Union valdôtaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Union valdôtaine (homonymie).
Union valdôtaine
Image illustrative de l'article Union valdôtaine
Logotype officiel.
Présentation
Président Ennio Pastoret
Fondation
Siège 29, avenue des Maquisards, Aoste
Positionnement Centre[1]
Idéologie Régionalisme[1]
Défense des francophones[1]
Affiliation européenne aucune
Coalition Vallée d'Aoste
Couleurs rouge et noir
Site web unionvaldotaine.org
Représentation
Conseil de la Vallée
11 / 35
Chambre des députés
0 / 630
Sénat
1 / 315
Parlement européen
0 / 73

L’Union valdôtaine (abrégé en UV)[2], connu aussi comme « le mouvement », est un parti politique italien, centriste et régionaliste, qui souhaite représenter les intérêts de la région autonome de la Vallée d'Aoste, aussi bien qu’en protéger le particularisme culturel et linguistique.

L'UV a été représentée de manière continue au sein du Parlement italien depuis 1976 et, grâce à la disparition de la Démocratie chrétienne, il s'est transformé en parti attrape-tout[3] (catch-all party) de la région, de façon analogue à la Südtiroler Volkspartei dans la Province autonome de Bolzano. En effet, le parti a augmenté le pourcentage de votes de ses voix, passant de 11,5 % en 1973 à 47,2 % en 2003. L'UV a dirigé la junte régionale depuis 1974, excepté pendant un intermède de trois ans.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Elle est créée le sur la base des principes de la déclaration de Chivasso, au lendemain de la promulgation des « Décrets du Lieutenant du Royaume », alors que l’Italie est encore un royaume. Ces décrets, approuvés par le gouvernement italien présidé par Ferruccio Parri le 8 août de la même année et communiqués à l’hôtel de ville d’Aoste, introduisaient les premiers éléments d’une organisation autonome pour ce qui allait devenir une région autonome dans le cadre de la nouvelle constitution italienne (entrée en vigueur en 1948). Pour l’Union valdôtaine le pouvoir d’« autogouvernement » attribué à la région par ces deux actes était trop faible et sa ligne politique était claire : seulement une « garantie internationale » aurait pu sauvegarder efficacement les droits des Valdôtains (ces décrets avaient pourtant été établis sur la pression de la France, le général Charles de Gaulle ayant même envisagé l’annexion de la région et pas seulement la rectification limitée de frontière qui a fait l’objet d’un traité en 1947).

Les fondateurs furent au nombre de 16 :

Le nom fut repris de l’organe de presse de la fin du XIXe siècle présidé par le syndic d’Aoste de l’époque César Chabloz.

La défense du « caractère ethnique et linguistique tout à fait particulier » de la Vallée d'Aoste est l’objectif prioritaire de l’UV (statuts du mouvement).

Débuts[modifier | modifier le code]

Bien qu'il fût à ses débuts un allié de la Démocratie chrétienne, avec qui il gouvernait en coalition entre 1946 et 1954, il s'en distancia rapidement, en même temps qu'il se rapprochait des partis de gauche.

Après cinq années d'opposition, l'Union valdôtaine remporte les élections régionales de 1959 en coalition avec le Parti communiste (PCI) et le Parti socialiste (PSI), avec 51,6 % des voix, contre les 48,6 % de la coalition formée par la Démocratie chrétienne (DC), le Parti libéral (PLI), le Parti socialiste démocrate italien (PSDI) et le Parti républicain (PRI). La coalition tripartite formée par l'UV, le PCI et le PSI gouverna jusqu'en 1966, année où les socialistes changèrent de camp et entrèrent en coalition avec la DC, comme ils l'avaient fait au niveau national trois années auparavant avec le rapprochement d'Amintore Fanfani (DC) et de Pietro Nenni (PSI).

L'UV eut à pâtir d'une rupture de sa faction conservatrice, qui forma le Rassemblement valdôtain (RV), dans le but d'appuyer la coalition dirigée par le démocrate-chrétien César Bionaz. Lors des élections régionales de 1968, l'UV n'obtint que 16,7 % des voix (RV 5,4 %), tandis qu'à celles de 1973, avec la scission de l'aile social-démocrate, l'Union valdôtaine progressiste (UVP), l'UV n'atteint que 11,5 %, affaiblie autant par les résultats de l'UPV (6,7 %) et RV (1,6 %), ainsi que par ceux des Démocrates populaires (22,4 %), nés d'une scission de l'aile gauche de la DC.

Retour au pouvoir[modifier | modifier le code]

L'UV retourna au pouvoir après les élections de 1973 en Vallée d'Aoste à la tête d'une coalition régionaliste dirigée par Mario Andrione, également composée par l'UPV et RV. Cette coalition s'agrandit en 1975 en s'unissant aux démocrates-chrétiens et aux socialistes. Après les élections régionales de 1978, l'UV devint le principal parti de la région avec 24,7 % des voix, DP, PSDI et PRI remplacèrent le PSI comme membres de la coalition avec UV, UPV et RV.

En 1984, Andrione fut remplacé par Auguste Rollandin, autre membre de UV, à la tête du gouvernement composé par UV, DC, DP, UPV et PRI entre 1983 et 1988. Dans les années 1980, l'UV renforça sa position comme parti le plus fort en obtenant 27,1 % des voix en 1983 et 34,2 % en 1988. Après les élections de 1988, Rollandin gouverna à la tête d'une coalition formée par UV, DC, PSI, PRI et les Autonomistes démocrates progressistes (ADP), formation née de la fusion de DP et d'UPV.

Après avoir été exclue du gouvernement durant des années, l'UV retourna au pouvoir après les élections de 1993 à la tête d'une coalition dirigée par Dino Viérin, et composée par UV, le Parti démocrate de la gauche (PDS), la Fédération des Verts, ADP, PSI et PRI. La coalition se prolongea entre 1998 et 2006 formée par UV et les Démocrates de gauche (DS), avec l'appui de deux partis régionalistes, Stella alpina (SA) et la Fédération autonomiste (FA), entre 1998 et 2001.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Le siège du parti, avenue des maquisards, à Aoste

Aux élections politiques de 2001, l'UV fait élire un sénateur, Auguste Rollandin, et un député, Ivo Collé, membre de Stella alpina. Dans cette période, aussi le président de la région, Dino Viérin, est élu des listes du mouvement.

Aux élections régionales de 2003, l’UV obtient un résultat historique, en remportant la majorité absolue des sièges au Conseil de la Vallée avec 47,24 % des voix et 18 des 35 sièges[4]. Le candidat le plus voté est Lucien Caveri, avec plus de 7 313 voix, mais le président de la région devient Charles Perrin, avec 4 139 voix, choisi par le fait d’être un élément « neutre » parmi les différents courants intérieurs du mouvement. Le gouvernement Perrin a été caractérisé par une constante insécurité, jusqu’au 21 juin 2005, lorsque la junte régionale présente les dimissions. Lucien Caveri est alors élu nouveau président le 4 juillet 2005, tandis que Perrin s’éloigne du mouvement de façon polémique après en avoir été un membre pendant 30 ans.

Jusqu'en avril 2006, l'UV disposait au Parlement italien d'un sénateur (c’est la seule région italienne à n’être représentée que par un seul sénateur et par un seul député) qui était alors allié à l'Union (centre gauche) : Auguste Rollandin, élu en mai 2001 dans le collège uninominal et qui avait adhéré au groupe sénatorial « Pour les autonomies ».

De 2000 à 2003, Lucien Caveri a été député européen UV (groupe ELDR), élu sur une liste alliée avec les Democrates de gauche italiens de Romano Prodi, pendant un mandat partiel de juin 2000 au .

Auguste Rollandin était sénateur UV, membre du groupe Pour les autonomies. En revanche, Ivo Collé était un député valdôtain autonomiste, qui avait quitté l'UV pour le mouvement Stella alpina, membre du Groupe mixte (sous-groupe Minorités linguistiques) à la Chambres des députés : il a depuis rejoint UV.

L'Union valdôtaine était alors un parti membre de l’Alliance libre européenne et était alliée à L'Olivier pour les élections européennes de juin 2004 (29 430 votes et 0,1 % des voix).

La coalition régionaliste[modifier | modifier le code]

Éloignement du centre gauche et scissions[modifier | modifier le code]

Aux élections générales italiennes de 2006, l'UV s'éloigne du centre gauche, et, après des années d'alliance avec les démocrates de gauche, elle forme une liste unitaire appelée Vallée d'Aoste Autonomie Progrès Fédéralisme avec le mouvement Stella alpina et la Fédération autonomiste. À cause de cette décision, plus de cinquante membres quittent l'Union, parmi lesquels l'ancien président Charles Perrin, pour former le mouvement Pour une Union valdôtaine libre, qui soutient L'Union de centre gauche.

La liste UV obtient dans la région Vallée d'Aoste 30 % à la chambre des députés et 32 % au Sénat, des résultats non suffisants pour élire des parlementaires : la liste de centre gauche Autonomie Liberté Démocratie, qui soutient Romano Prodi, remporte les postes du député, Charles Perrin lui-même (43 % des voix), et du sénateur, Robert Nicco (44 % des voix) qui représentent la région autonome à Rome.

En juillet 2006, une seconde vague d'unionistes, guidée par l'ancien assesseur des ouvrages publics Franco Vallet, ensemble avec le nouveau sénateur Robert Nicco et Charles Perrin fondent un nouveau mouvement appelé Renouveau valdôtain, qui s'inspire aux idéaux unionistes des premières années. Ce mouvement représente le second parti de scission après Vallée d'Aoste Vive, créé en 2005 par un autre ancien président de la région autonome, Robert Louvin.

Aux élections législatives de 2008, l'UV se présente dans la liste Vallée d'Aoste Autonomie Progrès Fédéralisme avec la Fédération autonomiste et Stella alpina. Lors des élections générales de 2008, le représentant de l'UV, Antonio Fosson, fut élu au Sénat par la coalition régionaliste, battant le sortant Charles Perrin (41,4 % contre 37,4 %), mais candidat ne put remporter le siège de la Chambre des députés, puisque Ego Perron fut battu de peu par le sortant Robert Nicco du Parti démocrate (37,8 % contre 39,1 %). Le sénateur Fosson, qui s'abstint de la motion de confiance au quatrième cabinet de Silvio Berlusconi[5], s'unit à un groupe centriste composé du Parti populaire sud-tyrolien (comme de coutume), l'Union des démocrates chrétiens et du centre (trois membres, tous de Sicile, le représentant du Mouvement associatif des Italiens à l'étranger et trois sénateurs à vie (Giulio Andreotti, Francesco Cossiga et Emilio Colombo).

Lors des élections régionales du , UV obtint 44,39 % des voix et 17 conseillers régionaux (sur un total de 35), tandis que la coalition régionaliste obtint 62,0 % des voix et une ample majorité de 23 conseillers régionaux. Auguste Rollandin fut le conseiller régional le plus voté avec 13 836 voix de préférence, tandis que le président sortant Lucien Caveri arriva seulement en septième position avec 2 770 voix (en comparaison avec les 7 313 qu'il avait antérieurement obtenus) et le chef du parti Guy Césal ne fut pas même réélu, demeurant à la 25e place. Rollandin prêta serment comme nouveau président, remplaçant Lucien Caveri, qui déclara que « Celui qui obtient le plus de voix doit être président »[6].

La présidence d'Ego Perron[modifier | modifier le code]

Le président de l'UV est Ego Perron depuis le congrès de Saint-Vincent du . Auparavant, Guy Césal (élu en 2006) et Manuela Zublena (élue en 2003) avaient occupé cette charge. Il fut élu comme nouveau président du parti, après la débâcle de Césal lors des élections régionales[7].

Aux élections européennes de 2009, l'UV s'est présentée avec Le Peuple de la liberté de Silvio Berlusconi, en s'alliant ainsi pour la première fois dans son histoire avec une coalition de centre droit. Cet accord, visant l'élection d'un parlementaire européen qui puisse protéger les intérêts de la Vallée d'Aoste, n'a pas atteint son but. La stratégie s'appuyait sur une clause de la loi électorale italienne qui permet de surmonter la limite de 4 % aux forces politiques représentant les minorités linguistiques lorsque ces dernières sont alliées avec un parti qui l'a surmontée.

Avec l'émergence en 2006 du Renouveau valdôtain (plus marqué à gauche), devenu et renforcé en 2011 sous le nom de l'ALPE (Autonomie Liberté Participation Écologie), ne détenant plus que le député de la région et 17 conseillers, l'UV est clairement concurrencée dans son rôle de mouvement prépondérant de la région autonome.

Pour les élections générales italiennes de 2013, l'UV s'allie avec Stella alpina et la Fédération autonomiste avec lesquelles elle présente un candidat au Sénat, Albert Lanièce, et un candidat à la Chambre, Rudi Marguerettaz (ce dernier étant du mouvement Stella alpina).

Lors des élections régionales de 2013 en Vallée d'Aoste, alliée à la Stella alpina, l'Union remporte 15 conseillers (sur 35) et demeure le principal parti du Conseil de la Vallée.

Présidents de l'Union valdôtaine[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Wolfram Nordsieck, « Parties and Elections in Europe » (consulté le 16 juillet 2015)
  2. Selon l’acte officiel de sa fondation Union Valdôtaine avec deux majuscules, erreur de typographie même en italien.
  3. Partito pigliatutto (it)
  4. Site des élections régionales de 2003
  5. (it) « Législature 16º », Sénat de la République, (consulté le 16 mai 2008)
  6. Aosta, torna l'Imperatore - LASTAMPA.it
  7. http://www.12vda.it/index.php?option=com_content&task=view&id=4639&Itemid=26

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Union valdôtaine.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]