Louis-Georges Tin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Louis-Georges Tin
Image dans Infobox.
Louis-Georges Tin en 2016.
Fonction
Président
Conseil représentatif des associations noires de France
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Jean Céard (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Louis-Georges Tin, né en 1974 à la Martinique, est un universitaire français et un militant contre l'homophobie et le racisme.

Il a été à l’initiative en 2005 de la Journée mondiale contre l'homophobie et la transphobie et est président-fondateur du cercle de réflexion République & Diversité. Il a été président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) de 2011 à 2017. Il en a été radié après constatation d’irrégularités comptables et financières[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un couple d'enseignants martiniquais, Louis-Georges Tin est l'arrière-petit-neveu de Victor Sévère, avocat et homme politique, adversaire déterminé de l'amiral Robert sous le régime de Vichy et prédécesseur d'Aimé Césaire à la mairie de Fort-de-France.

Il fait ses études secondaires au lycée Schœlcher de Fort-de-France. Après le baccalauréat, il entre en classe préparatoire littéraire au lycée Henri-IV à Paris et est admis à l'École normale supérieure en 1993, à l'âge de dix-neuf ans. Agrégé de lettres modernes en 1996, il soutient en 2003 une thèse de doctorat intitulée Tragédie et politique en France au XVIe siècle[3].

Maître de conférences à l’université d'Orléans, il enseigne également à l'École supérieure du professorat et de l'éducation Centre Val de Loire (ESPE, anciennement IUFM).

De 2007 à 2012, il a dirigé aux éditions Autrement une collection de sciences humaines, « Sexe en tous genres ».

Activités[modifier | modifier le code]

Lutte contre l'homophobie[modifier | modifier le code]

En 1997, Louis-Georges Tin est le cofondateur de la première association LGBT de l'École normale supérieure (ENS), « Homonormalité »[4].

En 2003, il dirige le Dictionnaire de l'homophobie[5], livre collectif rassemblant 75 auteurs et publié par les Presses universitaires de France, avec une préface de Bertrand Delanoë[6].

Le , le Comité IDAHO, présidé par Louis-Georges Tin, lance un appel pour une dépénalisation universelle de l'homosexualité[7].

En 2008, Louis-Georges Tin publie, dans la collection dont il est lui-même directeur, un ouvrage intitulé L'Invention de la culture hétérosexuelle. Ce livre entend montrer comment la culture hétérosexuelle s'est construite socialement à partir du XIIe siècle dans l'Occident chrétien. L'ouvrage est traduit en plusieurs langues (anglais, espagnol, italien).

En mai 2011, il est arrêté avec plusieurs autres militants LGBT pendant la Moscow Pride (marche des fiertés de Moscou). Il est relâché dans la soirée[8]. Il figure dans les vingt-cinq personnalités de l'année 2011 pour le magazine Têtu[réf. souhaitée].

En janvier 2012, une campagne internationale est lancée par Ricardo Vita pour l'attribution du prix Nobel de la paix à Louis-Georges Tin[9].

En , il entreprend une grève de la faim pour réclamer que la France tienne ses engagements et fasse campagne pour une résolution à l'ONU en faveur de la dépénalisation universelle de l'homosexualité dans le monde[10].

En mai 2013, il démissionne de la présidence du Comité IDAHO.

Lutte contre le racisme[modifier | modifier le code]

Louis-Georges Tin, en 2014, en compagnie de Jesse Jackson.

En 2004, Louis-Georges Tin adhère au CAPDIV, le Cercle d'action et de promotion de la diversité en France, et lance l'idée d'une fédération des associations noires de France. Le est lancé, à l'Assemblée nationale, le CRAN, le Conseil représentatif des associations noires de France, dont il devient le porte-parole[11].

En novembre 2011, Louis-Georges Tin succède à Patrick Lozès à la présidence du CRAN[12].

Le , Louis-Georges Tin publie dans Libération, un appel signé par plusieurs organisations pour la mise en place des actions de groupe contre les discriminations, qui permettraient aux personnes discriminées de porter plainte ensemble. Il contacte le député PS Razzy Hammadi, qui rédige alors une proposition de loi sur le sujet, validée par le groupe socialiste de l'Assemblée nationale[13].

En décembre 2014, Louis-Georges devient le porte-parole du Groupe d'intervention contre le racisme (GICR). Le GICR appose des autocollants « Tintin toxique, relents racistes » sur les pages de garde des albums d'Hergé, Tintin au Congo, jugés racistes à l'encontre des Noirs[14].

En , Louis-Georges Tin et le CRAN appellent au boycott d'une représentation des Suppliantes d'Eschyle à la Sorbonne, qui sera finalement reportée. Ils considèrent que le metteur en scène Philippe Brunet se livre à un racisme inconscient, en raison de l'usage de masques et maquillages noirs par des acteurs blancs, et ce alors qu'il existait également des masques d'autres couleurs, chose inhérente au théâtre antique[15]. Cette analyse est critiquée comme relevant d'une approche communautariste, portant atteinte à la liberté de création[16], tenant de l'anachronisme[17] ou encore de la « moralisation des arts »[18].

Le 15 juillet 2020, le CRAN annonce la radiation de Louis-Georges Tin pour « dérives préoccupantes »[19].

Prises de positions[modifier | modifier le code]

À l'occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon Ier en 2021, il indique s'opposer à l'organisation de commémorations en raison de la loi du 20 mai 1802 signé par Napoléon Ier, alors Premier Consul, qui rétablit l'esclavage dans les colonies [20].

Il explique : « Ce n'est pas une tache, ni une faute, c'est un crime, et même un double crime. La France est le seul pays au monde à avoir rétabli l'esclavage. Je ne comprends pas que l'on continue à célébrer sa mémoire comme si de rien n'était. Enseigner Napoléon, d'accord, mais le commémorer, c'est faire de l'apologie de crime »[20].

Publications[modifier | modifier le code]

Édition scolaire[modifier | modifier le code]

  • Jean Giraudoux, « La guerre de Troie n'aura pas lieu », Rosny-sous-Bois, Bréal, 1998
  • Molière, « Dom Juan », Rosny-sous-Bois, Bréal, 1998
  • Français, 2de, 1res L, ES, STT, Tle L : le genre et les mouvements littéraires, les auteurs et les œuvres, Rosny-sous-Bois, Bréal, 1999

Direction d’ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Homosexualités : expression/répression (dir., avec la collaboration de Geneviève Pastre), Paris, Stock, 2000 [actes d'un colloque tenu à l'École normale supérieure en ]
  • Dictionnaire de l'homophobie (dir.), préface de Bertrand Delanoë, Paris, PUF, 2003
  • Anthologie de la poésie française du XVIe siècle, édition de Jean Céard et de Louis-Georges Tin, Paris, Gallimard, 2005
  • L'Invention de la culture hétérosexuelle (dir.), Paris, éditions Autrement, 2008[21]
  • Le Pacte : pour en finir avec les discriminations (dir.), Paris, Autrement, 2011
  • De l'esclavage aux réparations : les textes clés d'hier et d'aujourd'hui, textes réunis et présentés par Louis-Georges Tin, Paris, Les Petits Matins, 2013

Autres[modifier | modifier le code]

  • « Tragédie et politique en France au XVIe siècle », thèse de doctorat soutenue devant l'université Paris Nanterre, 2003
  • Esclavage et réparations : comment faire face aux crimes de l'histoire, Paris, Stock, 2013.
  • Les impostures de l'universalisme, conversation avec Régis Meyran, Paris, Textuel, 2020.

Collaborations[modifier | modifier le code]

  • Henry Phillips, Le Théâtre catholique en France au XXe siècle, avec la collaboration d'Aude Pichon et de Louis-Georges Tin, Paris, Champion, 2007
  • Homosexualité : aimer en Grèce et à Rome. Précédé d'un entretien avec Jean Allouch, textes réunis et présentés par Sandra Boehringer, avec la collaboration de Louis-Georges Tin, Paris, Les Belles Lettres, 2010

Préface[modifier | modifier le code]

  • Philippe Clauzard, Conversations sur l'homo(phobie) : l'éducation comme rempart contre l'exclusion, Paris, L'Harmattan, 2002

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « RADIATION DU CRAN DE LOUIS-GEORGES TIN, DE JOANES LOUIS ET SUSPENSION D’AUTRES MEMBRES », sur le-cran.fr, Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN) (consulté le )
  2. Sarah Vildeuil, « Rien ne va plus au CRAN », (consulté le ).
  3. Notice bibliographique « Tragédie et politique en France au XVIe siècle », dans le catalogue du SUDOC.
  4. Samuel Ghiles-Meilhac, « Qui parle pour les Noirs de France ? », La Vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Compte rendu sur le site de France Culture, mai 2003.
  6. Tin, Louis-Georges., Redburn, Marek, 1968-, Michaud, Alice. et Mathers, Kyle., The dictionary of homophobia : a global history of gay & lesbian experience, Arsenal Pulp Press, (ISBN 9781551522296, OCLC 503446128, lire en ligne).
  7. « Pétition pour la dépénalisation universelle de l'homosexualité », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  8. « Lesbian and Gay Pride de Moscou », Fiertés Lille,‎ (lire en ligne).
  9. Judith Silberfel, « Louis-Georges Tin proposé pour le Prix Nobel de la Paix », (consulté le ).
  10. Marie Bonnisseau, « Louis-Georges Tin en pleine grève de la faim  : un lobbyiste gay (trop?) radical », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  11. Mounia Daoudi, « Le CRAN des Noirs de France », rfi.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. n. c., « Louis-Georges Tin est le nouveau président du CRAN », Respect Mag,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Proposition de loi de M. Bruno Le Roux instaurant une action de groupe en matière de discrimination et de lutte contre les inégalités », Bruno Le Roux,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. Mathilde Doiezie, « Tintin au Congo jugé "toxique" par un collectif antiraciste », lefigaro.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. Laurent Carpentier, « A la Sorbonne, la guerre du "blackface" gagne la tragédie grecque », lemonde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Michel Guerrin, « "Quand ils s’en prennent à la création, les anti-“blackfaces” tombent souvent dans le contresens, historique comme esthétique" », lemonde.fr, 29 mars 2019.
  17. Anne-Sophie Noël, « "Non, le masque grec n’est pas un “blackface”" », lemonde.fr, 29 mars 2019.
  18. « Isabelle Barbéris : "Eschyle censuré, ou quand la moralisation de l'art tourne au grotesque" », lefigaro.fr, 28 mars 2019.
  19. « Radiation du CRAN de Louis-Georges TIN, de Joanes Louis et suspension d’autres membres ‹ Le CRAN », sur le-cran.fr (consulté le )
  20. a et b Charles de Saint Sauveur, « Napoléon, le bicentenaire de la discorde », sur Le Parisien,
  21. Compte rendu de l'ouvrage dans la revue Genre, sexualité & société, n° 2, automne 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]