Frères d'Italie - Alliance nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frères d'Italie - Alliance nationale
Présentation
Président Giorgia Meloni
Fondation
Siège Via di San Teodoro 20, Rome
Positionnement Droite - Extrême droite
Idéologie Nationalisme[1]
Conservatisme social
Euroscepticisme
Souverainisme
Populisme
Post-fascisme
[réf. nécessaire]
National-conservatisme[1]
Affiliation européenne Aucune
Affiliation internationale Aucune
Couleurs      Bleu
Site web http://www.fratelli-italia.it/
Représentation
Députés
9 / 630
Sénateurs
0 / 315
Députés européens
0 / 73

Frères d'Italie - Alliance nationale (en italien, Fratelli d'Italia - Alleanza nazionale, jusqu'au 24 février 2014 Fratelli d'Italia - Centrodestra nazionale), est un parti politique italien né en décembre 2012 d'une scission du Peuple de la liberté. Son principal leader est Ignazio La Russa, secondé de Giorgia Meloni et de Guido Crosetto. Il se veut l'allié du Peuple de la liberté si celui-ci continue de s'opposer à l'agenda Monti pour l'Italie. Il ressuscite dans son nom l'appellation de l'ancien parti Alliance nationale et dans son logo le sigle de l'ancien Mouvement social italien.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de sa création, il détient onze députés, onze sénateurs, constitués en un groupe parlementaire sénatorial, et deux députés européens. Lors des élections générales italiennes de 2013, deux mois après sa création, il obtient, avec 666 000 voix (1,95 %), neuf députés à la Chambre des députés mais aucun sénateur. Ces neuf députés obtiennent une dérogation pour former un groupe parlementaire le 4 avril avec pour nom « Fratelli d'Italia » et se placent dans l'opposition au gouvernement Letta.

En avril 2014, le parti affiche sa proximité avec le Front national[2].

Lors des élections européennes de 2014, les listes de Frères d'Italie remportent 1 006 513 voix, mais avec 3,66 % elles restent en-dessous du seuil de 4 % et ne remportent aucun élu.

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 10 juillet 2015)
  2. « Européennes: vers une alliance Marine Le Pen – Gianni Alemanno? », sur Droite(s) extrême(s) (consulté le 26 août 2015)