Grand parc de Miribel-Jonage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grand Parc.
Grand Parc Miribel Jonage
Image illustrative de l'article Grand parc de Miribel-Jonage
Logo du Grand Parc Miribel Jonage.
Géographie
Pays France
Commune Communes membres du Symalim

Métropole de Lyon
Vaulx-en-Velin, Décines-Charpieu, Meyzieu, Jonage
Département du Rhône
Jons
Département de l'Ain
Beynost, Neyron, Miribel, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil, Niévroz

Superficie 22 km2
Cours d'eau Rhône
Vieux Rhône
Canal de Jonage
Canal de Miribel
Ruisseau du Rizan
Histoire
Création 1968
Gestion
Lien Internet grand-parc.fr
Localisation
Coordonnées 45° 48′ 39″ nord, 4° 56′ 18″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grand Parc Miribel Jonage

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Grand Parc Miribel Jonage

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

(Voir situation sur carte : métropole de Lyon)
Grand Parc Miribel Jonage

Le Grand Parc Miribel Jonage est un parc de l'agglomération lyonnaise couvrant près de 2 200 hectares[1] en périphérie de Lyon. Il correspond à une zone aménagée sur l'Île de Miribel-Jonage, à la suite de la création de celle-ci, à partir du milieu du XIXe siècle, par le creusement des canaux de Miribel et de Jonage destinés à maîtriser le Rhône qui s'étiolait alors dans de multiples ramifications et posait donc un certain nombre de problèmes, en particulier en termes de crues. Le Vieux Rhône qui coule pour l'essentiel dans le Grand parc, témoigne de cette situation passée.

Il constitue d'une part un lieu de loisirs pour les habitants du Grand Lyon et pour ceux de la Côtière de l'Ain et d'autre part, une zone de protection de la faune et de la flore : L'Île de Miribel-Jonage (le parc occupe 22 des 28,49 km2 de cette île) est zone Natura 2000[2] et le Lac des Eaux Bleues constitue une ZNIEFF de type II[3].

Le Grand Parc assure quatre fonctions principales : constituer la ressource en eau potable de secours de Lyon, constituer une zone inondable en cas de crues qui protège ainsi l'agglomération lyonnaise, constituer une zone de protection du patrimoine naturel (avec par exemple les Grands Vernes), et enfin assurer une fonction de base de loisirs (terrain de golf, base nautique, etc.).

Histoire[modifier | modifier le code]

La centrale hydroélectrique de Cusset.

Entre 1848 et 1857 est creusé le canal de navigation de Miribel qui ceinture le parc au Nord et entre 1892 et 1899, le canal de Jonage destiné à alimenter la centrale hydroélectrique de Cusset à Villeurbanne. Jusqu'à la première moitié du XXe siècle, le site est ignoré des pouvoirs locaux.

En 1968 est créée le Symalim (Syndicat Mixte pour l’Aménagement et la Gestion du Grand Parc Miribel Jonage), qui regroupe les onze communes limitrophes du projet ainsi que les deux départements concernés : le Rhône et l'Ain.

Les aménagements sont progressifs : le rocher d'escalade en 1977, le court de tennis en 1978, la piste cyclable en 1982 et le golf en 1985. En 1991, le Grand Lyon, sous l'impulsion de Michel Noir, classe le site en « zone inaltérable ». C'est en 1993 que la charte d'objectif du projet est signée entre les partenaires intervenant sur le site : l'État, les deux conseils généraux du Rhône et de l'Ain, les communes du Symalim, EDF et l'agence de l'eau. Les grands projets immobiliers qui avaient un temps accompagné l'aménagement de la zone de loisirs sont abandonnés. C'est la valorisation de la nature qui est retenue. La charte du parc veut baliser l'urbain et éviter un espace de libertés incontrôlé. Le site doit être progressivement aménagé pour devenir un « site naturel ».

En 2008, le grand parc de Miribel-Jonage était le 19e site le plus visité de France, avec 3 500 000 visiteurs par an.

Administration[modifier | modifier le code]

Le centre Nathalie-Gautier, où se trouve le siège du Symalim ainsi que celui de la Segapal (société publique locale, chargée de la gestion et de l’animation du parc).

Le Grand Parc Miribel Jonage, a été créé en 1968. La plus grande partie du parc se trouve dans l'Est lyonnais, sur les territoires des communes de Vaulx-en-Velin, Décines-Charpieu, Meyzieu et Jonage. Le parc se trouve de façon plus modeste, sur les territoires d'une autre commune du département du Rhône, Jons; et dans le département de l'Ain, à Beynost, Neyron, Miribel, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil et Niévroz.

Ces onze communes sont regroupées[4] au sein du Symalim (Syndicat Mixte pour l’Aménagement et la Gestion du Grand Parc Miribel Jonage) ; s'y ajoutent le Grand Lyon, la ville de Villeurbanne et des représentants des deux départements concernés : le département du Rhône et le département de l'Ain. Une société mixte est chargée de la gestion et de l'animation du parc : la Segapal (société d'économie mixte pour la gestion et l'animation du Grand Parc Miribel Jonage).

Dénomination[modifier | modifier le code]

Le nom du parc a évolué au fil des années : du « Parc Miribel-Jonage » à l’appellation « Parc Nature des îles Miribel-Jonage », comme un rappel de l'intérêt écologique du parc. Le parc devenant un enjeu politique et économique pour les élus de la COURLY (ancien nom du Grand Lyon jusqu'aux années 1990), ses dirigeants rebaptisent l'espace « Grand Parc Miribel Jonage » en référence au Grand Lyon[réf. souhaitée].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le parc est limité par le canal de Miribel au Nord et par le canal de Jonage (du réservoir du Grand-Large jusqu'à sa frontière Est). À l'Est, il débute à proximité du pont de Jons, juste avant la division du Rhône en deux canaux, au niveau du barrage de Jons. À l'Ouest, sa frontière est sur les territoires de Vaulx-en-Velin et Villeurbanne, avant la réunion des canaux de Miribel et de Jonage (et même avant l'embouchure du Vieux Rhône).

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Autobus de la ligne 83.
Plage au parc de Miribel-Jonage.
Réservoir du Grand-Large.

Durant la période estivale, le parc est desservi grâce à la ligne 83 du réseau TCL.

Deux autoroutes desservent également le parc : l'A46 (sortie 5 à 30 km, Vaulx-en-Velin, Décines-Charpieu, Parc de Miribel-Jonage) et l'A42 (sortie 4 Miribel à 5 km ; villes desservies Neyron, Miribel, Parc de Miribel-Jonage).

Le parc est également traversé par la ViaRhôna, itinéraire cyclable reliant Genève à la mer Méditerranée via la vallée du Rhône.

Festival[modifier | modifier le code]

Amélie-les-crayons à l'édition Woodstower 2008.

Le parc accueille deux festivals : le premier, consacré aux musiques du monde, est le Festival Couleurs Mundo et a lieu en juillet. L'autre, se déroulant chaque année en août ou septembre (depuis 2005), est le festival de musique et de théâtre de rue Woodstower.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stéphane Autran, Les infrastructures vertes à l'épreuve des plans d'urbanisme. L'agglomération lyonnaise, la construction d'une stratégie, CERTU, 2004, p. 159.
  2. Fiche FR8201785 - Pelouses, milieux alluviaux et aquatiques de l’île de Miribel-Jonage (consulté le ).
  3. ZNIEFF 820031397 - Bassin de Miribel-Jonage sur le site de l’INPN..
  4. [PDF] « Status du Symalim », sur le site du Grand parc, (consulté le 8 avril 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, Le Grand Parc Miribel Jonage : histoire en dix instantanés, Symalim, (ISBN 979-1-09-273100-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]