VMRO - Mouvement national bulgare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

VMRO - Mouvement national bulgare
(bg) ВМРО - Българско национално движение
Image illustrative de l’article VMRO - Mouvement national bulgare
Logotype officiel.
Présentation
Président Krassimir Karakatchanov
Fondation 1991 (en tant qu'organisation culturelle)
1999 (en tant que parti politique)[1]
Siège 5th Pirotska Str, Sofia (Bulgarie)
Journal Bulgaria
Organisation de jeunesse Comité national jeune du VMRO (en)
Positionnement Droite
Idéologie Nationalisme[1],[2]
National-conservatisme[1],[2]
Populisme de droite[3]
Euroscepticisme[4]
Conservatisme social[5]
Affiliation nationale Patriotes unis (jusqu'au 25 juillet 2019)
Groupe au Parlement européen CRE
Adhérents 20 000 (2016)[6]
Couleurs Rouge et noir
Site web vmro.bg
Représentation
Députés
11 / 240
Députés européens
2 / 17
Drapeau du VMRO - Mouvement national bulgare.

Le VMRO - Mouvement national bulgare (en bulgare ВМРО - Българско национално движение (VMRO - Bălgarsko nacionalno dviženie), abrégé en VMRO-BND) est un parti politique bulgare de tendance nationaliste.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mur près du siège de la VMRO-BND à Varna. La carte montre la Grande Bulgarie telle qu'elle devrait être selon ce parti. Le slogan au-dessus de la carte signifie « Tout ce pour quoi nous luttons ».

Ce parti à repris le nom de l'Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne.

Il s'est doté, en 2001, d'une organisation à destination de la jeunesse : le Comité national des jeunes du VMRO (VMRO-NMK).

Aux élections européennes de 2014 le parti se présente au sein d'une coalition avec Bulgarie sans censure, l'Union populaire agrarienne et le Mouvement du jour de Saint-Georges. La coalition obtient 238 629 voix (10,66 %) et remporte deux sièges dont un pour le VMRO : Angel Dzhambazki qui adhère au groupe des Conservateurs et réformistes européens[7].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Le VMRO se prétend nationaliste et conservateur. Elle milite aussi pour le retour à une Grande Bulgarie, incluant, entre autres, la Macédoine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Christo Ivanov et Margarita Ilieva, « Bulgaria », dans Cas Mudde, Racist Extremism in Central and Eastern Europe, Routledge, (ISBN 0415355931), p. 4
  2. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Bulgaria », sur Parties and Elections in Europe,
  3. (en) Dimitar Bechev, Historical Dictionary of the Republic of Macedonia, Scarecrow Press,
  4. (en) Philip Dandolov, « The sinking fortunes of Euroscepticism in Bulgaria », Istituto per l'Europa Centro Orientale e Balcanica,
  5. Pippa Norris, Cultural Backlash and the Rise of Populism, Cambridge University Press, p. 240
  6. (bg) « Само 344 000 членове стоят зад партиите в парламента », 24 Chasa,‎ (consulté le 23 octobre 2018)
  7. « Résultats des élections européennes 2014 », sur resultats-elections2014.eu (consulté le 30 janvier 2018)