Balance des blancs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ces quatre images de la station de métro de l'université de Sofia illustrent différents réglages de la balance des blancs. De gauche à droite et de haut en bas, ces réglages sont les suivants : automatique, lumière du jour, flash et éclairage tungstène.

La balance des blancs permet, sur un appareil photographique numérique ou un caméscope, d'adapter la dominante de couleur à l'éclairage. On réalise ce réglage en présentant devant l'appareil et dans la lumière principale une surface reconnue comme blanche. Soit automatiquement, soit en agissant sur la pondération des composantes bleue et rouge issues du capteur, on amène l'image de cette surface à une couleur blanche. Cette opération est à refaire chaque fois que l'on change de conditions d'éclairage. Elle s'apparente en photographie argentique à l'usage de filtres et à l'étalonnage au tirage. Des appareils, particulièrement ceux destinés au grand public, effectuent une balance automatique par analyse des plus hautes lumières de la scène.

Les appareils comportent souvent des réglages par défaut pour des situations habituelles, « lumière du jour », incandescence. Si la température de couleur est adaptée, il peut subsister des différences, particulièrement visibles sur les surfaces peu colorées et de luminosité moyenne. Le réglage manuel ou automatique sur une surface blanche permet d'ajuster le résultat à l'éclairage. On peut délibérément opter pour une balance des blancs non neutre pour tendre vers des tons plus chauds ou plus froids ; dans le cas d'un appareil à balance des blancs automatique, il faut alors tromper l'appareil de prise de vue en lui présentant une surface non blanche, par exemple la peau de la main.

Le format de fichier photographique RAW enregistre séparément les valeurs relevées sur les capteurs et le réglage de la balance des blancs. On peut modifier celui-ci facilement et sans dommage après coup sur un logiciel adapté, profitant de la précision du signal relevé sur les capteurs et des capacités de calcul supérieures de l'ordinateur. La retouche de la balance des blancs est possible sur un fichier JPEG ou TIFF mais la profondeur de couleur a déjà été réduite à 8 bits par canal après correction. Comme pour tout traitement de l'image, les calculs et leurs arrondis engendrent des défauts qui peuvent être visibles, surtout si la correction est importante.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]