Menthonnex-en-Bornes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Menthonnex-en-Bornes
Blason de Menthonnex-en-Bornes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Saint-Julien-en-Genevois
Canton La Roche-sur-Foron
Intercommunalité CC du Pays de Cruseilles
Maire
Mandat
Guy Demolis
2014-2020
Code postal 74350
Code commune 74177
Démographie
Gentilé Menthenalis[1]
Population
municipale
1 013 hab. (2012)
Densité 119 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 12″ N 6° 10′ 26″ E / 46.0533333333, 6.1738888888946° 03′ 12″ Nord 6° 10′ 26″ Est / 46.0533333333, 6.17388888889
Altitude Min. 690 m – Max. 964 m
Superficie 8,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Menthonnex-en-Bornes

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Menthonnex-en-Bornes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Menthonnex-en-Bornes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Menthonnex-en-Bornes

Menthonnex-en-Bornes est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Menthonnex-en-Bornes est située au nord de la commune d'Annecy, chef-lieu du département de la Haute-Savoie, à 16,3 km à vol d'oiseau[2].

Par la route, la commune est à mi-chemin entre Genève (27,0 km[3]) et Annecy (25,0 km[4]) sur le plateau des Bornes. Elle est séparée de la montagne du Salève par la vallée des Usses qui forme sa limite occidentale. La limite sud est formée par le ruisseau du Grand Verray.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes voisines sont le Sappey et Arbusigny au nord, Évires à l'est, Groisy au sud, ainsi que Villy-le-Bouveret et Vovray-en-Bornes à l'ouest.

Communes limitrophes de Menthonnex-en-Bornes
Le Sappey Le Sappey
Arbusigny
Arbusigny
Vovray-en-Bornes Menthonnex-en-Bornes Évires
Villy-le-Bouveret Groisy Évires

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 848 hectares ; son altitude varie entre 690 et 964 mètres[5]. Le chef-lieu se situe dans la partie la plus ensoleillée, à une altitude d'environ 800 mètres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La partie sommitale de la commune bénéficie d'une protection en zone naturelle qui préserve l'activité agricole et un biotope riche et spécifique composé de nombreuses zones humides. Ce paysage vallonné réputé pour sa fraîcheur hivernale donne naissance à plusieurs ruisseaux qui convergent vers les Usses, ainsi que trois sources qui alimentent en eau potable les habitants de Menthonnex-en-Bornes et de Villy-le-Bouveret[mairie 1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est un climat montagnard, par ailleurs jugé relativement rude du fait de la « bise » qui emprunte le passage nord-sud que lui présente la dépression géologique entre le Salève et le massif des Bornes[mairie 1].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Les transports scolaires sont gérés par la communauté de communes du pays de Cruseilles et permettent aux élèves de relier collèges et lycées.

De la commune de Cruseilles part également le réseau de bus régionaux.

La gare ferroviaire la plus proche est celle de Groisy - Thorens - La Caille, située sur le territoire de la commune limitrophe de Groisy, plus au sud.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La commune est composée d'une quinzaine de hameaux : Chez Bônier, Chez Gatillons, Chez Labrisée, Chez les Maîtres, Chez Trosset, La Côte, La Reculaz, La Rippaz, Le Chef Lieu, Le Murger, Les Margolliets, Les Petits Pierres, Peguin, Sac de Vin et Tracafond[mairie 1].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 372, alors qu'il était de 262 en 1999[Insee 1].

Parmi ces logements, 89,7 % étaient des résidences principales et 10,3 % des résidences secondaires. Ces logements étaient pour 85,4 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 14,6 % des appartements[Insee 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 80,3 %, en légère baisse par rapport à 1999 (83,4 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 5,0 % % contre 2,4 % en 1999, leur nombre ayant beaucoup augmenté : de 5 à 17[Insee 3].

Au recensement de 2012, la commune compte 387 logements[mairie 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

  • VIe - VIIIe siècles : les premières traces tangibles d’occupation humaine à Menthonnex concernent le haut Moyen Âge. Un répertoire archéologique de 1908 signale ainsi des tombes en molasse typique de cette période.
  • 1275 : Menthonnex est cité comme paroisse indépendante.
  • 1344 : une reconnaissance féodale passée par Guillaume de Menthonay en faveur du comte de Genève constitue le premier document qui nous renseigne sur le phénomène seigneurial à Menthonnex et sur la famille homonyme. Comme la plupart des localités à l’époque, Menthonnex dépendait de plusieurs seigneurs. La seigneurie du Turchet qui appartenait à la famille de Menthonay ou celle de Menthonnex qui correspond sans doute à une scission de la seigneurie du Turchet entre deux branches de la famille de Menthonay.
  • 1562 : premier recensement connu des habitants de Menthonnex avec 420 habitants. Certains feux regroupent de nombreuses personnes, 18 chez Jacques du Bochier (Dubouchet), 17 chez Gonin Margollier, 12 chez Pierre Richard, 14 chez Pierre feu Estienne Duret, 11 chez Pierre Chamot alias Trosset.
  • 28 octobre 1607 : visite pastorale de Mgr François de Sales à Menthonnex.
  • 24 octobre 1701 : la paroisse de Menthonnex retrouve son autonomie. Elle est définitivement séparée de celle de Villy-le-Bouveret après plusieurs siècles de vie commune.
  • 1728-1738 : confection du premier cadastre connu pour Menthonnex-en-Bornes.
  • 1756 : une des premières enquêtes statistiques sur Menthonnex mentionne 73 feux, qui correspond à une reprise de la croissance démographique par rapport au siècle antérieur.
  • 1787 : réparation de l’église, du clocher et du presbytère.
  • 1792 : l’invasion de la Savoie par les troupes du général Montesquiou, le 22 septembre 1792, fait entrer le duché de Savoie dans le cours d’une révolution commencée en France depuis plus de trois ans. Menthonnex envoie un député à l’Assemblée nationale des Allobroges, réunie à Chambéry.
  • An X : une supplique est envoyée au préfet par la municipalité de Menthonnex, qui proteste contre la réunion de leur commune à une de ses voisines.
  • An XII : une statistique indique 102 hommes mariés, 101 femmes mariées et 27 célibataires. La majorité des habitants vit de leur propriété.

XIXe et XXe siècles[modifier | modifier le code]

  • 1832 : une école de garçons fonctionne à partir de cette année là. Une école des filles est créée quelques années plus tard.
  • 4 septembre 1835 : Les murailles de l'église se sont écroulées et sont tombées « de caducité ».
  • 1840 : la grande affaire durant la décennie, c'est la réparation des chemins communaux.
  • 1848 : un recensement indique 751 habitants pour 120 familles.
  • octobre 1850 : Demande d'un subside au gouvernement pour des travaux à l’église, avec la reconstruction du chœur, de la sacristie et des toitures, l’agrandissement des lieux au moyen de deux chapelles collatérales entre la nef et le chœur.
  • 30 juillet 1853 : création d'une garde nationale à Menthonnex, composée de 112 hommes.
  • avril 1860 : le Traité de Turin du 24 mars 1860 cède la Savoie et Nice à Napoléon III. À Menthonnex, les 198 votants se prononcent à l’unanimité pour « Oui et Zone », c’est-à-dire pour la Grande Zone franche qui concilie les avantages du rattachement à l’Empire, avec le maintien de la libre circulation des personnes et des biens vers la Suisse.
  • Mai 1867 : le projet définitif de reconstruction de l’église est adopté.
  • 1910 : établissement d’un bureau de poste.
  • 1914-1918 : la première guerre mondiale fait 42 morts sur 83 mobilisés. Menthonnex a payé un prix très fort Un monument aux morts qui figure un poilu sur un piédestal est édifié en mémoire des défunts.
  • 1931 : un oratoire dédié à saint Roch et à sainte Agathe est édifié au Crêt Lovet, à l’initiative du curé Henri Descombes.
  • 1932-1935 : implantation du réseau d’eau.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Menthonnex-en-Bornes appartient, depuis 2015, au canton de La Roche-sur-Foron, qui compte selon le redécoupage cantonal de 2014 27 communes[6]. Elle appartenait auparavant au canton de Cruseilles[1].

La commune est membre, avec douze autres, de la Communauté de communes du Pays de Cruseilles.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[7].

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs (depuis l’annexion de la Savoie à la France) en 1860[mairie 1]
Période Identité Étiquette Qualité
1860 1871 Jacques Dupont    
1871 1878 Victor Henry    
1878 1888 Pierre Chamot    
1888 1919 Jean-Pierre Fournier    
1919 1925 François Henry    
1925 1944 Marc Lachat    
1944 1968 Fernand Chamot    
1968 1989 Sylvain Duret    
1989 en cours Guy Demolis    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Menthonnex-en-Bornes et la communauté de communes du pays de Cruseilles ont mis en place le tri sélectif, en installant dans plusieurs hameaux des containers permettant le tri[mairie 2].

Avec les communes environnantes, la commune a signé une charte affirmant la volonté de préservation et de mise en œuvre d'une gestion cohérente à l’échelle de l’ensemble des « communes du plateau des Bornes », en intégrant le patrimoine naturel au sens large ainsi que sa valorisation en lien avec les paysages, les activités agricoles et de loisirs[mairie 3].

La commune adhère au syndicat mixte d’étude du contrat de rivière des Usses (SMECRU) dont la mission est de mettre en place un contrat de rivières sur le bassin versant des Usses. Cette démarche est engagée par 42 communes (d’Arbusigny à Seyssel, et de Clarafond à Sillingy) afin de gérer l’eau de manière cohérente sur les Usses et ses affluents[mairie 4].

La municipalité s'engage également avec le syndicat mixte du Salève dans une démarche de mise en valeur et de préservation de l'environnement du mont Salève[8].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 30 novembre 2013, Menthonnex-en-Bornes n'est jumelée avec aucune autre commune[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Menthenalis[1].

En 2012, la commune comptait 1 013 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
477 609 637 470 660 751 680 687 645
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
656 693 701 688 678 647 633 672 644
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
608 589 446 480 410 383 367 262 270
1982 1990 1999 2006 2007 2012 - - -
313 419 610 814 843 1 013 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Au recensement de 2012, la commune compte 1 013 habitants[mairie 1].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune administre une école maternelle et une école élémentaire accueillant 93 élèves en 2012-2013[12] dans un groupe scolaire inauguré en 2010[mairie 5]. À la rentrée 2013, après l'ouverture d'une nouvelle classe, le groupe scolaire accueillait 120 élèves[mairie 1].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La « grande fête villageoise » est organisée chaque année le 10 août, à l'occasion de la Saint-Laurent, saint patron de la commune[mairie 6].

Chaque année en juin, la municipalité et l’école organisent la « fête des écoles »[mairie 1].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose pas de cabinet médical. Les habitants sont accueillis par les cabinets médicaux, les hôpitaux des villes alentours ainsi que l'ADMR[13].

Médias[modifier | modifier le code]

Radios et télévisions[modifier | modifier le code]

La commune est couverte par des antennes locales de radios dont France Bleu Pays de Savoie, ODS radio, Radio Semnoz… Enfin, la chaîne de télévision locale TV8 Mont-Blanc diffuse des émissions sur les pays de Savoie. Régulièrement l'émission La Place du village expose la vie locale. France 3 et sa station régionale France 3 Rhône-Alpes, peuvent parfois relater les faits de vie de la commune.

Presse et magazines[modifier | modifier le code]

La presse écrite locale est représentée par des titres comme Le Dauphiné libéré, L'Essor savoyard, Le Messager - édition Genevois, le Courrier savoyard.

Sports[modifier | modifier le code]

Les Menthnalis disposent d'un terrain multisport au hameau Chez Bastaly et du centre nautique des Dronières à Cruseilles[14].

Le chef-lieu bénéficie d'espaces de jeux pour les plus jeunes, l'association ACSB organise la pratique de différents sports[mairie 7].

De nombreux sentiers de découverte sont a disposition dans le cadre du PDIPR[15].

Cultes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune dépend de la paroisse « Sainte-Croix au Pays de Cruseilles » au sein du doyenné du Parmelan dans le diocèse d'Annecy[16]. Cette paroisse couvre douze clochers, dont celui de l'église Saint-laurent à Menthonnex-en-Bornes[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 46 815 €, ce qui plaçait Menthonnex-en-Bornes au 791e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[18].

En 2009, 62,0 % des foyers fiscaux étaient imposables, contre 54,4 % en 2006[Insee 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 580 personnes, parmi lesquelles on comptait 79,4 % d'actifs dont 75,5 % ayant un emploi et 4,0 % de chômeurs[Insee 5].

On comptait 80 emplois dans la zone d'emploi, contre 60 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 438, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 3] est de 18,3 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre moins d'un emploi pour cinq habitants actifs[Insee 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Menthonnex-en-Bornes comptait 52 établissements : 14 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 3 dans l'industrie, 9 dans la construction, 23 dans le commerce-transports-services divers et 3 étaient relatifs au secteur administratif[Insee 7].

En 2011, 4 entreprises ont été créées à Menthonnex-en-Bornes[Insee 8], dont 3 par des autoentrepreneurs[Insee 9].

Menthonnex compte encore une dizaine d'exploitations agricoles, orientées surtout vers la production de lait. Ainsi, la fruitière située au hameau Chez les Maîtres transforme environ deux millions de litres de lait par an, utilisés pour la production de reblochon, d'abondance et de tomme de Savoie.

La commune comporte aussi une quinzaine de petites entreprises et des commerces de proximité[mairie 8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le liparis de Loesel, une orchidée des zones humides de la commune

La commune ne compte aucun monuments répertorié à l'inventaire des monuments historiques[19] ni à l'inventaire général du patrimoine culturel[20] ; par ailleurs, elle ne compte ni objet répertorié à l'inventaire des monuments historiques[21] ni objet répertorié à l'inventaire général du patrimoine culturel[22].

On peut citer toutefois plusieurs monuments intéressants dans la commune.

L'église Saint-Laurent a été construite en style néogothique[23].

Les ruines du château du Turchet se trouvent au hameau de Chez les Maitres.

De nombreux oratoires édifiés par l'abbé Descombes (archiprêtre en 1917, mort en 1935) sont répartis sur le territoire de la commune<[mairie 1].

Le sommet de la commune est classé en tant que zone naturelle. C'est un terrain humide et vallonné entourant des marais et l'étang de Mouille Marin. On peut y découvrir l'œillet superbe, des orchidées (l'orchis de Traunsteiner, le liparis de Loesel) et le paillon azuré des paluds[mairie 9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Menthonnex-en-Bornes

Les armes de Menthonnex-en-Bornes, qui sont celles de la famille noble de Menthonay, peuvent se blasonner ainsi :

De gueules au sautoir d'argent cantonné de quatre coquilles du même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Menthonnex-en-Bornes est citée dans de nombreux ouvrages traitant de la Savoie, ouvrages consultables à la bibliothèque de l'association La Salévienne[24].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Données Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Informations fournies par la mairie[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Information fournie par Olivier Chamot, mairie de Menthonnex-en-Bornes
  2. « Environnement », sur le site de la mairie (consulté le 11 décembre 2013).
  3. Charte pour la préservation du plateau des Bornes, septembre 2012, [lire en ligne]
  4. « SMECRU : Syndicat Mixte d’Étude du Contrat de Rivière des Usses », sur le site de la mairie,‎ (consulté le 11 décembre 2013).
  5. « Inauguration de l’école et de la boulangerie », sur le site de la mairie,‎ (consulté le 11 décembre 2013).
  6. Sandrine Bochet, « Grande Fête Villageoise les 10 et 11 août 2013 », sur le site de la mairie,‎ (consulté le 11 décembre 2013).
  7. « ACSB », sur le site de la mairie (consulté le 11 décembre 2013).
  8. « Artisanat et commerce », sur le site de la mairie,‎ (consulté le 30 novembre 2013).
  9. « Zones humides », sur le site de la mairie,‎ (consulté le 30 novembre 2013).

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Menthonnex-en-Bornes », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 21 mars 2015), Ressources - Les communes.
  2. « Orthodromie entre "Menthonnex-en-Bornes" et "Annecy" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 30 novembre 2013).
  3. « 74350 Menthonnex-en-Bornes – Genève », sur le site via.michelin (consulté le 30 novembre 2013).
  4. « 74350 Menthonnex-en-Bornes – 74000 Annecy », sur le site via.michelin (consulté le 30 novembre 2013).
  5. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  6. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ (consulté en octobre 2014).
  7. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  8. « page d'accueil », sur le site du syndicat mixte du Salève (consulté le 11 décembre 2013).
  9. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 30 novembre 2013).
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2012.
  12. « Haute-Savoie (74) > Menthonnex-en-Bornes > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 30 novembre 2013).
  13. « L'ADMR la plus proche de chez vous », sur le site de l'ADMR (consulté le 11 décembre 2013).
  14. « Espaces de loisirs aux Dronières », sur le site de la mairie de Cruseilles (consulté le 11 décembre 2013).
  15. « Chemins de randonnée », sur le site de la communauté de communes (consulté le 11 décembre 2013).
  16. « Doyenné du Parmelan », sur le site du diocèse d'Annecy (consulté le 30 novembre 2013).
  17. « Paroisse Sainte-Croix au Pays de Cruseilles », sur le site du diocèse d'Annecy (consulté le 30 novembre 2013).
  18. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  19. « Liste des monuments historiques de la commune de Menthonnex-en-Bornes », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Liste des lieux et monuments de la commune de Menthonnex-en-Bornes à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Liste des objets historiques de la commune de Menthonnex-en-Bornes », base Palissy, ministère français de la Culture.
  22. « Liste des objets de la commune de Menthonnex-en-Bornes à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  23. [PDF] « Église Saint-Blaise de Saint-Blaise », sur le site de la paroisse de Cruseilles : Sainte-Croix en pays de Cruseilles,‎ (consulté le 30 novembre 2013).
  24. « Page d'accueil », sur le site de la la bibliothèque de l'association « La Salévienne » (consulté le 11 décembre 2013).