Maladie de Lyme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maladie de Lyme
Description de cette image, également commentée ci-après
Borrelia burgdorferi, l'un des trois variants connus de la bactérie parasite qui cause la maladie de Lyme. Les borrelia ont une forme serpentine et spiralée caractéristique, d'où leur nom de spirochètes.
Spécialité Infectiologie et dermatologieVoir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 A69.2
CIM-9 088.81
DiseasesDB 1531
MedlinePlus 001319
eMedicine 330178, 965922 et 786767Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine med/1346  ped/1331neuro/521emerg/588
MeSH D008193
Incubation min 3 jVoir et modifier les données sur Wikidata
Incubation max 30 jVoir et modifier les données sur Wikidata
Symptômes Érythème chronique migrant, fatigue, céphalée, arthralgie, myalgie, fasciculation, paresthésie, vertige, trouble du rythme cardiaque, chronic neuropathic pain (d), fièvre, névrite, méningite, méningoencéphalite (en), myocardite, arthrite, encéphalomyélite (en) et cardiomyopathie hypertrophiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Maladie transmissible Transmission par les tiques (d), Ixodes pacificus et Ixodes scapularisVoir et modifier les données sur Wikidata
Causes Borrelia burgdorferiVoir et modifier les données sur Wikidata
Médicament Ceftriaxone, céfuroxime, amoxicilline, doxycycline et azithromycineVoir et modifier les données sur Wikidata
Patient UK Lyme-disease-pro

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La maladie de Lyme est une maladie vectorielle et une zoonose (maladie infectieuse touchant l'être humain et de nombreux animaux). Transmise par piqûre de tiques dures Ixodes, c'est une maladie bactérienne, due à une borrélie (Borrelia burgdorferi, au sens étroit, prédominante en Amérique du Nord).

L'expression borréliose de Lyme désigne souvent la « maladie de Lyme européenne », due à une plus grande diversité de borrélies (principalement Borrelia garinii, B. afzelii... ou B. burgdorferi au sens large). Maladie de Lyme et borréliose de Lyme sont souvent synonymes, dues alors à Borrelia burgdorferi au sens large.

Les autres borrélioses sont dites fièvres récurrentes (cosmopolite transmise par poux, et régionales par tiques molles).

La maladie est caractérisée par une grande diversité (génétique, épidémiologique, clinique et diagnostique) car multiviscérale (pouvant affecter divers organes) et multisystémique, pouvant toucher divers systèmes avec donc des manifestations cliniques polymorphes (cutanée, rhumatologique et neurologique). Elle est en expansion, devenue la plus fréquente des maladies vectorielles transmises à l'Homme dans l'hémisphère nord.

Dans près de 90 % des cas, elle est traitée efficacement par une antibiothérapie de 2 à 4 semaines. Non traitée, elle peut évoluer sur plusieurs années en passant classiquement par trois stades plus ou moins différenciés, parfois entrecoupés de périodes de latence et pouvant se chevaucher pour certains symptômes. Après une éventuelle phase dormante, la maladie peut, de manière aiguë ou chronique, prendre des formes plutôt cutanées, articulaires ou neurologiques.

L'existence et la signification de formes non guéries par le traitement standard, ou l'attribution de pathologies chroniques à la maladie de Lyme, posent le problème de la « maladie chronique de Lyme », une controverse sociétale dite Lyme War aux États-Unis ou Scandale de Lyme en France.

Histoire de la maladie[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville de Lyme (Connecticut) où fut reconnue pour la première fois, la maladie de Lyme aux États-Unis.

Les borrélioses existent depuis longtemps :

  • d'après les restes d'ADN bactérien retrouvé dans son cadavre, le premier homme connu à avoir été infecté par Borrelia burgdorferi est Ötzi, il y a environ 5300 ans[1] ;
  • l'histoire évolutive de B. burgdorferi en Amérique du Nord a été reconstituée, suggérant sa présence depuis au moins 60 000 ans, longtemps avant l’arrivée des humains dans les Amériques[2] ;
  • la maladie tire son nom de la ville de Lyme (Connecticut) où elle a été reconnue pour la première fois aux États-Unis en 1977[3]. Mais la plupart de ses manifestations avaient déjà été décrites en Europe, dès la fin du XIXe siècle, mais de façon éparse[4] ;
  • plusieurs lignées très anciennes et largement distribuées (dont en Amérique du Nord) ont récemment trouvé les conditions d'un développement épidémique (Walter et al., 2017) ; leur diversité et large répartition réfute l’hypothèse d'une émergence liée à modifications génétiques récentes (voire à une manipulation génétique (en 2019, des discussions sont en cours aux États-Unis pour savoir si la maladie de Lyme a été utilisée comme arme biologique[5],[6]) ; L’émergence de la maladie de Lyme résulte sans doute plus simplement de perturbations anthropiques des écosystèmes et du Climat qui ont favorisé des pullulations de tiques et/ou de bactéries et un nombre croissant d'infections humaines[2].

Premières descriptions en Europe[modifier | modifier le code]

  • En 1883, un médecin allemand, Alfred Buchwald, décrit (à Breslau) une anomalie de la peau qui semble être ce qu'on nomme aujourd'hui l'acrodermatite chronique atrophiante, mais Buchwald ne l'a pas reliée à une piqûre de tique, et ce symptôme ne sera pas présent à Lyme (où la borrélie dominante est différente de celles qu'on trouve en Eurasie) ;
  • En 1909, Arvid Afzelius (dermatologue suédois) avait noté l'apparition d'une autre lésion cutanée en forme d'anneau, suivant parfois une piqûre de tique Ixodes, et qu'il appelle érythème migrant. En 1913, Bruce Lipschutz (dermatologue autrichien) l'appelle érythème chronique migrant.
  • En 1922, les médecins français Garin et Bujadoux associent cette lésion dermatologique avec une atteinte plus générale de paralysie « plus ou moins grave, parfois mortelle, consécutive à la piqûre de tiques » (Ixodes hexagonus). Les deux Français attribuent cette méningoradiculite lymphocytaire (associant parfois une méningite et une polynévrite) à un « virus » qu'il faudrait rechercher non dans le sang mais dans les tissus nerveux.
  • En 1934, en Allemagne, l'érythème migrant est décrit en association avec des atteintes articulaires.
  • En 1941, l'allemand Alfred Bannwarth (de) associe les atteintes articulaires avec une méningo-radiculite de type lymphocytaire (syndrome de Bannwarth ensuite parfois renommé syndrome de Garin-Boujadoux-Bannwarth).
  • En 1951, les effets bénéfiques de la pénicilline sur ces affections font penser à une origine bactérienne[4].

Redécouverte aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En 1969, le premier cas documenté d'érythème chronique migrant, survenu chez un chasseur en forêt, est publié aux États-Unis[4].

En 1975, deux mères de la ville de Lyme, ayant des enfants diagnostiqués comme victimes d'une forme d'arthrite rhumatoïde juvénile avaient observé que de nombreux autres enfants de la commune présentaient des problèmes similaires. Alertée, une équipe d'épidémiologistes de l'université Yale, dirigée par Allen Steere, met rapidement en évidence une situation atypique :

  • la prévalence d'oligoarthrite était dans cette commune cent fois plus élevée que celle de l’arthrite rhumatoïde juvénile aux États-Unis ;
  • les nouveaux cas étaient plus nombreux en été, et nettement répartis en foyers géographiques ;
  • 25 % des patients présentaient une association avec un érythème chronique.

Allen Steere (en) nomme alors cette maladie « maladie ou arthrite de Lyme » du nom de la ville[4].

De la tique à la bactérie[modifier | modifier le code]

Tique sur une feuille.
Ixodes scapularis (ou « tique du cerf de Virginie »), l'une des tiques vectrices de la maladie de Lyme aux États-Unis.

En 1977, la piqûre de la tique Ixodes dammini (devenu Ixodes scapularis) est rapportée à un cas humain d'érythème chronique migrant.

En 1982, Willy Burgdorfer isole une bactérie spirochète dans le tube digestif de I. scapularis, dite « tique du cerf » en Amérique du Nord. Après inoculation au lapin, il montre que ce spirochète peut provoquer un érythème migrant. Il observe aussi une forte réaction entre le sérum de malades et la bactérie. C'est en son honneur qu'on nommera en 1984 cette bactérie Borrelia burgdorferi[7]. À la même période, on détecte des spirochètes identiques ou proches en Europe (en Suisse), dans des tiques Ixodes ricinus[8].

La responsabilité de ce spirochète sera confirmée en l'isolant dans le sang, la peau et le liquide cérébrospinal de patients atteints de la maladie de Lyme.

En 1984, le dermatologue allemand Klaus Weber montre une augmentation d'anticorps de type IgG dans le sang de patients présentant une acrodermatite chronique atrophiante, établissant ainsi un premier rapport entre les manifestations précoces et tardives de la maladie[4].

Étiologie[modifier | modifier le code]

Agents[modifier | modifier le code]

Ce sont toujours des bactéries du genre Borrelia, classées parmi les spirochètes en raison de leur caractère serpentiforme et spiralé[9].

Borrelia burgdorferi sl (sensu lato) désigne un complexe d'une trentaine d'espèces, dont plusieurs sont des pathogènes pour les humains. Les trois principaux étant : B. burgdorferi ss ou st (sensu stricto), B. garinii, B. afzelii.

Quelle que soit l'espèce en cause, l'atteinte initiale peut se manifester par un érythème migrant ; ensuite les évolutions diffèrent. Les associations ne sont pas absolues, mais préférentielles, expliquant en partie la prédominance géographique de certaines formes compliquées de la maladie[10].

En Amérique du Nord, B. burgdorferi ss (sensu stricto) prédomine de façon quasi-exclusive, en provoquant surtout des arthrites de Lyme et des douleurs de type rhumatismales (mais toujours sans acrodermatite).

En Eurasie, B. burgdorferi ss est plus rare, alors que les B. burgdorferi sl (sensus lato) prédominent en ciblant d'autres organes particuliers. En Europe les deux agents les plus présents sont Borrelia garinii qui provoque surtout des atteintes neurologiques ou « neuroborrélioses » et Borrelia afzelii, qui cause surtout des atteintes cutanées, notamment l'acrodermatite chronique atrophiante[10],[11].

Au début du XXIe siècle, les méthodes de génétique moléculaire (typage moléculaire des bactéries) ont permis de détecter d'autres espèces pathogènes pour l'homme : comme B. spielmanii ou B. bavariensis en Eurasie, ou B. bissettii en Eurasie, Amérique, Australie[12]. On a aussi montré, en 2016, que certaines souches d'une même espèce de Borrélie sont plus pathogènes pour l’homme que d’autres[13].

Vecteurs[modifier | modifier le code]

Tiques[modifier | modifier le code]

Photographie de deux tiques.
Mâle (petit) et femelle de la tique Ixodes ricinus, l'une des espèces qui peuvent transmettre cette maladie par leur piqûre.

Les vecteurs sont surtout des tiques du genre Ixodes. Ces vecteurs majeurs ont en commun d'avoir un cycle de transmission à trois hôtes successifs, en forêt ou prairie humide, de 2 à 7 ans selon l'espèce et le climat. En Amérique du Nord, le vecteur principal est Ixodes scapularis [=I. dammini], dans le nord-est et le Midwest. Tous les stades, surtout nymphes et adultes femelles peuvent piquer l'homme. Ixodes pacificus, source de 5 % environ des cas déclarés aux États-Unis, se trouve plutôt dans l'Ouest. Son efficacité pathogène sur l'homme est moindre (seul le stade adulte pique l'homme).

En Eurasie et surtout en Europe, le principal vecteur est Ixodes ricinus. Elle prédomine dans les régions boisées, en piquant l'homme à tous les stades (larves et nymphes au printemps, adultes à la fin de l'été).

En Eurasie tempérée et froide, surtout Asie et presque tout l'ex-URSS, le principal vecteur est Ixodes persulcatus.

Certains arthropodes hématophages tels que les taons, les moustiques... pourraient être des vecteurs potentiels de Lyme. Ce rôle éventuel de vecteur accessoire est en discussion.

Relations tiques-borrélies[modifier | modifier le code]

La proportion de tiques infectées varie beaucoup selon le stade de développement, les espèces, les saisons et les régions : moins de 2 % des I. pacificus en Californie, jusqu'à 30 % de tiques contaminées en France, 60 % en Autriche[14], et 100 % à Long Island[15].

La bactérie se développe en deux stades : elle se multiplie d'abord dans l'intestin moyen de la larve, à ce stade, la bactérie est « non motile », c'est-à-dire incapable de se déplacer par ses propres moyens. Puis, dans une seconde phase, sous l'effet du repas de sang (d'un premier hôte petit rongeur), la bactérie devient motile et capable de pénétrer l'hémocèle de la tique, et de gagner les « glandes salivaires » de la nymphe ou de la tique adulte[16].

De là, elle passe dans la salive et est injectée chez les hôtes suivants (mammifère, oiseau, reptile…). Ceci explique pourquoi c'est généralement via la piqûre d'une nymphe de tique, et non par piqûre de larve, que la bactérie est transmise aux grands mammifères[17].

De façon exceptionnelle[12], la bactérie peut aussi diffuser vers les ovaires de la tique, ce qui donne lieu à une transmission transovarienne dite « verticale », la tique transmettant directement la bactérie à sa descendance. Ceci explique que, dans ces cas là, une larve de tique peut être infectante, avant même d'avoir effectué un repas sanguin[15].

En 2017, l'INRA a lancé un projet de sciences citoyennes pour une meilleure connaissance des vecteurs de la maladie de Lyme[18], en lien avec le plan national de lutte contre la maladie de Lyme[19]. Une application pour Smartphone permet notamment à chaque citoyen de signaler les piqûres de tiques, et ceux-ci sont invités à transmettre les tiques aux laboratoires pour les analyser et ainsi mieux connaître la répartition des espèces de vecteurs et de borrélies.

Réservoirs[modifier | modifier le code]

Schéma du cycle de vie d'une tique.
Cycle de vie d'une tique.

Le réservoir des borrelia est constitué par des petits rongeurs, hôtes principaux des tiques au stade de larves ou de nymphes. À ce stade initial, les larves et nymphes se nourrissent d'abord sur une même espèce de petit rongeurs. Au début de l'été, les nymphes infectées contaminent leur hôte, et à la fin de l'été l'hôte infecté contamine les larves. Les larves infectées muent, deviennent nymphes et le cycle recommence l'année suivante[20]. Ce cycle initial est essentiel pour le maintien des borrelia dans la nature.

En poursuivant leur développement (de la nymphe à l'adulte), les tiques contaminées transmettent la bactérie à d'autres hôtes (rongeurs, grands mammifères, oiseaux, parfois reptiles)[21]. À ce stade, les tiques se reproduisent et le cycle recommence. Cette partie du cycle est indispensable pour le maintien des tiques, mais pas pour les borrelia.

Les espèces qui jouent un rôle réel de réservoir peuvent varier selon les pays et régions. En Europe, plus de 300 espèces ont été ainsi identifiées : ce sont majoritairement les petits rongeurs, mais aussi les mammifères de taille moyenne (renard, lièvre...) ou de grande taille comme les cervidés, ou encore les oiseaux. Ces espèces-réservoirs sont celles d'animaux sauvages vivant en zone boisées, broussailles, prairies, humides et tempérées... en contact régulier et permanent avec l'habitat habituel des tiques. Les cycles européens paraissent plus complexes et plus variés qu'en Amérique.

En Amérique du Nord, contrairement à l'Europe, les espèces-réservoirs prédominantes se distinguent plus nettement. Par exemple, dans le nord-est et le Midwest : la souris à pattes blanches et le cerf de Virginie[22]. Les oiseaux migrateurs pourraient jouer un rôle dans l'expansion des tiques au Canada[20].

Des animaux domestiques peuvent aussi être infectés, en particulier les chiens, les moutons, bovins et chevaux[23], lesquels peuvent présenter des atteintes articulaires (chevaux)[24] ou rénales (chiens)[25] contrairement aux espèces sauvages à infections inapparentes.

L'homme qui s'insère dans ce cycle, en s'exposant aux tiques, est en fait un hôte accidentel terminal des tiques[10].

Co-infections[modifier | modifier le code]

Une même tique peut injecter dans son hôte jusqu’à cinq agents pathogènes différents, ensembles ou de façon différée[26], la coinfection par plusieurs espèces de Borrelia chez les tiques semblant même être la règle plutôt que l'exception[27].

Ainsi des co-infections possibles, transmises par les tiques à l'Homme sont :

Les agents connus autres que des Borrelia provoquent des symptômes généralement non spécifiques (maux de tête, douleurs articulaires et musculaires, fatigue...) et une fièvre plus importante que dans la maladie de Lyme[28].

L'impact sanitaire réel d'autres pathogènes potentiels qui constituerait un « pathobiome » des tiques est encore mal connu[30]. Selon Johnson et al. (2014), les coinfections pourraient, au moins partiellement, expliquer la variabilité de la sévérité et des manifestations cliniques, parfois chroniques, observées dans l'expression de la maladie de Lyme[31] ;

Modalités de contamination[modifier | modifier le code]

Piqûres de tiques[modifier | modifier le code]

Tique Ixodes scapularis.

Les humains se contaminent lors d'une rencontre avec les tiques vectrices (contaminées) qui se trouvent en particulier dans les milieux boisés humides avec sous-bois embroussaillés ; du printemps au début de l'automne. Elles sont situées dans le tapis végétal à moins d'un mètre de hauteur.

Elles chassent « à l'affût » en détectant la présence d'un hôte à proximité grâce à des capteurs sensibles au CO2, à la chaleur et substances biochimiques (organe de Haller).

Une fois sur le corps de l'hôte, une tique recherche les zones chaudes et humides comme les plis du corps : chez l'homme, creux du coude ou du genou, aisselle, aine... Elle peut passer sous les vêtements et atteindre la peau où elle se fixe par son rostre pour faire son repas sanguin.

Ce repas sanguin dure de 3 à 5 jours. La transmission se fait au cours du repas, par passage de bactéries du tube digestif de la tique, à ses glandes salivaires. Salive et bactéries sont inoculées dans l'épiderme, et non directement dans un vaisseau sanguin. Cette progression ne débute qu'après la piqûre de la tique, il faut plusieurs heures avant qu'elle ne soit contaminante. Aussi une tique retirée assez rapidement ne transmet pas de maladies[12].

Le risque de développer une maladie de Lyme après piqûre de tique est de l'ordre de 1 à 5 %[28]. Seul un tiers des patients atteints de maladie de Lyme a eu conscience ou se souvient d'une piqûre de tique[32].

Autres[modifier | modifier le code]

La transmission directe mère-enfant in utero est possible quand la mère est infectée durant la grossesse. La maladie n'a pas d'effet sur le fœtus, si la mère est traitée par antibiothérapie adaptée[33].

Les autres modes de transmission n'ont pas été démontrés : de personne à personne (par toucher, baiser, ou acte sexuel), par air, eau, aliments, allaitement maternel, transfusion sanguine[20],[33]

Il n'existe pas de risques de contamination directe à partir d'un animal de compagnie infecté.

Le CDC américain recommande aux malades de Lyme ayant une infection active en cours d'antibiothérapie de ne pas donner leur sang, ceux qui ont terminé leur traitement pouvant être donneurs[34]. En France, l'attitude est similaire (report temporaire)[35].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Données actuelles[modifier | modifier le code]

Cas signalés de maladie de Lyme aux États-Unis en 2016.

La maladie de Lyme existe sur tous les continents mais prédomine en zone tempérée de l'hémisphère nord, où elle est la première maladie vectorielle (y compris en Europe[36]). Les zones nordiques sont de plus en plus touchées, sans doute parce qu'elles se réchauffent.

Aux États-Unis, près de 30 000 cas sont signalés chaque année aux CDC, dont 95 % des cas dans 14 États du nord-est et du Midwest, mais des études estiment que le nombre de cas diagnostiqués serait de l'ordre de 300 000, avec la même distribution géographique[37].

En Europe, son incidence augmente selon un gradient sud-nord et ouest-est, généralement entre une latitude de 35° N et 60 ° N, et au-dessous d'une altitude de 1300 m. Elle est estimée à 65 000 cas par an, répartis de façon hétérogène, avec un maximum en Slovénie et en Autriche avec plus de 100 cas pour 100 000 habitants[38].

En Belgique, en moyenne 200 à 300 personnes sont hospitalisées par an pour cette maladie, et près de 10 000 consultent un généraliste pour érythème migrant (2000-2016)[39].

En Suisse, le nombre de consultations (nouveaux cas) pour maladie de Lyme est estimé entre 200 et 600 par an (2008-2018)[40].

En France, il y avait en 2005 43 cas estimés pour 100 000 habitants, passée à 84 [70-98] cas pour 100 000 habitants en 2016, mais avec une incidence variant beaucoup selon les régions : la maladie semble exceptionnelle sur le pourtour méditerranéen (climat trop sec pour le vecteur[10]) mais atteint plus de 100 cas pour 100 000 habitants dans l'Est et le Limousin[12] et peut dépasser 200 cas pour 100 000 habitants dans certaines régions selon le réseau Sentinelles en 2018[41].

Les activités qui exposent aux tiques sont à risques : promenade en forêt, camping, jardinage, travaux agricoles ou forestiers... La maladie touche plus les jeunes enfants et les plus de 45 ans, avec un pic de fréquence correspondant à l'activité des tiques (début du printemps à la fin de l'automne).

Synthèse épidémiologique[modifier | modifier le code]

Carte du monde avec zone d'endémie coloriée.
Zone actuelle d'endémie de la maladie de Lyme.

L'épidémiologie de la maladie de Lyme est celle d'une zoonose « à foyers naturels », c'est-à-dire dont la répartition est irrégulière avec des zones endémiques localisées, séparées par des zones plus ou moins indemnes (à l'échelle nationale — différences régionales — comme à l'échelle régionale — différences locales —, etc.).

Cette zonation fluctue dans le temps et dans l'espace, selon les conditions climatiques et écologiques, la saison, le nombre et le déplacement d'hôtes (oiseaux et gros mammifères notamment...) porteurs de tique et/ou de borrélies.

La progression de la maladie depuis les années 1970 résulte essentiellement d'une augmentation d'incidence et d'une extension des régions atteintes[42], et moindrement d'une amélioration du dépistage et de la surveillance[38],[15].

Facteurs d'émergence[modifier | modifier le code]

Graphique en pavé concernant le Minnesota. En ordonnée nombre de cas, en abscisse année.
La maladie de Lyme est en forte et rapide augmentation dans une grande partie de l'hémisphère nord. Par exemple le Minnesota, avec en rouge foncé les zones où le risque de contracter la maladie est plus élevé.

Cette augmentation peut résulter d'une évolution génétique des agents, des vecteurs et des hôtes, en rapport avec les modifications des écosystèmes.

Le réchauffement climatique[43] entraîne des températures minima plus élevées (nocturnes et hivernales) et des printemps plus précoces, ce qui retentit probablement sur la distribution locale des tiques, leur densité de population et leur taux de survie[38],[44].

À ce phénomène global, s'ajoutent les aménagements forestiers et agricoles : le drainage, la fragmentation forestière et des paysages, les coupes rases, le reboisement, etc. Ces activités humaines peuvent entraîner une perturbation de la dynamique des populations faunistiques et des équilibres sylvocynégétiques.

Ces processus réduisent la biodiversité, considérée comme élément stabilisateur[45]. Ils se manifestent par une augmentation de densité des vertébrés domestiques et sauvages (hôtes réservoirs compétents) avec un recul de leurs grands prédateurs.

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Cerf de Virginie dans son habitat naturel.

Par exemple, en Amérique, le cerf de Virginie et la souris à pattes blanches (hôtes principaux pour les tiques vectrices de Lyme) ont connu une augmentation rapide de densité.

Dans le nord-est, du XVIIe siècle au début du XIXe siècle, les colons ont défrichés de vastes étendues de forêts pour leurs activités agricoles avec une quasi-disparition des cervidés et de leurs prédateurs. À la fin du XIXe siècle, la région s'industrialise et l'agriculture décline ; les terres abandonnées se reboisent, habitat favorable pour la multiplication du cerf de Virginie. Au cours du XXe siècle, cette reforestation s'accompagne d'un développement résidentiel péri-urbain en zone boisée. Les conditions sont alors réunies pour une plus grande proximité permanente souris-cerfs-tiques-humains[46].

Europe[modifier | modifier le code]

En Europe, comme en Amérique du Nord, une présence humaine accrue en forêt ou en lisière de forêt (habitat péri-urbain, activités de chasse ou de loisir...) accroit la possibilité de contact entre la tique, l'homme et ses animaux domestiques (chien, cheval...)[38].

Le contexte de guerre et de guerre civile pourrait aussi favoriser ce type de zoonoses ; ainsi en Serbie, peu après le début des guerres dites Guerres de Yougoslavie, on a constaté une forte augmentation des cas de borrélioses de Lyme[47].

La mondialisation, le commerce et le tourisme internationaux jouent également un rôle, par diffusion géographique d'hôtes et de parasites. Par exemple, en France, un nouvel animal de compagnie, l'écureuil de Corée ou tamia de Sibérie, relâché dans la nature par ses propriétaires, a été suspecté d'être un nouvel hôte réservoir, car il s'est rapidement adapté : une des plus grandes populations de tamias (entre dix et vingt mille individus) se trouve ainsi dans la forêt de Sénart[48].

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Réactions immunitaires[modifier | modifier le code]

Après inoculation, sauf en cas d'allergie à la salive de tique, il y a peu de réaction inflammatoire immédiate, car les borrélies peuvent modifier leurs antigènes de surface, Outer surface proteins ou Osp (A-F), et échapper aux premières défenses immunitaires. En l'absence de traitement, elles diffusent localement dans la peau à partir du site d'inoculation (érythème migrant). Au vu du faible nombre d'erytheme migrant chez l'enfant, une hypothèse emerge: l'erytheme migrant pourrait être une reaction due à une réexposition, signant donc une double exposition au minimum. Ceci en faisant un signe particulièrement robuste, toujours plus pathognomonique.

Puis elles diffusent par voie sanguine vers les tissus articulaires, neurologiques et cardiaques. Chez le sujet immunocompétent, après plusieurs semaines ou mois, les réponses anticorps finissent généralement par contrôler l'infection disséminée, même en l'absence de traitement, et les symptômes s'estompent[20].

Chez les espèces-réservoirs de borrélies, comme la souris, les infections ne semblent pas pathogènes malgré la persistance à vie de la bactérie, suggérant que les systèmes immunitaires de certains hôtes sauvages ont co-évolué avec la bactérie de façon à la « tolérer ».

L'humain n'est pas un hôte réservoir naturel ; son système immunitaire reste activé tant que la bactérie n'est pas éliminée (celle-ci pouvant persister longtemps dans des sites localisés dans divers tissus[20],[49]). Cette persistance et sa signification médicale dans divers tissus font l'objet de discussions. Non-traitée, la bactérie a été mise en évidence des années après inoculation, notamment dans les lésions cutanées tardives (acrodermatite chronique atrophiante ou ACA)[12].

On a récemment (2019) confirmé que dans certains cas, même après un traitement antibiotique intense et de long terme, la bactérie peut durablement persister dans l'organisme, dans divers organes (ex : cerveau, cœur, reins et foie[49]), sous forme d'agrégats (de type biofilms) protégés du système immunitaire par de l'alginate[49],[50],[51],[52],[53],[54],[55].

Cette persistance est aussi observée dans le modèle animal (in vivo, chez des souris, chiens et primates non humains immunocompétents chez les quels on a retrouvé une forme de B. burgdorferi survivante à un traitement antibiotique[56],[57],[58],[59],[60].

Chez des macaques et rhésus et chez des souris volontairement infectés, on a récemment clairement démontré cette persistance de Borrelia vivantes et métaboliquement actives, après un traitement antibiotique supposé les avoir éradiqué[61],[62],[63],[64],[65].

Des études sur l'Homme ont aussi apporté des preuves cliniques de l'existence d'une forme chronique de la maladie de Lyme pouvant être expliquée par une infection spirochétale persistante, par exemple 3 mois après traitement d'une paralysie faciale[66], dans des tendons[67], dans un cas d'arthrite de Lyme chronique[68] ou chez des patients dont les symptômes persistaient après traitement antibiotique[69].

Chez l'homme, une infection ne crée pas d'immunité protectrice, même si des anticorps restent présents[12].

Histoire naturelle de la maladie[modifier | modifier le code]

Classiquement, la maladie évolue en trois phases, non obligatoires. Chaque phase peut être révélatrice ou s'intriquer avec une autre, avec des poussées ou des rémissions à chaque phase. Outre les variations selon les zones géographiques (Amérique et Eurasie), la maladie est aussi variable selon les patients (certains ne présentent que la phase primaire, d'autres la phase tertiaire)[22].

La phase primaire, ou précoce localisée, qui survient 3 à 30 jours après l'inoculation, est une phase cutanée, représentée par l'érythème migrant. Dans 20 à 30 % des cas, elle est absente ou passe inaperçue[70].

La phase secondaire, ou précoce disséminée, se manifeste dans les semaines ou mois après inoculation. Elle peut être révélatrice (apparaître en premier). Selon les cas (germe causal en rapport avec la zone géographique), les troubles peuvent être neurologiques, articulaires, cardiaques, ou cutanés.

Ces deux premières phases sont parfois regroupées en une seule phase dite précoce, surtout en Europe, car les troubles sont divers (plus grande variété de borrélies). La maladie de Lyme se présente comme un ensemble polymorphe (maladies apparemment différentes). Alors qu'en Amérique du Nord, la maladie de Lyme se présente plutôt sous une forme articulaire, unique ou prédominante.

La phase tertiaire se produit des mois ou des années après inoculation. Elle signe une infection persistante ou résurgente, elle peut être aussi révélatrice. Ces formes tardives sont reconnues lorsqu'elles forment des ensembles typiques et cohérents d'un point de vue clinique et biologique. Elles sont discutées ou controversées quand la clinique n'est pas caractéristique et la biologie non validée.

Formes cliniques[modifier | modifier le code]

Érythème migrant caractéristique.

L'existence et l'importance de formes asymptomatiques est en discussion. Leur fréquence serait de l'ordre de 5 % de sujets séropositifs en zone d'endémie, et jusqu'à 20 % dans des populations à risques (travailleurs forestiers). Ces cas asymptomatiques indiqueraient un contact ancien avec la bactérie, ou une ancienne infection guérie.

Phase primaire[modifier | modifier le code]

Érythème migrant.
Érythème migrant avec piqûre évidente, nécrosée.
Érythème migrant sur visage
Plus rarement (sauf chez l'enfant), la piqûre concerne a tête, avec dans le cas présent un érythème (se prolongeant sur le cuir chevelu)

C'est une phase précoce et locale, réalisant l'érythème migrant caractéristique, mais non systématique. Elle correspond à une infection initiale cutanée, localisée autour du point de piqûre.

Cette lésion apparaît de 3 à 30 jours après. Elle siège le plus souvent aux membres inférieurs ou à la partie inférieure du tronc ; plus rarement à la tête (petits enfants)[71].

Il s'agit d'un érythème annulaire avec une bordure active qui s'étend de façon centrifuge, tandis que le centre s'éclaircit avec petite tache rouge centrale (séquelle de la piqûre de tique). Le diamètre initial de l'anneau est de quelques cm, puis jusqu'à 15 cm en moyenne, pouvant dépasser les 20 cm (un cas de 70 cm a été publié)[71].

Cet érythème migrant peut présenter quelques différences entre sa forme américaine et européenne.

Forme européenne[modifier | modifier le code]

Érythème migrant, cette forme double n'est présente que chez moins de 10 % des malades.

La lésion est unique, légèrement chaude, mais indolore, et sans prurit. En Europe, où la maladie est plus souvent due à B. afzelii ou B. garinii, l'inflammation est à ce stade généralement moins intense qu'en Amérique du Nord, et la croissance (migration) de l'érythème y est souvent plus lente.

Cet érythème migrant est habituellement isolé, sans fièvre, sans syndrome inflammatoire. Plus rarement, il peut exister des signes de dissémination précoce avec fièvre, douleurs, troubles neurologiques.

Forme américaine[modifier | modifier le code]

Elle est souvent faite de lésions multiples. La partie centrale reste rouge ou foncée et devient plus indurée. Son bord externe reste également rouge, mais plus rarement, la portion de peau située entre le centre et le bord retrouve une couleur normale. Parfois une nécrose centrale, ou une vésicule apparaît à l'emplacement de la piqûre, éventuellement avec prurit intense persistant, si la maladie n'a pas été soignée précocement.

Plus souvent qu'en Europe, il peut exister des signes de dissémination précoce avec fièvre, douleurs, troubles neurologiques[72].

Quand les aspects caractéristiques de ces deux formes sont présents, l'érythème migrant est pratiquement pathognomonique, et suffit à lui seul au diagnostic.

Cet érythème migrant disparaît spontanément en 4 à 6 semaines. Avec un traitement précoce, l'évolution est plus rapide : la lésion disparaît en moins d'une semaine, et la maladie n'évolue pas vers des formes plus compliquée.

Phase secondaire[modifier | modifier le code]

Elle survient le plus souvent à partir de quelques semaines à quelques mois après l'inoculation, lorsque la lésion initiale est restée absente ou passée inaperçue, ou sans antibiothérapie adaptée.

Ce stade correspond à une dissémination bactérienne, suivie d'une focalisation sur des tissus particuliers.

Les manifestations sont dominées en Europe par des troubles neurologiques (« neuroborréliose ») et en Amérique par des troubles rhumatologiques (« arthrite de Lyme »). Plus rarement se rencontrent des troubles cardiaques, cutanés et oculaires.

Si la phase primaire est absente (phase secondaire révélatrice), le diagnostic peut être confirmé par l'association d'arguments cliniques, épidémiologiques et biologiques (à ce stade, l'infection active est habituellement détectable dans le liquide céphalorachidien et sur les tests sérologiques pertinents, mieux qu'en phase trois).

Neuroborréliose[modifier | modifier le code]

L'incidence de ces neuroborrélioses (formes neurologiques de la maladie de Lyme) varie selon les pays et les régions. En Europe, on trouve plus de 15 % de neuroborréliose parmi les maladies de Lyme, alors qu'aux États-Unis, cette proportion ne dépasse pas les 8 %.

En Europe, elle varie aussi selon les régions, pour cent mille habitants : Danemark 0,5 cas, Suède 1 cas, Allemagne 3 cas, Alsace 10 cas[73].

Les formes les plus fréquentes (70 à 80 % des neuroborréliose) sont les méningoradiculites (polynévrite avec infection du liquide cérébrospinal). Elles apparaissent après 3 semaines à plus de 3 mois après la piqûre de tique[74].

Il s'agit d'abord de troubles sensitifs, plus souvent que moteurs, de la zone de l'érythème migrant. Les douleurs sont sévères (brûlure, arrachement), souvent à recrudescence nocturne et provoquant l'insomnie. Ces douleurs n'ont pas toujours un trajet radiculaire strict. Il peut exister une atteinte associée des nerfs crâniens, se manifestant surtout par une paralysie faciale périphérique, bilatérale dans un tiers des cas.

La neuroborréliose est la cause la plus fréquente de paralysie faciale périphérique chez l'enfant[74].

Plus rarement, dans 0,5 à 8 % des cas, on peut trouver des méningites aiguës, des myélites aiguës, des encéphalites aiguës.

Dans ces manifestations neurologiques aiguës ou subaiguës, le diagnostic est fait par l'étude du liquide cérébrospinal (LCS). La ponction lombaire permet de confirmer une méningite lymphocytaire. Une sérologie du LCS est associée à la recherche d'une synthèse intrathécale d'anticorps spécifiques[74].

Chez l'enfant, en cas de paralysie faciale périphérique, une sérologie sanguine positive est considérée comme suffisante pour confirmer le diagnostic et prescrire une antibiothérapie[74].

Les radiculites hyperalgiques résistent aux antalgiques habituels. Elles peuvent disparaître spontanément en quelques semaines ou mois. Elles cèdent plus rapidement en quelques jours avec une antibiothérapie adaptée.

Arthrite de Lyme[modifier | modifier le code]

Les manifestations articulaires ont été à l'origine de la redécouverte de la maladie aux États-Unis, où elles sont plus fréquentes (60 % des malades) qu'en Europe (10 à 15 %)[12]. Elle s'observe à tout âge, mais plus souvent chez l'enfant.

En Europe, elles sont précoces (quelques jours à quelques semaines après l'inoculation) et guérissent spontanément le plus souvent. En Amérique, elles sont plus tardives (6 mois en moyenne jusqu'à 2 ans), pour devenir plus souvent chroniques, réalisant le tableau de l'arthrite de Lyme. En Europe, les troubles articulaires sont classés en phase secondaire, alors qu'en Amérique, ils appartiennent à la phase tertiaire[75].

Dans sa forme la plus typique, l'arthrite de Lyme réalise une atteinte d'une seule grosse articulation (mono- ou oligoarthrite), avec douleurs et épanchement de liquide synovial, surtout au genou (moins souvent épaule, coude...). Cette atteinte est asymétrique, récidivante (avec poussées et rémissions), parfois permanente, et susceptible de durer plusieurs années en l'absence de traitement[75].

La plupart des patients guérissent par antibiothérapie adaptée, mais certains conservent une synovite post-infectieuse, réfractaire aux antibiotiques[75].

Autres manifestations[modifier | modifier le code]

A l'exception d'une asthénie marquée, les troubles généraux sont rares. En particulier, il n'y a pas en général de fièvre dans une maladie de Lyme.

Lymphocytome cutané au cours d'une maladie de Lyme.
Lymphocytome bénin dû à une maladie de Lyme sur le lobule de l'oreille d'un enfant de 4 ans.

Dans moins de 5 % des cas, il peut exister des troubles cardiaques par bloc atrio-ventriculaire, se manifestant par des palpitations intermittentes ou des malaises. Ces derniers troubles sont spontanément régressifs et ne nécessitent que très rarement la mise en place d'un stimulateur cardiaque définitif[76]. Une péricardite d'évolution prolongée est possible. Une maladie de Lyme doit être recherchée systématiquement chez tout patient jeune ayant un bloc atrio ventriculaire paroxystique inexpliqué[76].

Dans la même proportion, on peut trouver une manifestation dite lymphocytome borrélien. C'est un nodule rouge violacé, de 1 à 2 cm, qui siège le plus souvent au niveau de la face, du lobule de l'oreille, de l'aréole mammaire ou du scrotum.

Dans 1 % des cas, il existe des troubles ophtalmologiques divers : conjonctivite, uvéite, kératite, etc[12]...

Phase tertiaire[modifier | modifier le code]

La limite entre les formes secondaire et tertiaire est difficile à établir. Une forme secondaire se prolonge devenant tertiaire, ou des manifestations tertiaires apparaissent, apparemment primitives, des années après l'infection.

Des phénomènes auto immunitaires pourraient expliquer ces symptômes, mais la responsabilité directe de la bactérie au cours de ces manifestations tardives reste discutée[77],[78] .

Il s'agit de formes chroniques : cutanées, articulaires ou neurologiques. Du point de vue clinique, elles ne sont guère spécifiques (elles peuvent aussi se rencontrer en dehors de la maladie de Lyme), à l'exception de l'acrodermatite chronique atrophiante.

Formes cutanées[modifier | modifier le code]

L'acrodermatite chronique atrophiante, ou ACA, autrefois aussi nommée « maladie de Pick-Herxheimer », est liée à la maladie de Lyme de manière certaine : le germe a pu être isolé dans les biopsies de la lésion. C'est le symptôme le plus net de cette troisième phase, mais il n'est principalement observé qu'en Europe et pas chez tous les patients.

L'ACA commence avec un changement de couleur et de texture d'une surface de peau, habituellement sur une région exposées au soleil des membres supérieurs ou inférieurs. L'atrophie se traduit par des surfaces de peau qui deviennent très fines et transparentes, prenant une apparence rappelant un papier froissé de cigarette et une couleur rouge à violacée, avec parfois l'apparence de certains lichens plan. L'ACA d'abord localisée peut ensuite s'étendre peu à peu et parfois se bilatéraliser.

Formes rhumatologiques[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une arthrite de Lyme (voir section phase secondaire) qui persiste et se prolonge en étant réfractaire à l'antibiothérapie.

Formes neurologiques[modifier | modifier le code]

La « neuroborréliose tardive » regroupe plusieurs entités, dont l'encéphalite (atteinte cérébrale) et les polyneuropathies (atteinte des nerfs). Elles apparaissent au-delà de 6 mois après la piqûre de tique.

L'encéphalite ou encéphalomyélite, chronique ou tardive, se manifeste par des troubles variés : troubles cognitifs, difficultés de concentration parfois associés un état de fatigue, douleurs, faiblesse musculaire, troubles moteurs... Le lien avec une maladie de Lyme est reconnu lorsqu'on retrouve une synthèse d'anticorps spécifiques dans le liquide cérébrospinal.

Une polyneuropathie se manifeste d'abord avec des pics de douleurs, parfois accompagnés d'engourdissements et picotements dans les mains ou les pieds. Elle est classiquement associée à l'acrodermatite atrophiante. Il peut s'agir aussi de douleurs radiculaires chroniques isolées se manifestant comme une sciatique.

Formes discutées ou controversées[modifier | modifier le code]

Elles sont mal connues et difficiles à rattacher formellement à une borréliose[79].

Des manifestations dermatologiques (autres que le lymphocytome et l'acrodermatite) ont été décrites : morphée, sclérodermie, dermatomyosite... mais le lien avec une maladie de Lyme reste hypothétique et discuté.

Certains patients, après un traitement antibiotique bien conduit, présentent des troubles subjectifs chroniques (céphalées, fatigue, et douleurs articulaires) alors que la clinique et la biologie objectives sont en faveur de la guérison. On parle alors de « syndrome post-borréliose de Lyme » ou PLDS Post-Lyme Disease Syndrom[80]. À partir de là, et selon une continuité confuse, le terme de « maladie chronique de Lyme » est apparu. Non ou mal défini, il regroupe tout un ensemble de pathologies chroniques diverses, rapportées à une maladie de Lyme. Il s'agit de revendications, apparues aux États-Unis dans les années 1990, et portées tout autant par des patients soignés et traités, mais non guéris, que par des patients ni diagnostiqués, ni traités auparavant pour maladie de Lyme. Ce mouvement associatif entend défendre ce diagnostic et bénéficier de thérapies alternatives[81],[82].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Diagnostic positif[modifier | modifier le code]

L'examen clinique reste l'élément de base de la démarche diagnostique d'une maladie de Lyme, On recherche la notion de piqûre de tique et d'érythème migrant, l'origine géographique et les activités du malade en évaluant le caractère plus ou moins caractéristique des lésions. Les différents examens s'organisent et s'interprètent en fonction de ces données cliniques[83]. En 2019, le diagnostic de confirmation le plus consensuel repose sur une sérologie à deux niveaux, pour chaque stade de l'infection, sauf en présence d'Erythema migrans (1er stade) qui fait considérer l'infection comme certaine.

Sérologie[modifier | modifier le code]

Il existe des difficultés de diagnostic sérologiques en Europe du fait de la diversité des espèces pathogènes impliquées, comme celle des réactifs ; d'où l'absence d'une standardisation. Alors qu'aux États-Unis, la sérologie est plus facile à interpréter (critères standards du CDC), du fait de la présence d'une espèce pathogène très prédominante (B. Burdorgferi au sens strict)[84],[85]

Lors de la phase primaire, le diagnostic est exclusivement clinique pour l'érythème migrant. À ce stade, la sérologie est inutile, la production d'anticorps étant encore insuffisante. De même les données biologiques, toujours à ce stade, sont habituellement normales. La présence d'un syndrome inflammatoire important doit faire évoquer un autre diagnostic[79].

Lors de la phase secondaire, les examens sérologiques (dosages d'anticorps) se discutent en fonction du contexte. Il existe deux méthodes couramment utilisées en pratique : ELISA et Western Blot. Le test ELISA est utilisé en première intention, s'il est positif ou douteux, il doit être confirmé par Western-Blot. L'administration de Stevia ou de Serrapeptase avant le test, par son effet anti biofilm, permet de relâcher des bactéries dans le système sanguin ce qui améliore la sensibilité de la détection[86].

Cette sérologie se pratique dans le sang (lymphocytome, atteinte cardiaque, arthrite…), dans le liquide articulaire (arthrite) ou dans le liquide cérébro-spinal (neuroborréliose).

Une sérologie positive n'a de valeur pathologique que dans un contexte clinique évocateur. Inversement, une sérologie négative dans le même contexte incite à répéter ou poursuivre l'investigation.

PCR[modifier | modifier le code]

La PCR vise à détecter la présence d'un fragment de génome d'une borrelia. C'est un examen optionnel, en deuxième intention, dans des cas douteux (contexte clinique et épidémiologique évocateur, mais sérologie négative). Il se fait sur des localisations particulières (prélèvement cutané, liquide cérébrospinal, liquide articulaire) selon le contexte.

La PCR est très spécifique, mais ne prouve pas une infection active, car l'ADN des borrélies peut persister après leur mort (élimination sous antibiotiques). Aussi aux États-Unis comme en Europe, la sérologie reste, en pratique courante, la seule méthode immédiatement disponible pour le diagnostic[87]. En 2019, « aucun test sérologique ne permet (...) de faire la différence entre une infection passée et une infection active. Le rôle de l’interniste est double : penser à une maladie de Lyme devant des symptômes focaux et/ou généraux mais aussi ne pas attribuer à tort à une maladie de Lyme des symptômes qui doivent faire ouvrir le champ des diagnostics différentiels »[88].

Une étude a montré que l'on peut détecter une infection active par analyse de l'ADN libre circulant, avec un sensibilité supérieure à la sérologie[89].

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

À la phase primaire, lorsqu'il est atypique, l'érythème migrant peut être confondu avec un eczéma nummulaire, un érythème polymorphe, une dermatophytose, etc. et, dans le sud-est des États-Unis à un STARI (acronyme de Southern tick-associated rash illness)[90].

Lorsque l'érythème migrant est absent ou passé inaperçu, de nombreux diagnostics peuvent être évoqués à la phase secondaire : neurologiques (encéphalite ou myélite virale, Guillain-Barré, paralysie faciale a frigore, sclérose en plaques...), rhumatologiques (polyarthrite rhumatoïde, arthrite réactionnelle, arthrite juvénile...).

À la phase tardive, l'acrodermite chronique peut être confondue avec des troubles liés à une insuffisance veineuse, ou à des sclérodermies localisées. Les troubles généraux font discuter d'une fibromyalgie ou d'une fatigue chronique.

La différence peut être faite par la sérologie, et par le fait que les symptômes s'améliorent sous antibiothérapie.

La situation la plus complexe se présente lorsqu'un patient est étiqueté « malade chronique de Lyme » ou CLD Chronic Lyme Disease. Cette entité n'est pas reconnue par la communauté scientifique à cause d'une absence de définition de ces patients, et de l'incapacité de déterminer la présence de germes actifs persistant après traitement standard.

Diagnostic de Lyme chronique[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, ces diagnostics seraient effectués dans le cadre d'une « contre-culture » rassemblant des associations, des laboratoires de tests diagnostiques non validés, et des médecins auto-proclamés spécialistes de l'affection ou « Lyme literate medical doctors » (LLMD), ayant des activités de lobbying auprès du Congrès américain et sur Internet[91].

Ces diagnostics de « maladie chronique de Lyme » se répartissent en quatre catégories[81] :

  • La catégorie 1 est un diagnostic basé uniquement sur des symptômes non spécifiques (fatigue, douleurs chroniques, troubles cognitifs ou de l'humeur...) sans trouble biologique décelable. Ces troubles non spécifiques sont présents dans au moins 10 % de la population générale, sans rapport avec une répartition endémique de la maladie de Lyme.
  • La catégorie 2 sont les patients ayant une autre maladie (qu'ils aient déjà ou pas, une histoire de maladie de Lyme non démontrée). Par exemple, des patients ont du mal à accepter le diagnostic de sclérose en plaques, et trouvent un médecin disposé à les traiter pour une maladie chronique de Lyme.
  • La catégorie 3 n'a pas de troubles cliniques objectifs évoquant une maladie de Lyme, mais ils présentent des anticorps contre B. burgdoferi. Des médecins proposent un essai empirique d'antibiothérapie pour traiter leurs symptômes.
  • La catégorie 4 sont les patients (diagnostiqués et traités Lyme) ayant des manifestations chroniques réalisant un « syndrome post-borréliose de Lyme » ou PLDS Post-Lyme Disease Syndrom[92]. Il s'agit de troubles subjectifs pouvant persister un an et plus après le traitement. Ces patients posent le problème plus général des états de fatigue et de douleurs chroniques[93].

Traitement[modifier | modifier le code]

Antibiothérapie[modifier | modifier le code]

Principes de base[modifier | modifier le code]

Test des reflexes avant et après un traitement antibiotique.

L'objectif du traitement antibiotique est de guérir les manifestations cliniques et d'éviter l'évolution vers des formes secondaires et tertiaires, ce qui s'obtient par l'éradication complète des Borrelia. On ne cherche pas à obtenir une sérologie négative[94].

En pratique, on utilise une cycline, et en deuxième intention ou dans des cas particulier, une β-lactamine (céphalosporine).

En phase primaire (érythème migrant), l'amoxicilline ou la doxycycline doivent être prescrits durant 14 à 21 jours, au plus tôt : dans les 72 heures si possible pour un meilleur résultat.

En phase secondaire et tertiaire, pour les neuroborrélioses, les céphalosporines sont principalement utilisées, habituellement la ceftriaxone, pour une durée de 21 à 28 jours, au moins ; par voie veineuse périphérique en cas de méningo-encéphalite.

Pour les formes tertiaires, des durées plus longues peuvent être proposées selon les cas[79].

En un ensemble de sociétés savantes françaises émet l'avis suivant[95] :

« Vu le continuum entre forme précoce localisée et borreliose disséminée et l'efficacité de la doxycycline pour traiter la neuroborréliose, la doxycycline est préférée comme première ligne de traitement de l'érythème migrans (durée 14 jours (j). Alternative : amoxicilline) et de la neuroborréliose (durée 14 j si traitement précoce, 21 j si tardif. Alternative : ceftriaxone). Le traitement des manifestations articulaires de la borréliose de Lyme est basé sur doxycycline, ceftriaxone ou amoxicilline pendant 28 j. Les patients présentant des symptômes persistants après traitement approprié ne doivent pas recevoir de traitement prolongé ou répété. Quelques patients se présentent avec des symptômes persistants et pléomorphiques après diagnostic documenté ou suspecté de borréliose. Une autre pathologie est diagnostiquée chez 80 % d'entre eux. »

Chez environ 15 % des patients, l'antibiothérapie peut provoquer une réaction de Jarisch-Herxheimer, liée à la lyse des bactéries, avec exacerbation des symptômes. Il s'agit d'une réaction transitoire sans gravité, qui disparaît en quelques heures[96], ou un à deux jours[90].

Efficacité[modifier | modifier le code]

Les infections traitées en phase primaire sont guéries par les antibiotiques recommandés. Si la phase primaire passe inaperçue, ou insuffisamment traitée, la maladie continue d'évoluer.

Environ 10 % des patients traités, et peut être plus chez ceux ayant une neuroborréliose, continuent d'avoir des troubles subjectifs (fatigue, douleurs musculaires, troubles cognitifs...). Ces troubles persistent plus de 6 mois après antibiothérapie préconisée, et jusqu'à plus de 10 ans, au moins de façon intermittente[97].

Même si la plupart des patients s'améliorent au fil des mois, cet état affecte durablement la qualité de vie. C'est le « syndrome post-borréliose de Lyme », ou PLDS Post-Lyme Disease Syndrom. Dans cette situation, les études contrôlées ne montrent pas de différence entre une antibiothérapie prolongée et un placebo[82],[93].

Autres approches[modifier | modifier le code]

Plus ou moins reconnues[modifier | modifier le code]

Si l'antibiothérapie prolongée n'est pas une solution pour ces états chroniques, de nouvelles stratégies de prise en charge doivent être mises en œuvre ; en sachant que près de 40 % des patients chroniques de « post-borréliose de Lyme » sont améliorés par un placebo[81]. Le malade « post-Lyme » rejoint alors les millions de personnes qui, dans le monde, souffrent de fatigue et douleurs chroniques d'origine indéterminée[93].

Ainsi, les troubles dépressifs sont à traiter selon les normes habituelles, et les douleurs persistantes selon une approche multidisciplinaire analogue à celle du traitement de la fibromyalgie. Il existe donc des combinaisons de médicaments (antalgiques, d'antidépresseurs...), de thérapies comportementales, kinésithérapie et acupuncture[98].

Des techniques d'origine neurochirurgicales, dites de neuromodulation par stimulation spinale, ont été développées pour traiter des syndromes complexes de douleurs chroniques ou des douleurs post-opératoires. Elles semblent pouvoir diminuer la douleur de patients atteints d'arthrite de Lyme chronique et résistante aux traitements classiques (médicaments, kinésithérapie)[99],[100].

Non reconnues ou non recommandées[modifier | modifier le code]

De nombreux traitements alternatifs sont proposés sur le net[101]. Sans preuve d'efficacité, certains présentent un risque certain d'effet indésirable[102],[103].

  • Antibiothérapie non préconisée, par exemple de très longue durée ; intermittente ; répétée (pour un même épisode de Lyme) ; pour des co-infections sans preuve.
  • Médecine hyperbare.
  • Thérapies « à radiation ou à énergie »
  • Thérapies « nutritionnelles ».
  • Chélation de métaux lourds.
  • Pyrothérapie.
  • Médicaments divers : immunoglobulines, hormones, venin d'abeille...

Des préparations phytothérapeutiques[104],[105],[106],[107] sont proposées ou distribuées par divers laboratoires. Une étude montre une activité de certaines huiles essentielles in vitro contre le biofilm formé par la bactérie[108],[109]. Le stevia a aussi montré une réduction in vitro des biofilms[110].

En France, l'une d'elles, le Tic Tox, est un mélange d'huiles essentielles et de propolis mis au point par Bernard Christophe (1949-2016), un pharmacien alsacien spécialisé en phyto-aromathérapie. Ce produit a été suspendu en 2012, en attendant sa mise en conformité avec la réglementation, par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (AFSSAPS), qui a fait valoir notamment qu'il contient de la sauge officinale (potentiellement toxique selon les doses ingérées) et un terpène, la thuyone[111], outre une « absence d'autorisation de mise sur le marché[111],[112] » (AMM).

Toutefois, selon le professeur Christian Perronne, spécialiste de la maladie de Lyme, cette décision serait discutable[113].

Prévention[modifier | modifier le code]

Éviter l'exposition aux tiques[modifier | modifier le code]

La prévention primaire (agir directement sur la cause : hôtes et vecteurs) est difficile, à cause de la diversité du réservoir animal. Agir sur l'un des facteurs d'émergence (voir section épidémiologie) est toujours discuté, car si l'on cerne à peu près ces facteurs, la façon dont ils réagissent entre eux est mal connue. Par exemple, aux États-Unis où la diversité des réservoirs semble moins grande, la réduction de la population des cervidés (cerfs de Virginie notamment), comme moyen de réduire la maladie humaine[114],[115],[116], fait débat[117].

Les mesures recommandées sont l'évitement d'une exposition aux tiques.

Forêts[modifier | modifier le code]

Panneau en allemand, signalant des tiques en zone forestière.
  • Porter en forêt des habits couvrants (chaussures fermées, pantalon long enfilé dans les chaussettes, chemise à col fermé et manches longues boutonnées aux poignets ; port de guêtres pour travailleurs forestiers et cueilleurs de champignons). Préférer les habits de couleur claire qui permettent de mieux visualiser les tiques éventuelles. Proscrire les tongs et sandalettes, les shorts et les tee-shirts ;
  • éviter les zones à très haut risque (taillis, sous-bois… surtout humides) en restant autant que possible au milieu des chemins ;
  • limiter la manipulation du gibier pour les chasseurs ;
  • l'utilisation de répulsifs en zone à risque est possible, mais l'imprégnation vestimentaire par des insecticides est moins utilisée (nuisances et effets secondaires) ;
  • s'inspecter attentivement après les promenades ou le travail en forêt ; en particulier les aisselles, le nombril, les organes génitaux, les plis du genou, et chez les enfants la tête et le cuir chevelu.

Jardins[modifier | modifier le code]

Une étude de sciences participatives lancée l’été 2017 en France par l'Inra, basée sur une application (« Signalement Tiques ») permettant de cartographier les lieux où ont eu lieu les piqûres de tiques vient de montrer que — contre toute attente — si 53 % des cas concernent la forêt, 1/3 (27 % exactement) des piqûres déclarées volontairement ont eu lieu dans des jardins de maisons privés, et « seulement 10 % dans des prairies ». Les déclarants sont invités à photographier la tique et à l’envoyer par courrier aux chercheurs (54 envois par jour en moyenne en ). Un biais probable joue en la faveur des déclarations sur l’humain et le public des répondants n'est sans doute pas représentatifs de toute la population. Pour 1 254 signalements de piqûres sur les animaux, 4 198 l’ont été chez l’Homme. Les piqûres concernent d’abord des personnes de 20 à 40 ans (30 % des cas), et de 40 à 60 ans (26 %). Ce taux chute à 17 % chez les 5 à 20 ans. Suivent les personnes de plus de 60 ans (15 % des cas), et les enfants de moins de 5 ans (12 % des cas). Pour les animaux, les déclarations concernent surtout les chiens (45 % des cas) et chats (44 %) et moindrement les chevaux et le bétail (6 et 5 % des cas)[118].

Parmi les mesures parfois préconisées :

  • entretenir ses jardins, notamment faucher les hautes herbes dans les zones fréquentées et détruire ou faire enlever les feuilles mortes[119] ;
  • l'abondance des tiques pourrait être réduite dans certaines zones (parcs et jardins péri-forestiers…) par une zone-tampon dépourvue de litière de feuilles mortes (par exemple garnie de mulch ou de gravier entre la lisière forestière et les zones de jeu d'enfant, de pique nique, etc.) et par des mesures interdisant l'intrusion d'animaux tels que sangliers ou cervidés[120],[121]), tout en favorisant les prédateurs naturels des tiques : dans les zones rurales, les poules, qui s'en nourrissent, semblent limiter leurs populations[122].

Animaux domestiques[modifier | modifier le code]

  • Munir les animaux de compagnie de collier anti-tiques, les inspecter régulièrement, surtout au retour d'une promenade en forêt et les débarrasser des tiques. On peut vaporiser sur les chiens des insecticides adaptés[123] ;
  • Les chats sont extrêmement sensibles aux produits chimiques. Il ne faut pas appliquer sur eux d'insecticide ni de répulsif sans l'avis d'un vétérinaire[123] ;
  • Un modèle prédictif de risque a été créé pour les chiens en combinant des facteurs climatiques, géographiques et sociétaux, avec des résultats de tests sérologiques. Ce modèle pourrait être utile pour aider les vétérinaires à évaluer le risque pour les chiens, et peut-être indirectement l'homme[124].

Ces précautions ne sont pas toujours suffisantes et n'ont pas une efficacité démontrée à 100%, car les nymphes de tique sont à la limite de la visibilité (1 à 2 mm) et leur piqûre est indolore. De plus, les animaux de compagnie peuvent ramener des tiques à la maison, d'où une contamination croisée avec l'être humain.

Soins en cas de piqûre de tique[modifier | modifier le code]

La contamination nécessite un temps long de présence de la tique sur la peau. Si le risque débute dès la première heure, il est proportionnel au temps de contact, avec un maximum entre 48 et 72 heures (le repas sanguin de la tique durant de 2 à 5 jours).

Tique dans une pince.
Une tique enlevée avec un tire-tique.

Si la tique est retirée de la peau dans les 36 premières heures après qu'elle s'y est fixée, les risques de contamination sont réputés faibles ; inférieurs à 1 %, car les borrelia ne sont à ce moment pas encore dans les glandes salivaires de la tique mais dans son tube digestif. Pour infecter l'hôte, elles doivent encore migrer du tube digestif aux glandes salivaires, ce qui peut demander 2 à 3 jours, cette durée pouvant être raccourcie en Europe.

Retrait de la tique[modifier | modifier le code]

Les méthodes folkloriques, qui utilisent une goutte de divers produits visant à endormir, étouffer, ou détacher la tique sont trop lents ou font risquer une régurgitation de la tique : éther, benzine, essence, gazoil, huile de table, vernis à ongle, chaleur par cigarette allumée... Il ne s'agit pas d'attendre, la tique doit donc être retirée le plus rapidement possible, sans la manipuler[125],[126].

Divers modèles de pinces spéciales ou de sortes de petits pieds de biche qui permettent d'extraire les tiques en les tournant doucement sont vendus en pharmacie (avec un modèle plus petit pour les larves et nymphes). Il ne faut pas tirer, mais tourner doucement comme pour dévisser[127], on peut extraire sans peine la tique, au moins si elle n'est pas ancrée depuis trop longtemps. Ce geste évite le risque de laisser le rostre ou la tête et son cément fichés dans la peau, ce qui peut provoquer une infection, voire un abcès.

À défaut de tire-tique, on peut utiliser une pince fine à épiler, pour tirer la tique sans la tordre ou l'écraser[125],[126].

Traitement de la plaie[modifier | modifier le code]

Après le retrait de la tique (et non avant, pas de produit sur une tique attachée), la plaie doit être soigneusement désinfectée et surveillée. À ce stade, l'antibiothérapie prophylactique n'est pas recommandée pour une piqûre simple de tique, en raison de la faible probabilité de contamination. Celle-ci peut se discuter dans certains cas particuliers (femme enceinte, personne immunodéprimée...) ou encore, en zone hyperendémique, lorsque la tique est retirée tard et gorgée de sang[79].

Il en est de même aux États-Unis où, après piqûre de tique, l'antibiothérapie prophylactique n'est pas généralement recommandée par les CDC. Les exceptions concernent les zones hyperendémiques où toute personne mordue de plus de 8 ans peut recevoir une dose unique de 200 mg de doxycycline dans les 72 h après le retrait de la tique. Pour cela, toutes les conditions suivantes doivent être réunies : pas de contre-indication à la doxycycline, tique I. scapularis identifiée, tique gorgée de sang avec un temps estimé supérieur à 36 h d'attachement[128].

Après piqûre de tique, une surveillance de la plaie est nécessaire et suffisante. Dans les jours ou semaines qui suivent, il est impératif de consulter un médecin pour antibiothérapie adaptée, si une tache apparaît et grandit progressivement (érythème migrant). Il en est de même en cas d'apparition d'un état fébrile ou grippal (plus souvent en Amérique qu'en Europe).

Vaccin[modifier | modifier le code]

Il n'existe plus en 2020 de vaccin humain disponible contre la maladie de Lyme.

Des vaccins vétérinaires existent, dont pour le chien, soit basés sur la bactérie entière tuée, soit sur des sous-unités (protéines de surface OspA ou OspC)[129].

Premier vaccin[modifier | modifier le code]

Un vaccin, le Lymerix de Smith-Kline-Beecham, a été commercialisé aux États-Unis de à [130]. Ce vaccin ciblait une des protéines de surface les plus communes de B. Burgorferi, Osp A. Il a été recommandé pour les personnes à risques en zone d'endémie, et 1,4 millions de doses ont été distribuées[130]. Les études ont montré que son efficacité était de l'ordre de 70 à 80 % sans effets secondaire significatif, mais des incertitudes sur son effet protecteur à long terme impliquaient que des rappels annuels pouvaient être nécessaires[130].

En 1999, des rumeurs associent le vaccin à des arthrites auto-immunes, et conduisent à des poursuites judiciaires, une action collective est ainsi menée par 121 plaignants[130]. Les études effectuées par le CDC et la FDA ne confirment pas de relations de causalité, en estimant que les avantages du vaccin l'emportent sur les risques[130]. Le vaccin reste donc à disposition du public, mais les ventes s'effondrent par la couverture médiatique des procès en cours, et des polémiques sur le risque théorique d'auto-immunité[130].

En 2002, le fabricant retire de lui-même son vaccin du marché, pour des raisons économiques[130]. En 2003, un accord est conclu avec les plaignants : ils cessent toute poursuite judiciaire en échange d'un million de dollars servant à rembourser les frais d'avocats et de justice[130].

Recherches en cours[modifier | modifier le code]

Les recherches vaccinales cherchent à cibler les protéines de surface les plus constantes de la bactérie[129],[131]. Un vaccin de ce type pour l'Europe et les États-Unis est en préparation[132].

La vaccination orale d'un réservoir animal comme la souris Peromyscus leucopus est envisagée en Amérique du Nord, sur le modèle de la vaccination orale des renards contre la rage. D'autres recherches ciblent le vecteur, comme des composants de la salive de tique. Ce qui, théoriquement, aurait l'avantage de protéger contre l'ensemble des maladies transmises par les tiques[129].

Selon Stanley Plotkin, le vaccin idéal contre la maladie de Lyme doit avoir au moins 80 % d'efficacité sur deux ans, des deux côtés de l'Atlantique, être bien toléré, ne pas comporter de déterminant antigénique à risque théorique, et être utilisable chez l'enfant. Pour éviter les fautes de communication commises lors de l'affaire du Lymerix, la production d'un nouveau vaccin devrait se faire à la suite d'une demande concertée des acteurs de santé publique, afin de démontrer qu'il existe un besoin et un marché pour un tel vaccin[132].

Le laboratoire Valneva travaille actuellement sur un vaccin pour 2025 et débutera les tests sur 15 000 sujets à partir de 2022[133].

Coûts économiques[modifier | modifier le code]

Les maladies transmises par les tiques (maladie de Lyme notamment) ont un coût annuel qui s'élève à plusieurs dizaines de millions d'euros par an pour de nombreux pays (ex : coût estimé à 20 millions d’euros/an pour les Pays-Bas[134] et à 80 millions d’euros/an pour l’Allemagne[135] pour ce qui concerne le milieu des années 2010.

Controverse sociétale[modifier | modifier le code]

Il s'agit de thèses et arguments développés par un courant alternatif, opposé aux recommandations officielles des sociétés savantes qui, elles, font consensus à leur niveau international, et qui sont reprises par l'ensemble des autorités sanitaires en Amérique du Nord comme en Europe.

Ce courant alternatif est apparu aux États-Unis, dans les années 1990, où des médecins se sont rassemblés dans une International Lyme and Associated Diseases Society (ILADS), appuyée par des associations de malades. Ce courant soutient que les recommandations officielles sont trop restrictives, que la maladie est sous-diagnostiquée et sous-traitée. Il cherche donc à promouvoir de nouvelles attitudes thérapeutiques auprès des pouvoirs publics, notamment par la reconnaissance d'une « maladie chronique de Lyme », et d'une antibiothérapie de très longue durée, parfois associée à des thérapies non conventionnelles[136].

En 2019, une revue des recommandations européennes et américaines concernant le diagnostic de la maladie de Lyme, montre que sur les directives de 16 sociétés savantes de 7 pays, une seule est différente des autres (une société allemande, la Deutsche Borreliose-Gesellschaft, non reconnue comme société académique par les autorités allemandes). La conclusion est « Contrairement au débat animé qui a lieu sur Internet et dans les médias européens et américains, notre analyse montre que la majorité des recommandations scientifiques médicales associées à un score qualitatif élevé s'accordent sur les méthodes diagnostiques cliniques de la maladie de Lyme »[137].

Hypothèses en discussion[modifier | modifier le code]

Le terme de Lyme chronique (ou syndrome post-traitement) peut désigner les rechutes, les symptômes persistants à l'arrêt du traitement antibiotique ou des complications chroniques reconnues attribuées à la maladie de Lyme il peut aussi désigner des formes chroniques contestées par la majorité de la communauté médicale ; soit les deux, ce qui prête à confusion.

Le caractère chronique, d'abord silencieux, puis antibiorésistant de la maladie peut avoir plusieurs explications (compatibles entre elles) : des formes persistantes « kystiques » de la bactérie (pléomorphisme), une forme-L (réversible) de la bactérie, une persistance dans un biofilm. En 2014, des auteurs estimaient que l'implication de ces 3 variants morphologiques dans une forme chronique de la maladie de Lyme n'était pas démontrée[138], d'autres en 2019, estiment que la probabilité, qu'une maladie chronique de Lyme puisse survenir à la suite d'infections persistantes, est réelle[139].

Le concept de « crypto-infections » lié à des co-infections (quand la tique transmet plusieurs maladies) est mis en doute, surtout quand des bactéries non connues pour être transmissibles par tiques, voire des pathogènes fantaisistes sont évoqués[82].

Pour l'ILADS, la maladie est ubiquitaire et répandue sous des formes ou des transmissions méconnues (par exemple sexuelle). La forme chronique n'a pas de définition sinon des symptômes persistants (fatigue, douleurs, troubles du sommeil, cognitifs et neurologiques) à traiter par antibiothérapie prolongée.

Pour la majorité de la communauté médicale, le courant du « Lyme chronique » serait un ensemble de microbiologie, immunologie, et pharmacologie « alternatives »[91], se diffusant sur internet et autres médias, mêlées à des témoignages de patients. Ce courant représenterait 2 % des médecins dans le Connecticut, l'une des régions où l'endémie de Lyme est la plus forte[82] ; il s'agirait d'attitudes reposant sur des présomptions ou des convictions subjectives, et non sur des éléments scientifiques validés[83]. La forme chronique de la maladie s'exprimerait le plus souvent par des symptômes subjectifs, les divers tests (tests urinaires, comptage de lymphocytes CD 57, immunofluorescence pour mettre en évidence des formes L de Borrelia, etc.) auraient été mis au point par des « laboratoires spécialisés de Lyme », et seraient non cliniquement validés ou non agréés par la FDA.

L'argumentaire des tenants de la forme chronique s'appuie aussi sur le modèle animal (chiens, poneys…) montrant que des borrélies peuvent persister malgré un traitement antibiotique approprié. Mais selon leurs détracteurs cette présence est fréquente chez l'animal infecté, sans qu'il présente de maladies.

Ces arguments d'ordre scientifique s'accompagnent d'appels aux pouvoirs publics, voire de poursuites judiciaires contre des sociétés médicales savantes, accusées d'avoir des liens cachés avec des sociétés d'assurances pour limiter la durée, donc le remboursement de l'antibiothérapie[140]. Dans le Connecticut, une enquête sans précédent a eu lieu sur l'IDSA (Infectious Diseases Society of America), société savante accusée de violer la loi antitrust, au motif que ses recommandations étaient les seules à être reprises par les autorités sanitaires[81].

Un compromis temporaire est apparemment trouvé avec la publication, en 2011 (révisée en 2014), des recommandations de l'ILADS sur un site officiel[141], mais il s'agit en fait d'un site qui ne fait que recenser des recommandations sans les valider. Les recommandations officielles américaines restent donc celles publiées sur les sites du CDC ou du NIH.

Selon le Professeur Lantos, membre du panel des recommandations de l’IDSA, de telles controverses persisteront « aussi longtemps que des patients continueront à souffrir de symptômes inexpliqués, affectant leur qualité de vie »[82].

Situation française[modifier | modifier le code]

La définition, les limites et la valeur des moyens diagnostiques de la « maladie chronique de Lyme » restent discutés. Cette question est devenue un problème sociétal, par les polémiques qu'elle provoque. En France, elle entraînerait une double perte de confiance « pour les patients qui perdent confiance en leur médecin, pour les médecins qui perdent confiance en eux-mêmes » dans un climat de méfiance réciproque[142].

Associations de patients[modifier | modifier le code]

Les principales associations sont Lyme sans frontières fondée en 2012, 700 adhérents en France et en Belgique en 2013, dont 90 % de malades ; et France Lyme créée en 2008, revendiquant 400 adhérents en 2014[143] et 2 700 adhérents au [144]. Il existe d'autres associations plus petites à vocation locale. Un rapport de la HAS de 2014 faisant état que la majorité des dirigeants sont des femmes, appartenant à la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures[143].

Selon le rapport de 2014 de la HAS (Haute Autorité de Santé), qui cite une sociologue, il existerait un « face-à-face acrimonieux » entre la légitimité des associations et l'autorité de la science. Les premiers défendent leur savoir par expérience personnelle et intime, la seconde se fonde sur l'observation, et la déduction scientifique (médecine basée sur des faits). Ces associations sont plus proches de l'attitude des anti-vaccin que celle des associations de lutte contre le VIH, du fait qu'elles « demeurent le plus souvent crispées sur leur ressentiment à l'encontre du corps médical et des experts. Et dès lors, le système d'action autour de la question de la borréliose de Lyme offre aujourd'hui le spectacle d'une légitimité sociale sans autorité »[145].

Si ces associations partagent certains traits avec celles militant contre la contamination par le VIH : orientation « communautariste » (on se replie sur une pathologie spécifique), ambivalence des rapports avec les pouvoirs publics entre collaboration et affrontement, légitimité de l'« expertise » des patients (la « légitimité incorporée du malade ») opposée à l'expertise des scientifiques et du corps médical, etc. » ; elles s'en distinguent par l'absence d’universalisme (au service de la santé publique dans un champ de risque donné), l'absence de professionnalisation de militants tendant à devenir des experts reconnus consultés par les pouvoirs publics, l'absence de capital social (densité des réseaux de relations avec les scientifiques, les médias et la politique)[145].

Le rapport note : « Loin de tout "délire", la contestation des associations est au contraire parfaitement rationnelle, ce qui n'empêche pas certains de leurs arguments d'être très faibles »[145] et « Aussi les militantes défendent-elles une notion essentialiste de la science — arcane reposant sur une expérience intime — afin d’en revendiquer le monopole du fait d’être les victimes de la maladie et, du moins veulent-elles le croire, les seules à ne pas cacher la vérité (car libres de tout conflit d'intérêt) »[146].

Débats en cours[modifier | modifier le code]

Jusqu'en , la prise en charge en France se basait sur une conférence de consensus de 2006[147], établissant des protocoles officiels.

  • En 2014, la Haute Autorité de santé (HAS) rappelle que « Au même titre que les autres acteurs, les associations doivent pouvoir librement s'exprimer. Elles doivent aussi être écoutées. S'il ne leur revient pas de dire la science ou de conduire les politiques, il leur revient par contre de faire entendre la voix des patients »[148]. Pour sauver le dialogue et la confiance nécessaire, la HAS fait de la borréliose de Lyme, non seulement un fait bio-médical, mais aussi un fait de société. Elle propose une écoute plus ouverte des récits et discours des patients par le biais de recherches en sciences sociales[149].
  • En 2015, l'opposition dépose en février un projet de loi relatif à cette maladie, rejeté, mais suivi de plusieurs questions sur la reconnaissance de la maladie.
  • En 2016, Matthias Lacoste entame en juin une grève de la faim pour alerter les autorités de santé et pour un « droit de guérir »[150]. En juillet, plus de cent médecins français dont Christian Perronne (chef du service en infectiologie à l'hôpital de Garches) et des associations de patients (France Lyme, Lyme sans frontières, Lymp'act... regroupées dans la Fédération française contre les maladies vectorielles à tiques) se plaignent d'une situation qui ne tient pas compte de leur expérience et de leur vécu[151],[152],[153].
    Un plan national de lutte contre la maladie de Lyme est présenté par Marisol Touraine, alors Ministre des affaires sociales et de la santé, en [154].
  • En 2018 les critiques portent sur le test sérologique jugé pas assez fiable, et sur l'existence d'une forme chronique parfois non guérie par 3 semaines d’antibiothérapie »[155],[156] ; avec donc une sous-estimation du nombre des cas chroniques. La non-reconnaissance officielle de la forme chronique induirait des modalités de traitement parfois inadaptées.
    Ces critiques sont rejetées par la SPILF (société de pathologie infectieuse de langue française) qui juge les recommandations de 2006 restent valables au vu des connaissances actuelles[157] ; de même pour l'Académie de Médecine[158].
    Le , la HAS publie de nouvelles recommandations de prise en charge de la borréliose de Lyme. Elles confirment (en les précisant) les protocoles de diagnostic et de traitement déjà adoptés, mais comme aux États-Unis, elle distingue un « syndrome post-borréliose de Lyme » ou PLDS Post-Lyme Disease, la HAS distingue « la/le symptomatologie/syndrome persistant(e) polymorphe après possible piqûre de tique » ou SPPT[159]. Cette dénomination de compromis (faute de consensus) doit améliorer la prise en charge des patients[159]. Le , l'Académie de médecine « exprime clairement sa profonde déception » devant ce texte[160]. Puis le , un ensemble de sociétés savantes et professionnelles refusent de cautionner cette dénomination de SPPT et d'en suivre les recommandations[161].
    En (trois mois après la publication des recommandations de la HAS), Jérôme Salomon (directeur général de la Santé), toujours à la recherche d'un consensus, a donc demandé à Pierre Tattevin, président de la SPILF « d'élaborer de nouvelles recommandations pratiques pour la prévention, le diagnostic et le traitement de la borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques... »[162]. De son côté, la HAS a expliqué qu'avant de publier ses recommandations, elle a tenté en vain de trouver un consensus avec la SPILF[162]. Elle a donc publié ces recommandations sans la signature de la SPILF, car convaincue qu'elles reflétaient l'état de l'art, mais en prévoyant deux réunions par an de réactualisation des recommandations au vu des avancées scientifiques[163], en espérant aboutir à des recommandations communes avec la SPILF qui en 2019 « considère toujours que les tests de dépistage sont efficaces » et qu'il n'existe pas de forme chronique de la maladie[162].
  • En 2019, le , le Sénat doit auditionner Jérôme Salomon et Dominique Le Guludec (présidente de la HAS)[162].
  • Le , le Bulletin épidémiologique hebdomadaire publie une étude montrant que dans une série de cas de diagnostic présumé de Lyme, le diagnostic a été confirmé dans moins de 10 % des cas, le traitement antibiotique présomptif échouant dans 80 % des cas, 80 % des patients ayant une autre maladie. Selon l'éditorialiste du bulletin, il existe un important sur-diagnostic et sur-traitement de la maladie de Lyme[164], tendance retrouvée à l'étranger. Ce qui pose un problème éthique de santé publique : dans la construction des recommandations de prise en charge, peut-on prendre en compte des modèles alternatifs en l’absence de faits probants[165].

Moyens de recherche[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis où on estime que malgré les actions d'information et de prévention, le nombre de cas de maladie de Lyme a pratiquement triplé de 1990 à 2019 (plus de 300 000 cas/an), les actions préventives et de gestion de la maladie sont freinées par des diagnostics inadéquats (avec une sous estimation du nombre de cas : 30 000 cas officiellement déclarés de maladies à tiques aux États-Unis par an, contre 300 000 probablement en réalité), notait le New England Journal of Medicine. Le fabricant du seul vaccin disponible contre la maladie de Lyme l'a retiré au motif d'une baisse des ventes et de problèmes de responsabilité[166].

En 2018, les NIH avaient dépensé 23 millions USD pour la seule maladie de Lyme en 2018, pour un total de 56 millions USD affecté à toutes les maladies transmises par les tiques. En 2019, après l'avis d'un groupe consultatif mandaté par le gouvernement des États-Unis (avis alarmant et concluant au besoin d'augmenter les actions et les moyens financiers de la recherche au sujet des maladies à tiques au niveau fédéral), les NIH ont produit un nouveau plan stratégique pour lutter contre ces maladies, et en , ils ont lancé un appel à propositions de prévention des maladies transmises par les tiques, doté de 6 millions de dollars d'ici 2020. De leur côté, selon la revue Science[réf. nécessaire], les scientifiques espèrent encore plus d'argent pour améliorer le diagnostic de la maladie, et les moyens de la soigner.

Personnalités atteintes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Wynne Parry, « Iceman Mummy May Hold Earliest Evidence of Lyme Disease », sur Live Science (consulté le 13 mars 2020).
  2. a et b Cosson J.F (2019) Écologie de la maladie de Lyme ; Santé Publique, 1(HS), 73-87.
  3. site du Figaro-Santé, article "Pourquoi il faut faire attention à la maladie de Lyme", publié le 21 juillet 2017.
  4. a b c d et e (en) Robert D. Leff, Lyme Borreliosis, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-33286-9), p. 852-854
    dans The Cambridge World History of Human Disease, K.F. Kiple (dir.).
  5. « Aux États-Unis, les élus veulent savoir si l’armée a utilisé des tiques comme armes biologiques »
  6. (en) Owen Dyer, « US Pentagon is told to investigate claims that Lyme disease is escaped bioweapon from cold war », BMJ, vol. 366,‎ , l4784 (ISSN 0959-8138 et 1756-1833, PMID 31324616, DOI 10.1136/bmj.l4784, lire en ligne, consulté le 20 juillet 2019)
  7. (en) Johnson RC, F. W. Hyde, G. P. Schmid et D. J. Brenner « Borrelia burgdorferi sp. nov.: etiological agent of Lyme disease » Int J Syst Bacteriol. 1984;34:496-497.
  8. Barbour, A. G., W. Burgdorfer, S. F. Hayes, O. Péter et A. Aeschlimann. « Isolation of a cultivable spirochete from Ixodes ricinus ticks of Switzerland » Current Microbiology 1983;8:123- 126.
  9. (en) Ryan KJ, Ray CG ; Sherris Medical Microbiology ; 4e édition (page 434-437) Ed: McGraw Hill ;2004 ; (ISBN 978-0-8385-8542-9)
  10. a b c et d Sylvie De Martino, « La borréliose de Lyme », La Revue du Praticien, vol. 55,‎ , p. 471-477.
  11. Steere A.C & al. (2016) Lyme borreliosis. Nature Reviews Disease Primers, 2, 16090. doi:10.1038/nrdp.2016.90
  12. a b c d e f g et h E. Pilly, Maladies infectieuses et tropicales, Alinea Plus, (ISBN 978-2-916641-66-9), p. 377-378.
  13. Coipan E.C & al. (2016) Imbalanced presence of Borrelia burgdorferi s.l. multilocus sequence types in clinical manifestations of Lyme borreliosis. Infection, Genetics and Evolution, 42, pp. 66-76. DOI:10.1016/j.meegid.2016.04.019
  14. Evison J, Aebi C, Francioli P, Péter O, Bassetti S, Gervaix A, Zimmerli S, Weber R, « Diagnostic et traitement de la borréliose de Lyme chez l’adulte et l’enfant : recommandations de la Société suisse d’infectiologie : Borréliose de Lyme 1re partie : épidémiologie et diagnostic [Lyme disease Part I: epidemiology and diagnosis] », Rev Med Suisse, vol. 2, no 60,‎ , p. 919-24. (PMID 16673723, lire en ligne [html]) modifier
  15. a b et c F. Rodhain, « Maladie de Lyme : épidémiologie », La Revue du Praticien, vol. 39, no 15,‎ , p. 1291-1293.
  16. (en) S.M. Dunham-Ems, M.J. Caimano, U. Pal, C.W. Wolgemuth, C.H. Eggers, A. Balic et J.D. Radolf, « Live imaging reveals a biphasic mode of dissemination of Borrelia burgdorferi within ticks », J Clin Invest, vol. 119, no 12,‎ , p. 3652–3665 (DOI 10.1172/JCI39401, lire en ligne)
  17. (en) Tilly K, Rosa PA, Stewart PE. « Biology of infection with Borrelia burgdorferi » Infect Dis Clin North Am. 2008;22:217-234.
  18. INRA, « Réservoir de recherches, vecteur de solutions : rôle clé de l'Inra sur les maladies à tiques », sur www.inra.fr, (consulté le 17 décembre 2017)
  19. « Marisol Touraine lance le Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmises par les tiques », Ministère des Solidarités et de la Santé,‎ (lire en ligne, consulté le 17 décembre 2017)
  20. a b c d et e Allen C. Steere, Franc Strle, Gary P. Wormser et Linden T. Hu, « Lyme borreliosis », Nature reviews. Disease primers, vol. 2,‎ , p. 3. (ISSN 2056-676X, PMID 27976670, PMCID PMC5539539, DOI 10.1038/nrdp.2016.90, lire en ligne, consulté le 30 avril 2018)
  21. (en) Dennis DT, Piesman, JF. « Overview of tick-borne infections in humans » In: Goodman JL, Dennis DT, Sonenshine DE, eds. Tick-borne infections of humans. Washington, DC: ASM Press, 2005.
  22. a et b (en) Allen C. Steere, « The emergence of Lyme Disease », J Clin Invest, vol. 113, no 8,‎ , p. 1093-1101 (lire en ligne)
  23. Trap D (1996) Aspects cliniques, épidémiologiques, diagnostiques et moyens de lutte dans la maladie de Lyme chez les animaux domestiques. Bull. des GTV., 2, 55-59
  24. Lamouraux, Cécile (2005), La borréliose de Lyme chez le cheval, thèse de doctorat vétérinaire soutenue à la faculté de médecine de Créteil ; École nationale vétérinaire d'Alfort
  25. Meryl P. Littman, Richard E. Goldstein, Mary A. Labato et Michael R. Lappin, « ACVIM Small Animal Consensus Statement on Lyme Disease in Dogs: Diagnosis, Treatment, and Prevention », Journal of Veterinary Internal Medicine, vol. 20, no 2,‎ , p. 422–434 (ISSN 0891-6640 et 1939-1676, DOI 10.1111/j.1939-1676.2006.tb02880.x, lire en ligne)
  26. Moutailler S. et al. (2015) Principales maladies transmises par les tiques : épidémiologie, clinique et diagnostic. In : McCoy K.D., Boulanger N., eds. Tiques et maladies à tiques : Biologie, écologie évolutive, épidémiologie. IRD Éditions. doi: 10.4000/books.irdeditions.9047.
  27. Sara Moutailler, Claire Valiente Moro, Elise Vaumourin et Lorraine Michelet, « Co-infection of Ticks: The Rule Rather Than the Exception », PLoS Neglected Tropical Diseases, vol. 10, no 3,‎ (ISSN 1935-2727, PMID 26986203, PMCID 4795628, DOI 10.1371/journal.pntd.0004539, lire en ligne, consulté le 18 mai 2020)
  28. a b c et d Steere 2016, op. cit., p. 13 (en format pdf).
  29. a b et c Djuk-Wasser M.A. & al. (2016) Coinfection by Ixodes Tick-Borne Pathogens: Ecological, Epidemiological, and Clinical Consequences. Trends in Ecology and Evolution, 32, 1, pp. 30-42. doi:10.1016/j.pt.2015.09.008
  30. Muriel Vayssier-Taussat, Maria Kazimirova, Zdenek Hubalek et Sándor Hornok, « Emerging horizons for tick-borne pathogens: from the ‘one pathogen–one disease’ vision to the pathobiome paradigm », Future Microbiology, vol. 10, no 12,‎ , p. 2033–2043 (ISSN 1746-0913, PMID 26610021, PMCID 4944395, DOI 10.2217/fmb.15.114, lire en ligne, consulté le 18 mai 2020)
  31. Johnson et al. (2014) Severity of chronic Lyme disease compared to other chronic conditions : a quality of life survey. PeerJ, 2, e322. doi: 10.7717/peerj.322
  32. M. Alcalay, « La maladie de Lyme », La Revue du Praticien, vol. 44, no 12,‎ , p. 1611-1618.
  33. a et b (en-US) « Lyme disease transmission », sur www.cdc.gov (consulté le 30 avril 2018)
  34. (en-US) « Lyme Disease Frequently Asked Questions (FAQ) | Lyme Disease | CDC », sur www.cdc.gov (consulté le 14 août 2017)
  35. « Maladie de Lyme et don de sang | Etablissement francais du sang », sur dondesang.efs.sante.fr (consulté le 30 avril 2018)
  36. Vayssier-Taussat M & al. (2015) How a multidisciplinary “One Health” approach can combat the tick-borne pathogen threat in Europe. Future Microbiology, vol. 10, pp. 809-818. doi: 10.2217/fmb.15.15, voir aussi One Health
  37. (en-US) « How many people get Lyme disease? | Lyme Disease | CDC », sur www.cdc.gov (consulté le 28 avril 2018)
  38. a b c et d (en) A Rizzoli, H C Hauffe, G Carpi et G I Vourc’h, « Lyme borreliosis in Europe », Eurosurveillance, vol. 16, no 27,‎ (ISSN 1560-7917, DOI 10.2807/ese.16.27.19906-en, lire en ligne, consulté le 28 avril 2018)
  39. (en-US) « LYME », sur epidemio.wiv-isp.be (consulté le 29 avril 2018)
  40. Office fédéral de la santé publique OFSP, « Maladies transmises par les tiques – Situation en Suisse », sur www.bag.admin.ch (consulté le 29 avril 2018)
  41. RÉSEAU SENTINELLES, 2018. En ligne : https://websenti.u707.jussieu.fr/sentiweb/
  42. Ogden NH, Lindsay LR, Morshed M, Sockett PN, Artsob H. (2009) The emergence of Lyme disease in Canada. CMAJ ;180:1221-4
  43. Jacques Exbalin, Le réchauffement climatique et ses impacts, t. II : Le cas de la France, Paris, éditions L'Harmattan, , 296 p., avec les témoignages de Jean Jouzel, Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand, Yves Cochet et Brice Lalonde (ISBN 2336349515 et 9782336349510, OCLC 887816626, notice BnF no FRBNF43832179, lire en ligne), p. 230
  44. Stone, B. L., Tourand, Y., & Brissette, C. A. (2017). Brave New Worlds: The Expanding Universe of Lyme Disease. Vector-Borne and Zoonotic Diseases | résumé.
  45. Tougeron K, Perez G, Gillard M, Seimandi-Corda G, Balbi M, et al..(2015) La biodiversité sur ordonnance? Les effets de la perte de biodiversité sur la santé, l’exemple de la maladie de Lyme au Québec. Prix de la vulgarisation scientifique de l’Université de Montréal, Canada. (hal-01162524)
  46. (en) Joshua Lederberg, Emerging infections, National Academy Press, (ISBN 0-309-04741-2), p. 27-28
  47. (en) Z. Popović, S. Popović. « Forest Transition and Zoonoses Risk » Encyclopedia of Environmental Health, p. 803–811 (Résumé)
  48. Jean-Louis Chapuis, « Borréliose de Lyme : introduction d'un nouvel hôte, le tamia de Sibérie », Bulletin épidémiologique hebdomadaire,‎ , p. 6-8
  49. a b et c Sapi E & al. (2019) Antibiotics:The Long-Term Persistence of Borrelia burgdorferi Antigens and DNA in the Tissues of a Patient with Lyme Disease ; Antibiotics 2019, 8(4), 183; https://doi.org/10.3390/antibiotics8040183
  50. Eppes S.C & Childs J.A (2002) Comparative study of cefuroxime axetil versus amoxicillin in children with early Lyme disease. Pediatrics, 109, 1173–1177.
  51. Preac-Mursic V, Weber K, Pfister H.W, Wilske B, Gross B, Baumann A & Prokop J (1989) Survival of Borrelia burgdorferi in antibiotically treated patients with Lyme borreliosis. Infection, 17, 355–359.
  52. Liegner K.B, Rosenkilde C.E, Campbell G.L, Quan T.J, Dennis D.T (1992) Culture-confirmed treatment failure of cefotaxime and minocycline in a case of Lyme meningoencephalomyelitis in the United States. In Proceedings of the Program and Abstracts of the Fifth International Conference on Lyme Borreliosis, Arlington, VA, USA, 30 May–2 June 1992; Federation of American Societies for Experimental Biology: Bethesda, MD, USA, 1992; Volume A11.
  53. Liegner K.B, Shapiro J.R, Ramsay D, Halperin A.J, Hogrefe W & Kong L (1993) Recurrent erythema migrans despite extended antibiotic treatment with minocycline in a patient with persisting Borrelia burgdorferi infection. J. Am. Acad. Dermatol, 28, 312–314.
  54. Steere, A.C.; Angelis, S.M. (2006) Therapy for Lyme arthritis: Strategies for the treatment of antibiotic-refractory arthritis. Arthritis Rheum, 54, 3079–3086.
  55. Klempner, M.S, Baker P.J, Shapiro E.D, Marques A, Dattwyler R.J, Halperin J.J & Wormser G.P (2013) Treatment trials for post-lyme disease symptoms revisited. Am. J. Med., 126, 665–669
  56. Hodzic, E.; Feng, S.; Holden, K.; Freet, K.J.; Barthold, S.W. (2008) Persistence of Borrelia burgdorferi following antibiotic treatment in mice. Antimicrob. Agents Chemother. | 52, 1728–1736.
  57. Hodzic, E.; Imai, D.; Feng, S.; Barthold, S.W. (2014) Resurgence of persisting non-cultivable Borrelia burgdorferi following antibiotic treatment in mice. PLoS ONE 2014, 9, e86907.
  58. Straubinger, R.K.; Summers, B.A.; Chang, Y.F.; Appel, M.J. (1997) Persistence of Borrelia burgdorferi in experimentally infected dogs after antibiotic treatment. J. Clin. Microbiol, 35, 111–116.
  59. Berndtson, K. (2013) Review of evidence for immune evasion and persistent infection in Lyme disease. Int. J. Gen. Med, 6, 291–306.
  60. Embers, M.E.; Barthold, S.W.; Borda, J.T.; Bowers, L.; Doyle, L.; Hodžić, E.; Jacobs, M.B.; Hasenkampf, N.R.; Martin, D.S.; Narasimhan, S.; et al. (2012) Persistence of Borrelia burgdorferi in Rhesus Macaques following antibiotic treatment of disseminated infection. PLoS ONE 2012, 7, e29914.
  61. Embers, M.E.; Barthold, S.W.; Borda, J.T.; Bowers, L.; Doyle, L.; Hodžić, E.; Jacobs, M.B.; Hasenkampf, N.R.; Martin, D.S.; Narasimhan, S.; et al. (2012) Persistence of Borrelia burgdorferi in Rhesus Macaques following antibiotic treatment of disseminated infection. PLoS ONE, 7, e29914.
  62. Embers, M.E.; Hasenkampf, N.R.; Jacobs, M.B.; Tardo, A.C.; Doyle-Meyers, L.A.; Philipp, M.T.; Hodzic, E. (2017) Variable manifestations, diverse seroreactivity and post-treatment persistence in non-human primates exposed to Borrelia burgdorferi by tick feeding. PLoS ONE, 12, e0189071.
  63. Crossland, N.A.; Alvarez, X.; Embers, M.E. Late disseminated Lyme disease: Associated pathology and spirochete persistence posttreatment in Rhesus Macaques. Am. J. Pathol. 2018, 188, 672–682.
  64. Hodzic, E.; Imai, D.M.; Escobar, E. (2019) The generality of post-antimicrobial treatment persistence of Borrelia burgdorferi strains N40 and B31 in genetically susceptible and resistant mouse strains. Infect. Immun., IAI.00442-19.
  65. Feng, J.; Li, T.; Yuan, Y.; Yee, R.; Zhang, Y. (2019) Biofilm/persister/stationary phase bacteria cause more severe disease than log phase bacteria—Biofilm Borrelia burgdorferi not only display more tolerance to Lyme antibiotics but also cause more severe pathology in a mouse arthritis model : Implications for understanding persistence, PTLDS and treatment failure. Discov. Med., 148, 125–138.
  66. Schmidli, J.; Hunziker, T.; Moesli, P.; Schaad, U.B. (1988) Cultivation of Borrelia burgdorferi from joint fluid three months after treatment of facial palsy due to Lyme borreliosis. J. Infect. Dis. 1988, 158, 905–906.
  67. Häupl, T.; Hahn, G.; Rittig, M.; Krause, A.; Schoerner, C.; Schönherr, U.; Kalden, J.R.; Burmester, G.R (1993) Persistence of Borrelia burgdorferi in ligamentous tissue from a patient with chronic Lyme borreliosis. Arthritis. Rheum., 36, 1621–1626.
  68. Battafarano, D.F.; Combs, J.A.; Enzenauer, R.J.; Fitzpatrick, J.E. (1993) Chronic septic arthritis caused by Borrelia burgdorferi. Clin. Orthop. Relat. Res., 297, 238–241.
  69. Middelveen, M.J.; Sapi, E.; Burke, J.; Filush, K.R.; Franco, A.; Fesler, M.C.; Stricker, R.B. (2018) Persistent Borrelia infection in patients with ongoing symptoms of Lyme disease. Healthcare, 6, 33.
  70. Sylvie de Martino, « Borréliose européenne et maladie de Lyme », Le Concours Médical, vol. 126, no 33,‎ , p. 1919-1924
  71. a et b (en) Carrie D. Tibbles, « Does this patient have Erythema Migrans ? », Journal of the American Medical Association, vol. 297, no 23,‎ , p. 2617-2626
  72. Speere 2016, op. cit., p. 9-10.
  73. Frédéric Blanc, « Neuroborréliose : quand y penser ? », La Revue du Praticien - médecine générale, vol. 21, nos 782-783,‎ , p. 843-846.
  74. a b c et d Christine Tranchant, « Neurolyme : comment faire le diagnostic ? », La Revue du Praticien - médecine générale, vol. 33, no 1022,‎ , p. 428-429.
  75. a b et c Steere 2016, op. cit., p. 10-11.
  76. a et b (en) Yeung C, Baranchuk A, « Diagnosis and treatment of Lyme carditis » J Am Coll Cardiol. 2019;73:717-26. PMID 30765038. DOI:10.1016/j.jacc.2018.11.035.
  77. Pilly 2017, op. cit., p.379-380.
  78. Nicholas A. Crossland, Xavier Alvarez et Monica E. Embers, « Late Disseminated Lyme Disease: Associated Pathology and Spirochete Persistence Posttreatment in Rhesus Macaques », The American Journal of Pathology, vol. 188, no 3,‎ , p. 672–682 (ISSN 1525-2191, PMID 29242055, PMCID 5840488, DOI 10.1016/j.ajpath.2017.11.005, lire en ligne, consulté le 9 mai 2020)
  79. a b c et d Pilly 2017, op. cit., p.379-380.
  80. (en) Johannes Nemeth, « Update of the Swiss guidelines on post-treatment Lyme disease syndrome », Suisse Medical Weekly,‎ (lire en ligne [PDF])
  81. a b c et d (en) Feder HM, Johnson BJ, O'Connell S. et al. « A critical appraisal of "chronic Lyme disease" » N Engl J Med. 2007;357(14):1422-30. PMID 17914043 DOI:10.1056/NEJMra072023.
  82. a b c d et e Paul M. Lantos, « Chronic Lyme Disease », Infectious disease clinics of North America, vol. 29, no 2,‎ , p. 325–40 (ISSN 0891-5520, PMID 25999227, PMCID PMC4477530, DOI 10.1016/j.idc.2015.02.006, lire en ligne, consulté le 3 mai 2018).
  83. a et b François Bricaire, « Maladie de Lyme », La Revue du Praticien - médecine générale, vol. 29, no 934,‎ , p. 55-57
  84. HAS 2012, p. 26.
  85. Steere 2016, op. cit., p. 12 et 32.
  86. "2018: Biofilms busters to improve the detection of Borrelia using PCR"
  87. Steere 2016, op. cit., p. 11-12.
  88. Feyeux D & Fantin B (2019) Actualités sur la prise en charge de la maladie de Lyme. La Revue de Médecine Interne, 40(4), 226-231|résumé.
  89. "The lancet, Dec 2019: Detection of Borrelia burgdorferi Cell-Free DNA in Human Plasma Samples for Improved Diagnosis of Early Lyme Borreliosis"
  90. a et b (en) Eugene D. Shapiro, « Lyme Disease », The New England Journal of Medicine, vol. 370, no 18,‎ , p. 1724-1731.
  91. a et b Paul G Auwaerter, Johan S Bakken, Raymond J Dattwyler et J Stephen Dumler, « Antiscience and ethical concerns associated with advocacy of Lyme disease », The Lancet. Infectious diseases, vol. 11, no 9,‎ , p. 713–719 (ISSN 1473-3099, PMID 21867956, PMCID PMC4489928, DOI 10.1016/S1473-3099(11)70034-2, lire en ligne, consulté le 3 mai 2018)
  92. Joanna Ścieszka, Józefa Dąbek et Paweł Cieślik, « Post-Lyme disease syndrome », Reumatologia, vol. 53, no 1,‎ , p. 46–48 (ISSN 0034-6233, PMID 27407225, PMCID 4847307, DOI 10.5114/reum.2015.50557, lire en ligne, consulté le 4 juin 2020)
  93. a b et c (en) Michael T. Melia, « Time for a Different Approach to Lyme Disease and Long-Term Symptoms », The New England Journal of Medicine, vol. 374, no 13,‎ , p. 1277-1278.
  94. « conférence de consensus 2006 borréliose de Lyme », sur infectiologie.com (consulté le 4 mai 2018)
  95. (en) B. Jaulhac, A. Saunier, E. Caumes, K. Bouiller, J. F. Gehanno et al., « Lyme borreliosis and other tick-borne diseases. Guidelines from the French Scientific Societies (II). Biological diagnosis, treatment, persistent symptoms after documented or suspected Lyme borreliosis », Médecine et Maladies Infectieuses,‎ (DOI 10.1016/j.medmal.2019.05.001)
  96. Thomas Butler, « The Jarisch–Herxheimer Reaction After Antibiotic Treatment of Spirochetal Infections: A Review of Recent Cases and Our Understanding of Pathogenesis », The American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, vol. 96, no 1,‎ , p. 46–52 (ISSN 0002-9637, PMID 28077740, PMCID PMC5239707, DOI 10.4269/ajtmh.16-0434, lire en ligne, consulté le 4 mai 2018)
  97. Steere 2016, op. cit., p. 16.
  98. Steere 2016, op. cit., p. 17.
  99. Simpson EL, Duenas A, Holmes MW, Papaioannou D, Chilcott « Spinal cord stimulation for chronic pain of neuropathic or ischaemic origin: systematic review and economic evaluation » ; J. Health Technol Assess. 2009 Mar; 13(17):iii, ix-x, 1-154. (résumé)
  100. Shui Y, Tao W, Huang D, Li Y, Fan B. « Spinal cord stimulation for chronic pain originating from lyme disease » ; Pain Physician. 2012 Nov;15(6):511-4. (résumé)
  101. Paul M. Lantos, Eugene D. Shapiro, Paul G. Auwaerter et Phillip J. Baker, « Unorthodox Alternative Therapies Marketed to Treat Lyme Disease », Clinical Infectious Diseases: An Official Publication of the Infectious Diseases Society of America, vol. 60, no 12,‎ , p. 1776–1782 (ISSN 1058-4838, PMID 25852124, PMCID PMC4490322, DOI 10.1093/cid/civ186, lire en ligne, consulté le 4 mai 2018)
  102. Steere 2016, op. cit., p. 17 et 33.
  103. (en-US) Natalie S. Marzec, Christina Nelson, Paul Ravi Waldron et Brian G. Blackburn, « Serious Bacterial Infections Acquired During Treatment of Patients Given a Diagnosis of Chronic Lyme Disease — United States », MMWR. Morbidity and Mortality Weekly Report, vol. 66, no 23,‎ , p. 607–609 (ISSN 0149-2195 et 1545-861X, DOI 10.15585/mmwr.mm6623a3, lire en ligne, consulté le 8 mai 2018)
  104. (en) Matthew Wood, The book of Herbal Wisdom, North Atlantic Books, Berkeley, California, 1997, (ISBN 978-1-55643-232-3).
  105. Wolf-Dieter Storl (trad. Christophe Bernard), Guérir naturellement la maladie de Lyme : traitement holistique et utilisations pratiques, Guy Trédaniel, (1re éd. 2011 en allemand c/o Weltbild sous le titre « Borreliose natürlich heilen: ganzheitliche Behandlung und praktische Anwendungen » puis 2012 en néerlandais sous le titre « De ziekte van lyme »), 274 p. (ISBN 2813206180 et 9782813206183, notice BnF no FRBNF43668365, présentation en ligne)
  106. (de) Petra Gutmann, « Borreliose: Natürliche Therapie », A. Vogel newsletter, Teufen « 9. Heilpflanzen, die helfen »,‎ (lire en ligne [Zecken, Borreliose, FSME: Informationen über Begriffe und Behandlung von Lyme Borreliose und FSME])
    Cf. cardère sauvage (dipsacus silvestris), griffe du chat (uncaria tomentosa).
  107. (en) Brorson O, Brorson SH, « Grapefruit seed extract is a powerful in vitro agent against motile and cystic forms of Borrelia burgdorferi sensu lato », Infection, vol. 35, no 3,‎ , p. 206-8. (PMID 17565468) modifier [lire en ligne] : cliquer sur l'onglet Look inside pour prendre connaissance des deux premières pages du texte.
  108. "Chronimed : certaines huiles essentielles ont une forte activité contre la phase stationnaire et le biofilm de Borrelia burgdorferi"
  109. "Frontiers in medecine: Selective Essential Oils from Spice or Culinary Herbs Have High Activity against Stationary Phase and Biofilm Borrelia burgdorferi"
  110. "2015, Ncbi: Effectiveness of Stevia Rebaudiana Whole Leaf Extract Against the Various Morphological Forms of Borrelia Burgdorferi in Vitro"
  111. a et b Guilhem Denis, « Tiques : le remède Tic Tox interdit », Europe 1,‎ (lire en ligne)
    « La vente d'un produit, présenté comme remède préventif ou curatif des morsures de tiques (maladie de Lyme, borrélioses...) par la société Nutrivital, vient d'être interdite par l'Agence des produits de santé (Afssaps). L'Afssaps constate que ce produit fait l'objet de promotion vantant ses effets thérapeutiques alors qu'il n'a pas d'autorisation de mise sur le marché (AMM) au titre de médicament et qu'il présente en outre des risques de neurotoxicité, même pris sur une courte durée par voie orale. »
  112. Décision de l'Afssaps[PDF], 2012.
  113. Pryska Ducoeurjoly, « Dossier : l´interdiction du Tic Tox intervient dans un contexte polémique », Ouvertures : le temps du citoyen « Maladie de Lyme »,‎ (lire en ligne)
    Interview du professeur Christian Perronne, spécialiste de la maladie de Lyme, chef du Département des maladies infectieuses à l´hôpital Raymond-Poincaré de Garches (92), président de la Commission spécialisée des maladies transmissibles du Haut Conseil de la santé publique (HCSP).
  114. Rand P.W. & al. (2004) Abundance of Ixodes scapularis (Acari: Ixodidae) after the complete removal of deer from an isolated offshore island, endemic for Lyme disease. J. Med. Entomol. 41, 779–784
  115. Gilbert, L. et al. (2012) The effect of deer management on the abundance of Ixodes ricinus in Scotland. Ecol. Appl. 22, 658–667
  116. Levi, T. et al. (2012) Deer, predators, and the emergence of Lyme disease. Proc. Natl. Acad. Sci. U.S.A. 109, 10942–10947
  117. K. J. Kugeler, R. A. Jordan, T. L. Schulze et K. S. Griffith, « Will Culling White-Tailed Deer Prevent Lyme Disease? », Zoonoses and public health, vol. 63, no 5,‎ , p. 337-45. (ISSN 1863-1959, PMID 26684932, PMCID PMC4912954, DOI 10.1111/zph.12245, lire en ligne, consulté le 5 mai 2018)
  118. Attention aux tiques : les jardins lieux à risques, News de TWC France ;
  119. (en-US) « Preventing Tick Bites on People | Lyme Disease | CDC », sur www.cdc.gov (consulté le 5 mai 2018)
  120. (en)Piesman J, Eisen L. « Prevention of tick-borne diseases » Annu Rev Entomol. 2008;53:323--43.
  121. (en) Ginsberg HS, Butler M, Zhioua E. « Effect of deer exclusion by fencing on abundance of Amblyomma americanum (Acari: Ixodidae) on Fire Island » New York, États-Unis, J Vector Ecol. 2002;27:215--21.13,14.
  122. (en-US) Daphne Cybele, « Tick Control: How a Flock of Chickens May Be Your Best Bet », sur Wide Open Pets, (consulté le 12 juillet 2019)
  123. a et b (en-US) « Preventing Ticks on Your Pets | Lyme Disease | CDC », sur www.cdc.gov, (consulté le 5 mai 2018)
  124. Watson SC, Liu Y, Lund RB, Gettings JR, Nordone SK, McMahan CS, et al. (2017) A Bayesian spatio-temporal model for forecasting the prevalence of antibodies to Borrelia burgdorferi, causative agent of Lyme disease, in domestic dogs within the contiguous United States. PLoS ONE 12(5): e0174428. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0174428
  125. a et b Gétaz L, Loutan L, Mezger N, « Maladies transmises par des tiques d’ici et d’ailleurs [Diseases transmitted by ticks locally and abroad] », Rev Med Suisse, vol. 8, no 340,‎ , p. 974-6. (PMID 22662624, lire en ligne [html]) modifier
  126. a et b (en-US) « Tick removal and testing | Lyme Disease | CDC », sur www.cdc.gov, (consulté le 5 mai 2018)
  127. L'instruction de tourner doucement dans le sens INVERSE des aiguilles d'une montre figure bien en toutes lettres sur une boîte contenant deux « tire-tique », produit, vendu en pharmacie, des laboratoires Clément-Thékan à Montrouge (France). En fait, il faut choisir un sens de rotation et tourner l'instrument dans ce sens, deux ou trois tours ou plus s'il le faut, sans changer de sens pendant l'opération, pour que la tique se détache. Le sens inverse des aiguilles d'une montre (comme pour dévisser) serait plus pratique pour les droitiers, et l'autre (comme pour visser) pour les gauchers : questions fréquentes sur les pinces à extraire les tiques.
  128. (en) « Prophylaxie morsure de tique (p. 20) », sur cdc.gov (consulté le 5 mai 2018)
  129. a b et c Monica E. Embers et Sukanya Narasimhan, « Vaccination against Lyme disease: past, present, and future », Frontiers in Cellular and Infection Microbiology, vol. 3,‎ (ISSN 2235-2988, PMID 23407755, PMCID PMC3569838, DOI 10.3389/fcimb.2013.00006, lire en ligne, consulté le 6 mai 2018)
  130. a b c d e f g et h L. E. NIGROVIC et K. M. THOMPSON, « The Lyme vaccine: a cautionary tale », Epidemiology and Infection, vol. 135, no 1,‎ , p. 1–8 (ISSN 0950-2688, PMID 16893489, PMCID PMC2870557, DOI 10.1017/S0950268806007096, lire en ligne, consulté le 6 mai 2018)
  131. (en) Hanner M., Schüler W., Meinke A., Lundberg U., Plos One Design and development of a novel vaccine for protection against Lyme borreliosis, PLoS ONE 9(11): e113294. Doi:10.1371/journal.pone.0113294.
  132. a et b (en) Stanley A Plotkin, « Need for a New Lyme Disease Vaccine », The New England Journal of Medicine, vol. 375, no 10,‎ , p. 911-913
  133. Joseph Martin, « Vaccin contre Lyme : un laboratoire français vise une commercialisation pour 2025 », sur RSE Magazine (consulté le 4 août 2020)
  134. Cees C Van den Winjngaard et al. (2017) The cost of Lyme borreliosis. European Journal of Public Health, 27, 3, pp. 538-547. doi:10.1093/eurpub/ckw269
  135. Lohr I.B (2015) Epidemiology and cost of hospital care for Lyme borreliosis in Germany: Lessons from a health care utilization database analysis. Ticks and Tick-borne Diseases, 6, 1, pp. 56-62. doi: 10.1016/j.ttbdis.2014.09.004
  136. Alison Tonks, « Lyme wars », British Medical Journal, vol. 335, no 7626,‎ , p. 910–912 (ISSN 0959-8138, PMID 17974685, PMCID PMCPMC2048873, DOI 10.1136/bmj.39363.530961.AD, lire en ligne, consulté le 9 juin 2019)
  137. C. Eldin, A. Raffetin, K. Bouiller et Y. Hansmann, « Review of European and American guidelines for the diagnosis of Lyme borreliosis », Medecine Et Maladies Infectieuses, vol. 49, no 2,‎ , p. 121–132 (ISSN 1769-6690, PMID 30528068, DOI 10.1016/j.medmal.2018.11.011, lire en ligne, consulté le 9 mai 2020)
  138. Paul M. Lantos, Paul G. Auwaerter et Gary P. Wormser, « A Systematic Review of Borrelia burgdorferi Morphologic Variants Does Not Support a Role in Chronic Lyme Disease », Clinical Infectious Diseases: An Official Publication of the Infectious Diseases Society of America, vol. 58, no 5,‎ , p. 663–671 (ISSN 1058-4838, PMID 24336823, PMCID PMC3922218, DOI 10.1093/cid/cit810, lire en ligne, consulté le 8 mai 2018)
  139. Natalie Rudenko, Maryna Golovchenko, Katerina Kybicova et Marie Vancova, « Metamorphoses of Lyme disease spirochetes: phenomenon of Borrelia persisters », Parasites & Vectors, vol. 12,‎ (ISSN 1756-3305, PMID 31097026, PMCID 6521364, DOI 10.1186/s13071-019-3495-7, lire en ligne, consulté le 18 mai 2020)
  140. (en) « Past Lyme Disease Advocacy Events ».
  141. (en) « Evidence assessments and guideline recommendations in Lyme disease: the clinical management of known tick bites, erythema migrans rashes and persistent disease. | National Guideline Clearinghouse », sur www.guideline.gov (consulté le 8 février 2017)
  142. Y. Hansmann, « La maladie de Lyme chronique existe-t-elle ? », La Revue du Praticien, vol. 66,‎ , p. 711-714.
  143. a et b HAS 2014, p. 41-42
  144. « Bilan d'activité avril 2018 - mars 2019 », sur francelyme.fr (consulté le 26 juillet 2019)
  145. a b et c HAS 2014, p. 44.
  146. HAS 2014, p. 46.
  147. « consensus 2006 »
  148. HAS 2014, p. 39.
  149. HAS 2014, p. 46-47..
  150. « Maladie de Lyme : Matthias, en grève de la faim, réclame "le droit de guérir" », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2018)
  151. « Maladie de Lyme : le cri d'alarme de 100 médecins : "Il y a urgence" », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2018)
  152. « Maladie de Lyme : le long combat du professeur Perronne », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2018)
  153. « Maladie de Lyme : « J'ai dû faire passer mon dossier pour celui d'un animal » », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2018)
  154. « synthèse du plan 2016 »
  155. « Maladie de Lyme : il est urgent d’actualiser les recommandations » [vidéo], sur Medscape (consulté le 3 juillet 2020).
  156. « Maladie de Lyme: Pourquoi la France est à ce point en retard », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mai 2018)
  157. « Maladie de Lyme: position de la SPILF - Maladie de lyme: position de », sur www.infectiologie.com (consulté le 8 février 2017)
  158. « conclusions maladie de Lyme », sur academie-medecine.fr (consulté le 7 mai 2018)
  159. a et b « Haute Autorité de Santé - Borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tiques », sur www.has-sante.fr (consulté le 5 juillet 2018)
  160. « Communiqué de presse du 2 juillet 2018 : "Mise au point de la Haute Autorité de Santé (HAS) à propos de la maladie de Lyme : Réactions et déception de l'Académie nationale de médecine" - Académie nationale de médecine | Une institution dans son temps », Académie nationale de médecine | Une institution dans son temps,‎ (lire en ligne, consulté le 4 août 2018)
  161. « Communiqué de presse de l'ensemble des sociétés savantes impliquées dans la prise en charge des maladies transmises par les tiques », 19 juillet 2018.
  162. a b c et d Science et Avenir (2019) Maladie de Lyme : la situation devient ubuesque ; Olivier Hertel ; 08.04.2019
  163. Ex pour la littérature médicale francophone : avec Scholar
  164. À ne pas confondre avec la sous-notification, une maladie peut être diagnostiquée et traitée (à tort ou à raison) sans être signalée aux systèmes de surveillance. Voir https://www.cdc.gov/lyme/stats/humancases.html
  165. « Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 7 mai 2019 », sur invs.santepubliquefrance.fr (consulté le 9 juin 2019)
  166. medicalXpress (2018) Gaps in prevention, management of tickborne diseases identified publié le 6 sept 2018
  167. ladepeche.fr, « En larmes, Avril Lavigne raconte son combat contre la maladie de Lyme », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2020).
  168. « Avril Lavigne sur la maladie de Lyme : « Ce furent les pires années de ma vie » - Elle », sur elle.fr, (consulté le 3 juillet 2020).
  169. RTL Newmedia, « Shania Twain, atteinte de la maladie de Lyme, s'est retrouvée sans voix: "J 'ai vraiment pensé que c'était la fin de ma carrière" », RTL People,‎ (lire en ligne, consulté le 23 septembre 2018)
  170. (en) Steve Ginsburg, « Lyme disease never far from thoughts of WNBA star Delle Donne », Yahoo !, (consulté le 15 septembre 2015)
  171. (en) http://www.dailymail.co.uk/tvshowbiz/article-3265978/Bella-Anwar-Hadid-battling-Lyme-disease-mom-Yolanda-Foster-reveals.html
  172. « 8 stars victimes de la maladie de Lyme », sur Medicite.fr, (consulté le 5 juillet 2018)
  173. « Maladie de Lyme : les stars touchées par la maladie », sur Doctissimo.fr (consulté le 5 juillet 2018)
  174. (en) « Alec Baldwin Thought He’d ‘Die of Lyme Disease.’ What to Know About the Tick-Borne Illness », sur Health.com (consulté le 25 décembre 2018)
  175. « Maladie de Lyme : les stars touchées par la maladie », sur Doctissimo (consulté le 25 décembre 2018)
  176. « Maladie de Lyme : un cycliste de haut niveau a failli arrêter à cause d'une tique », sur www.pourquoidocteur.fr (consulté le 30 juillet 2019)
  177. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. https://www.cbc.ca/news/technology/bush-was-treated-for-lyme-disease-white-house-1.649636
  178. « Fédrigo souffrait d’une infection bactérienne », sur velochrono.fr, (consulté le 27 juillet 2011)
  179. Prisma Média, « Justin Bieber révèle être atteint de la maladie de Lyme - Voici », sur Voici.fr (consulté le 9 janvier 2020)
  180. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. https://www.doctissimo.fr/sante/diaporamas/star-maladie-de-lyme/richard-gere-maladie-de-lyme

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Ryszard Hunka, scénario & réalisation ; Erna Buffie & Merit Jensen-Carr, production ; Sandra Moore, direction de la production ; David McGunigal, édition ; Annick Bergeron, narration, Le mystère de la maladie de Lyme, Canada Media Fund / Rogers Documentary and Cable Network Fund / CBC / France 5, , « Au cours des dix dernières années, la maladie de Lyme, mystérieuse affection transmise par des tiques, s’est répandue à une vitesse alarmante au Canada. Le documentaire explore ce fléau dévastateur, souvent mal diagnostiqué et donc mal traité, qui continue de susciter la controverse. Enquête sur un mystère médical. » (lire en ligne [vidéo])
  • La maladie de Lyme : quand les tiques attaquent ! Documentaire français diffusé sur France 5 en 2014 et réalisé en 2014, 52'. Page web (description).

Liens externes[modifier | modifier le code]