Cimetière militaire allemand de Dagneux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cimetière militaire allemand de Dagneux
Deutscher Soldaten Friedhof (de)
Cimetière allemand de Dagneux, vue de l'ossuaire.JPG

L'ossuaire et une partie du cimetière.

Pays
Département français
Commune
Route de Balan
Dagneux
Superficie
5,4 hectares
Tombes
Environ 20 000
Mise en service
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Dagneux

(Voir situation sur carte : Dagneux)
Point carte.svg

Le Cimetière militaire allemand de Dagneux est un cimetière militaire allemand, situé à Dagneux, dans l'Ain, en France.

Historique[modifier | modifier le code]

Il a été mis en service en 1952[1] par les autorités françaises[2], avant d'être réellement aménagé dans sa configuration actuelle en 1958[1]. À noter que sa création s'est accompagnée de la cession du territoire[1] de 5,4 ha à l'Allemagne. Toutefois, la création officielle du cimetière date de 1963[3]. Le 28 juillet 2013, une cérémonie du cinquantenaire est organisée au cimetière[3],[4],[5].

Une première phase a vu le transfert par les autorités françaises, des corps de 1 486 soldats allemands tués au combat ou en captivité, depuis les cimetières civils de Lyon, Aix-les-Bains, Thonon-les-Bains, Bourg-en-Bresse et Béligneux vers le cimetière militaire allemand de Dagneux puis plus tard, et jusqu'à l'été 1961, des corps exhumés dans les départements de l'Ain, de l'Allier, des Alpes-Maritimes, de l'Ardèche, de l'Ariège, de l'Aude, de l'Aveyron, des Alpes-de-Haute-Provence, des Bouches-du-Rhône, du Cher, de la Drôme, du Gard, des Hautes-Alpes, de Haute-Garonne, de Haute-Loire, de Haute-Savoie, de l'Hérault, de l'Isère, de la Loire, de la Lozère, du Puy-de-Dôme, des Pyrénées-Orientales, du Rhône, de la Savoie, du Tarn, du Var et du Vaucluse[6].

Retraite allemande de 1944[modifier | modifier le code]

L'essentiel des soldats allemands de la Seconde Guerre mondiale, inhumés dans le cimetière, ont combattu dans le sud de la France, à la suite du débarquement de Provence[1] (nom de code : Anvil Dragoon). Certaines victimes inhumées à Dagneux ont trouvé la mort au cours de la très proche bataille de Meximieux. La retraite allemande repoussait les allemands d'une part vers les Alpes et d'autre part vers l'Alsace via Dijon[6].

Présentation[modifier | modifier le code]

Tombe d'un soldat inconnu, au cimetière de Dagneux.

Le cimetière rassemble exactement 19 912[2] ou 19 913[1] soldats allemands, dont 816[2] dans l'ossuaire (en allemand : ehrenmal). Parmi ces 816 soldats, 335 soldats sont inconnus[1]. Les noms connus des 481 autres soldats allemands inhumés dans l'ossuaire, sont gravés sur le sol de l'édifice. Également dans l'ossuaire, se trouve une imposante sculpture en bronze réalisée par Nikolaus Röslmeir : Trauernde (deuil).

Le transfert puis l'inhumation des corps des soldats allemands se sont achevés en 1961[2] et l'inauguration officielle du lieu s'est déroulée le [2].

Cérémonies associées[modifier | modifier le code]

Deux cérémonies importantes ponctuent l'année :

Panneau à Montluel indiquant le chemin vers le cimetière.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Laurence Raverot, « Dagneux - Messe télévisée en direct du cimetière allemand », sur voixdelain.fr, Voix de l'Ain, (consulté le 14 avril 2011).
  2. a, b, c, d et e (de)(en) (fr) Brochure Dagneux, Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge e. V., mai 2007, consulté le 8 mai 2011..
  3. a et b « Le cimetière allemand a 50 ans », Journal de la Côtière, no 901,‎ , p. 15.
  4. Sandra Méallier, « Dagneux (01) : journée de commémoration au Cimetière militaire allemand », sur france3.fr, France 3 Rhône-Alpes, .
  5. « Fête de mémoire - 50 ans cimetière militaire allemand de Dagneux », sur elysee50.de.
  6. a et b « Dagneux », sur volksbund.de, Volksbund deutsche Kriegsgräberfürsorge (service d´entretien des sépultures militaires allemandes).
  7. « Quand un cimetière militaire devient signe de paix et d’amitié », sur le site du Consulat Général de la République fédérale d'Allemagne de Lyon (consulté le 14 avril 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]