Halbe Zijlstra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Zijlstra.

Halbe Zijlstra
Illustration.
Halbe Zijlstra en 2017.
Fonctions
Ministre néerlandais des Affaires étrangères

(3 mois et 18 jours)
Premier ministre Mark Rutte
Gouvernement Rutte III
Prédécesseur Bert Koenders
Successeur Sigrid Kaag (intérim)
Stef Blok
Chef de groupe du VVD à la Seconde Chambre des États généraux

(4 ans, 4 mois et 22 jours)
Prédécesseur Stef Blok
Successeur Klaas Dijkhoff
Représentant des Pays-Bas

(4 ans, 11 mois et 21 jours)
Réélection 12 septembre 2012
15 mars 2017
Législature 36e et 37e
Groupe politique VVD

(3 ans, 10 mois et 14 jours)
Élection 22 novembre 2006
Législature 35e
Secrétaire d'État à l'Éducation, à la Culture et à la Science

(1 an, 11 mois et 26 jours)
Premier ministre Mark Rutte
Gouvernement Rutte I
Prédécesseur Marja van Bijsterveldt
Successeur Sander Dekker
Biographie
Date de naissance (51 ans)
Lieu de naissance Oosterwolde (Pays-Bas)
Nationalité Néerlandaise
Parti politique VVD
Diplômé de Université de Groningue

Halbe Zijlstra (prononcé en néerlandais : [ˈɦɑlbə ˈzɛilstraː]), né le à Oosterwolde (Frise), est un homme politique néerlandais, membre du Parti populaire pour la liberté et la démocratie (VVD). Il est ministre des Affaires étrangères du au .

Biographie[modifier | modifier le code]

Élu entre 1998 et 2001 et de 2003 à 2006 au conseil municipal d'Utrecht, il est élu à la Seconde Chambre des États généraux lors des élections législatives de et conserve son siège jusqu'en 2010. Il est secrétaire d'État rattaché au ministère de l'Éducation, de la Culture et de la Science au sein du cabinet Rutte I, du au , avant de réintégrer la chambre basse du Parlement la même année lors des élections législatives anticipées. Il devient alors chef du groupe parlementaire libéral à la Seconde Chambre à partir du [1]. Réélu membre du Parlement à la suite des élections législatives de mars 2017, il devient ministre des Affaires étrangères dans le cabinet Rutte III le suivant.

Retrait de la vie politique[modifier | modifier le code]

Zijlstra doit remettre sa démission le après avoir admis qu'il tient des propos mensongers au sujet d'une rencontre privée avec Vladimir Poutine en 2006[2]. Ce dernier aurait parlé de « Grande Russie » et, en réponse à une question sur ce qu'il entendait par ce terme, il aurait répondu : « La Russie, la Biélorussie, l'Ukraine et les États baltes. Le Kazakhstan serait « bon à avoir ». Zijlstra doit par la suite reconnaître qu'il n'était pas présent à la réunion où il affirme avoir entendu le président russe tenir ces propos[3],[4].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]