Italia Viva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Italia Viva
Image illustrative de l’article Italia Viva
Logotype officiel.
Présentation
Chef Matteo Renzi
Fondation
Scission de Parti démocrate
Siège Via della Colonna
Antonina 52, Rome
Positionnement Centre[1] à centre gauche[2]
Idéologie Centrisme[1],[3]
Libéralisme[4],[3]
Social-libéralisme[5]
Troisième voie[6]
Europhilie
Affiliation européenne Parti démocrate européen[7]
Groupe au Parlement européen Renew Europe
Couleurs Fuchsia
Site web www.italiaviva.itVoir et modifier les données sur Wikidata
Présidents de groupe
Députés Maria Elena Boschi
Sénateurs Davide Faraone (it)
Représentation
Députés
30  /  630
Sénateurs
14  /  315
Députés européens
2  /  705

Italia Viva (IV) est un parti politique italien fondé en par Matteo Renzi, à la suite de son départ du Parti démocrate.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , Matteo Renzi, ancien président du Conseil des ministres et ancien secrétaire du Parti démocrate, annonce dans un entretien accordé à La Repubblica son départ de ce dernier. Le lendemain, il indique que ce nouveau parti s'appellera « Italia Viva » et précise qu'il soutiendra le deuxième gouvernement Conte. Le suivant, Matteo Renzi officialise sa scission.

Un groupe à la Chambre des députés, composé de 25 membres, est officialisé le [8]. Au moins 15 sénateurs acquis à Matteo Renzi font également défection pour le rejoindre, de même que deux des membres du gouvernement Conte. Ils sont suivis par des transfuges de Forza Italia, du Parti socialiste italien et de la Liste civique populaire[9],[10],[11],[12].

En février 2020, au Parlement européen, Italia Viva, par l'intermédiaire de son seul député européen Nicola Danti, quitte le groupe des socialistes et démocrates pour rejoindre celui de Renew Europe[13]. Italia Viva rejoint ensuite le Parti démocrate européen en date du 10 décembre 2021.

En janvier 2021, Matteo Renzi retire son parti de la coalition au pouvoir en Italie. Les trois membres du gouvernement issus d'Italia Viva, Teresa Bellanova (agriculture), Elena Bonetti (famille) et Ivan Scalfarotto (secrétaire d’État aux affaires étrangères et à la coopération internationale), démissionnent[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Miles Johnson in Rome, « Italy's former PM Matteo Renzi forms breakaway centrist party », sur The Irish Times
  2. « Italie: l’exécutif de Giuseppe Conte s’engouffre dans une crise politique sans précédent », sur Le Soir Plus, (consulté le )
  3. a et b (en) « Matteo Renzi's new centrist party Italia Viva faces a struggle for relevance », sur New Statesman.
  4. (en) « Matteo Renzi's triumphant return », sur Politico, .
  5. « Italie: Matteo Renzi fausse compagnie au Parti démocrate », sur Le Figaro, .
  6. « Matteo’s third way: what lessons could Labour learn from Renzi’s success in Italy? », sur London School of Economics, .
  7. (en) « Democrats for Europe: a new momentum », sur Politico Europe, (consulté le ).
  8. (it) « Composizione del gruppo ITALIA VIVA », sur camera.it (consulté le ).
  9. (en) « Italia Viva: Renzi’s New Political Party », sur southeusummit.com, (consulté le ).
  10. « Italie : Matteo Renzi quitte le Parti démocrate et crée son propre mouvement », sur Le Monde, (consulté le ).
  11. « Italie : pourquoi Matteo Renzi a choisi de rompre avec le Parti démocrate », sur Le Monde, (consulté le ).
  12. « Italie : l'ex-Premier ministre Matteo Renzi quitte le Parti démocrate », sur Le Point, (consulté le ).
  13. (en) Florian Eder, « POLITICO Brussels Playbook: Italian liberals — VDL grilling — No dates for EU » (consulté le ).
  14. « Matteo Renzi retire son parti de la coalition au pouvoir en Italie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]