C' Chartres Métropole handball

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
C' Chartres Métropole HB
Logo du C' Chartres Métropole HB
Généralités
Nom complet C' Chartres Métropole handball
Surnoms C'CMHB
Noms précédents CS Mainvilliers HB (1969-2004)
Mainvilliers-Chartres HB (2004-2008)
Chartres Mainvilliers HB (2008-2012)
Chartres Métropole HB 28 (2012-2018)
Fondation 1969
Statut professionnel Depuis 2011
Couleurs Bleu de Chartres
Salle Halle Jean-Cochet
(1 200 places)
Siège 40 bis avenue Jean Mermoz
28000 Chartres
Championnat actuel ProLigue 2018-2019 (D2)
Président Drapeau : France Philippe Besson
Entraîneur vacant
Site web www.ccmhb.fr
Palmarès principal
National[1] Division 2 (2019)
Nationale 1 (2011)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe


Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe


Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Saison 2019-2020 du C' Chartres Métropole handball
0

Dernière mise à jour : 20 mai 2019.

Le C' Chartres Métropole handball est un club de handball français situé à Chartres dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

L'association loi de 1901 est fondée en 1969 sous le nom de « CS Mainvilliers handball » en tant que section du club omnisports du même nom. Monté au niveau national dans les années 1980, le club franchit une à une les divisions. Entre 2005 et 2007, l'équipe fanion passe de Nationale 3 à Nationale 1 avec deux promotions successives puis une troisième en 2011 pour monter en Division 2, premier échelon professionnel. En 2015, le club renommé « Chartres Métropole handball 28 » remporte la finale des play-off de D2 et est promu en Division 1. Après l'ASTT Chartres (Tennis de Table) et les French Cubs (Baseball), le CMHB 28 est le troisième club d'Eure-et-Loir à intégrer l'élite de son sport. Mais le groupe ne s'y maintient pas. De retour en seconde division, l'équipe ne parvient pas à remonter malgré le statut de favori à chaque saison. En 2019, le club termine premier de la phase régulière puis remporte les Finales et retrouve ainsi l'élite 3 ans après l'avoir quitée.

Le C' Chartres Métropole handball dispute ses matchs à domicile à la Halle Jean-Cochet, où il évolue en bleu. Depuis septembre 2014, il dispose d'un centre de formation. Le club est présidé par Philippe Besson depuis 1992 et l'équipe première est entraînée par Jérôme Delarue depuis juillet 2018.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dates clés[2]

Les débuts (1969-1987)[modifier | modifier le code]

En septembre 1968, quelques anciens joueurs du cercle laïque de Chartres décident de créer une section handball au sein du « Club sportif de Mainvilliers », dont Jean Piedallu qui devient président[E 1]. Les débuts sont difficiles à une époque où le handball se pratique surtout au niveau scolaire et commence à s'implanter au niveau adulte dans le département. Les rencontres se déroulent souvent en plein air, quel que soit le temps. La construction de la salle des sports Coubertin en 1971 facilite le développement de la section au niveau départemental et régional[3].

Niveau national (1984-2003)[modifier | modifier le code]

En 1984-1985 et 1985-1986, les banlieusards chartrains emmenés par Gilles Blanchouin échouent à la seconde place de Pré-Nationale. En 1986-1987, le CS Mainvilliers HB atteint pour la première fois le championnat de Nationale 3, 400 personnes viennent assister au match décisif contre Gien[E 2].

Un an après, dans sa nouvelle salle, l'équipe se hisse à la seconde place de sa poule de N3 donnant accès au barrage d'accession. Le premier double duel l'oppose à l'autre second, Wattrelos, pour deux rencontres serrés tournant à l'avantage des Euréliens (32-32 dans le Nord et 26-25 au retour). Viennent ensuite les matchs contre le dixième de N2, les PTT Paris, qui détermine qui jouera en quatrième division l'année suivante. Les Mainvillois perdent d'abord d'un but à domicile (24-25) avant d'aller gagner de deux à la capitale (28-30). Après deux montées successives[2], les joueurs décident de s'autogérer en matière d'entraînement[E 2].

La saison 1988-1989 est très correcte avec une cinquième place[E 2].

L’équipe-fanion passe dix ans en N2, entre 1988 et 1998[E 2],[4]. En 1992, le joueur Philippe Besson prend la présidence du club[E 3]. En 1998, il redescend en Nationale 3 et le club se rapproche alors plus d'une association pour le « handball loisir »[5].

Montée en puissance (2003-2011)[modifier | modifier le code]

L’élément déclencheur est l'arrivée de Raoul Prandi, impulsée par l'équipe municipale en 2003[5]. En 2004, le club devient le « Mainvilliers-Chartres Handball », concrétisant un rapprochement entre le club et la Chartres MSD[E 2]. L'année suivante, le recrutement de l'international tunisien Mourad Khabir associé à Prandi, entre autres, met le handball chartrain sur orbite. L'équipe est invaincue et remporte logiquement le championnat de Nationale 3 en 2006. Saša Mitrović renforce à son tour l'équipe et c'est une nouvelle saison invaincue qui offre une seconde promotion de suite au club[E 3],[6], avec le futur international français Valentin Porte déjà dans l’équipe à seize ans[4].

Pour la première saison en Nationale 1, l'équipe du capitaine Mitrović finit à la neuvième place. Elle se sauve lors de la dernière journée devant mille personnes à la Halle Jean-Cochet pour la réception du 4e qui n'a plus rien à jouer, Livry-Villepinte (victoire 34-25)[E 3].

Pour l'exercice 2008-2009, l'équipe première prend le nom de « Chartres-Mainvilliers Handball » tandis que le reste des équipes continuent à évoluer sous la nomination « Mainvilliers-Chartres Handball ». Le club finit à la septième place de N1. Lors de la saison 2009-2010, le club ne passe pas loin de l’accession en ProD2 en finissant quatrième[E 3].

La Fédération française décide alors de limiter la promotion à une seule équipe par poule de Nationale 1 contre deux auparavant. La grande majorité des joueurs reste au club et quatre joueurs expérimentés sont recrutés, dont Thibaut Karsenty. Le budget est sensiblement augmenté grâce aux partenaires. Avec tous ces renforts, l'équipe termine première de la Poule 1 avec 25 victoires et seulement un match nul chez le second, Bordeaux, du jamais vu à ce niveau de compétition[E 3]. L'effectif est alors composé de seize joueurs, dont cinq professionnels et quatre « semi-pro »[7]. Le club se donne le luxe de remporter la finale de championnat contre Massy[E 4]. Au terme de cette saison 2010-2011, Mainvilliers-Chartres voit quatre de ses joueurs élus dans l'équipe-type à leur poste de prédilection : Sylvain Astruc meilleur gardien, Maxime Cherblanc pivot le plus performant pour la troisième fois d'affilée, Saša Mitrović arrière droit et Karsenty s'offre le titre de meilleur demi-centre de la poule 1[8].

Le professionnalisme (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

Pour aborder le mieux possible la deuxième division, Chartres-Mainvilliers recrute un jeune gardien en la personne de Jordan Degeorges et deux arrières expérimentés : Emeric Paillasson et Yacinn Bouakaz. Le budget se situe dans le premier tiers du championnat de ProD2, grâce à la participation des partenaires, et notamment la Ville de Chartres et le Conseil général d'Eure-et-Loir[7]. Pour leur première saison de Pro D2, les rouges et noirs finissent septièmes[E 4]. En Coupe de France, les Chartrains sont éliminés en seizièmes-de-finale contre l'US Ivry, pensionnaire de D1.

Au moment d'attaquer sa seconde saison en deuxième division (2012-2013), la structure professionnelle change à nouveau de nom pour devenir le « Chartres Métropole Handball 28 », l'association s'appelant toujours « Mainvilliers-Chartres Handball ». Deux internationaux français arrivent alors à Chartres : Sébastien Mongin et Sébastien Ostertag. La saison régulière se termine à une cinquième place, qualificative pour les play-offs, dont les chartrains sont éliminés d'un but contre Mulhouse (27-31 puis 30-26) en demi-finale[E 4]. En Coupe de France, nouvelle élimination en seizièmes-de-finale contre Massy (ProD2).

Regroupement des joueurs avant un match lors de la saison 2013-2014.

À l'été 2013, le club réalise un recrutement de haut niveau avec notamment trois joueurs de LNH : Nebojša Grahovac et Thomas Capella de Chambéry ainsi que le parisien Rudy Nivore ; et l'ex-Barjot Pascal Mahé comme entraîneur. Un mauvais début de championnat, une confiance qui s'effrite, un groupe qui se cherche et doit s'adapter à un nouvel entraîneur entraînent des résultats en dents de scie. La déception est grande quand l'équipe termine à la huitième place en 2013-2014[E 5].

Banc de touche en D1.

Le club termine quatrième de ProD2 2014-2015 après avoir été en tête lors de la majorité de la première phase[9] et avec la meilleure attaque (717 buts). Cette place leur permet de participer aux play-off d'accession en LNH pour accompagner le champion, l'US Ivry. En demi-finale, Chartres se fait accrocher par Massy dans sa salle (26-26), les joueurs entraînés par Pascal Mahé s'imposent (23-21) en Île-de-France[10]. En finale, le club d'Eure-et-Loir domine facilement le Mulhouse HSA (32-22) lors du match aller[11]. Le CMHB28 peut compter sur un mauvais début de match adverse ainsi que des Grahovac (17 arrêts dont 3 pénaltys), Molinié (9 buts) et Kieffer (7 buts) efficaces[12]. Malgré sa défaite à Mulhouse (33-26) au retour, Chartres accompagne Ivry dans l'élite[E 5],[13]. La saison 2014-2015 est une réussite pour le club dans toutes les catégories : l’équipe première en LNH, la réserve championne de France de N3, l’équipe 3 en Pré-Nationale, les moins de 18 ans quart-de-finalistes du Championnat de France, les moins de 14 ans champions régionaux et les moins de 12 ans champions d’Eure-et-Loir. La majorité des équipes sont alors au sommet de leur catégorie[4].

Pour sa première saison dans l'élite français, le CMHB 28 est rapidement distancé au classement avec un premier point acquis à la huitième journée. À la fin du mois d’octobre, Pascal Mahé est écarté. Jérémy Roussel insuffle un nouvel élan, sans pour autant éviter la relégation, le CMHB terminant la saison à la treizième place, à cinq longueurs du maintien. À l'inter-saison, Chartres renouvelle dans les grandes largeurs son effectif avec huit départs et sept arrivées. Le club ne compte pas rester plus d’un an en Proligue[14].

De retour en D2 pour la saison 2016-2017 et après une saison régulière assez décevante (5e place avec 8 défaites et 4 nuls) malgré le second budget du championnat, le CMHB28 réalise pourtant de bons play-offs, étant la seule équipe à remporter trois matches. En finale, Chartres croise à nouveau la route de Massy. Battus 26-24, trois jours après leur victoire 28-26 à l'aller, les Chartrains voient l'accession s'envoler au nombre de buts marqués à l'extérieur à la dernière minute du second match[15].

Pour la saison 2017-2018, cette déconvenue n'entame en rien les ambitions du club, qui reste déterminé à accéder à la division supérieure et à s'y installer durablement. Alors qu'il avait déjà le statut de favori la saison précédente, le CMHB28 est à nouveau l'équipe à battre. Il part avec le plus gros budget du championnat (3,17 M€) et la masse salariale la plus importante (1,92 M€). Malheureux dans certains choix l'an passé - cinq des sept recrues de 2016 repartent au bout d'un an - Jérémy Roussel remodèle de nouveau son groupe. Edin Bašić, ancien patron de Chambéry et élu trois fois meilleur demi-centre du championnat de France, le pivot Grégoire Detrez (55 sélections en équipe de France) et l'ailier gauche Rémi Feutrier (international japonais) renforcent le groupe notamment. L'objectif est de s'épargner la loterie des play-offs, et d'aller chercher la première place, qui permettrait de retrouver la D1, deux ans après l'avoir quittée. Cette ambition est aussi celle des collectivités - le principal soutien financier - qui verraient d'un bon œil que le club évolue dans l'élite au moment de la livraison de la nouvelle salle, à l'horizon 2019[16]. Mais la saison est un echec : après la seconde place obtenue, le club est éliminé en demi-finale de play-off.

En avril 2018, la municipalité chartraine impose une identité commune aux principaux clubs de la ville évoluant au niveau national dans les sports collectifs, en déclinant sa marque territoire « C' Chartres » et la couleur dominante pour leur maillot : le bleu de Chartres, un bleu clair[17]. Sous son nouveau nom de C' Chartres Métropole Handball, le club écarte l'entraîneur Roussel et son adjoint Jérôme Delarue lui succède. L'équipe passe de dix-huit joueurs à un groupe de quinze professionnels dont trois jeunes du centre de formation[18]. L'objectif reste la première place et la montée directe en première division[19].

Lors de l'exercice 2018-2019, l'équipe surclasse la Proligue et s'adjuge la première place à deux journées du terme. Notamment grâce aux performances des recrues internationale, Sergiy Onufriyenko et Youssef Benali. Déjà promu grâce à sa première place, l'équipe remporte aussi les play-offs.

Résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Sous l’appellation Mainvilliers-Chartres, le club remporte le championnat de Nationale 3 en 2006 avant d'enchaîner par une seconde montée sans remporter le titre de N2 l'année suivante. Quatre saisons passent puis les chartrains s'imposent en Nationale 1 en 2011. En 2014-2015, le Chartres Métropole HB 28 termine quatrième de ProD2, participant ainsi aux play-off d'accession en Division 1. Les bleu et orange s'imposent en finale et gagnent leur ticket pour la D1.

En Coupe de France, la meilleure performance du club est un quart-de-finale atteint en 2015 et une élimination face au PSG.

Palmarès du C' Chartres Métropole HB
Compétitions nationales Compétitions régionales

Saison par saison[modifier | modifier le code]

Bilan saison après saison depuis 2005
Saison Division Championnat Coupe de France Coupe de la Ligue Entraîneur
Class. Pts M V N D Bp Bc Diff. Play-off
2005-2006 Nationale 3 1er - - - - - - - - - - Non-participant Benoit Guillaume
2006-2007 Nationale 2 1er - - - - - - - - - -
2007-2008 Nationale 1[20] 9e / 14 48 pts 26 9 4 13 816 867 -51 - -
2008-2009 Nationale 1[21] 7e / 14 55 pts 26 14 1 11 828 799 +29 - -
2009-2010 Nationale 1[22] 4e / 14 64 pts 26 18 2 6 779 703 +76 - 8e de finale
2010-2011 Nationale 1[23] 1er / 14 77 pts 26 25 1 0 865 683 +182 Vainqueur 8e de finale
2011-2012 Pro D2 7e / 14 50 pts 26 9 6 11 721 752 -21 - 16e de finale
2012-2013 Pro D2 5e / 14 54 pts 26 12 2 10 706 705 +1 Demi-finaliste 16e de finale
2013-2014 Pro D2 8e / 13 46 pts 24 11 0 13 644 644 0 - 8e de finale Pascal Mahé
2014-2015 Pro D2 4e / 13 54 pts 24 13 4 7 717 675 +42 Vainqueur 16e de finale
2015-2016 LNH 13e / 14 12 pts 26 5 2 19 674 784 -110 - 1/4 finale Barrage Mahé puis Roussel
2016-2017 Proligue 5e / 14 32 pts 26 14 4 8 724 667 +57 Finaliste 16e de finale 8e de finale Jérémy Roussel
2017-2018 Proligue 2e / 14 37 pts 26 17 3 6 729 656 +73 Demi-finales 8e de finale 1er tour
2018-2019 Proligue 1er / 14 46 pts 26 22 2 2 822 726 +96 Vainqueur 8e de finale 8e de finale Jérôme Delarue
Champion
Promotion en division supérieure
Qualification pour les playoffs d'accession
Relégation en division inférieure

Identité et image[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]

Historique des noms
Dates Structure professionnelle Association
1969-2004 - CS Mainvilliers HB
2004-2008 Mainvilliers-Chartres HB
2008-2012 Chartres-Mainvilliers HB Mainvilliers-Chartres HB
2012-2018 Chartres Métropole HB 28
2018-... C' Chartres Métropole HB

En 1969, le club est fondé en tant que section handball du « Club sportif de Mainvilliers ». L'association est alors appelée « CS Mainvilliers handball ». En 2004, le « CS Mainvilliers HB » est renommé « Mainvilliers-Chartres Handball » avec l'incorporation du nom de la grande ville locale[2]. Lors de l'apparition d'une structure professionnelle en 2008, cette dernière prend le nom de « Chartres-Mainvilliers Handball » (le nom des villes est échangé) tandis que toutes les autres équipes du club garde le nom précédent. En 2012, l'équipe première - professionnelle - prend le nom de « Chartres Métropole Handball 28 », l'association se nomme toujours « Mainvilliers-Chartres Handball »[2]. En avril 2018, la municipalité chartraine impose une identité commune aux principaux clubs de la ville évoluant au niveau national dans les sports collectifs, en déclinant sa marque territoire « C' Chartres »[24]. Le CMHB28 devient C' Chartres Métropole Handball[18].

Le logotype du Chartres Métropole Handball 28 comporte le sigle « CMHB28 » avec marqué en dessous sur deux lignes le nom rédigé. Autour du sigle sont dessinés des traits de bleu marine et orange illustrant les mouvements de bras des handballeurs. Le logo de l'association est rectangulaire avec des points tillés dessinant un but de handball sur le coin supérieur droit et l'inscription en rouge « Mainvilliers Chartres Handball » avec à sa droite un ballon de handball sur lequel est inscrit « MCHB ». Lors du renommage en 2018, le club se voit imposer le logo de la marque territoire « C' Chartres » adapté à sa discipline par la municipalité chartraine[24]. Ainsi le « C' » bleu ciel au-dessous duquel « Chartres » en bleu foncé se voit greffer la lettre « H » à droite du C' et « handball » à hauteur de Chartres.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Historique des couleurs[modifier | modifier le code]

Sous les couleurs de Mainvilliers-Chartres, les joueurs évoluaient à domicile avec un maillot rouge et un short noir. Depuis le changement de nom de l'équipe fanion en Chartres Métropole, l'équipe prend les couleurs de la Communauté d'agglomération, avec un ensemble maillot-short à majorité bleu marine, des rappels orange et des chaussettes blanches.

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Mainvilliers-Chartres
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Chartres métropole

Structures du club[modifier | modifier le code]

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut du club et des joueurs[modifier | modifier le code]

Le Chartres Métropole handball est fondée en 1969 en tant que club sportif, régi par la loi sur les associations établie en 1901. Le club est affilié sous le no 0628002 à la Fédération française de handball. Il appartient de plus à la Ligue du Centre de handball et au Comité d'Eure-et-Loir. En 2009, l'association compte un comité directeur de vingt bénévoles qui gère un budget de 350 000 euros et environ 750 licenciés[25].

Les joueurs sont juridiquement sportifs amateurs jusqu'en juillet 2011 et le passage au professionnalisme. En 2010-2011, lors de l'accession en ProD2, l'effectif est alors composé de seize joueurs, dont cinq professionnels et quatre « semi-pro »[7]. Les joueurs se retrouvent à partir de cette date salariés du club et sont rémunérés sur la base d'un contrat. Lors de la saison 2014-2015, l'effectif comprend dix-huit professionnels évoluant en équipe première. Trois joueurs sont à mi-temps et exercent donc une activité en dehors : Thibaut Karsenty, manager du club, ainsi que les gardiens Louis Prévost et Sylvain Astruc[26].

Pour la saison 2015-2016, avant de séparer juridiquement ses secteurs professionnelle et amateur, le CMHB28 investit de nouveaux locaux, près de la Halle Jean-Cochet, et renforce son staff technique et administratif. Le club embauche un troisième éducateur aux côtés des anciens joueurs Romain Vimard et Reda Yesli. La mission est confiée à l'ancien international Sébastien Ostertag, qui met un terme à sa carrière mais reste en Eure-et-Loir. Pas conservé dans l'effectif, le gardien Sylvain Astruc intègre également le staff, sans être salarié à plein-temps, avec comme rôle la préparation spécifique des gardiens de but, ceux de la LNH et du centre de formation[27].

Pour permettre la séparation du secteur professionnel et du secteur amateur, une SAS (société par actions simplifiée) est mise en place début 2019 pour être effective au début de la saison 2019-2020. Elle est chargée de la gestion de l’équipe professionnelle et celle du centre de formation. Elle aura aussi, comme première mission, celle de pérenniser le club en Starligue (D1), de développer la marque C’Chartres. Cette SAS à convention sportive sera présidée par Steeve Baron, l’un des partenaires du CCMHB, sa direction générale est confiée à Raphaël Geslan[28], déjà connu dans le monde du handball pour ses activités passées dans les clubs de Montpellier, Aurillac et Toulouse.

Équipementier et sponsors[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2014-2015, le Chartres MHB28 change d'équipementier et passe chez Kappa pour trois ans[29]. Mais ses nouvelles tenues ressemblent fortement aux précédentes. Seule différence : une bande à motifs sur les maillots blancs extérieur et ceux des gardiens[30]. Mainvillers-Chartres handball compte alors une centaine de sponsors[26].

Le club a comme partenaire principal le Groupe Caisse d'épargne Loire-Centre, soutien de l’équipe depuis l’accession en Nationale 1[31]. En 2012 s'initie un partenariat avec la Mutuelle MFTEL (pour trois ans), dans le cadre de cet accord, les joueurs du CMHB interviennent auprès des enfants en situation de handicap afin de leur faire découvrir la pratique du handball[32]. Il y a aussi Renault Chartres (Groupe Lamirault Automobiles) ainsi qu'avec Century 21 Maitrejean Immobilier[33]. Le magagsin Covent Garden de Chartres est l'habilleur officiel du club[34].

Éléments comptables[modifier | modifier le code]

Le budget prévisionnel du club augmente au fil des saisons et du championnat disputé. En 2009, les bénévoles du club gèrent un budget de 350 000 euros[25]. Lors de la saison 2011-2012 et la montée en ProD2, le budget se situe dans le premier tiers du championnat grâce à la participation des partenaires, et notamment la Ville de Chartres et le Conseil général[7]. Il est à hauteur de 1,2 M€ et est considérablement élevé pour la saison suivante[35] (1,6 M€)[36]. En 2013-2014, Chartres se donne les moyens de ses ambitions avec le deuxième plus gros budget du championnat (environ 2 millions d’euros). En 2014-2015, le budget de Mainvilliers-Chartres handball est de 2,2 M€, le plus gros des clubs d'Eure-et-Loir et le deuxième de ProD2[26]. La petite hausse (environ 5 %) est essentiellement due au coût du centre de perfectionnement[30]. Pour sa première saison dans l'élite, le club est doté d'un budget de 2,935 M€[27] notamment grâce à la ville et à la Communauté d'agglomération[4].

En 2017-2018, après échoué à la remontée malgré le statut de favori, le CMHB28 part avec le plus gros budget du championnat (3,17 M€) et la masse salariale la plus importante (1,92 M€)[16]. Cet investissement sans résultat entraîne, pour la première fois, une réduction de 300 000 € pour 2018-2019[18],[19].

Budget prévisionnel du Chartres Métropole HB 28
Saison 2007-2008 2008-2009 2009-2010 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015 2015-2016 2016-2017 2017-2018 2018-2019
Division Nationale 1 ProD2 LNH Proligue
Budget - - 350 k€ - 1 200 k€ en augmentation 1 600 k€ en augmentation 2 100 k€ en augmentation 2 200 k€ en augmentation 2 935 k€ en augmentation 3 000 k€ en augmentation 3 170 k€ en diminution 2 900 k€
Légende : k€ = milliers d'euros.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Salles[modifier | modifier le code]

Façade de la Halle Jean-Cochet.
Article détaillé : Halle Jean-Cochet.

Les premières rencontres du club se déroulent souvent en plein air, quel que soit le temps. En 1971, la construction de la salle des sports Coubertin[E 1] facilite le développement de la section au niveau départemental et régional. En 1998, la construction de la salle Bernard-Maroquin aux dimensions réglementaires pour les championnats coïncide avec l'accès de l'équipe fanion au niveau national[3].

L'équipe fanion joue aujourd’hui ses matchs à domicile à la Halle Jean-Cochet. Avec sa capacité d'accueil de 1 200 places, le club fait le plein à chaque match de la saison 2014-2015 et surtout la halle Jean-Cochet ne remplit pas le cahier des charges de la première division nationale de handball. Inaugurée en 1991, la halle est en dessous des 1 500 places minimum pour accueillir un match de D1. De plus, fini le parquet multi-tracés, le handball d'élite se joue sur un revêtement au marquage unique, bicolore[37].

Les autres équipes du club accueillent leurs adversaires à la salle Bernard-Maroquin (400 places) situé à Mainvilliers.

Une salle culturelle et sportive est prévue pour 2016 lors de la rénovation du pôle-gare de Chartres. Cette salle très bien desservie est prévue à proximité d'un parking souterrain de 2 800 places et pourra accueillir 3 800 à 4 000 supporters en configuration handball[38].

Centre de formation[modifier | modifier le code]

En février 2014, la direction du club annonce la création de son centre de perfectionnement, centre de formation pas encore labellisé[30], pour la saison 2014-2015[39]. Un mois plus tard, plus de trente joueurs âgés de 17 à 21 ans répondent à l'appel du club pour une journée de détection destinée à former le premier contingent du centre. L'entraîneur de l'équipe fanion, Pascal Mahé, son adjoint et responsable du Pôle espoir, Frédéric Salmon, ainsi que le manager du club, Karsenty, encadre cette journée. Dans sa future structure, le CMHB28 veut laisser de la place à des joueurs locaux et à des pensionnaires du pôle espoirs de Chartres. Le gardien Louis Prévost, Bastien Monnier et Bandjougou Gassama, alors membres du groupe professionnel, sont ainsi susceptibles d'intégrer le centre de formation avec un double projet handball - études obligatoire[40].

Au total, ils sont une dizaine d'éléments à constituer la première promotion (2014-2015). « L'objectif est de réalimenter l'équipe première avec des joueurs formés ici et attachés au club. On n'est jamais sûr du résultat. Mais ce centre de formation correspond à la politique sportive que le club souhaite mettre en place », confie alors Pascal Mahé. Avec la nomination d'un directeur à temps plein de sa nouvelle structure, le CMHB28 poursuit son processus de développement et devance en la matière les exigences de la Fédération française. Un centre de formation n'est réclamé qu'en LNH et de nombreuses dérogations sont délivrées[40].

Pour 2015-2016, le club embauche un troisième éducateur aux côtés des anciens joueurs Romain Vimard et Reda Yesli. La mission est confiée à l'ancien international Sébastien Ostertag, qui met un terme à sa carrière mais reste en Eure-et-Loir. Pas conservé dans l'effectif, le gardien Sylvain Astruc intègre également le staff, sans être salarié à plein-temps, avec comme rôle la préparation spécifique des gardiens de but, ceux de la LNH et du centre de formation[27].

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

Présidents du club
Nom Période
Drapeau : France Jean Piedallu 1969 - 1983
Drapeau : France Michel Bonnefoy 1983 - 1985
Drapeau : France Bernard Sicard 1985 - 1992
Drapeau : France Philippe Besson 1992 - 2019

Le premier président, membre de l'équipe fondatrice, est Jean Piedallu. Il passe la main en mai 1983 à Michel Bonnefoy, qui reste en poste deux saisons. De septembre 1985 à août 1992, Bernard Sicard est à la tête du club.

En 1984, Philippe Besson, futur président, rejoint le club en tant que joueur[3]. Besson joue jusqu'en 1993 après être devenu président en septembre 1992[4]. En 2014-2015, il fête sa 22e saison de présidence, un record au club[26]. Au terme de la saison 2017-2018, l'ancien joueur du club Ghennadii Solomon devient le nouveau vice-président. « C'est une organisation pour préparer la suite », explique Philippe Besson, laissant entendre que l'ancien professionnel serait son successeur à la tête de l’association[18]. Besson, président du Mainvilliers-Chartres HB depuis 1992, prévoit de quitter la présidence du club à l’issue de la saison 2018-2018. Au 1er juillet 2019, si les membres de l’association le souhaitent, la présidence de l’association doit être confiée à Ghennadii Solomon, l’un des ex-joueurs professionnels chartrains[28].

À l'été 2013, un poste de manager général est créé. D'abord proposé à l’entraîneur sortant Benoit Guillaume, il est finalement attribué à Thibaut Karsenty qui l’exécute à mi-temps avec son statut de joueur. Il s'occupe notamment de la logistique des déplacements, de la partie équipementiers/partenaires et encadre une des équipes de jeunes, il ne participe néanmoins pas à la renégociation des contrats tant qu'il est joueur[41].

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Liste des entraîneurs depuis 1984
Période Nom
1984 - 1988 Drapeau : France Gilles Blanchouin
1988 - 1989 Aucun (autogestion)
1989 - 1990 Drapeau : France Michèle Gasnier-Lepagnot
1990 - 1992 Aucun (autogestion)
1992 - 1994 Drapeau : France Vincent Rongeot
1994 - 1995 Drapeau : France Jean-Luc Legall
1995-fév. 1996 Drapeau : France Thierry Debanne
mars 1996-1998 Aucun (autogestion)
1998 - 2013 Drapeau : France Benoit Guillaume
2013-oct. 2015 Drapeau : France Pascal Mahé
nov. 2015 Drapeau : France Delarue-Karsenty (interim)
déc. 2015-2018 Drapeau : France Jérémy Roussel
2018 - 2019 Drapeau : France Jérôme Delarue
Pascal Mahé en mars 2014.

Dès 1978, Gilles Blanchouin est actif au sein du Mainvilliers-Chartres HB. Il est joueur pendant dix ans puis arbitre et entraineur de l’équipe fanion à partir de 1984. Pendant quatre ans, Blanchouin mène l'équipe de la Pré-Nationale à la Nationale 2. En même temps, il intègre le Comité d’Eure-et-Loir de Handball puis la Ligue du Centre et la Fédération française[43]. Après deux montées successives, les joueurs prennent alors la surprenante idée de s'autogérer en matière d'entraînement[E 2].

En 1998, Benoit Guillaume devient l'entraîneur de l'équipe première, alors en Nationale 3. Enfant du CS Mainvilliers, Guillaume est d'abord joueur au club jusqu'en Nationale 2, avant de se consacrer au rôle d'entraîneur en même temps que des emplois d'éducateur sportif[44]. Quinze ans et trois accessions en cinq saisons[45] plus tard, l'équipe est montée en ProD2, l'antichambre de l'élite. En avril 2013, le comité directeur et son président-ami Philippe Besson décident de ne pas le reconduire pour la saison suivante. En CDI, il lui est proposé de rester au club en tant que manager général[46]. Guillaume refuse ce poste et attaque le club en justice pour licenciement abusif[47].

Pour succéder à Benoit Guillaume, c'est le « Barjot » Pascal Mahé, parmi les joueurs les plus capés en équipe de France, qui est choisi[48]. Après une huitième place décevante en 2013-2014, Mahé et ses joueurs terminent quatrième de ProD2 en 2015 avant de remporter les play-off et d'accéder pour la première fois du club en LNH. Après deux mois de compétition compliqué dans l'élite et un premier point acquis à la huitième journée, Mahé est remplacé par Jérémy Roussel, insuffle un nouvel élan. Malgré les quelques victoires obtenues, il ne peut pour autant éviter la relégation et le CMHB termine la saison à la treizième place, à cinq longueurs du maintien[14].

Jérémy Roussel hisse le club en finale de play-off après une cinquième place en phase régulière lors de la saison 2016-2017. L'année suivante, le club termine second mais échoue en demi-finale. Roussel, malgré avoir prolongé son contrat de deux ans en cours d'exercice[49], est écarté au terme de la saison 2017-2018[18].

Jérôme Delarue est choisi en interne pour lui succéder. Au club depuis cinq ans et adjoint de l'équipe fanion depuis quatre[49], Delarue est secondé par Sébastien Ostertag. Ce dernier, ex-international français ayant terminé sa carrière à Chartres, est éducateur salarié au club depuis sa retraite sportive[18].

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Saisons au club
Rang Nom Nbr Période
1 Drapeau : France Alric Monnier 10 2008-2018
2 Drapeau : France Philippe Besson 9 1984-1993
3 Drapeau : Tunisie Mourad Khabir 8 2005-2013
- Drapeau : Serbie Saša Mitrović 8 2006-2014
- Drapeau : France Maxime Cherblanc 8 2008-2016
6 Drapeau : Moldavie Ghennadii Solomon 7 2007-2014
- Drapeau : France Samuel Foucault 7 2009-2016
- Drapeau : France Robin Molinié 7 2012-2019
8 Drapeau : France Raoul Prandi 6 2003-2009
- Drapeau : France Karip Torun 6 2007-2013
- Drapeau : France Sylvain Astruc 6 2009-2015
Capitaines depuis 2007
Rang Nom Période
1 Drapeau : France Raoul Prandi 20??-2007
2 Drapeau : Serbie Saša Mitrović 2007-2013
3 Drapeau : France Maxime Cherblanc 2013-2014
4 Drapeau : France Alric Monnier 2014-2018
5 Drapeau : France Robin Molinié 2018-2019

Au milieu des années 2000, les arrivées successives des internationaux Raoul Prandi (2003)[5], Mourad Khabir (2005) et Saša Mitrović (2006) donnent au club une base qui lui permet de grandir. Le club monte en Nationale 1, bien aidé par la longévité au club de ces joueurs[6]. Capitaine jusqu'en 2007, Prandi prend sa retraite au terme de la saison 2008-2009.

En 2005, l'arrière gauche Mourad Khabir arrive sous les couleurs du Mainvilliers-Chartres. Avant sa venue, le MCHB est en Nationale 3 et bute tous les ans sur la marche supérieure. Son association avec Prandi, entre autres, est l’élément déclencheur. Lors de sa première saison, le club est invaincu en championnat. Puis, en Nationale 2, Mitrovic renforce l'équipe : la base arrière propulse le club vers la Nationale 1 en une seule saison. Quatre saisons en N1 et Mourad Khabir voit une troisième accession, en ProD2, l'antichambre de l'élite française. Au fil du temps, le handballeur passe du statut de joueur vedette à celui de doublure sur un autre poste, celui d'ailier[50]. À partir de la saison 2013-2014, Mourad Khabir ne fait plus partie de l’effectif fanion mais évolue avec l'équipe réserve, pour encadrer les jeunes[51].

Arrivé en 2006, en N2, Mitrović monte de suite en N1 avec Chartres et se voit proposer le brassard de capitaine durant l'été 2007[52]. Meilleur arrière droit de Nationale 1 en 2008-2009, il est éloigné cinq mois des terrains à cause d'une pubalgie[53]. Au terme de la saison 2010-2011, à 38 ans passés, le géant Serbe reprend son titre de meilleur arrière droit de N1[8]. En mai 2014, à 41 ans, il met un terme à sa carrière de joueur professionnel. L’arrière droit vit huit saisons au Chartres MHB 28, de la Nationale 2 à la ProD2. Mitrović continue lui aussi avec la réserve, pour encadrer les jeunes[54], avant de prendre sa retraite sportive en 2016[55].

Alric Monnier, recordman de saisons passées au club.

Formé au club, Alric Monnier revient à Chartres en 2008 après trois ans à Angers. Monnier participe à la montée en ProD2 du club chartrain en 2011 en remportant le championnat de Nationale 1. Début 2014, il se blesse au genou. Pouvant également évoluer sur la base arrière, Monnier est alors l’un des joueurs cadres de l’effectif, notamment en défense[56]. En novembre 2014, Monnier réintègre le groupe chartrain après neuf mois d'absence et est élu capitaine par ses coéquipiers[57]. Arrivé en 2008, il prolonge son contrat en 2016 et se lie au club chartrain jusqu’en juin 2018. « Cette prolongation va m'amener sur ma 10e saison au club. Je suis très fier de cette longévité, car dans le handball actuel, cela n'arrive plus beaucoup. Je suis très attaché à ce maillot sous lequel j'ai vécu plein d'émotions, et rencontré des gars géniaux », se réjouit l’arrière droit, dans un communiqué du club[58].

En 2008, Maxime Cherblanc renforce le collectif Mainvillo-Chartrain[59]. Au terme de la saison 2010-2011, il est élu pivot le plus performant de Nationale 1, et ce pour la troisième fois d'affilée[8] Deux ans plus tard, c'est meilleur pivot de ProD2 qu'il est voté[60]. Durant l'été 2013, Pascal Mahé devient l’entraîneur du Chartres MHB 28 et choisi Cherblanc comme capitaine. Le pivot aborde alors sa sixième saison sous les couleurs chartraines[61]. En 2016, en fin de contrat, il quitte le club après huit saisons dans l'équipe, une longévité égale à celle des premiers joueurs phares du club Khabir et Mitrović.

Plusieurs internationaux rejoignent le CMHB 28 au fil de sa montée en puissance. Outre Raoul Prandi, les Français Sébastien Mongin, Sébastien Ostertag (2012-2015), Yohann Ploquin (2016-2017) ou encore Grégoire Detrez (arrive en 2017) portent le maillots chartrains. Certains étrangers, majoritairement de l'est européen, sont aussi des joueurs majeurs lors de leur passage au club : le moldave Ghennadii Solomon (2007-2014), le bosnien Nebojša Grahovac (depuis 2013), le slovène Borut Oslak (2013-2016), le russe Sergueï Koudinov (depuis 2014).

Effectif 2018-2019[modifier | modifier le code]

Pour la saison 2018-2019, Chartres récupère un pivot qui a disputé une finale de championnat du monde en 2015 avec le Qatar (Youssef Benali), un arrière droit vainqueur du championnat de France 2016 avec le PSG et 3e de la Ligue des champions la même année (Sergiy Onufriyenko), un demi-centre référencé en D2 qui vient de décrocher l'accession avec Pontault-Combault (Aurélien Tchitombi), un international slovaque (Matej Mikita) ainsi qu'un joueur polyvalent rompu à la Proligue (Martin Petiot). Le club décide aussi de donner une chance aux jeunes, avec trois éléments du centre de formation intégrés au groupe pro : Nathan Renaud, Swan Lemarié et Matthias Duriaud[19]. En janvier, le CCMHB se fait prêter l'international tunisien du FC Barcelone, Wael Jallouz[62].

Effectif du C' Chartres MHB pour la saison 2018-2019
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat. Nom Date de naissance Taille Sélection Club précédent Au club depuis Contrat
Gardiens
1 GB Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Grahovac, NebojšaNebojša Grahovac 12 912  (35 ans) 1,91 m Drapeau de Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine Chambéry SH 2013 2018-2020
16 GB Drapeau du Portugal Candeias, RicardoRicardo Candeias 14 265  (39 ans) 1,88 m Drapeau du Portugal Portugal Pontault-Combault 2017 2017-2019
99 GB Drapeau de la France Renaud, NathanNathan Renaud Ballon de handball.svg 7 191  (19 ans) 1,88 m - formé au club -
Ailiers
14 ALG Drapeau du Japon Feutrier, RémiRémi Feutrier 10 856  (29 ans) 1,78 m Drapeau du Japon Japon Chambéry SMBH 2017 2017-2019
17 ALD Drapeau de la France Kieffer, SylvainSylvain Kieffer 13 132  (35 ans) 1,69 m Drapeau d'Algérie Algérie Bordeaux HBC 2014 2017-2019
36 ALG Drapeau de la France Cham, YannickYannick Cham 12 342  (33 ans) 1,92 m - CO Vernouillet 2016 2019-2021
37 ALD Drapeau de la France Benezit, WilliamWilliam Benezit 8 147  (22 ans) 1,85 m - formé au club - 2018-2023
Arrières
99 ARG Drapeau de la Tunisie flèche vers la droite Jallouz, WaelWael Jallouz ([note 2]) 10 274  (28 ans) 1,97 m Drapeau de Tunisie Tunisie Drapeau : Allemagne Füchse Berlin 2019 2019-2020
5 ARG Drapeau de la France Lemarié, SwanSwan Lemarié Ballon de handball.svg 7 506  (20 ans) 1,89 m - formé au club - 2018-2019
13 DÉF Drapeau de la France N'Diaye, ZachariaZacharia N'Diaye 12 800  (35 ans) 1,94 m - Paris SG 2015 2018-2020
15 ARG Drapeau de la France Molinié, RobinRobin Molinié Capitaine 10 504  (28 ans) 1,90 m France junior ES Besançon 2012 2018-2019
18 ARG Drapeau de la Russie Koudinov, SergueïSergueï Koudinov 10 217  (27 ans) 1,95 m Drapeau de Russie Russie Drapeau : Russie ZK Astrakhan 2014 2019-2022
33 ARD Drapeau de l'Ukraine Onufriyenko, SergiySergiy Onufriyenko 12 557  (34 ans) 1,90 m Drapeau : Ukraine Ukraine Pays d'Aix 2018 2018-2020
42 ARD Drapeau de la France Petiot, MartinMartin Petiot 10 115  (27 ans) 1,98 m - US Créteil 2018 2018-2019
82 ARD Drapeau de la Slovaquie Mikita, MatejMatej Mikita 8 979  (24 ans) 1,95 m Flag of Slovakia.svg Slovaquie Drapeau : Hongrie Gyöngyös 2018 2018-2021
Demi-centres
96 DC Drapeau de la France Tchitombi, AurélienAurélien Tchitombi 9 451  (25 ans) 1,85 m - Pontault-Combault 2018 2018-2020
Pivots
8 P Drapeau de la France Duriaud, MatthiasMatthias Duriaud Ballon de handball.svg 8 190  (22 ans) 1,93 m - formé au club - 2018-2019
41 P Drapeau du Qatar Drapeau de la Tunisie Benali, YoussefYoussef Benali 11 710  (32 ans) 1,93 m Flag of Qatar.svg Qatar US Ivry 2018 2018-2020
51 P Drapeau de la France Roche, LouisLouis Roche 10 073  (27 ans) 1,89 m - Bordeaux HBC 2015 2017-2019
Entraîneur(s)

Drapeau : France Jérôme Delarue

Entraîneur(s) adjoint(s)

Drapeau : France Sébastien Ostertag

Préparateur(s) physique(s)

Drapeau : France Robin Moreau

Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Thierry Georges
  • Drapeau : France Benoît Laval
  • Drapeau : France Paul Ruellan
Médecin(s)

Drapeau : France Sébastien Le Garrec

Manager général

Légende
  • P. : Poste
  • Nat. : Nationalité
  • Capitaine : Capitaine
  • Joueur en prêt entrant : Joueur prêté par un autre club
  • Joueur au centre de formation : Joueur au centre de formation
———

Dernière mise à jour : janvier 2019 Consultez la documentation du modèle

Autres équipes[modifier | modifier le code]

Équipe réserve[modifier | modifier le code]

Palmarès de l'équipe réserve
Compétitions nationales Compétitions régionales

En 2013-2014, l'équipe réserve de Mainvilliers-Chartres accède en Nationale 3 en étant invaincu. Aidès par quelques glorieux anciens : Mitrović, Solomon, Romain Vimard, Reda Yesli, Khabir et Frédéric Capitain[note 3] ; les jeunes atteignent l'objectif fixé par le club de faire monter une seconde équipe au niveau national. Avec l'ouverture du centre de perfectionnement pour la saison 2014-2015 et le recrutement de Jérôme Delarue, chargé de sa mise en place et de la gestion de l'équipe[63], cela permet de constituer l'ossature de l'équipe promise à l'accession directe en Nationale 2[40].

À partir de la saison 2014-2015, l'équipe réserve passe aussi sous le nom de « Chartres Métropole Handball 28 » comme l'équipe fanion[26]. Le championnat est facile pour l'équipe B avec 22 victoires en autant de matches, la meilleure attaque et la meilleure défense de la poule 2. Renforcée à l’intersaison par la prise de recul des anciens cadres de la ProD2 comme le capitaine Saša Mitrović ou le pivot Ghennadii Solomon, le groupe obtient le droit de disputer la finale de N3 à la Halle Carpentier à Paris, face au champion d'Outre-mer[64]. Au coup de sifflet final, Chartres s’impose et inscrit pour la deuxième fois son nom au palmarès de la Nationale 3 Masculine, neuf ans après ses ainés[65]. Cette même année, l'équipe 3 du club est promue en Pré-Nationale[27].

Équipes jeunes[modifier | modifier le code]

Valentin Porte est la vitrine de la formation chartraine.

Entre 2006 et 2008, le futur international français Valentin Porte évolue en juniors au club. En même temps, Quentin Minel y fait aussi ses gammes[66].

En 2014-2015, les moins de 18 ans atteignent les quarts de finale du championnat de France (top 8 français) et les moins de 14 ans remportent le titre régional. Pour 2015-2016, le club embauche un troisième éducateur aux côtés des anciens joueurs Romain Vimard et Reda Yesli. La mission est confiée à l'ancien international Sébastien Ostertag, qui met un terme à sa carrière mais reste en Eure-et-Loir[27].

Le C' Chartres Métropole HB dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Supporters[modifier | modifier le code]

Un groupe de supporters appelé les « Orange H'and Blue » voit le jour en octobre 2013, à l'aube de la troisième saison du club en Pro D2. L'initiative est menée par plusieurs jeunes passionnés du club, présents dans la Halle Jean-Cochet depuis alors plusieurs années. Lors de la saison 2014-15, un autres groupe de supporters voit le jour, nommé la Brigade 28, il est le groupe le plus influant du club. Comptant une dizaine de membres, ils sont présents à chaque match a domicile et à plusieurs matchs à l'extérieur.

Lors de la saison 2014-2015, le club compte 160 abonnés qui viennent encourager les handballeurs chartrains tous les quinze jours à la halle Jean-Cochet[26].

Pour la montée dans l'élite en 2015-2016, grâce à la mise en place d'une billetterie informatisée et à la numérotation des sièges de la halle Jean-Cochet, les tickets peuvent être réservés sur internet[27].

Affluences[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2014-2015, 1 200 spectateurs remplissent la Halle Jean-Cochet en moyenne. Lors de la finale aller des play-offs contre Mulhouse, ils sont 1 400 supporters, un record. Deux heures avant le match, environ cent personnes attendent devant la halle, et une heure avant le début de la rencontre la salle est déjà pleine[26].

Relations avec les médias[modifier | modifier le code]

Comme la commune de Chartres, le club est couvert par l'Écho républicain, la radio Intensité, la web-tv le28.tv.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le nom de l'association reste inchangé pour les autres équipes du club.
  2. Arrivé en janvier 2019.
  3. Seul quatre d'entre eux sont autorisés à jouer par match.

Ouvrage de référence[modifier | modifier le code]

  • Gérald Massé & Romain Léger, Les exploits des sportifs d'Eure-et-Loir : 1965-2015, Dreux, Antipodes, , 336 p. (ISBN 978-2-9553628-0-8)

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. a b c et d « Historiques », sur cmhb28.com (consulté le 11 juin 2015)
  3. a b et c « Zoom sur ... Mainvilliers et le handball », sur chartres-metropole.fr (consulté le 11 juin 2015)
  4. a b c d et e « Tout pour le maintien ! », Chartres, votre ville, no 147,‎ , p. 28 à 30 (lire en ligne, consulté le 3 aout 2015)
  5. a b et c « Le président de Chartres MHB28 espère « être encore en LNH dans dix ans ! » », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 9 juin 2015)
  6. a et b « Après huit saisons à Chartres, le Tunisien raccroche », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 9 juin 2015)
  7. a b c et d Philippe Besson et Chartres-Mainvilliers Handball en Pro D2 sur interhebdo.fr, le 27 mai 2011.
  8. a b et c « Chartres et Belfort primés », sur handzone.net, (consulté le 12 juin 2015)
  9. « Chartres MHB28 (handball), UBCM (basket), FCC (football) et RCM (rugby) », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 5 novembre 14)
  10. « Chartres en finale, Cherbourg s'en rapproche », sur lequipe.fr, (consulté le 4 juin 2015)
  11. « Chartres a un pied en D1 », sur lequipe.fr, (consulté le 4 juin 2015)
  12. « Chartres touche déjà la LNH », sur handnews.fr, (consulté le 4 juin 2015)
  13. « Chartres rejoint l'élite », sur lequipe.fr, (consulté le 8 juin 2015)
  14. a et b « Proligue - Le Tour des clubs: Chartres ne veut pas s'éterniser », sur lnh.fr, (consulté le 27 janvier 2017)
  15. « Le Chartres MHB28 complètement groggy », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 6 juin 2017)
  16. a et b « Tout ce qu'il faut savoir sur la saison de Chartres MHB28 », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 14 septembre 2017)
  17. « C' Chartres : les principaux clubs sportifs de la ville réunis sous la même marque », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 23 avril 2018)
  18. a b c d e et f « Le tandem Delarue - Ostertag officialisé sur le banc de C' Chartres Métropole Handball », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 4 juillet 2018)
  19. a b et c « Le C’Chartres MHB effectue sa rentrée des classes, ce mardi soir », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 27 juillet 2018)
  20. Classement de Nationale 1 saison 2007-2008 sur handzone.net.
  21. Classement de Nationale 1 saison 2008-2009 sur handzone.net.
  22. Classement de Nationale 1 saison 2009-2010 sur handzone.net.
  23. Classement de Nationale 1 saison 2010-2011 sur handzone.net.
  24. a et b « C' Chartres : les principaux clubs sportifs de la ville réunis sous la même marque », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 23 avril 2018)
  25. a et b « Mainvilliers-Chartres Handball - La communication d'un club sportif », sur ccmp.fr (consulté le 17 juin 2015)
  26. a b c d e f et g « CMHB28 : le club phare en Eure-et-Loir », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 12 juin 2015)
  27. a b c d e et f « Chartres Métropole Handball 28 se prépare à entrer dans le grand monde », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 24 juin 2015)
  28. a et b « Le C'Chartres MHB entre dans l'ère professionnelle », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 19 décembre 2018)
  29. Un nouvel équipementier pour le CMHB28 sur Radio Intensité, le 17 juin 2014.
  30. a b et c « Nombreuses nouveautés mais objectif inchangé pour Chartres », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 17 juin 2015)
  31. « L’Ecureuil partenaire de Chartres Mainvilliers Handball », sur blog.caisse-epargne-loirecentre.fr, (consulté le 18 juin 2015)
  32. « La Mutuelle MFTEL devient partenaire officiel de Chartres Mainvilliers Handball », sur mftel.com, (consulté le 18 juin 2015)
  33. « PARTENAIRE DU HANDBALL A CHARTRES », sur century21maitrejean.com, (consulté le 18 juin 2015)
  34. « J.6: Nancy! Objectif : rester invaincus! », sur cmhb28.com, (consulté le 18 juin 2015)
  35. « Sébastien Mongin signe à Chartres », sur handzone.net, (consulté le 17 juin 2015)
  36. « Philippe Besson dresse le bilan du CMHB28 et évoque la prochaine saison », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 17 juin 2015)
  37. « Des aménagements à la halle Jean-Cochet », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 9 juin 2015)
  38. « Fiche du CMHB 28 », sur ff-handball.org
  39. Création du centre de formation sur le site officiel, le 25 février 2014.
  40. a b et c Chartres MHB28 a organisé une journée de détection dans l'Écho républicain, le 20 mars 2014.
  41. L’ailier gauche devient manager général du CMHB28, sur le site officiel.
  42. « Organigramme », sur ccmhb.fr (consulté le 8 janvier 2019)
  43. « Un médaillé d'Or au MCHB ... Gilles Blanchouin !! », sur mainvillierschartres-handball.over-blog.com, (consulté le 11 juin 2015)
  44. « CV Benoit Guillaume », sur lorraine-handball.com (consulté le 9 juin 2015)
  45. « Benoît Guillaume non reconduit », sur handnews.fr, (consulté le 9 juin 2015)
  46. « Le président Philippe Besson officialise le changement d’entraîneur », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 9 juin 2015)
  47. « Benoît Guillaume gagne contre son ancien club de handball », sur cac47.fr, (consulté le 9 juin 2015)
  48. « Pascal Mahé, un "Barjot" arrive à Chartres », sur handzone.net, (consulté le 9 juin 2015)
  49. a et b « Philippe Besson, président du C’ Chartres Métropole Handball : "Personne ne m'a demandé de partir" », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 4 juillet 2018)
  50. « Entretien avec... Philippe Besson (Chartres Mainvilliers) », sur handzone.net, (consulté le 11 juin 2015)
  51. « Après huit saisons à Chartres, le Tunisien raccroche », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 11 juin 2015)
  52. « Sasa Mitrovic, arrière droit de Chartres Métropole HB 28 », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 11 juin 2015)
  53. « Le grand retour de Sasa Mitrovic », sur hand-planet.com, (consulté le 11 juin 2015)
  54. « Le Franco-Serbe Sasa Mitrovic met un terme à sa carrière de joueur professionnel », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 11 juin 2015)
  55. « Yann Lemaire nommé à la tête de l’équipe réserve de Chartres », sur hand-planet.com, (consulté le 21 novembre 2017)
  56. « Rupture des ligaments pour Alric Monnier ? », sur handnews.fr, (consulté le 8 juin 2015)
  57. « Alric Monnier est de retour aux affaires avec le Chartres Métropole Handball 28 », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 8 juin 2015)
  58. « Prolongations de contrat pour Monnier et Molinié », sur lnh.fr, (consulté le 22 mars 2017)
  59. « Maxime Cherblanc à Mainvilliers-Chartres », sur handzone.net, (consulté le 8 juin 2015)
  60. « Maxime Cherblanc et Emeric Paillasson élus meilleurs joueurs de Pro D2 », sur intensite.net, (consulté le 8 juin 2015)
  61. « Maxime Cherblanc : "C'est un honneur pour moi de me voir confier le rôle de capitaine." », sur hand-planet.com, (consulté le 8 juin 2015)
  62. « Wael Jallouz, à Chartres pour se relancer ? », sur handnews.fr, (consulté le 26 avril 2019)
  63. « Accession de la réserve en N3 et recrutement d'un responsable du centre de formation », sur cmhb28.com, (consulté le 17 juin 2015)
  64. « Le grand chelem chartrain ! », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 8 juin 2015)
  65. « Chartres s’offre le doublé », sur ff-handball.org, (consulté le 15 juin 2015)
  66. « Le Courvillois a signé son premier contrat professionnel avec Créteil », sur lechorepublicain.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]