Agence photographique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une agence photographique est une société qui gère le travail et qui distribue les photographies des reporters photographes.

De nombreux médias s'attachent à l'esthétique de leurs photographies afin d'attirer le lectorat. En effet, la télévision ou la presse écrite requièrent davantage que des données d'analyses ou d'informations factuelles, elles ont aussi besoin d'illustrations. La distribution de photographies se fait contre rétribution, soit à la pièce, soit par abonnement et s'appuie sur un catalogue d'archives photographiques.

En dehors des agences dites télégraphiques, filaires ou wired, il existe un grand nombre d'agences photographiques. Citons Abaca press, akg-images, Andia, Bestimage, , Biosphoto, BSIP, Cosmos, Gamma-Rapho, Getty Images, Magnum, Modds, Myop, Photononstop, Tendance floue, Sipa Press, VU.

Historique[modifier | modifier le code]

La France est à la fois le berceau des agences de presse (cf. agence Havas qui deviendra AFP,) et de la photographie.

Pendant de nombreuses années, d'une part dans les années 1930 puis à l'époque de la guerre du Viêt Nam, Paris fut la capitale des agences de presse photographique.

Elles étaient divisées à l'époque en deux grandes catégories : les agences télégraphiques (AFP, Reuters, UPI, AP, etc.) et les agences dites « magazines », dont l'agence Dalmas (dont le fonds photographique a été racheté par Sipa press en 1974), l'agence APIS, l'agence des Reporters Associés. En 1947 fut créé Magnum Photo puis vinrent ensuite Gamma (1966), Sipa Press (1973) et Sygma (1973).

Ce phénomène provoqua, dans la seconde partie du XXe siècle, l'installation à Paris de nombreux magazines étrangers : allemands, américains, brésiliens, espagnols, etc.

Depuis le début du XXIe siècle, de nombreuses agences disparaissent. On peut citer entre autres l'agence Corbis-Sygma et l'agence Vandystadt qui était une référence mondiale en photo sportive.

Parallèlement, une nouvelle génération de stock photo voit le jour, représentée par Adobe-Fotolia, Getty Images, Scooplive, Shootnews et LicencePhoto.

Les agences photographiques[modifier | modifier le code]

  • Agence d'illustration pour la presse (AGIP) : Mise de côté pendant la guerre, elle reprend ses activités dès la Libération ;
  • Rapho : créée par le Hongrois Sandor Rado en 1933, reprise par Raymond Grosset en 1947.
  • Alliance-Photo :  est une association créée par Maria Eisner et René Zuber puis Pierre Boucher début 1933 et officialisée le . René Zuber qui avait fondé le Studio Zuber en 1932 et engagés comme collaborateurs Pierre Boucher, Emeric FeherPierre Verger, Denise Bellon poursuivit son travail de photographie et de publicité jusqu'à la rencontre orchestré par André Lejard, rédacteur en chef de la revue Arts et métiers graphiques, avec Maria Eisner. Elle propose alors à René Zuber de représenter les travaux des photographes du Studio Zuber, donnant naissance à l'association Alliance Photo, rejoint plus tard par les autres photographes du Studio Zuber, Denise Bellon, Emeric Feher, Pierre Verger. C'est un collectif de photographes qui propose leurs travaux en fonction de la demande. Alliance photo prend fin à l'automne 1939 car Maria Eisner, de confession juive, doit fuir Paris.
Elle reprend son activité après la guerre sous la direction de Suzanne Laroche. Photographes appartenant à l'agence  : Pierre Boucher, Emeric Feher, René Zuber, Denise Bellon, Pierre Verger, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Pierre Jahan, Marcel Arthaud, Jean Roubier et Roughol. À la suite de divergences, certains photographes quittent l'agence et réactivent L'ADEP.
  • Agence de documentation et d'édition photographique (ADEP) : Créée pendant la guerre par Orel et par Pierre Boucher, qui était graphiste dans les années 1920-1930, l'agence est réactivée par certains membres d'Alliance-Photo, dont Pierre Boucher qui dirigea le service graphique du plan Marshall de 1948-1952. Ensuite, de 1957 à 1970, L'ADEP devient l'agence de documentation et d'étude pour la presse. Elle ferme ses portes en 1959, la concurrences de Magnum et Rapho étant trop forte ;
  • Magnum Photos.

Autant qu'indispensable au vu de la demande d'images, la création de ces agences permet alors aux photographes de se regrouper pour mieux gérer leurs travaux et surtout leur diffusion. Auteurs, ils sont les seuls à pouvoir décider des modifications à apporter à leurs photographies, qu'il s'agisse d'un recadrage pour une publication dans la presse ou autre. Par ailleurs, ces agences, dont les photographes choisissent eux-mêmes les nouveaux membres, deviendront par la suite de véritables écoles de photographes, Magnum en étant encore aujourd'hui un bon exemple.

Chronologie des agences photographiques françaises[modifier | modifier le code]

En France, on distingue les agences de presse photographique bénéficiant d'un agrément de la Commission paritaire des publications et agences de presse (ordonnance du 2 novembre 1945) et travaillant majoritairement avec la presse, des agences d'illustration et des stocks de photos.

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Françoise Denoyelle, La Lumière de Paris