Parti travailliste (Pays-Bas)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti travailliste.
Parti travailliste
(nl) Partij van de Arbeid
Image illustrative de l'article Parti travailliste (Pays-Bas)
Logotype officiel.
Présentation
Chef politique Lodewijk Asscher
Fondation
Siège Amsterdam
Président Hans Spekman
Positionnement politique Centre gauche
Idéologie Social-démocratie
Progressisme
Affiliation européenne Parti socialiste européen
Affiliation internationale Internationale socialiste
Couleurs Rouge
Site web http://www.pvda.nl
Présidents de groupe
Seconde Chambre Diederik Samsom
Première Chambre Marleen Barth
Parlement européen Gianni Pittella (S&D)
Représentation
Représentants
9 / 150
Sénateurs
14 / 75
Eurodéputés
3 / 26

Le Parti travailliste ou Parti du travail (en néerlandais Partij van de Arbeid, abrégé en PvdA), est un parti politique néerlandais, d’orientation sociale-démocrate. C’est l’un des premiers partis politiques des Pays-Bas : il est représenté dans les deux chambres du Parlement et a participé à de nombreux gouvernements depuis 1945. Les élections de mars 2017 sont une catastrophe pour le PvDA qui tombe à 5,7%

Histoire[modifier | modifier le code]

Trois anciens chefs du parti : Wouter Bos, Wim Kok et Job Cohen.

Le PvdA est créé le à la suite du regroupement du SDAP (parti socialiste), de la VDB (libéral de gauche) et du CDU (protestant progressiste). D’autres membres de partis confessionels ont rejoint ce groupement à la même date. L’un des buts de la création de ce grand parti social démocrate était de mettre fin à la pilarisation de la vie politique néerlandaise.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives de 2006, les médias s’attendaient à ce que le PvdA redevienne la première force politique du pays mais la bonne campagne du Premier ministre sortant, Jan Peter Balkenende, maintient le CDA en première position. Le PvdA perd par ailleurs beaucoup de sièges en faveur du Parti socialiste. Avec 32 mandats à la Seconde Chambre des États généraux, le PvdA sort de cette élection affaibli mais reste la deuxième force politique des Pays-Bas. Aux élections européennes de 2009, le PvdA obtient l'un des plus mauvais scores de son histoire, en étant dépassé par le nouveau Parti pour la liberté et en n’obtenant que 3 députés (sur 25 sièges à pourvoir), avec une perte de quatre mandats.

Lors des élections législatives de 2010, le parti se maintient proche des 20 %, mais perd 1,6 % et trois représentants (pour un total de 30 élus). Il reste le deuxième parti néerlandais : malgré la chute du CDA (baisse de 12,8 % du vote et de 20 députés), il est dépassé par le VVD (20,4 % pour 31 députés). Il refuse de participer à une « coalition violette élargie » avec le VVD et le CDA. Le 20 février 2012, Job Cohen, à la tête du parti et groupe travailliste à la chambre basse, démissionne de ces deux postes, ainsi que de son poste de député[1]. Le parti est par ailleurs en chute libre dans les sondages, crédité de 14 députés, principalement au profit de son rival de gauche, le Parti socialiste[1]. Diederik Samsom arrive à la direction et fait campagne jusqu'à la deuxième place du scrutin, après lequel le PvdA s'engage à l'élaboration du cabinet Rutte II avec le VVD.

Sa participation au gouvernement s'avère catastrophique pour le parti, qui malgré un changement de chef, chute de 39 à 8 sièges lors des élections législatives de 2017, perdant notamment des voix au profit des écologistes de GroenLinks.

Représentation[modifier | modifier le code]

Chef de groupe à la Seconde Chambre[modifier | modifier le code]

Premiers ministres[modifier | modifier le code]

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Seconde Chambre[modifier | modifier le code]

Année Voix  % Sièges Rang Gouvernement
1982 2 503 517 30,4
42 / 150
1er Opposition
1986 3 051 678 33,3
51 / 150
2e Opposition
1989 2 835 251 31,9
49 / 150
2e Lubbers III
1994 2 153 135 24,0
37 / 150
1er Kok I
1998 2 494 555 29,0
45 / 150
1er Kok II
2002 1 436 023 15,1
23 / 150
4e Opposition
2003 2 631 363 27,2
42 / 150
2e Opposition
2006 2 085 077 21,2
33 / 150
2e Balkenende IV
2010 1 848 805 19,6
30 / 150
2e Opposition
2012 2 340 750 24,8
38 / 150
2e Rutte II
2017 599 699 5,7
9 / 150
7e

Parlement européen[modifier | modifier le code]

Année  % Mandats Rang Groupe
1979 30,4
9 / 25
2e SOC
1984 33,7
9 / 25
1er SOC
1989 30,7
8 / 25
2e SOC
1994 22,9
8 / 31
2e PSE
1999 20,1
6 / 31
2e PSE
2004 23,6
7 / 27
2e PSE
2009 12,1
3 / 25
3e S&D
2014 9,4
3 / 26
6e S&D

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Aux Pays-Bas, le chef du principal parti d'opposition démissionne », lemonde.fr,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]