Parti autonomiste tridentin et tyrolien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Parti autonomiste tridentin et tyrolien
(it) Partito Autonomista Trentino Tirolese
Image illustrative de l’article Parti autonomiste tridentin et tyrolien
Logotype officiel.
Présentation
Secrétaire politique Franco Panizza
Fondation
Fusion de Parti populaire tridentin et tyrolien (en)
Autonomie intégrale (en)
Siège Via Roma, 7
38122 Trente
Président Federico Masera
Parti prédécesseur Parti populaire tridentin et tyrolien (en)
Positionnement Centre
Idéologie Démocratie chrétienne[1]
Régionalisme[1]
Autonomisme
Affiliation nationale Coalition de centre-gauche
Affiliation européenne Parti populaire européen (observateur)
Coalition Groupe mixte (minorités linguistiques)
Couleurs      Noir
Site web patt.tn.it
Représentation
Députés
1 / 630
Gouvernements régionaux
1 / 20
Conseillers provinciaux
7 / 35

Le Parti autonomiste tridentin et tyrolien (en italien : Partito Autonomista Trentino Tirolese, abrégé en PATT) est un parti politique centriste[2], démocrate-chrétien[1] et régional de type autonomiste[3], implanté dans la région du Trentin-Haut-Adige, notamment dans la province autonome de Trente.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondé en , le Parti autonomiste tridentin et tyrolien se veut centriste et chrétien-démocrate et s'allie traditionnellement au centre gauche depuis 2003. Il est la continuation du Parti populaire tridentin et tyrolien (it) (PPTT, 1948).

Son symbole est un double edelweiss.

Pour les élections générales italiennes de 2013, le PATT est allié au Parti démocrate et à la Südtiroler Volkspartei (SVP) : il obtient un député, Mauro Ottobre, élu avec le symbole électoral du SVP, et un sénateur Franco Panizza, élu avec le symbole PATT dans le collège de Trente.

Le , le PATT présente Ugo Rossi comme candidat, également soutenu par le Parti démocrate et l'Union pour le Trentin aux élections provinciales[4]. En 2016, le PATT devient membre observateur du Parti populaire européen. Lors des élections générales italiennes de 2018, dépassant à peine 5 %, allié avec la Südtiroler Volkspartei, il ne conserve qu'une députée élue avec la Südtiroler Volkspartei.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Wolfram Nordsieck, « Trento / I », sur parties-and-elections.eu (consulté le 2 avril 2018).
  2. (en) Davide Vampa, The Regional Politics of Welfare in Italy, Spain and Great Britain, Springer, (ISBN 978-3-319-39007-9, lire en ligne), p. 61
  3. (en) Jaro Stacul, Neo-nationalism in Europe and Beyond: Perspectives from Social Anthropology, Berghahn Books, (ISBN 978-1-84545-190-5, lire en ligne), « Neo-nationalism or Neo-localism? Integralist Political Engagements in Italy at the Turns of the Millennium », p. 167
  4. (it) « Elezioni provinciali, il centrosinistra di Rossi vince a Trento, boom di Patt. L'Svp perde la maggioranza assoluta », Repubblica.it,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]