Centrale hydroélectrique de Cusset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Centrale hydroélectrique de Cusset
Centrale hydroelectrique Cusset - fronton.JPG
Géographie
Localisation
Coordonnées
Cours d'eau
Objectifs et impacts
Vocation
Date du début des travaux
Date de mise en service
Barrage
Type
Poids
Réservoir
Volume
10,9 millions de
Centrale(s) hydroélectrique(s)
Nombre de turbines
15
Type de turbines
Puissance installée
63[1] MW
Production annuelle
415 GWh/an
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Arch dam 12x12 e.svg
Localisation sur la carte d’Auvergne-Rhône-Alpes
voir sur la carte d’Auvergne-Rhône-Alpes
Arch dam 12x12 e.svg
Localisation sur la carte de la métropole de Lyon
voir sur la carte de la métropole de Lyon
Arch dam 12x12 e.svg

L'usine hydroélectrique de Cusset est une usine de production d'électricité associée à un barrage français situé sur le canal de Jonage entre les communes de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin (Rhône).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le canal alimentant l'usine a un débit de 600 m3/s et une longueur de 19 km. Il traverse les communes de Décines-Charpieu, Jons, Jonage, Meyzieu, Villeurbanne et Vaulx-en-Velin. La hauteur de chute est de 12 m. 15 turbines Kaplan (16 à l'origine) tournant à 214 tr/min produisent 415 GWh/an (équivalent de la consommation d'une ville de 100 000 habitants), pour une puissance installée de 63 MW[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La Société lyonnaise des forces motrices du Rhône commence la construction du barrage et du canal de Jonage l'alimentant en 1894. 3000 personnes travailleront sur le chantier pour creuser les 19 km du canal et bâtir la digue. En 1832, le canal de Miribel avait été creusé au pied de la colline de Caluire et Rillieux pour permettre la navigation fluviale sur le vieux Rhône. Ce fut un échec retentissant car la pente a rapidement basculé : incision à l'amont et engravement à l'aval, rendant la navigation impraticable. Le canal de Miribel a détruit les lits anastomosés du Rhône dans le secteur. La construction du canal de Jonage a permis d'assécher la plaine de Miribel et Vaulx-en-Velin et de maîtriser les crues du Rhône. La construction s'achève en 1899 et la centrale hydroélectrique (d'une puissance de 7000 kW) est alors la plus puissante du monde (elle surpasse à elle seule la production des 136 centrales hydroélectriques françaises).

Développement industriel de l'agglomération et notamment à l'est :

  • industrie mécanique et électrique : Fibre et Mica en 1924
  • industrie textile : Soie Artificielle du Sud Est en 1924 (devenue Textiles Artificiels du Sud Est en 1935)

Pour loger les ouvriers de ces usines, l'urbanisation s'accélère à Villeurbanne, Décines et Vaulx-en-Velin.

  • En 1937, la construction du barrage de Jons au début du canal permet de dévier le débit vers la centrale de Cusset au détriment du canal de Miribel.
  • En 1946, EDF assure l'exploitation de l'usine.
  • En 2002, la concession est renouvelée à EDF pour 40 ans. Le contrat s'accompagne d'un important programme de rénovation et d'amélioration de l'ensemble de l'équipement (barrage, digue, écluse, berges...).
  • En 2007, l'usine est mise en lumière par l'Atelier Jeol.
  • En 2008, automatisation de l’aménagement.
  • De 2012 à 2015, renforcement de la digue du canal de Jonage[2].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Usine hydroélectrique de Cusset : et la lumière fut, Le Progrès, ed. Ouest Lyonnais et Val de Saône, 11 août 2010, p. 26

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]