Vielmanay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vielmanay
L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Cosne-Cours-sur-Loire
Canton Pouilly-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes Loire et Vignoble
Maire
Mandat
Joël Pot
2014-2020
Code postal 58150
Code commune 58307
Démographie
Population
municipale
185 hab. (2014)
Densité 8,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 03″ nord, 3° 06′ 55″ est
Altitude Min. 172 m – Max. 247 m
Superficie 21,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Vielmanay

Géolocalisation sur la carte : Nièvre

Voir sur la carte topographique de la Nièvre
City locator 14.svg
Vielmanay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vielmanay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vielmanay

Vielmanay est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vielmanay est un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord-est de La Charité-sur-Loire (Nièvre). À l'écart des principaux axes de circulation, la commune, qui s'étend sur plus de 21 km2, ne compte que 189 habitants (recensement de 2013).

Outre le bourg, la commune regroupe une petite vingtaine de hameaux et de domaines isolés : Bellevue, la Bonnetterie, les Brunets, Coche, les Hottes, les Jolis, la Jouganderie, le Lignou, la Mie au Roy, Pète-Loup, la Piquerie, les Pivotins, les Princelets, les Revenus, la Ronce, la Sansonnerie, la Tour et Vieux-Moulin.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Suilly-la-Tour Sainte-Colombe-des-Bois Rose des vents
Garchy N Châteauneuf-Val-de-Bargis
O    Vielmanay    E
S
Narcy Nannay

Toponymie[modifier | modifier le code]

On relève les formes suivantes du nom de la commune : Mannacense monasterium (VIe siècle), Le Viel-Manay (1526), Mannayum (1535), Le Viel-Mannay (1576) et Manay (1678)[1].

Le nom de la commune viendrait du nom d'homme gaulois Mannus et du suffixe -acum[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site de Vielmanay est habité dès l'époque gauloise[3].

En 596 le règlement de saint Aunaire, 18e évêque d'Auxerre (572-605), fait mention d'un monastère à Mannay[4]. Saint Aunaire, décédé en 603 ou 605, lègue la terre de Manay (qui fait partie de la paroisse de Bouzy) à l'église Saint-Étienne d'Auxerre[5].

Au Moyen Âge, création du monastère du Person[réf. souhaitée]. L'abbaye de Coche est fondée en 1218 par Hervé IV de Donzy († 1222) et sa femme Mahaut de Courtenay (~1188-† 29 juillet 1257). Elle se trouve au bord de l'Asvins, en lisière des bois de Bellary, non loin du hameau actuel de Coche à 1,5 km au nord-ouest du village[6].

En 1425, Perrinet Gressart, aventurier au service du duc de Bourgogne, se vante d'avoir recouvré les places de Châteauneuf-Val-de-Bargis et de Vieux-Moulin (Vielmanay).[réf. souhaitée]

Vers 1560, l'abbaye de Coche est détruite par les huguenots[6].

Le 20 août 1685, visite d'André Colbert, 102e évêque d'Auxerre (1676-1704) ; à cette occasion, on apprend que la paroisse compte environ « 488 ames dont il y a environ 300 co[mmun]ians, qu'il y a plusieurs maisons eparses et separéez les unes des autres […]. Il n'y a ny jureurs ny blasphemateurs publics et autres personnes semblables. Il y en a plusieurs parmy ceux qui sont charbonniers, mineurs, chartiers et autres personnes semblables qui jurent par mauvaise habitude. Et sur ce que nous avons sceu qu'autres fois il se faisoit parmy lesd[its] charbonniers et mineurs un serment particulier fort mechant, led[it] s[ieu]r nous a asseuré qu'ils n'estoient plus dans cette pratique. »[7].

Le 5 octobre 1788, le nouveau cimetière est béni ; il est situé à l'est du chœur de l'église[8].

Le 26 mars 1793, le curé Marille est arrêté. Il est soupçonné de sympathies contre-révolutionnaires[9].

Seigneurs[modifier | modifier le code]

Des rangs de la famille de Lamoignon sont issus bon nombre des seigneurs, en totalité ou en partie, de Vielmanay. Ainsi relève-t-on les noms de Guillaume de Lamoignon (1368), Renaut de Lamoignon (1382), Pierre de Lamoignon (1412), Guyot de Lamoignon (1461), Charles de Lamoignon (1461), Robert de Lamoignon (1472), Étienne de Lamoignon (1549), Hélin de Lamoignon (1555), André de Lamoignon (1555), Blaise de Lamoignon (1561), Edme de Lamoignon (1561), Gilbert de Lamoignon (1634). D'autres noms nous sont parvenus : Roger de Rabutin (1652), François de Huybert (1655), Edme-Ravaud de Vieilbourg (1684), Nicolas Olivier (1707).

Guillaume de Lamoignon, mort vers 1388, est inhumé en compagnie de sa femme, Jeanne de Troussebois, dans l'église de Vielmanay[10].

Armorial[modifier | modifier le code]

Armorial de quelques-uns des seigneurs de Vielmanay :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2015   Joël POT   Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 185 habitants, en diminution de -0,54 % par rapport à 2009 (Nièvre : -3,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
453 523 515 502 550 594 540 611 614
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
643 652 610 575 616 647 616 587 603
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
545 531 493 422 392 340 339 308 259
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
247 229 176 184 190 182 186 189 185
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

  • Château de Vieux-Moulin (XIIIe siècle), inscrit monument historique en 1971[17].En 1864, le photographe Alphonse Delaunay a édité un livre Souvenir d'Artonne sur la propriété d'Adolphe Asseline à Narcy avec 31 épreuves d'époque sur papier albuminé. Il y a dans l'album, une photo de Vieux Moulin et une de Viel Manay[18] .

Galerie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Née de La Rochelle, Pierre Gillet et Jean-François Née de La Rochelle, Mémoires sur le département de la Nièvre..., vol. III, Bourges, J.-B.-C. Souchois, , 404 p. (lire en ligne).
  2. Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, A. Dauzat et Ch. Rostaing, Larousse, 1963.
  3. Le tumulus-nécropole de la Bonnetterie à Vielmanay (Nièvre) : synthèse des travaux de Robert Octobon (1970-1979), NIV 1276, Archives départementales de la Nièvre.
  4. Lebeuf 1743, p. 118, 119, volume 1.
  5. Lebeuf 1743, p. 122, volume 1.
  6. a, b, c, d et e Abbaye de Coche sur terres-et-seigneurs-en-donziais.fr.
  7. Archives départementales de la Nièvre, 21 G 1.
  8. Registre paroissial, année 1788.
  9. Le voyage aux enfers du curé de Vielmanay (1793), Cercle généalogique et historique Nivernais-Morvan, Blanc-Cassis, n° 141, quatrième trimestre 2015.
  10. Nobiliaire de Nivernois, Adolphe de Villenaut
  11. Georges de Soultrait, Armorial de l'ancien duché de Nivernais, 1852.
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  16. « Église Saint-Pierre », notice no PA00113051, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Château dit du Vieux Moulin », notice no PA00113050, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Alphonse Delaunay, Souvenirs d'Artonne - 1864 -
  19. Le prieuré de Cessy-les-Bois, bulletin de la Société scientifique et artistique de Clamecy, page 46, 2015.
  20. Le prieuré de Cessy-les-Bois, bulletin de la Société scientifique et artistique de Clamecy, page 47, 2015.
  21. Archives de la famille Dumangin
  22. Archives de la ville de Paris V2E/8202, 1809 Mariage
  23. À perte de vue : souvenirs, Robert Kanters, Seuil, 1981.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Jean Lebeuf, Mémoires concernant l’histoire ecclésiastique et civile d’Auxerre..., vol. 1, Auxerre, Perriquet, , 886 p. (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :