Pierre Joseph Pelletier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Joseph Pelletier
Description de l'image Pierre Joseph Pelletier.jpg.
Naissance
Paris (France)
Décès (à 54 ans)
Clichy-la-Garenne
Nationalité Drapeau de France Français
Champs pharmacie, chimie
Institutions Conseil de Salubrité de Paris, École de Pharmacie de Paris, Académie des sciences.
Renommé pour chlorophylle, cholestérol, alcaloïdes d'origine végétale: émétine, quinine, strychnine, brucine, vératrine, narcéine, thébaïne, caféine, pipérine, colchicine.
Distinctions Prix Montyon (en 1827 avec Caventou pour la découverte du sulfate de quinine, officier de la Légion d'honneur en 1828.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pelletier.
image illustrant une personnalité image illustrant français image illustrant un chimiste
Cet article est une ébauche concernant une personnalité française et un chimiste.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Pierre [1]Joseph Pelletier, né le 22 avril 1788 et mort le 19 juillet 1842, est un pharmacien et chimiste français. Il fait des recherches importantes sur les alcaloïdes d'origine végétale et découvre avec Joseph Caventou la quinine et la strychnine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Pelletier est fils et petit-fils de pharmacien. En 1806, il entre à l'Ecole Supérieure de Pharmacie, pour en sortir diplômé en 1810, à l'unanimité du jury. Il publie des analyses chimiques de gommes résines, et des études sur les caractères physiques en minéralogie, qui lui vaudront le titre de Docteur en Sciences en 1812.

En 1815, il est nommé Professeur-Assistant d'histoire naturelle à l'Ecole de Pharmacie. De 1817 à 1821, il annonce successivement l'isolement chimique de principes actifs : émétine (1817, à partir de la racine d'Ipeca), puis en collaboration avec Caventou, la strychnine (1818, noix vomique), brucine et veratrine (1819), cinchonine et quinine (1820), caféine (1821).

Il établit une manufacture produisant du sulfate de quinine. Son utilité ayant été immédiatement reconnue, le produit est demandé dans toute l'Europe.

Il est membre du Conseil de Salubrité de Paris de 1821 à 1849. En 1827, il est Professeur à titre complet de l'Ecole de Pharmacie, dont il devient le directeur-assistant en 1832. Il est élu à l'Académie de Science en 1840.

En sus de ses activités scientifiques, industrielles et académiques, il a toujours conservé l'activité de la boutique de pharmacie héritée de son père[2]. Il décède en 1842.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Essai sur la valeur des caractères physiques employés en minéralogie , [Thèse], Colas, Paris, 1812, Texte intégral.
  • Essai sur la nature des substances connues sous le nom de gommes résines, [Thèse], Colas, Paris, 1812, ,Texte intégral.
  • Examen chimique d'une écorce désignée sous le nom de Quina bicolore. Extrait d'un mémoire lu à la section de pharmacie, par MM. Pelletier et Pétroz, et de notes remises sur le même objet par M. Vauquelin, avec H. Pétroz, imp. Fain, Paris, 1825 , disponible sur Gallica
  • Analyse succincte des Mémoires et observations chimiques, Huzard, Paris, 1837, disponible sur Gallica

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'extrait de naissance ne retient que le seul prénom de Joseph selon le Doyen honoraire G. Dillemann
  2. (en) J.E Lesch, Science and Medicine in France : The Emergence of Experimental Physiology , 1790 - 1855, Harvard University Press, (ISBN 0-674-79400-1), p.126-127