Donzy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Donzy.
Donzy
Vue du vieux Donzy lors de la brocante de Pâques.
Vue du vieux Donzy lors de la brocante de Pâques.
Blason de Donzy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Cosne-Cours-sur-Loire
Canton Donzy
Intercommunalité Communauté de communes en Donziais
Maire
Mandat
Jean-Paul Jacob
2008-2014
Code postal 58220
Code commune 58102
Démographie
Gentilé Donziais
Population
municipale
1 613 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 18″ N 3° 07′ 29″ E / 47.3716666667, 3.12472222222 ()47° 22′ 18″ Nord 3° 07′ 29″ Est / 47.3716666667, 3.12472222222 ()  
Altitude Min. 160 m – Max. 273 m
Superficie 63,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Donzy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Donzy
Liens
Site web mairie-donzy.fr

Donzy est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Ses habitants sont appelés les Donziais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Donzy est situé au confluent de deux rivières : la Talvanne et le Nohain. Avec une superficie de 6 318 ha, elle est la commune la plus étendue du département.

Géologie[modifier | modifier le code]

Son territoire est coupé en deux par la vallée encaissé du Nohain présentant un goulet de rétrécissement de 85 mètres. Un plateau perché à 195 mètres d'altitude, au sol argilo-calcaire s'étend sur la rive droite. Les premiers monts du nivernais sont situés à une altitude de 220 mètres et comportent un sol silico-argileux, situés sur la rive gauche. Puis en aval de la ville la vallée s'écarte sur 200 mètres en direction de Lyot et du bois de Couy.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La présence de l'eau vaut à Donzy d'être appelé la petite Venise

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Les Attramois - L'Aubron - Bagneaux - Le Bailly - Le Beau-Chêne - La Belle-Étoile - La Bertine - Le Blanc-Gâteau - Le Bocard - Le Bois des Avis - Bois de l'Éminence - Le Grand Bois-Dieu - Le Petit Bois-Dieu - Bois-Gratton - La Bretonnière - La Grande Brosse - La Petite Brosse - Les Buffats - Les Cabets - Le Carré-Courcy - Cartier au Loup - Champromain - Champ des Cabets - Champ de la Fée - Champ de Gehenne - Champ Roland - Le Chapiteau - Chassenay - Chatelaine - Châtres - La Chaume Martin - Chandeliers - Chenevières - Le Colombier - Le Commandeur - Le Courtil-au-Loup - Crézan - Le Grand Crezan - Le Petit Crezan - Le Criot-de-l'Épeau - Les Criots-de-la-Motte - Donzy-le-Pré - L'Éminence - L'Entonnoir - L'Épeau - L'Ermitage - La Fontaine-d'Antan - Fontbout - La Gâtine - La Georgerie - Les Goths - Grand-Champ - La Grilloterie - Gué-de-Géhenne - Lyot - Malgouverne - Le Manoir - Marquereau - Les Mauduits - Les Palus - Les Petites-Maisons - Les Pichons - Le Point-du-Jour - Les Poiriers - Pontcharrault - La Prairie Saint-Jean - Les Rollands - St-Jean - St-Martin-du-Pré - Les Terres de la Motte - Terres de l'Entonnoir - La Tuilerie - Les Vallées - La Vallée Boulat - Vauchery - Villarnou

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Donzy
Pougny Alligny-Cosne Perroy
Saint-Martin-sur-Nohain Donzy Couloutre
Colméry
Suilly-la-Tour Sainte-Colombe-des-Bois Cessy-les-Bois

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des enclos circulaires existent dès l'âge du fer sur le territoire de Donzy au Hallstatt: Un aux Chandeliers de près de 35 mètres de diamètre, ainsi qu'une autre plus petite au Champ des Cabets, d'un diamètre de 25 mètres et de La Tène existent des enclos carrés à usage funéraire aux Poiriers, à proximité du Bois des Avis, trois l'un près de l'autre, deux de 16 mètres et le troisième de 10 mètres de côté avec un chemin à l'Est et des fosses[1]. Un autre se situe près de Crézan et fait 22 mètres de côté avec un structure ovoïde et un plus petit de 8 mètres de côté dans la parcelle voisine. Des traces de cheminement furent constatées dans le Bois de l'Éminenceavec des enclos quadrangulaires. Des traces d'enceintes quadrangulaires fossoyées et de différentes tailles se trouvent dont à Blanc Gâteau, une à cloisonnement interne dans La Prairie Saint-Jean, deux autres trapézoïdales au Champ de la Fée et aux Chenevières, d'autres aux Mauduits, La Chaume Martin , La Vallée Boulat , Les Chandeliers , Champ Roland , Les Terres de la Motte, Grand-Champ , La Georgerie , Les Terres de l'Entonnoir. Un qui se révèle être particulièrement intéressante, aux angles arrondis et de formes rectangulaire et avec une entrée sur le milieu du petit côté, au Nord. Elle fait environ 100 mètres dsur 40 mètres, sur la rive Est du Fontbout dans le Champ de Gehenne. Il est difficile dans donner une interprétation car elles ne furent pas sondées.

Des portions de voies furent également identifiées grâce à la persistance de leurs fossés; à Terres de Gâtine, Le Champ de la Gâtine, Grand-Champ, la Grande Gâtine est elle très large et rectiligne, elle se poursuit vers l'Est en direction des Fourgonneries à Perroy

D'autres sites furent trouvés : une motte féodale dans la parcelle Au Cartier au Loup? et un plan carré de quarante mètres de côté dans le Pré de la Motte[2]?

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

On retrouve les premières traces de Donzy au VIe siècle sous le nom de Dominiacus.

Donzy a été la capitale d’une baronnie et l’un des fiefs les plus importants de Bourgogne.

Lors des guerres de Religion, les chanoines réguliers de l’Saint-Augustin, officiants de l’église de Donzy, souhaitèrent mettre à l’abri les reliques de saint Caradeuc, patron de leur église depuis 1180. Ils choisirent pour cela l’église de Thury, dont les prieurs-curés étaient aussi de l’Ordre de Saint-Augustin et parce que la paroisse semblait éloignée des incursions des bandes calvinistes. Hélas, en 1587, une troupe de "reîtres" allant rejoindre sur la Loire l’armée de Henri de Bourbon (futur Henri IV) pillèrent et rançonnèrent la paroisse, et ayant découvert la châsse de saint Caradeuc la brisèrent et jetèrent à la rue les reliques qu’elle contenait.

Mais plusieurs habitants de la paroisse les ramassèrent et les remirent au prieur-curé qui les plaça en lieu sûr en attendant des jours meilleurs. Edmond Morin, prêtre-vicaire de Thury, Gilles Chevau, procureur fiscal, Julien Imbault et Pierre Coulade ont attesté par serment que les ossements ramassés par eux étaient bien ceux de saint Caradeuc.
En foi de quoi ils ont signé de leur nom un procès-verbal sur un parchemin daté de 1612 attestant que les saintes reliques furent déposées dans une nouvelle châsse par Messire Jean Hasard, chanoine régulier de St Martin de Nevers, en présence des fidèles réunis dans l’église paroissiale, le 21 mars 1612.

En 1616, Donzy, qui soutenait le parti de Charles de Gonzague et de Condé et qui était défendu par Pierre de Gayardon II[3],[4] Siège de Donzy par les troupes du roi commandée par le maréchal de Montigny. Parmi ces troupes se trouve le régiment du Bourg de Lespinasse. La ville eut à supporter quelques dommages[5]

22 août 1688 : Mgr André Colbert, 102e évêque d’Auxerre, fait effectuer la translation des reliques de saint Caradeuc dans la nouvelle châsse en bois doré qu’il a demandé, avec la vérification du certificat du 21 mars 1612 authentifiant lesdites reliques[6].

Donzy a été unie au comté de Nevers par le mariage du baron Hervé IV avec Mahaut de Courtenay, héritière du comte de Nevers.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Sous le Second Empire, Donzy était appelé Donzy-l’Impérial.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, 106 Donziais sont morts et 15 sont décédés lors de la Seconde.

Article détaillé : Massacre de Donzy.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jean-Paul Jacob   Notaire
mars 2001 mars 2008 Bernard Devin   Instituteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 613 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 100 2 109 3 500 3 067 3 566 3 635 3 791 3 978 4 053
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 946 4 047 4 041 3 804 3 935 3 638 3 550 3 532 3 095
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 877 2 876 2 866 2 502 2 387 2 237 2 159 2 068 1 911
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 935 1 898 1 908 1 890 1 719 1 659 1 640 1 637 1 613
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8])
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Caradeuc.
  • L’ancienne église Notre-Dame-du-Pré a été construite en 1107 par Hervé II sous le règne de son frère Geoffroy III, baron de Donzy. Cette église relevait de l’abbaye de Cluny dont elle est l’un des plus remarquables chefs-d’œuvre.
  • Le moulin de madame Pradalier est le seul encore en activité en 2012. On y produit de l'huile de noix et de noisettes depuis 150 ans.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis Dumur (1863-1933), écrivain suisse, a situé l’action de son roman Un Coco de génie à Donzy (Mercure de France, 1902).
  • Yves Hézard, cycliste professionnel de 1971 à 1981, est né à Donzy en 1948.

Sur les autres projets Wikimedia :

Page d’aide sur l’homonymie Henri Prévost redirige ici.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Donzy a connu une très relative célébrité, en effet ses électeurs avaient depuis des années la particularité de voter « comme l’ensemble de la France ». Les résultats électoraux étaient souvent quasi identiques (parfois même au dixième près, selon le maire en fonction jusqu’en mars 2008, M. Bernard Devin), aux résultats nationaux[12],[13].

En 2007, les Donziais avaient voté comme l’ensemble de la France. Pour le deuxième tour, Nicolas Sarkozy était élu à Donzy, mais il y avait un petit décalage par rapport aux résultats du vote de la France entière.
Les médias se sont beaucoup intéressés à ce phénomène avant le premier tour. Cette belle régularité s'est démentie au premier tour de l'élection présidentielle de 2012 : les Donziais ont placé N. Sarkozy en tête avec 27,2 % des voix devant F. Hollande qui obtient 25,5 %.Mais ils se sont rattrapés au second tour en plaçant François Hollande à 50.6%.

Une des autres curiosités de Donzy est que son église Saint-Caradeuc arbore le drapeau tricolore ainsi que la devise républicaine « Liberté, Égalité, Fraternité » sur sa façade. Ceci serait dû à des divergences entre le maire anticlérical et le curé à la fin du XIXe siècle.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« D’azur, à onze billettes d’or, posées 4, 4 et 3. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Présence confirmée par le Centre de recherche géophysique du CRG de Garchy
  2. Alain Bouthier, Donzy vu du ciel, origine du peuplement
  3. Pierre de Gayardon II seigneur de Luré, de Bordes, de Milleries, gouverneur du château et de la citadelle de Donzy fils de Pierre de Gayardon qui s'établit dans le Forez et épousa le 6 janvier 1432 Blanche de Saint Lancier
  4. Dictionnaire généalogique, héraldique, chronologique et historique Les Gayardon de Grésolles (Grézolles) page 798
  5. Mémoires pour servir à l'histoire civile, politique et littéraire…, Volume 1 Par Jean-Baptiste La Rochelle, Pierre Gillet...
  6. AD89 - Archives ecclésiastiques - série G, clergé séculier
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  9. Abbé François Boutillier, Notice sur la vie et les oeuvres de Mgr Crosnier, G. Vallière, 1881
  10. Les Guillotinés de la Révolution Française
  11. Jean-Michel Marchand (préf. Bernard Thévenet), Figures du cyclisme nivernais : 1900 - 2008, Varennes-Vauzelles,‎ novembre 2008, 286 p. (ISBN 9-782953-316803), p. 205.
  12. (en) Article de The Economist du 22 mars 2007. Le sujet est également traité dans au moins trois articles du Figaro (archives payantes).
  13. (en) BBC NewsThe French village that predicts results of presidential elections

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Donzy.

Iconographie, cartographie[modifier | modifier le code]

  • Amédée Jullien, Plan de Donzy la Ville, le Château fort, les faubourgs, les monuments et les fortifications , 1878, reproduit sur la dernière de couverture, sur deux pages de la Camosine n° 153

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La charte de départ pour la Terre Sainte de Gaucher de Châtillon, baron de Donzy, Henri de Flamare - G. Vallière - 1888 - sur le site de la Bibliothèque numérique de l'École des chartes
  • Les vies extraordinaires de Hervé IV, baron de Donzy, comte de Nevers, et de Mahaut de Courtenay, Jack Bierre - Imp. Delayance - 1977
  • Sylviane et Georges Narcy, préface de Jean-Paul Jacob, illustations de Jean-Marie Notebaert, Alain Bouthier, Donzy, dans Les Annales des Pays Nivernais - la Camosine - n° 153, 2013, 48.p. plans, cartes, nomb ill. n & coul.
  • , Alain Bouthier, Un maître de forges et marchand de fer nivernais au début du XVIIIe siècle:Jacques-François Rappin, Le Marteau Pilon, 1996, VIII: 65-78
  • Alain Bouthier, Les forges de Donzy (L'Éminence et Bailly), et le fourneau de Chandou à la fin du XVIIIe siècle: équpements et pratiques, Le Marteau-Pilon, 2000, XII:21-34.
  • Alain Bouthier, L'expansion de la métallurgie en Nivernais au début du XVIIe siècle, La Nièvre, le royaume des forges. La métallurgie nivernaise, Inventaire des forges et fourneaux de la Nièvre, Nevers, Musées de la Nièvre, études et documents n°8, 2006:13-14.
  • Alain Bouthier, La forge et le fourneau de l'Épau à Donzy. Rapports avec la métallurgie berrichonne, Le Marteau-Pilon, 2005, XVII, 29-38.
  • Alain Bouthier, Les débuts des établissements métallurgiques de Donzy-le-Pré, Le Marteau-Pilon, 2006, XVIII, 33-34.
  • Alain Bouthier, La réaction au Copup d'État du 2 décembre 1851 et sa répression dans l'arrondissement de Cosne-sur-Loire
  • Guy Coquille, Histoire du Duché de Nivernais
  • Abbé Jean Lebeuf, Histoire civile et religieuse de l'évêché d'Auxerre
  • Jean Née de La Rochelle, Histoire du Nivernais
  • Abbé Rouger, Mémoire sur ce qui concerne Donzy, ms
  • Abbé Crosnier, Notes sur Donzy et participation à l'Album du Nivernais de Morellet-Barrat-Bussière
  • René de Lespinasse, Hervé IV de Donzy et Le Nivernais, et les Comtes de Nevers
  • Armand Bedu, Histoire de Donzy ms, et sa contribution à l'Album du Nivernais d'Amédée Jullien
  • René Surrugue, Histoire du Nivernais
  • Augustin Nozet, Donzy et le Donziais
  • Jacques Bierre, Hervé IV et Mahaut de Courtenay
  • Jean-Bernard Charrier, Géographie de la Nièvre (CRDP Dijon, 1976)
  • L. Pouillon & M. Lallemand (Delayance), Géographie de la Nièvre
  • Jean-Paul Chauffour, Monographie du Canton de Donzy , 1973
  • Conseil Général de la Nièvre, Cantonoscope du canton de Donzy, 1993
  • Chanu et Bardet, Paroisses et communes de France, Dictionnaire d'histoire administrative et démographique, CNRS, 1979.
  • INSEE, Chiffres de la démographie de la Nièvre de 1809 à 1990
  • Association pour la Sauvegarde de la Chapelle des Brosses
  • Jean-Frédérick Grevet architecte du Patrimoine, Étude préalable de la restauration de la chapelle
  • Annie Delaitre, Maurice Mignon, 2005
  • René Louis, Un humaniste nivernais: Maurice Mignon , 1934.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]