Stélla Kyriakídou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stélla Kyriakídou
Illustration.
Fonctions
Commissaire européenne à la Santé
En fonction depuis le
(1 an, 8 mois et 3 jours)
Président Ursula von der Leyen
Gouvernement Commission von der Leyen
Prédécesseur Vytenis Andriukaitis
Députée à la Chambre des représentants

(13 ans, 5 mois et 29 jours)
Élection 21 mai 2006
Réélection 22 mai 2011
22 mai 2016
Législature IXe, Xe et XIe
Présidente de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

(3 mois et 20 jours)
Prédécesseur Pedro Agramunt
Roger Gale (intérim)
Successeur Michele Nicoletti
Biographie
Nom de naissance Στέλλα Κυριακίδου
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Nicosie (Chypre)
Nationalité Chypriote
Parti politique Rassemblement démocrate
Diplômée de Université de Reading
Université de Manchester
Profession Psychologue clinicienne

Stélla Kyriakídou (en grec moderne : Στέλλα Κυριακίδου), connue dans les pays anglophones sous le nom de Stella Kyriakides, née le à Nicosie, est une psychologue et femme politique chypriote, membre du Rassemblement démocrate et présidente de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe entre 2017 et 2018. Elle est commissaire européenne à la santé depuis 2019.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Psychologue clinicienne de formation[1], Stélla Kyriakídou entame à partir de 1974[2] des études de psychologie au Royaume-Uni, à l'université de Reading[3] puis à l'université de Manchester, où elle obtient un master sur les troubles de l'enfance inadaptée[4].

Carrière dans la santé[modifier | modifier le code]

Après ses études en Angleterre, Stélla Kyriakídou revient à Chypre, où elle travaille durant 30 ans au ministère de la Santé[5], entre 1976 et 2006, dans le département de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent[6].

Engagements contre le cancer[modifier | modifier le code]

Ayant elle-même été affectée par la maladie[7], tout comme sa mère qui en est décédée[8], Stélla Kyriakídou est particulièrement impliquée dans différentes structures sur la lutte contre le cancer du sein au niveau européen[9]. Elle est réputée être une grande défenseure des patients[8].

Responsable politique chypriote[modifier | modifier le code]

Membre du Rassemblement démocrate , elle est élue députée à la Chambre des représentants lors des élections de 2006[10] sur le district de Nicosie. Réélue en 2011, elle accède au poste de vice-présidente de la chambre en [9].

Conseil de l'Europe (2017-2018)[modifier | modifier le code]

Parallèlement à ses responsabilités nationales, Stella Kyriakídou devient en 2012 présidente de la délégation de Chypre auprès du Conseil de l'Europe[11].

Après la démission de Pedro Agramunt Font de Mora, elle est élue en le présidente par interim[12] de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, au troisième tour face au Lituanien Emanuelis Zingeris[pertinence contestée][13].

Elle devient alors la 30e présidente de l'Assemblée depuis 1949[14]. C'est la troisième femme[15] et le premier responsable chypriote[15] à occuper ce poste. Son mandat prend fin le [réf. souhaitée].

Commissaire européenne (depuis 2019)[modifier | modifier le code]

À la suite des élections européennes de 2019, le président Níkos Anastasiádis propose le nom de Stélla Kyriakídou au poste de commissaire européen dévolu à Chypre dans la nouvelle commission européenne[16]. Le portefeuille de la santé et de la protection des consommateurs lui est attribué[17]. Elle entre en fonction le 1er décembre 2019[18].

Missions[modifier | modifier le code]

Centré sur les aspects de la vie quotidienne, le portefeuille de Stélla Kyriakídou couvre la santé publique et la sécurité alimentaire, l'accès aux soins, la dimension numérique de la santé, les questions de résistance aux antibiotique et de vaccinations[19].

Plan européen contre le cancer[modifier | modifier le code]

Stélla Kyriakídou travaille sur un plan européen de lutte contre le cancer (Europe's Beating Cancer Plan)[20] qui, avant la pandémie de Covid-19, devait être le centre de sa mission[3].

Stratégie européenne des vaccins contre la Covid-19[modifier | modifier le code]

Stélla Kyriakídou participe aux négociations pour la fourniture des vaccins contre la Covid-19[21],[22],[23],[24].

Elle signe en août 2020 un contrat avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca pour l'achat anticipé de 300 millions de doses, tout en masquant certaines clauses du contrat. Stella Kyriakidou a justifié cette absence de transparence en expliquant que l'UE devait observer « des clauses de confidentialité sur ces contrats, et la divulgation d'informations confidentielles à ce moment compromettrait » les négociations[25].

Soupçons de conflits d’intérêts[modifier | modifier le code]

Un média allemand révèle en avril 2021 que la société Maralo Limited, appartenant au mari de Stélla Kyriakídou, a bénéficié de prêts d'un montant de 4 millions d'euros octroyés par une banque publique. La Cour des comptes chypriote réagit en pointant l'absence de justification de ces prêts. Stella Kyriakidou n'a en outre pas mentionné dans sa déclaration d’intérêts la fonction de directeur de Maralo Limited exercée par son mari[25],[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La psychologue Stella Kyriakides en charge du portefeuille de la Santé », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  2. (en-US) « Stella Kyriakides, health on the front line » (consulté le 2 février 2021)
  3. a et b « Stella Kyriakides, la santé en première ligne », sur L'Echo, (consulté le 2 février 2021)
  4. (en-US) « Stella Kyriakides’ nomination puts patient advocate in top EU health post », sur POLITICO, (consulté le 2 février 2021)
  5. Le JDD, « La commissaire européenne Stella Kyriakides au JDD : "Les 27 auront tous accès au vaccin en même temps" », sur lejdd.fr (consulté le 2 février 2021)
  6. 4th REGIONAL CONFERENCE ON THE MEDICRIME CONVENTION
  7. « Stella Kyriakides. La Santé d'abord », sur Les Echos, (consulté le 2 février 2021)
  8. a et b (en-US) « Stella Kyriakides’ nomination puts patient advocate in top EU health post », sur POLITICO, (consulté le 2 février 2021)
  9. a et b Fiche de KYRIAKIDES Stella sur le site du parlement chypriote
  10. (en-US) « Cyprus nominates Stella Kyriakides for commissioner post », sur POLITICO, (consulté le 2 février 2021)
  11. (en-US) « Stella Kyriakides », sur POLITICO (consulté le 2 février 2021)
  12. Louise Bodet, « Commission von der Leyen : qui sont les 12 femmes à la tête de l'exécutif européen », sur www.franceinter.fr, (consulté le 2 février 2021)
  13. « Repères étrangers - Conseil de l'Europe », Pouvoirs 2018/2 (N° 165),‎ 1er octobre – 31 décembre 2017, pages 137 à 154
  14. « Stella Kyriakides », sur www.assembly.coe.int (consulté le 2 février 2021)
  15. a et b « La Chypriote Stella Kyriakides élue présidente de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe – french.xinhuanet.com », sur french.xinhuanet.com (consulté le 2 février 2021)
  16. Cyprus nominates Stella Kyriakides for commissioner post
  17. « Qui sont les 27 commissaires européens (2019-2024) ? », sur Toute l'Europe.eu (consulté le 2 février 2021)
  18. « La nouvelle Commission européenne est entrée en fonction, avec son Pacte vert pour priorité », sur Actu-Environnement (consulté le 2 février 2021)
  19. « Institutions européennes : les nouvelles têtes 2019 », sur Les Echos, (consulté le 2 février 2021)
  20. Stella Kyriakides, « Lutte contre le cancer: un effort européen commun », sur Site-LeVif-FR, (consulté le 2 février 2021)
  21. « La passe d’armes sur le vaccin s’accentue entre l’UE et AstraZeneca », sur L'Opinion, (consulté le 2 février 2021)
  22. Le Point magazine, « L'UE a « conclu ses négociations » pour acheter des doses du vaccin Pfizer », sur Le Point, (consulté le 2 février 2021)
  23. « Vaccins contre le coronavirus: le contrat entre l'UE et BioNTech-Pfizer sera lui aussi consultable par les eurodéputés », sur RTBF Info, (consulté le 2 février 2021)
  24. « Faut-il rendre publics les contrats européens de fabrication de vaccins ? », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le 2 février 2021)
  25. a et b « Corruption : la commissaire européenne à la Santé Stella Kyriakidou au cœur d'une polémique », sur RT,
  26. (de) NDR, « Ehemann von EU-Impf-Kommissarin Kyriakides unter Korruptionsverdacht », sur daserste.ndr.de,

Liens externes[modifier | modifier le code]