Michel Albert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albert.

Michel Albert né le à Fontenay-le-Comte en Vendée et mort le à Paris[1]) est un économiste français.

Il a été Secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences morales et politiques du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2010.

Élu le 28 mars 1994 à l'Académie des sciences morales et politiques dans la section Économie politique, statistique et finances, au fauteuil d'Henri Guitton, il a été président de l'Académie en 2004. En économie il est l'auteur de deux célèbres théorèmes. le théorème dit de l'ouvrier spécialisé ou O.S.  : « toute entreprise située dans un pays à haut niveau de vie, et dans le secteur manufacturier, et employant une large part de main-d’œuvre peu qualifiée, est vouée à la faillite ou à la délocalisation. » Son second théorème s'énonce ainsi : « l'emploi est lié à la croissance économique, la croissance est liée à l'état de notre commerce extérieur, et l'équilibre de notre commerce extérieur est lié à l'état de notre appareil productif. »

Le terme « capitalisme rhénan » a été popularisé par l'ouvrage de Michel Albert paru en 1991, Capitalisme contre capitalisme[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Marié à Claude Balland, il a quatre fils, Jean-Marc, Éric, Pierre-Emmanuel et Christophe[3].

Études[modifier | modifier le code]

Diplômé de l’institut d’études politiques de Paris, docteur en sciences économiques, ancien élève de l’École nationale d’administration, Michel Albert en sort comme inspecteur des finances en 1956[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

  • Secrétaire général du Comité Rueff-Armand en 1959[4]
  • Inspecteur général des finances du Maroc (1960)
  • Directeur général adjoint de la Banque nationale pour le développement économique à Rabat (1961-1963)
  • Directeur adjoint (1963-1966) puis administrateur de la Banque européenne d'investissement à Bruxelles (1966-1970)
  • Directeur de la structure et du développement économique à la Commission de la Communauté économique européenne (1966-1969)
  • Vice-président d'Express-Union (1969-1970)
  • Vice-président du conseil de surveillance du groupe Express (1970-1971)
  • Inspecteur des finances de 1re classe (1971)
  • Directeur général de l'Union d'études et d'investissements (1972-1975) et de l'Union de crédit pour le développement régional (Unicrédit)
  • Administrateur d'Unicrédit (1973-1979)
  • Président-directeur général de l'union financière de location de matériel (Unimat) et de l'Union immobilière de crédit-bail pour le commerce et l'industrie (Unicomi) (1973-1975)
  • Commissaire adjoint au Plan (1976-1978)
  • Commissaire général au Plan (1978-1981)
  • Président du groupe Assurances générales de France (AGF) (1982-1994)
  • Membre du Conseil pour la politique monétaire de la Banque de France (1994-2003)

Le 14 mars 2006, il a été élu président d'honneur du Centre international de formation européenne.

Michel Albert est président d'honneur de la section française de l'Union des fédéralistes européens.

Famille[modifier | modifier le code]

Père de quatre garçons (Jean-Marc, Éric, Pierre-Emmanuel et Christophe) et grand-père de neuf enfants (Alice, Basile, Baptiste, Fleur, Roxane, Victor, Chloé et Théophile). Marié à Claude Albert née Claude Balland.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'économiste Michel Albert est décédé », Ouest-France, no 897,‎ , p. 14
  2. « Le capitalisme rhénan, c'est la division du pouvoir », article paru dans Libération, le 4 février 2002.
  3. « Michel Albert », whoswho.fr.
  4. a et b « Mort de Michel Albert », LeMonde.fr, 25 mars 2015
  5. Décret du 13 novembre 2009

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]