Syndrome de Gougerot-Sjögren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Syndrome de Gougerot-Sjögren
Description de cette image, également commentée ci-après

Image histopathologique d'une infiltration lymphoïde focalisée de la glande salivaire accessoire, associée au syndrome de Gougerot-Sjögren. Biopsie de la lèvre. Coloration à l'hématoxyline et à l'éosine.

Spécialité Immunologie et rhumatologieVoir et modifier les données sur Wikidata
Symptôme Xérostomie et syndromes de l'œil sec (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
CIM-10 M35.0
CIM-9 710.2
OMIM 270150
DiseasesDB 12155
MedlinePlus 000456
eMedicine 332125, 1008536, 1192919 et 1210417Voir et modifier les données sur Wikidata
eMedicine med/2136  emerg/537 derm/846 ped/2811 oph/477 oph/695
MeSH D012859

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le syndrome de Gougerot-Sjögren, ou syndrome de Sjögren, est une maladie auto-immune systémique caractérisée par une atteinte des glandes exocrines, en particulier des glandes lacrymales et salivaires. Il peut être « primitif » (c’est-à-dire isolé), ou « secondaire » (50/50) et associé à une autre maladie auto-immune : lupus érythémateux disséminé, polyarthrite rhumatoïde

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Le SGS primitif touche environ 0,02 % de la population (2/10 000) , plus souvent les femmes que les hommes (9/1). La prévalence de la maladie fait l'objet de débat. En France, la SNFMI (Société nationale francaise de médecine interne) parle d'un peu moins d'une personne sur 10 000[1], tandis qu' une autre source parle de 0,1 % à 0,4 %[2] de la population. Aux États-Unis, la SSF (Sjogren's syndrome foundation) parle de plus de quatre millions d'Américains affectés, soit 1,2 %[3] de la population.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

L'atteinte la plus fréquente est celle des glandes salivaires, se manifestant par une xérostomie (la bouche est sèche en permanence). L'atteinte des glandes lacrymales entraîne une sécheresse des tuniques protégeant l'œil (conjonctive, et surtout cornée), ce qui peut entraîner des ulcérations cornéennes, des conjonctivites. La xérose (peau très sèche) est plus rare, de même que l'atteinte du poumon (pneumopathie lymphoïde), qui se manifeste par une toux sèche chronique, parfois très invalidante. Ce tableau spécifique est souvent enrichi de signes systémiques n'ayant rien à voir avec une atteinte des glandes, mais découlant du caractère auto-immun de la maladie. Ils sont présents dans environ 15 % des patients[4] :

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

Le test de Schirmer explore la production des larmes. Le test du « Break-up time » le complète utilement en évaluant le temps de rupture du film lacrymal. Par contre, ce dernier est davantage une mesure de la stabilité du film lacrymal et est lié à la composante lipidique des larmes plutôt qu'à sa composante aqueuse. La mesure objective du flux salivaire et le test au sucre explorent la production de salive.

Le bilan des anomalies immunitaires montre que la recherche du facteur rhumatoïde est souvent positive (réactions de Latex et de Waaler-Rose),les anticorps anti-SSA et anti-SSB sont le plus souvent positifs, le reste du bilan immunologique est généralement négatif. Il peut exister une cryoglobulinémie (plutôt de type II[5]), une hypergammaglobulinémie, un rapport abaissé du rapport C3/C4, ces trois anomalies étant des marqueurs d'un risque d'atteinte systémique[4].

Il n'y a que peu de syndrome inflammatoire : CRP le plus souvent normale, mais accélération de la vitesse de sédimentation par hyper-gamma-globulinémie polyclonale, etc..

S'il n'existe pas d'anticorps anti-SSA ou anti-SSB dans le sérum, le diagnostic de certitude est apporté par l'analyse anatomo-pathologique d'une biopsie des glandes salivaires accessoires.

Évolution[modifier | modifier le code]

Dans de rares cas, le syndrome peut évoluer vers un lymphome non hodgkinien[6],[7], surtout en cas de vascularite, d'une baisse des fractions du complément, de la présence d'une cryoglobuline, d'une atteinte importante de la glande parotide[8] ou d'une glomérulonéphrite[9].

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement du syndrome de Gougerot-Sjögren primitif est uniquement symptomatique : on utilise des larmes artificielles, de la salive artificielle, des anti-tussifs, et des savons surgras pour la xérose cutanée. Un seul médicament s'est montré efficace contre la sécheresse : le chlorhydrate de pilocarpine.

Personnalités connues atteintes du syndrome[modifier | modifier le code]

La joueuse de tennis américaine Venus Williams a déclaré en qu'elle souffrait de cette maladie[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre-Yves Hatron, « Gougerot-Sjögren (syndrome de) », SNFMI (consulté le 22 janvier 2017)
  2. « Le syndrome de Gougerot-Sjögren », CHU de Nîmes (consulté le 22 janvier 2017)
  3. (en) Jody K. Hargrove, « Sjögren’s FAQs », Sjögren's Syndrome Foundation (consulté le 22 janvier 2017)
  4. a et b (en) Chiara Baldini, Pasquale Pepe, Luca Quartuccio et al., « Primary Sjögren’s syndrome as a multi-organ disease: impact of the serological profile on the clinical presentation of the disease in a large cohort of Italian patients », Rheumatology (Oxford), vol. 53, no 5, 24 décembre 2013, [lire en ligne]
  5. (en) Manel Ramos-Casals, Richard Cervera, Jordi Yagüe et al., « Cryoglobulinemia in primary Sjögren’s syndrome: prevalence and clinical characteristics in a series of 115 patients », Seminars in Arthritis and Rheumatism, vol. 28, no 3, Décembre 1998, pp. 200-205, [présentation en ligne]
  6. (en) Elke Theander, Rolf Manthorpe et Lennart T. H. Jacobsson, « Mortality and causes of death in primary Sjögren’s syndrome: a prospective cohort study », Arthritis & Rheumatology, vol. 50, no 4, avril 2004, pp. 1262–1269, [lire en ligne]
  7. Voulgarelis, M., Dafni, U. G., Isenberg, D. A., & Moutsopoulos, H. M. (1999). Malignant lymphoma in primary Sjögren's syndrome: a multicenter, retrospective, clinical study by the European Concerted Action on Sjögren's Syndrome. Arthritis & Rheumatology, 42(8), 1765-1772.
  8. (en) P. Brito-Zerón, M. Ramos-Casals, A. Bove, J. Sentis, J. Font, « Predicting adverse outcomes in primary Sjögren's syndrome: identification of prognostic factors » , Rheumatology (Oxford), vol. 46, no 8, 14 juin 2007, [lire en ligne]
  9. (en) Andreas V. Goules, Ioanna P. Tatouli, Haralampos M. Moutsopoulos et Athanasios G. Tzioufas, « Clinically Significant Renal Involvement in Primary Sjögren's Syndrome: Clinical Presentation and Outcome », Arthritis & Rheumatology, vol. 65, no 11, novembre 2013, pp. 2945–2953, [lire en ligne]
  10. (en) Amanda Chan, « Sjogren's Syndrome Causes Venus Williams' Withdrawal From US Open: What Is It? », Huffington Post,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

bibliographie[modifier | modifier le code]