, société parisienne d’abattage et de transformation de produits carnés, qui détient alors plusieurs unités de transformation. En 1997, la société Vital Sogéviandes est débaptisée et prend le nom de Charal. Deux ans plus tard, le siège social de Charal est établi à Cholet[3].

L’Hebdopack a été le premier produit de la marque Charal. La communication du groupe est alors orientée vers l’« innovation produit » et sur le fait que c’est la première fois en France que « la viande a un nom »[4][source insuffisante]. L’objectif est alors de donner une notoriété à la marque avec une forte communication télévisuelle principalement basée sur l’humour.

Lorsque éclate la première crise de la vache folle en 1996, Charal bénéficie de sa notoriété (la marque est dominante dans le marché de la viande fraîche sous vide en termes de notoriété, avec un taux de notoriété de 85 %[5]) et du faible nombre de marques présentes en rayon boucherie. Charal oriente alors sa communication vers la qualité de ses produits et vers son système de traçabilité qui permet d’identifier l’origine exacte d’une pièce de viande depuis l’éleveur jusqu’au consommateur[6].

Après la deuxième crise de la vache folle en 2000, Charal change de discours et adopte un nouveau slogan : « On n’a pas fini de vous faire aimer la viande ».

Depuis 2005, face à une consommation de viande toujours en baisse et un marché du snack en plein essor, Charal élargit son offre et créé une gamme burgers.

En janvier 2007, alors qu’éclate un nouveau scandale de viande avariée, la société a reconnu « un défaut de composition » dans ces morceaux de viande mais ces lots n’ont présenté aucun danger pour la santé des consommateurs[7].

En janvier 2008, le groupe Bigard, spécialisé dans l'abattage et la transformation de la viande, prend 100 % de la Compagnie financière Vital, propriétaire du groupe Charal[8].

En 2009, Charal s'étend vers le marché des surgelés « prêts à cuisiner », lance un burger et de la viande bovine « micro-ondable »[9]. L'entreprise lance une gamme de produits cuisinés dans des cocottes fabriquées en polypropylène recyclable[10].

Le chiffre d’affaires de Charal, qui compte plus de 3 000 salariés, s’élève à près de 1 milliard d’euros pour l’exercice 2010[11]. Jean Chavel était le directeur général de Charal depuis 2004. Il est décédé à Paris le 31 octobre 2011, à l’âge de 62 ans[12].

Sites[modifier | modifier le code]

Charal dispose de plusieurs usines en France, dont :

Controverse sur les conditions d’abattage[modifier | modifier le code]

Abattage de vaches dans un abattoir Charal (2008), dénoncé par L214.

Le 28 août 2009, Charal est visé par une enquête filmée tournée en caméra cachée dans son abattoir de Metz. L’association de protection animale L214 y dénonce le non-respect de la réglementation par Charal[13]. Il s’avère en effet que des bêtes redeviennent conscientes avant et au moment d'être saignées. L214 porte plainte contre Charal pour cruauté envers les animaux[14],[15]. L'entreprise tente de son côté d'interdire la diffusion des vidéos sur Internet par l'association[16]. Charal met L214 en demeure de retirer la vidéo de ses sites internet, porte plainte pour violation de propriété privée, et conteste les accusations portées par l'association.

La plainte de L214 contre Charal en 2009 a été classée « sans suite » une 1re fois et confirmée « sans suite » en appel en 2012. Le juge précise que « l’enquête n’a pas révélé de mauvais traitements… ni de pratiques non conformes aux règlements ». L214 a été déboutée de sa plainte[17].

À la suite de la diffusion du documentaire « L'adieu au steak » dans Arte en mars 2012, Charal porte plainte contre L214, le porte-parole de L214, Sébastien Arsac, ainsi qu'Arte (France et G.E.I.E) pour « atteinte à la présomption d'innocence, atteinte à son image de marque et à sa réputation auprès du public ». Charal est débouté de ses demandes et condamné par Le Tribunal de Grande Instance de Paris au paiement de 1 500  à chacune des parties, soit une somme totale de 6 000 [18].

Partenariat Voile[modifier | modifier le code]

En 1992, Charal sponsorise Olivier de Kersauson qui, à partir de différents éléments de Poulain, conçoit le trimaran Charal, pour le lancer dans la quête du trophée Jules-Verne[19].

En 2017, Charal revient dans l’aventure voile en sponsorisant le skipper Jérémie Beyou. Le , l'Imoca Charal est mis à l'eau[20]. À son bord[21], Jérémie Beyou s'aligne dans la Route du Rhum 2018, remporte la Fastnet Race 2019, participe à la Transat Jacques-Vabre 2019[22], remporte la Vendée-Arctique-Les Sables-d'Olonne 2020, participe au Vendée Globe 2020-2021, à la Fastnet Race 2021 et à la Transat Jacques-Vabre 2021.

Le , l'entreprise annonce qu'elle renouvelle son partenariat avec Jérémie Beyou, de 2022 à 2026. Un Imoca Charal 2 va être construit. Sa mise à l'eau est prévue pour juin 2022[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données)Voir et modifier les données sur Wikidata
  2. https://www.infogreffe.fr/entreprise-societe/546950379-charal-490171B00195.html
  3. « Charal : une marque de 1er choix ! » sur Anjou Online
  4. Source L'expression, mai 2002
  5. Ipsos, octobre 2005
  6. VSD, octobre 2002
  7. "Viande avariée : Charal reconnaît un défaut de composition" -LCI, janvier 2007
  8. lsa-conso
  9. Valérie Xandry, « Charal tranche pour la qualité », Challenges, no 588,‎ , p. 73 (ISSN 0751-4417)
  10. lsa-conso
  11. L'Expansion
  12. Décès de Jean Chavel - Ouest France
  13. « Les pratiques d'abattage rituel des bovins à l'abattoir de Charal - Metz | Éthique et animaux », sur www.l214.com (consulté le )
  14. « L’engagement de Charal pour le Bien Etre Animal », sur charal.fr
  15. « Charal poursuivi pour "cruauté envers les animaux" », Le Nouvel Observateur, 3 septembre 2009.
  16. « Comment Charal tente de bloquer des vidéos sur ses abattoirs », Rue89, 15 septembre 2009.
  17. « Quelle est la réaction de Charal suite à la vidéo de l'abattoir de Charal Metz diffusée sur Internet », sur charal.fr
  18. VICTOIRES DE L214, article du 2 janvier 2014 sur blogs.mediapart.fr.
  19. « Poulain - Olivier de Kersauzon », sur ultimboat.com (consulté le 16 mars 2022).
  20. « Jérémie Beyou a mis à l’eau son nouveau monocoque Charal », sur lefigaro.fr, 21 août 2018 (consulté le 16 mars 2022).
  21. « Site Officiel du Partenariat », sur charalsailingteam.fr/,
  22. Frédéric Thual, « Charal  : un partenariat jeune où tout est à construire », sur La Tribune,
  23. Chloé Torterat, « Vendée Globe 2024 : Charal repart avec Jérémie Beyou sur un projet ambitieux », sur bateaux.com, 4 mai 2021 (consulté le 16 mars 2022).

Liens externes[modifier | modifier le code]