Parc Chambovet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc Chambovet
Image illustrative de l'article Parc Chambovet
Parc Chambovet (entrée sud).
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Administration territoriale Circonscription départementale du Rhône
Collectivité territoriale Métropole de Lyon
Commune Lyon
Arrondissement 3e arrondissement
Quartier Montchat
Altitude 195−207 m
Superficie 5,2 ha
Caractéristiques
Type jardin public
Gestion
Propriétaire Lyon
Ouverture au public oui
Accès et transport
Bus Bus en mode C Ligne C8 (parc Chambovet)
Localisation
Coordonnées 45° 44′ 53″ nord, 4° 53′ 41″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc Chambovet

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Parc Chambovet


Le parc Chambovet est un parc lyonnais de 5,2 ha situé dans le quartier Montchat du 3e arrondissement de Lyon.

Il est bordé au nord-est par la rue Chambovet qui lui donne son nom. Situé sur les hauteurs de Montchat, il offre une vue sur la ville avec la basilique Notre-Dame de Fourvière et les monts du Lyonnais. Cette étendue comprend un parc municipal de quatre hectares et des jardins ouvriers. Dans le cadre de la charte de l’écologie urbaine du Grand Lyon, selon une liste actualisée en 1998, il est répertorié parmi les sites appartenant au patrimoine écologique de la métropole de Lyon.

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement dans la campagne de Lyon, le parc est une partie du domaine de Montchat. En 1858 le domaine est en grande partie vendu sous forme de parcelles par Jean Louis François Richard-Vitton[1]. La rue, qui lui donne son nom, porte celui de la famille maternelle de Richard-Vitton[2].

En 1940 cet espace vert est le jardin d’une maison bourgeoise située au 4, rue Chambovet. Il s’agit de la propriété de l’écrivain René Tavernier. Ce résistant crée le journal clandestin Confluences sous l’occupation allemande. À ce titre, il reçoit dans cet endroit à issues multiples de nombreux intellectuels. Du au Louis Aragon et Elsa Triolet et y sont hébergés sous les noms de Lucien et Élisabeth Andrieux. Ils forment notamment un mouvement de résistance en zone sud : le Comité des écrivains[N 1]. Le réalisateur Bertrand Tavernier, fils de René, en évoquant Aragon rapporte : « c’est là qu’il a écrit Il n'y a pas d'amour heureux, qu’il a dédicacé à ma mère. L’original est en notre possession. Après la guerre, il a refait un original, parce que, selon ma mère, le fait qu’il lui eut dédicacé le poème avait provoqué une scène de ménage entre Elsa Triolet et lui… Est-ce une légende ou la vérité[4] ? ». À sa demande une plaque commémorative relatant ces faits, dévoilée par Michel Noir maire de Lyon, est apposée en à l’adresse de la demeure alors démolie par les Hospices civils de Lyon (HCL)[4],[N 2].

En 1950, la commune acquiert le terrain, projette d’y construire un lycée mais en fait un parc municipal. En 1960, les Hospices civils de Lyon l’achètent pour y construire un hôpital, mais abandonnent le projet pour l’évoquer de nouveau au début des années 1990. L’association Parc Chambovet, créée en , rencontre l’assentiment de la mairie qui classe en 1994 le site en zone verte inconstructible. En 1998, la commune signe un bail avec les HCL qui lui revendent ce parc en 2012[5].

Jardins ouvriers[modifier | modifier le code]

Les soixante-cinq jardins ouvriers de 16 348 m2 environ se répartissent de façon inégale de part et d'autre de la rue Jules-Massenet qui les séparent au nord-ouest[6]. Ils sont présents depuis 1926. Initialement ils ont pour objet de compléter les ressources de leurs bénéficiaires et de leurs familles à l'exclusion de tout usage commercial. Avec les années 2000 les « Jardins familiaux sont perçus comme un lieu de production potagère, mais deviennent également des lieux de loisirs, d'éducation, de rencontres et d'échanges[7] » sous l'égide des Espaces verts de Lyon[8],[9],[N 3].

Particularités[modifier | modifier le code]

La superficie totale de 5,2 ha se partage entre la verdure et des jardins ouvriers qui représentent un peu moins du tiers de cette surface.

La caractéristique essentielle de ce parc en milieu urbain est son aspect champêtre qui associe prairie et partie boisée. Il fait partie, pour sa part comme parc urbain et periurbain, des sept sites écologiques intra-muros[10].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, Les Courses pédestres réunissent un dimanche matin au début du printemps environ deux-cents personnes des plus jeunes aux adultes. Par ailleurs, Un Dimanche à la campagne est une fête familiale qui a lieu le troisième week-end de septembre. Pendant un après-midi, pique-nique et attractions pour les enfants sont à l’honneur. Plus de mille personnes sont accueillies [11].

L'association Montchat en fête organise le festival de poésie Yggdrasil pour mettre en valeur le parc Chambovet[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En , les deux Comités d’écrivains, du Nord et du Sud, s’unifient symboliquement sous la dénomination de Comité national des écrivains (CNE)[3].
  2. Cette plaque commémorative est visible sur Wikimedia Commons.
  3. Ces jardins familiaux sont visibles sur Wikimedia Commons.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nadine Halitim-Dubois, « Lyon. Présentation du patrimoine industriel de la ville de Lyon », sur Région Rhône-Alpes (Direction de la Culture / Service Régional de l'Inventaire du Patrimoine Culturel / Région Rhône-Alpes), Inventaire de Lyon propriété de la Région Rhône-Alpes et de la Ville de Lyon (consulté le 9 octobre 2013).
  2. Registre Mariage La Guillotière : période 04/01/1831 – 31/12/1831, La Guillotière, Archives municipales de Lyon, , 79 vues p. (lire en ligne), vues 28-29/79 - Acte 52.
  3. Pierre Juquin et Bertil Scali (dir.), Aragon un destin français : 1939-1982, vol. 2 : L'Atlantide, Paris, Éditions de la Martinière, 703 p., 2 vol. (ISBN 978-2-7324-5839-7), partie 5, « Le communisme français au zénith ».
  4. a et b Bertrand Tavernier et Noël Simsolo, Le cinéma dans le sang : entretiens avec Noël Simsolo, Paris, Écriture, coll. « Entretiens », , 300 p., 1 vol. ; 23 cm (ISBN 978-2-35905-036-3), partie 1, « Les lumières de Lyon ».
  5. M. le Maire, Nicole Gay, Mireille Roy, Gilles Bruna, Thierry Philip, Martine Roure, « Acquisition par la Ville de Lyon aux Hospices Civils de Lyon du parc public Chambovet et des jardins ouvriers attenants » [PDF], sur Ville de Lyon, (consulté le 8 octobre 2013).
  6. Carte IGN du parc Chambovet sur Géoportail (consulté le 12 mai 2016).
  7. Séminaire Robert Auzelle, Centre d'études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques (CERTU) et Robert-Max Antoni (dir.) (préf. André Rossinot), Vocabulaire français de l'art urbain, Lyon, Éditions du CERTU, coll. « Les Dossiers du CERTU », , 182 p., 1 vol. ; 30 cm (lire en ligne [PDF]), chap. III (« De l'espace public »), p. 80.
  8. « Découvrir le 3e. Le quartier de Montchat », sur le site officiel Lyon. Mairie du 3 (consulté le 24 novembre 2013).
  9. « Vision 3. Le magazine des habitants du 3e arrondissement de Lyon » [PDF], 3, sur www.mairie3.lyon.fr, Mairie du 3e arrondissement de Lyon, (consulté le 12 janvier 2014), p. 7.
  10. Métropole de Lyon, Documents généraux (hors Givors – Grigny – Lissieu) : Rapport de présentation, vol. 1 : Diagnostic et enjeux du territoire (PLU), Métropole de Lyon, , 384 p. (lire en ligne [PDF]), partie 1, chap. 1 (« Une géographie contrastée, fondement de la richesse des paysages et cadre pour la ville. La trame verte »), p. 94-95 (vues 27-28 / 31).
  11. « Association Parc Chambovet », sur Association Parc Chambovet, (consulté le 8 novembre 2013).
  12. Thibaud Dauce (développeur de sites web), « Montchat en fête : Le nouveau comité des fêtes de Montchat », sur site personnel hébergé par Free, 2015 (consulté le 4 juin 2015).