Temple romain d'Izernore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Temple romain d'Izernore
Temple gallo-romain Izernore.jpg
Présentation
Type
Style
Construction
IIe siècle (second temple)
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Ain
voir sur la carte de l’Ain
Red pog.svg

Le temple romain d'Izernore est un ensemble religieux gallo-romain en ruines, situé dans la commune d'Izernore dans le département de l’Ain, en France. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Dès le début du VIe siècle, des textes mentionnent la présence de ce monument[2]. Plus tard, en 1650 et 1706 sont décrits les vestiges visibles du temple. Il s'agit de trois colonnes, et de la base d'une quatrième. Les premières fouilles datent de 1784[2]. Tout de suite, on remarqua qu'il y avait eu deux temples successifs[3]. Le deuxième ayant été construit sur les fondations du premier mais étant plus grand. On suppose qu'un large escalier permettait l'accès par l'est. Les trois piliers restant aujourd'hui sont les vestiges d'un portique en pierre grise. Il semblerait également qu'à l'intérieur le sol était en mosaïque.

Une inscription votive sur un cippe conservé à proximité dans un mur du presbytère[4] prête à croire que le temple était dédié à Mercure, même si certains pensent qu'il est consacré à Mars en se basant sur une autre pierre votive réemployée dans un village voisin[5] et sur quelques toponymes anciens comme Champ de mare ou un chemin dit vi de mare[3],[6].

Aux abords du temple, les fouilles ont révélé un réseau serré d'aqueducs et d'égouts mais également une « chambre de captage de l'eau de la nappe phréatique », puis en 1863, deux hypocaustes ont été découverts.

Le temple est le seul vestige du passé gallo-romain d'Izernore. Des grillages de protection ont été placés autour du site afin d'éviter tout pillage, et l'effondrement des trois colonnes restantes.

Reconstitution (dessin) du temple romain d'Izernore in Saint-Didier, 1837

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00116413, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a et b « Temple romain d'Izernore », sur http://www.culture.fr/ (consulté le 3 janvier 2011).
  3. a et b Jules Baux, Ruines d'Izernore. Rapport à M. Léon de Saint-Fulgent, préfet de l'Ain, sur une fouille opérée en 1863 par les soins d'une commission départementale, Impr. de F. Dufour, (lire en ligne).
  4. CIL XIII, 02572 MERCVRIO SACRVM (Luc)IVS TVTELLVS ET SVI V(otum) S(olvit) L(ibens) M(erito)
  5. CIL XIII, 02571 MARTI C(aius) VERAT(ivs) GRATVS EX VOTO
  6. Balthazar-Augustin Hubert de Saint-Didier, Bottier, Brunet, Coste, Essai sur le Temple Antique d'Izernore en Bugey, Imprimerie de P.-F. Bottier, (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]